Chuck Bednarik

joueur de football américain
Chuck Bednarik
Description de l'image ChuckBednarik1952Bowman.jpg.
Nom complet Charles Philip Bednarik
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance
à Bethlehem (Pennsylvanie)
Décès (à 89 ans)
Richland (Pennsylvanie)
Taille 1,91 m (6 3)
Poids 106 kg (233 lb)
Surnom Concrete Charlie
Numéro 60
Position Linebacker
Centre
Carrière universitaire ou amateur
? - 1949 Quakers de Penn
Carrière professionnelle
Choix draft NFL Eagles de Philadelphie
(1949, 1er choix au total)
1949 - 1962 Eagles de Philadelphie
Pro Bowl 1950, 1951, 1952, 1953, 1954, 1955, 1956, 1960
All-Pro 1950, 1951, 1952, 1953, 1954, 1955, 1956, 1957, 1960, 1961
Carrière pro. 1949-1962

College Football Hall of Fame 1969

Pro Football Hall of Fame 1967

(en) Statistiques sur nfl.com

Charles Philip Bednarik, dit Chuck Bednarik, né le à Bethlehem en Pennsylvanie et mort le à Richland également en Pennsylvanie surnommé Concrete Charlie, est un joueur professionnel de football américain, connu comme l'un des tacleurs les plus dévastateurs de l'histoire du football américain et le dernier joueur à plein temps dans les deux sens de la National Football League (NFL). Américain d'origine slovaque, de la région de Lehigh Valley en Pennsylvanie, Bednarik joue pour les Eagles de Philadelphie de 1949 à 1962 et, à sa retraite,est intronisé au Pro Football Hall of Fame en 1967, la première année de son admissibilité.

BiographieModifier

Origine et enfanceModifier

Les parents de Bednarik émigrent en 1920 de Široké, un village de l'est de la Slovaquie, pour travailler, s'installer à Bethléem, en Pennsylvanie, et travailler pour Bethlehem Steel[1]. Leur fils Charles naît en 1925. Il fréquente l'école SS. Cyril & Methodius à Bethléem[2], qui est une école paroissiale slovaque utilisant le slovaque comme langue d'enseignement[3].

Bednarik commence à jouer au football américain à Bethléem. Il y joue pour la Liberty High School[4].

Seconde Guerre mondialeModifier

Après avoir obtenu son diplôme d'études secondaires, il entre dans l'armée de l'air américaine et sert comme canonnier dans un B-24 avec la 8th Air Force[5]. Bednarik participe à trente missions de combat au-dessus de l'Allemagne[6], pour lesquelles il reçoit l'Air Medal et quatre Feuilles de chêne, l'European-African-Middle Eastern Campaign Medal et quatre Service Stars[7].

Quakers de PennModifier

Bednarik fréquente ensuite l'université de Pennsylvanie à Philadelphie[8], où il est un « homme de 60 minutes » pour les Quakers, excellant à la fois comme centre et linebacker, ainsi que punter occasionnel[9]. Trois fois All-America[10], il est élu membre du College Football Hall of Fame[11], tout comme deux de ses coéquipiers, George Savitsky (en)[12] et Skip Minisi (en)[13] en 1947, ainsi que son entraîneur, George Munger (en)[14]. À Penn, il est également troisième du trophée Heisman en 1948 et remporte le Maxwell Award cette année-là[15]. En 1969, il est élu par un jury d'écrivains sportifs, d'entraîneurs et de joueurs du Temple de la renommée comme « Le plus grand centre de tous les temps »[16].

Eagles de PhiladelphieModifier

Bednarik est le premier joueur recruté lors de la draft 1949 de la NFL (en) par les Eagles de Philadelphie, pour l'attaque (comme centre) et pour la défense (comme linebacker)[1],[8]. Il est membre de l'équipe des Eagles du Championnat de la National Football League (en) en 1949 et 1960[11]. Dans le dernier match du championnat de la NFL de 1960, Bednarik, le dernier Eagle entre Jim Taylor des Packers de Green Bay et la zone d'en-but, tacle Taylor à la ligne de huit yards des Eagles et est resté sur Taylor dans les dernières secondes, s'assurant que les Packers ne pourraient plus jouer et préservant une victoire 17-13 des Eagles[17].

