Patrick Pelloux

médecin urgentiste français et écrivain
Patrick Pelloux
Fonction
Président
Association des médecins urgentistes de France
depuis
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Siné Mensuel (depuis le )
Hôpital Necker-Enfants malades (depuis )
Charlie Hebdo ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Patrick Pelloux, né le à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) est un praticien hospitalier en médecine d'urgence exerçant au Samu de Paris, syndicaliste et chroniqueur. Il a collaboré au journal satirique Charlie Hebdo et écrit maintenant pour Siné Mensuel.

Biographie modifier

Famille et formation modifier

Fils d'un père kinésithérapeute[1] et d'une mère au foyer[2], Patrick Pelloux est le cadet d'une fratrie de quatre enfants[3].

En 1995, il étudie, pour sa thèse d'exercice, les conséquences des pluies verglaçantes de l'hiver 1993 sur l'afflux de patients aux urgences[4] et obtient son doctorat en médecine. Il a également une capacité en médecine d'urgence et de catastrophe[2].

Médecin urgentiste modifier

Il crée en 1997 l’Association des médecins urgentistes de France, alors nommée Association des médecins urgentistes hospitaliers de France, syndicat de médecins de médecine d'urgence[4]. Il en est le président[5].

Il se fait connaître pendant la canicule de 2003[6] en donnant l'alerte aux médias de ses conséquences dans les services hospitaliers[7].

En , alors qu'il est en poste à l'hôpital Saint-Antoine, il est muté contre sa volonté au Samu de Paris[8], à l'hôpital Necker-Enfants malades, sur intervention du maire de Paris Bertrand Delanoë[1],[6]. En 2020, il travaille toujours au Samu de Paris[9].

Médias modifier

En , Patrick Pelloux commence une chronique pour Charlie Hebdo intitulée Histoires d’urgence, relatant les difficultés auxquelles sont confrontées les soignants des urgences[10].

En , sur son idée, l'équipe de Charlie Hebdo enregistre un CD de Noël, distribué avec le journal. Il enregistre le titre La Chanson réaliste et participe aussi au titre collectif C'est Noël, c'est le bordel dans lequel intervient Josiane Balasko[11].

Attentat contre Charlie Hebdo modifier

 
De gauche à droite : Gérard Biard, le dessinateur Luz, Patrick Pelloux et debout, le directeur de Libération, Laurent Joffrin, à la conférence presse de Charlie Hebdo, le 13 janvier 2015, dans les locaux de Libération.

Le , Patrick Pelloux se rend à Charlie Hebdo très peu de temps après l'attentat. Avec les pompiers et le Samu, il s'efforce de porter secours aux victimes.

Il est le premier à informer François Hollande de la fusillade. Le président de la République se rend immédiatement sur les lieux du crime[12]. Le , il s'engage à poursuivre le travail de ses amis de la rédaction, en affirmant : « le journal va continuer […] parce que ce n'est pas la connerie qui va gagner[13]. »

Après Charlie modifier

En septembre 2015, il annonce la fin de sa collaboration avec l'hebdomadaire satirique[14], expliquant alors qu’« [il] n’arrive plus à écrire [sa] chronique sur l’hôpital » ; il relie cela à la mort de ses amis dans l'attentat contre Charlie Hebdo[15].

En 2017 il figure en 7e place du classement du journal Le Parisien des personnalités les plus influentes[16].

Il intervient ensuite dans Le Média, avant de rejoindre Siné Mensuel le pour y écrire une chronique médicale, « La santé en crise »[17].

Accusation d'agressions sexuelles modifier

En 2024, Libération affirme que sa mutation au Samu de Paris en 2008 serait liée à des « accusations répétées de violences verbales et sexuelles » à son encontre[18], alors que Patrick Pelloux indique à l'époque être victime de harcèlement en raison de son engagement syndical[8]. Dans le même temps, il est accusé par Karine Lacombe dans Paris Match[19] d’être un « prédateur sexuel »[20]. Il se défend de ces accusations précisant : « Ce que nous disions et ce que nous faisions est infaisable aujourd’hui, c’est sûr. Mais on rigolait bien[18] ! »

Deux anciennes ministres de la Santé disent avoir été au courant de comportements inappropriés de l'urgentiste[21]. Selon Roselyne Bachelot, son renvoi faisait suite à des faits « de harcèlement moral et d’un défaut de management, qualifié de brutal et humiliant. » Cependant elle explique ne pas avoir été mise au courant de faits de harcèlement sexuel bien qu’elle juge « les accusations de Karine Lacombe […] évidemment crédibles[22]. » Agnès Buzyn confirme pour sa part avoir appris alors qu'elle était ministre de la Santé que « Patrick Pelloux était loin d’avoir eu un comportement exemplaire avec la gent féminine » et le lien avec sa mutation d’office[23].

