Marguerite d'Egmont

Marguerite d'Egmont (née en 1517, morte à Bar-le-Duc le ) est un membre de la Maison d'Egmont, puissante famille des Pays-Bas Espagnols qui devint par mariage princesse de Lorraine.

BiographieModifier

Marguerite d'Egmont est l'aînée des trois enfants que Jean, comte d'Egmont a eu de son épouse Françoise de Luxembourg. Chevalier de la Toison d'Or, prince de Gavres, le comte d'Egmont est un des plus puissants seigneurs des Pays-Bas Espagnols mais meurt prématurément en 1527. Son fils aîné lui succède mais meurt lors du naufrage de la flotte impériale en 1541. Le second fils, Lamoral d'Egmont relève les titres de son père et se distingue au service de Charles Quint puis de son fils et successeur Philippe II d'Espagne.

En 1549, Marguerite d'Egmont épouse Nicolas de Lorraine, comte de Vaudémont. Fils cadet du duc Antoine de Lorraine, ce prince était appelé à une brillante carrière ecclésiastique quand la mort prématurée de son frère François Ier de Lorraine l'appela à exercer conjointement avec sa belle-sœur, Christine de Danemark la régence pour son neveu Charles III de Lorraine mais en fut bientôt exclu par les conseils qui confierent la régence à la seule duchesse douairière, nièce de l'empereur. Le comte de Vaudemont renonça à la cléricature en 1548 et songea à se marier. Favorable à la France, son choix se porta diplomatiquement sur Marguerite d'Egmont, de sept ans son aînée, dont la famille était fidèle à l'empereur. Le mariage, semble avoir été harmonieux. Le comte et la comtesse demeuraient en leur château de Nomeny, dans le Duché de Bar, entre Pont-à-Mousson et Bar-le-Duc. La comtesse y donna le jour à quatre enfants :

  • Marguerite (1550-jeune)
  • Catherine (1551-jeune)
  • Henri, comte de Chaligny (1552-jeune)
  • Louise (1553-1601) épouse en 1575 Henri III, roi de France (1551-1589), sans postérité.

En 1552, allié aux protestants Allemands, le roi Henri II de France entama un "Voyage d'Allemagne" qui lui permit d'imposer unilatéralement sa protection aux évêchés de Toul, Metz et Verdun. Suzerain du Barrois pour la rive gauche de la Meuse, il fut accueilli à Nancy par la régente et toute la famille ducale. Il en profita pour destituer autoritairement la régente, lui enlever son fils à qui il voulait donner une éducation à la française à Paris et donner la régence au francophile prince Nicolas. Lorraine et Barrois entraient définitivement dans l'orbite française. L'empereur Charles Quint réagit trop tard et ne put reconquérir cette partie de l'empire. Vieillissant, il abdiqua peu après, se retira dans un couvent espagnol et mourut en 1558.

Marguerite mourut le à Bar-le-Duc. Le comte de Vaudémont se remaria le à Jeanne de Savoie-Nemours qui lui donna le fils attendu. Le frère de la comtesse, Lamoral d'Egmont se rebella contre l'arbitraire Espagnol et fut exécuté en 1568.