En 1960, Bednarik élimine Frank Gifford des Giants de New York du football américain pendant plus de 18 mois, avec l'un des tacles les plus célèbres de l'histoire de la NFL[18]. Bednarik a une dispute célèbre avec Chuck Noll, qui, un jour, en tant que joueur des Browns de Cleveland, lui a défoncé la figure pendant un punt de quatrième down[19].

Bednarik s'avère extrêmement durable, ratant seulement trois matchs en quatorze saisons[20]. Il est nommé All-Pro à dix reprises[21] et a été le dernier des « hommes de soixante minutes » de la NFL, des joueurs qui ont joué à la fois en attaque et en défense sur une base régulière[9].

Le surnom de Bednarik, « Concrete Charlie », vient de sa carrière de vendeur de béton pour la Warner Company, et non (contrairement à la croyance populaire) de sa réputation de tacleur féroce[22]. Néanmoins, le journaliste sportif Hugh Brown du Evening Bulletin de Philadelphie, à qui l'on doit le surnom, fait remarquer que Bednarik « est aussi dur que le béton qu'il vend »[23].

Bednarik est analyste du programme HBO Inside The NFL (en) pour sa saison inaugurale en 1977-78[24].

En 1999, il est classé 54e sur la liste des cent meilleurs footballeurs de The Sporting News[10]. En 2010, Bednarik se classe 35e au palmarès « The Top 100 : NFL's Greatest Players » du réseau NFL[25]. Deion Sanders, un joueur que Bednarik méprise ouvertement du fait d'être un joueur « à double sens », se classe une place devant lui, au 34e rang[26],[27]. Bednarik n'est pas l'Eagle le mieux placé sur la liste du réseau NFL. Cette distinction est décernée à Reggie White au 7e rang[28].

Il joue huit Pro Bowl (1950, 1951, 1952, 1953, 1954, 1955, 1956 et 1960)[29].

Opinions sur les joueurs actuels de la NFLModifier

Bednarik critique ouvertement, voire amèrement, les joueurs modernes de la NFL pour ne jouer que d'un seul côté de la balle, les appelant « pieds de chatte » (« pussyfoots »), notant qu'ils « cherchent l'air après cinq jeux » (« suck air after five plays ») et qu'ils « ne pourraient tackler ma femme Emma » (« couldn't tackle my wife Emma »). Il critique même Troy Brown des Patriots de la Nouvelle-Angleterre et Deion Sanders des Cowboys de Dallas, deux joueurs qui ont également joué en attaque et en défense. Bednarik note que Brown et Sanders jouent à la fois comme wide receiver et cornerback, des positions qui n'exigent pas autant de contact que ce que lui endure en jouant centre et linebacker[30].

Relation avec les EaglesModifier

L'ancien numéro des Eagles de Bednarik est retiré par les Eagles en l'honneur de ses réalisations au sein de l'équipe et est l'un des huit seuls numéros retirés de l'histoire de la franchise[29].

Lorsque les Eagles établissent leur tableau d'honneur en 1987, Bednarik est dans l'une des premières classes d'intronisées[9].

Bednarik se dispute avec l'actuel propriétaire des Eagles, Jeffrey Lurie (en), en 1996. Lurie a refusé d'acheter cent exemplaires du nouveau livre de Bednarik au prix de 15 $ chacun pour toute l'équipe, car c'est contraire aux règles de la NFL, et cette rancune se poursuit lors de l'apparition au Super Bowl XXXIX des Eagles en 2005, lorsqu'il attaque ouvertement son ancienne équipe[31],[32].

Pendant le camp d'entraînement des Eagles à l'été 2006, Bednarik et son ancienne équipe se réconcilient, mettant apparemment fin à la querelle entre Bednarik et Lurie[33]. En même temps, Bednarik fait des remarques désobligeantes à l'égard de Reggie White, ce qui provoque un accueil quelque peu tiède de la réconciliation de la part des supporters des Eagles. Dans l'édition du du journal Allentown's Morning Call, cependant, il est rapporté que Bednarik s'est excusé, déclarant qu'il était confus, et qu'il avait l'intention de faire la déclaration au sujet de l'ancien receveur Terrell Owens[34].