Distinctions et titres modifier

 
Discours de docteur honoris causa de Patrick Pelloux à l'ULB le 19 mai 2016.

Le président de la République François Hollande lui remet la légion d'honneur le 29 juin 2015 pour le distinguer et rendre à travers lui hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo du [24].

Le , il est nommé docteur honoris causa de l'université libre de Bruxelles pour son action et son engagement dans le monde médico-social[25].


Engagements et prises de position modifier

Patrick Pelloux est engagé dans la défense de l’hôpital public, au travers de son métier de chroniqueur et de son activité syndicale[3].

Il est ambassadeur du Comité radicalement anticorrida[28].

En janvier 2016 il participe à l'action « Et si c'était vous ? » de Marc Melki, EXILS INTRA MURO[29], action de sensibilisation pour combattre le mal-logement en France.

En 2017, en collaboration avec Éric Faure, président de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France, il établit un rapport sur la faisabilité des formations aux gestes qui sauvent auprès du plus grand nombre de citoyens. Ce rapport permet l'élaboration de la loi citoyen sauveteur adoptée le 3 juillet 2020[30].

En , il soutient la liste du Parti communiste français menée par Ian Brossat aux élections européennes[31].

En , il participe à une mission sur la prévention et la lutte contre la radicalisation dans les établissements de santé publique[32].

Tribunes modifier

En 2009, Patrick Pelloux signe la pétition de SOS Racisme pour l'abandon du débat sur l'identité nationale lancé par le ministre de l'Immigration et de l'Identité nationale Éric Besson[33].

En 2010, il signe la tribune pour soutenir les 6 000 travailleurs étrangers en situation irrégulière luttant pour obtenir des droits[34], et les parrainages des lycéens étrangers en situation irrégulière (en 2013)[35].

Le , dix jours avant l'annonce par François Hollande qu'il renonce à se représenter à l'élection présidentielle de 2017, il est l'un des signataires d'une tribune de personnalités « people » dénonçant le « Hollande bashing » et rappelant « tout ce qui a été accompli » notamment « la sanctuarisation du budget de la culture »[36],[37].

Pandémie de Covid-19 modifier

Au début de la pandémie de Covid-19, il signe un manifeste initié par l'ex-ministre de la Santé Philippe Douste-Blazy, qui demande au Premier ministre Édouard Philippe que les médecins puissent prescrire plus facilement aux patients de l'hydroxychloroquine face à l'épidémie de Covid-19[38].

En janvier 2022, il se déclare favorable à rendre le vaccin contre la Covid-19 obligatoire pour les enfants[39].

Publications modifier

Son ouvrage On ne meurt qu'une fois, et c'est pour si longtemps ! Les derniers jours des grands hommes (2013) raconte la mort de personnages célèbres tels que Camille Claudel, Louis XIV, Louis XV, Marie Curie… en alliant point de vue humain et détails sur les traitements médicaux de l'époque. Cet essai atteindra le top 10 des ventes de documentaires en 2013[40],[41].

En 2019 sort Mieux vaut mourir debout que vivre à genoux. Les derniers jours des grands hommes, suite de On ne meurt qu'une fois…[42].

Ouvrages modifier

Filmographie modifier

Patrick Pelloux est apparu plusieurs fois au cinéma en y interprétant des rôles de médecin ou d'infirmier :

Sa nouvelle Mort aux codes, extraite de son livre de chroniques Toujours là, toujours prêt, est adaptée en court métrage :

