Maison d'Egmond

Egmond ou Egmont, ancienne et illustre famille des Pays-Bas, dont les chefs étaient avoués de l'abbaye d'Egmond (aujourd'hui en Hollande-Septentrionale) et les avoués des Comtes de Hollande. Elle remonte à Berwold d'Egmont. Les seigneurs d'Egmont, ayant acquis le comté de Buren en 1472, se divisèrent en deux lignes qui s'éteignirent, l'une vers 1650 et l'autre en 1707. Arnoul, Adolphe et Charles d'Egmond, de la branche aînée, régnèrent sur le duché de Gueldre (avec diverses interruptions) de 1423 à 1538. Les seigneuries d'Egmon et de Buren avaient été érigées en comtés, la première en 1486, la deuxième en 1492.

Quelques membresModifier

...

  • Jean IV († 1528, à l’âge de 29 ans), comte d'Egmond, chevalier de la toison d'or, comte de Gavre par son mariage avec Françoise de Luxembourg († 1557), comtesse de Gavre (1535), dame de Fiennes, dont[2]
    • Marguerite (1517-1554), première épouse de Nicolas de Lorraine, comte de Vaudémont, dont Louise de Lorraine-Vaudémont, future reine de France,
    • Charles († 1541), comte d'Egmond, suit Charles Quint lors de son voyage à Alger et meurt le lors du naufrage de la flotte impériale, inhumé à Carthagène, non marié,
    • Lamoral (1522-1568), comte d'Egmond, prince de Gavre, baron de Fiennes, chevalier de la toison d'or, mort par décapitation à Bruxelles le à l'âge de 46 ans. Marié à Sabine de Bavière († 1578), fille de Jean, comte Palatin du Rhin, qui lui donna treize enfants dont
      • Philippe (1558-1590), comte d'Egmond, prince de Gavre, chevalier de la toison d'or, tué à la bataille d'Ivry le , à l'âge de 32 ans, sans postérité,
      • Lamoral II († 1617), comte d'Egmond, prince de Gavre, sans postérité,
      • Charles II († 1620), comte d'Egmond, prince de Gavre, chevalier de la toison d’or, dont postérité.

ArmoiriesModifier

Figure Nom du prince et blasonnement
 
Maison d'Egmont

Chevronné d'or et de gueules, de douze pièces. [3].

Branche aînée des ducs de Gueldre
  Arnold d'Egmont (1410), duc de Gueldre, comte de Zutphen, fils aîné de Jean II, seigneur d'Egmont (1385 † 1451).

Parti : a. d'azur au lion contourné d'or, couronné du même, armé et lampassé de gueules (Gueldre) ; b. d'or au lion de sable, armé et lampassé de gueules (Juliers), les lions affrontés.[4]

Aussi porté par ses successeurs ducs de Gueldre.

  Adolphe d'Egmont, dit le Jeune (14381477), duc de Gueldre, comte de Zutphen, fils du précédent.

Du vivant de son père, Parti : a. d'azur au lion contourné d'or, couronné du même, armé et lampassé de gueules (Gueldre) ; b. d'or au lion de sable, armé et lampassé de gueules (Juliers), les lions affrontés ; au lambel d'argent brochant.[4]

Branche cadette des comtes d'Egmont
  Guillaume II d'Egmont (nl) (), seigneur d'Egmont (en) et d'IJsselstein, stadhouder de Gueldre, chevalier de la Toison d'or, fils cadet de Jean II, seigneur d'Egmont (1385 † 1451).

Écartelé : aux 1 et 4, chevronné d'or et de gueules de douze pièces (d'Egmond) ; aux 2 et 3, d'argent, à deux fasces bretessées et contre-bretessées de gueules (d'Arkel). Sur le tout les armes de Gueldre qui sont parti : a. d'azur au lion contourné d'or, couronné du même, armé et lampassé de gueules (Gueldre) ; b. d'or au lion de sable, armé et lampassé de gueules (Juliers), les lions affrontés. Casque couronné[3],[4].

  Jean III d'Egmont (14381516), Seigneur de Baer, comte d'Egmont, stadhouder de Hollande, chevalier de la Toison d'or, fils ainé de Guillaume II d'Egmont (1412-1483).

Écartelé : aux 1 et 4 d'Egmond ; au 2, de Bade ; au 3, d'Arkel. Sur le tout, parti de Gueldre et de Juliers, les lions affrontés.[4]

Aussi portées par ses fils Jean IV, comte d'Egmont, et Georges, évêque d'Utrecht.

  Charles d'Egmont ( † ), comte d'Egmont, seigneur de Baer, fils aîné de Jean IV d'Egmont

Écartelé : aux 1 et 4, parti, a, chevronné d'or et de gueules de douze pièces (d'Egmond), b,d'argent, à deux fasces bretessées et contre-bretessées de gueules (Arkel) ; aux 2 et 3, parti : a. d'azur au lion contourné d'or, couronné du même, armé et lampassé de gueules (Gueldre) ; b. d'or au lion de sable, armé et lampassé de gueules (Juliers). Sur le tout écartelé : aux 1 et 4, d'argent au lion de gueules à la queue fourchue passée en sautoir, armé, lampassé et couronné d'or (Luxembourg) ; aux 2 et 3, de gueules, à une étoile de seize rais d'argent (Baux).[4]

Aussi portées par son frère cadet Lamoral, comte d'Egmont (15221568), prince de Gavre et de Steenhuisen, chevalier de la Toison d'or, puis ses successeurs.

Branche cadette des comtes de Buren
  Florent d'Egmont (v.14701539), comte de Buren, chevalier de la Toison d'or, fils cadet de Guillaume II d'Egmont (1412-1483).

Écartelé : aux 1 et 4 d'Egmond ; au 2 et 3, de Buren. Sur le tout, d'IJsselstein.[4]

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. « roglo.eu », Willem van Egmond (consulté le 6 novembre 2010)
  2. Louis Moréri : Le Grand dictionnaire historique ou Le mélange curieux de l’histoire sacrée et profane …, t. 4, nouvelle édition … le tout revu, corrigé & augmenté par M. Drouet, Paris, Libraires associés, 1759, p. 51 (en ligne)
  3. a et b Johannes Baptist Rietstap, Armorial général : contenant la description des armoiries des familles nobles et patriciennes de l'Europe : précédé d'un dictionnaire des termes du blason, G.B. van Goor, , 1171 p. (lire en ligne), et ses Compléments sur www.euraldic.com
  4. a b c d e et f « http://www.heraldique-europeenne.org », Armorial des chevaliers de la Toison d'or (consulté le 29 octobre 2010)