Péitho

Océanide de la mythologie grecque

Dans la mythologie grecque, Péitho (en grec ancien Πειθώ / Peithố, « Persuasion »), fille de Téthys et d'Océan, est une Océanide.

Fresque de Pompéi représentant Péitho (à gauche) menant Éros à Aphrodite et Antéros, vers 25 av. J.-C., Musée national archéologique de Naples.

Son équivalent romain était la déesse Suadela, une des Di indigetes.

FonctionsModifier

Citée par Hésiode dans sa Théogonie[1], elle appartient à ces Océanides dites « allégoriques », comme Métis (la Ruse) ou Tyché (la Fortune) : elle représente la force de persuasion, et la séduction que cette persuasion peut déclencher. Elle devient donc l'une des compagnes d'Aphrodite et d'Éros. Ceci rend probable que cette divinité secondaire et mineure soit sortie d'une Aphrodite Péitho.[réf. nécessaire]

Dans Les Travaux et les Jours[2], Hésiode dépeint Péitho en compagnie des Heures et des Charites, parant Pandore de tous les attributs de la séduction féminine.

CulteModifier

La ville de Sicyone possédait un sanctuaire de Péitho.[réf. nécessaire]

DiversModifier

L'astéroïde (118) Péitho porte son nom.

NotesModifier

  1. Hésiode, Théogonie [détail des éditions] [lire en ligne], 349. Elle est également cité dans un autre catalogue hésiodique des Océanides, voir Bouclier d'Héraclès [détail des éditions] [lire en ligne], 181.
  2. Hésiode, Les Travaux et les Jours [détail des éditions] [lire en ligne], 73.