Notes et références modifier

  1. a et b Sophie des Déserts, « Qui est Patrick Pelloux, l'étrange docteur de Charlie Hebdo ? », sur Vanity Fair, (consulté le ).
  2. a et b « Les 20 ans de Patrick Pelloux : "J'ai longtemps hésité : médecine ou musique ?" », sur L'Etudiant (consulté le ).
  3. a et b Caroline Castets, « Rencontre avec Patrick Pelloux, l'urgentiste militant », sur Décideurs magazine, (consulté le ).
  4. a et b Sandrine Blanchard, « Patrick Pelloux : Zébulon à l'hôpital », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. Candice Doussot et Nicolas Berrod, « Les inquiétudes des médecins pour les JO : « Chaque grain de sable peut avoir de graves conséquences » », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  6. a et b « Patrick Pelloux, médecin clivant qui assume », sur whatsupdoc-lemag.fr (consulté le ).
  7. La canicule serait à l'origine d'une cinquantaine de décès INA. Consulté le ..
  8. a et b « Le syndicaliste Patrick Pelloux est muté au Samu de Paris », sur Libération (consulté le ).
  9. « Un apéro avec Patrick Pelloux : "J'adore l'ivresse, c'est une parenthèse d'espérance" », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. « Les histoires du docteur Pelloux dans Charlie », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. « Un document sonore de Charlie Hebdo réalisé par un Ardennais », sur Journal L'Union, (consulté le ).
  12. « 48 heures chrono »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur lemonde.fr, .
  13. « Les soutiens s'organisent pour que « Charlie Hebdo » vive », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. AFP agence et Le Figaro, « L'urgentiste Patrick Pelloux va quitter Charlie Hebdo », sur Le Figaro, (consulté le ).
  15. « Charlie Hebdo : "Je n'arrive plus à écrire ma chronique sur l'hôpital", confie Patrick Pelloux », sur Franceinfo, (consulté le ).
  16. Yves Derai et Sandrine Briclot, « INFLUENCEURS. Omar Sy, Emmanuel Macron et Teddy Riner en tête de notre sondage », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  17. « Après Charlie Hebdo, l'urgentiste Patrick Pelloux rejoint Siné Mensuel », sur lejdd.fr, (consulté le ).
  18. a et b « #MeTooMédecine : Patrick Pelloux mis en cause par Karine Lacombe », sur Libération (consulté le ).
  19. Anne Jouan, « #Metoo à l'hôpital : Patrick Pelloux dans la tourmente », sur parismatch.com, (consulté le ).
  20. « Les accusations contre Patrick Pelloux reposent la question des violences sexistes et sexuelles dans les hôpitaux », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. « Violences sexuelles : l'urgentiste Patrick Pelloux accusé d'avoir eu des gestes déplacés », sur Franceinfo, (consulté le ).
  22. « #MeToo à l'hôpital : "Les questions de violences sexistes et sexuelles à l'hôpital sont avérées", selon l'ancienne ministre de la Santé Roselyne Bachelot », sur Franceinfo, (consulté le ).
  23. « #MeToo à l’hôpital, accusations contre Patrick Pelloux : Roselyne Bachelot prend la parole », sur Le Point, (consulté le ).
  24. « L’urgentiste et chroniqueur Patrick Pelloux décoré de la Légion d’honneur », sur Le Quotidien du Médecin (consulté le ).
  25. a et b « Patrick Pelloux : "La coopération, c’est la modernité" », sur Le Soir, (consulté le ).
  26. Ouest France, « Charlie Hebdo. La légion d'honneur pour l'urgentiste Patrick Pelloux », (consulté le ).
  27. Par arrêté du ministre de l'Intérieur en date du 19 avril 2017 ; cf. BODMR n°05 du 30 août 2017 sur legifrance.gouv.fr.
  28. « Repères - Le CRAC », Libération,‎ , p. 12.
  29. « Marc Melki : EXILS INTRA MUROS – Et si c’était vous ? Inédit : Patrick Pelloux - Mowwgli », Mowwgli,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. Pole Digital Abomarque, « Le statut de citoyen sauveteur reconnu », sur Secours Mag, (consulté le ).
  31. « Européennes : le PCF soutenu par Costa-Gavras, Patrick Pelloux et les Pinçon-Charlot », sur Europe 1, (consulté le ).
  32. Jean-Loup Adénor, « Patrick Pelloux : "On risque de se retrouver avec des gens radicalisés travaillant à l’hôpital" », sur marianne.net, (consulté le ).
  33. «Arrêtez ce débat, monsieur le Président !», sur Libération (consulté le ).
  34. Etienne Balibar et Eric Fassin, « "Ferme ta bouche, t’es sans-papiers" », sur Libération (consulté le ).
  35. Béatrice Flammang, « Les élus de gauche d'Ile-de-France parrainent les lycéens sans papiers », sur Le Café pédagogique, (consulté le ).
  36. « Une tribune de "people" contre le "Hollande bashing" », sur Le Télégramme, (consulté le ).
  37. « Un syndicat de people pour Hollande », sur POLITIS, (consulté le ).
  38. Gérard Julien, « Chloroquine : "Ne perdons plus de temps !", l’appel de personnalités médicales », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  39. « Covid-19 : Patrick Pelloux favorable à la vaccination obligatoire pour les enfants », sur Le Figaro, (consulté le ).
  40. Claude Combet, « Patrick Pelloux soigne les meilleures ventes », sur Livres Hebdo (consulté le ).
  41. Emmanuel Hecht, « Palmarès. Le polar, c'est bonnard », sur L'Express, (consulté le ).
  42. Céline Brégand, « Patrick Pelloux raconte les derniers jours des grands hommes », sur Europe 1, (consulté le ).
  43. « Catalogue SUDOC », sur sudoc.abes.fr (consulté le ).

Voir aussi modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes modifier