Santé et mortModifier

Le , Bednarik aurait été emmené à l'hôpital St. Luke's à Bethléem. Les porte-parole de l'hôpital déclarent qu'il est « dans un état grave », mais n'ont pas donné d'autres détails. Le lendemain, cependant, on annonce qu'il va bien et qu'il n'a aucune condition médicale préexistante. Son gendre déclare qu'il s'est évanoui à cause de son essoufflement et de son hypotension artérielle, mais qu'il n'a pas eu de crise cardiaque ou quoi que ce soit d'autre et qu'on s'attend à un rétablissement complet[35].

Dans ses dernières années, Bednarik réside à Coopersburg, en Pennsylvanie, dans la Lehigh Valley avec son épouse Emma[36].

Bednarik meurt à h 23 du matin le après être tombé malade la veille. Il avait 89 ans[37]. Bien que les Eagles de Philadelphie publient une déclaration disant qu'il est mort après une « brève maladie », la fille aînée de Bednarik, Charlene Thomas, conteste cette affirmation. Elle dit qu'il était atteint de la maladie d'Alzheimer, qu'il souffrait de démence depuis des années et que les blessures liées au football avaient joué un rôle dans son déclin[38].

PostéritéModifier

Son maillot no 60 a été retiré par les Eagles de Philadelphie[29]. Il a intégré le Pro Football Hall of Fame en 1967[39], le College Football Hall of Fame en 1969[40] et fait partie de l'équipe NFL de la décennie 1950[41].

Un trophée, le Chuck Bednarik Award, porte son nom[42].

RéférencesModifier

  1. a et b (en) « Penn Athletics Mourns Passing of Chuck Bednarik », sur University of Pennsylvania Athletics (consulté le 19 décembre 2019)
  2. (en) George B. Kirsch, Othello Harris et Claire Elaine Nolte, Encyclopedia of Ethnicity and Sports in the United States, Greenwood Publishing Group, , 530 p. (ISBN 978-0-313-29911-7, lire en ligne)
  3. (en) « St. Cyril and Methodius 617 Pierce St, Bethlehem, PA 18015 | Still Looking for You », sur memories.lehigh.edu (consulté le 19 décembre 2019)
  4. (en) Jim Deegan | For lehighvalleylive.com, « Chuck Bednarik honored by Liberty High School, NFL Hall of Fame », sur lehighvalleylive, (consulté le 19 décembre 2019)
  5. (en) « The Chuck Bednarik File », sur University of Pennsylvania Athletics (consulté le 19 décembre 2019)
  6. (en-US) Associated Press, « Chuck Bednarik, Eagles’ Hall-of-Fame Linebacker, Dies at 89 », sur WSJ (consulté le 19 décembre 2019)
  7. (en) « FOOTBALL AND AMERICA: World War II | Pro Football Hall of Fame Official Site », sur www.profootballhof.com (consulté le 19 décembre 2019)
  8. a et b (en) « Chuck Bednarik | American football player », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 19 décembre 2019)
  9. a b et c (en) « ESPN Classic - Sixty minute man », sur www.espn.com (consulté le 19 décembre 2019)
  10. a et b (en) Robert W. Cohen, The 50 Greatest Players in Philadelphia Eagles History, Rowman & Littlefield, , 368 p. (ISBN 978-1-4930-3820-6, lire en ligne), p. 10
  11. a et b (en) « Hall of Famer Chuck Bednarik Namesake of Slovak Football League Championship Trophy | Pro Football Hall of Fame Official Site », sur www.profootballhof.com (consulté le 19 décembre 2019)
  12. (en) « College Football Hall of Famer George Savitsky Passes Away », sur National Football Foundation (consulté le 19 décembre 2019)
  13. (en) « Hall of Famer Skip Minisi Dies at age 78 », sur National Football Foundation (consulté le 19 décembre 2019)
  14. (en) « George Munger (1976) - Hall of Fame », sur National Football Foundation (consulté le 19 décembre 2019)
  15. (en) « Chuck Bednarik (1969) - Hall of Fame », sur National Football Foundation (consulté le 19 décembre 2019)
  16. (en) Richard J. Noyes et Pamela L. Robertson, Guts in the Clutch : 77 Legendary Triumphs, Heartbreaks, and Wild Finishes in 12 Sports, Richard J. Noyes, , 330 p. (ISBN 978-1-4392-0224-1, lire en ligne)
  17. (en-US) Jeré Longman, « Eagles’ Meeting With Packers in 1960 Was an N.F.L. Turning Point », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 19 décembre 2019)
  18. (en-US) foxsports Mar 21 et 2015 at 10:24a ET, « Distant replay: Chuck Bednarik's legendary hit on Frank Gifford », sur FOX Sports, (consulté le 19 décembre 2019)
  19. (en) Brian Wright, « The 6 Most Insane On-Field Fights in NFL History », sur Bleacher Report (consulté le 20 décembre 2019)
  20. (en) J. W. Nix, « Chuck Bednarik: Philadelphia Eagles and NFL Legend Hospitalized », sur Bleacher Report (consulté le 20 décembre 2019)
  21. (en) Tim Daniels, « Chuck Bednarik, NFL Hall of Famer, Dies at Age 89 », sur Bleacher Report (consulté le 20 décembre 2019)
  22. (en) Ray Didinger et Robert S. Lyons, The Eagles Encyclopedia, Temple University Press, , 324 p. (ISBN 978-1-59213-454-0, lire en ligne), p. 18
  23. « ESPN Classic - More Info on Chuck Bednarik », sur www.espn.com (consulté le 20 décembre 2019)
  24. Inside the NFL (TV Series 1977– ) - IMDb (lire en ligne)
  25. (en) « Eagles Hall of Famer Chuck Bednarik dies at 89 », sur NFL.com (consulté le 20 décembre 2019)
  26. (en) « 'The Top 100' concludes with game's greatest-ever players », sur NFL.com (consulté le 20 décembre 2019)
  27. (en-US) L. E, « NFL – Special – The Men Who Played The Game – Philadelphia Eagles Chuck Bedinarik », sur ImaSportsphile, (consulté le 20 décembre 2019)
  28. (en-US) « NFL's Top 100 Players of All-Time: Debate », sur www.cbsnews.com (consulté le 20 décembre 2019)
  29. a b et c (en) « Chuck Bednarik | Pro Football Hall of Fame Official Site », sur www.profootballhof.com (consulté le 19 décembre 2019)
  30. (en) Les Bowen, Philadelphia Eagles, MVP Books (ISBN 978-1-61059-742-5, lire en ligne), p. 36-37
  31. (en) « Bednarik rooting against Eagles », sur ESPN.com, (consulté le 19 décembre 2019)
  32. (en-US) « Bednarik Needles Eagles From the City of Curmudgeonly Love », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 19 décembre 2019)
  33. (en) « Eagles mourn passing of Concrete Charlie », sur Burlington County Times (consulté le 20 décembre 2019)
  34. (en-US) Gordie Jones Of The Morning Call, « Bednarik: I meant T.O., not Reggie », sur themorningcall.com (consulté le 19 décembre 2019)
  35. (en) Asher Chancey, « Eagles Hall of Famer Chuck Bednarik in Serious Condition in Bethlehem Hospital », sur Bleacher Report (consulté le 20 décembre 2019)
  36. (en-US) « Mean & Clean: Football Hall of Famer Chuck Bednarik », sur Lehigh Valley Marketplace, (consulté le 20 décembre 2019)
  37. (en-US) « Eagles Legend Chuck Bednarik Passes At Age 89 », (consulté le 19 décembre 2019)
  38. (en) Lynn Olanoff | For lehighvalleylive.com, « Chuck Bednarik's daughter: Football-related injuries led to dementia and death », sur lehighvalleylive, (consulté le 19 décembre 2019)
  39. (en-US) « Hall of Famer Chuck Bednarik dead at 89 », sur USA TODAY (consulté le 20 décembre 2019)
  40. (en-US) Richard Goldstein, « Chuck Bednarik, Eagles’ Man of Concrete, Dies at 89 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 20 décembre 2019)
  41. « NFL All Decade Team », sur www.nfl.com (consulté le 20 décembre 2019)
  42. (en) « Chuck Bednarik Award Winners », sur College Football at Sports-Reference.com (consulté le 20 décembre 2019)

Liens externesModifier