Ouvrir le menu principal
Nicolas Rossolimo
Wereldschaaktoernooi eerste dag Tartacover tegen Rossolimo, Bestanddeelnr 904-2917.jpg
Tartakover - Rossolimo (1950)
Biographie
Naissance
Décès
(à 65 ans)
New York
Nationalité
Activités
Autres informations
Titres aux échecs

Nicolas Rossolimo, né Nikolaï Spirodonovitch Rossolimo (en russe : Николай Спиридонович Россолимо) le 28 avril 1910 à Kiev (Russie) et mort le 24 juillet 1975 à New York, est un joueur d'échecs franco-américain. Grand maître international en 1953, il représenta la France aux olympiades d'échecs de 1950 et de 1972 ; et les États-Unis aux olympiades de 1958, 1960 et 1966.

BiographieModifier

Son père, Spiridon (Spiro) Rossolimo, est un peintre russe de renom, d'origine grecque. Sa mère, Xénia, née Skougarevsky (en russe : Ксения Николаевна Скугаревская – Xénia Nikolaïevna Skougarevskaïa), est une aristocrate russe. Son enfance se passe à Kiev, où il apprend à jouer aux échecs à l’âge de sept ans, et à Moscou. Les troubles de la révolution d'Octobre séparent ses parents : son père émigre aux États-Unis. Avec sa mère et son frère, il quitte l'Union soviétique grâce à un passeport grec et arrive en France en 1929.

Il remporte ses premiers grands succès aux échecs dans des tournois parisiens : en 1938, il termine deuxième derrière José Raúl Capablanca, un ancien champion du monde ; en 1939, il gagne devant Xavier Tartakover. Après la Seconde Guerre mondiale, il reçoit la nationalité française et devient joueur d'échecs professionnel. En 1948, il gagne le championnat de France, ainsi que le tournoi de Hastings. Au cours des années suivantes, il continue sa série de succès par des premières places : à Southsea en 1949, devant Luděk Pachman, et à Gijón en 1950. À l'Olympiade d'échecs de 1950, il joue pour la France au second échiquier derrière Tartakover, contre qui il avait auparavant réussi à faire match nul à deux reprises : en 1948 avec +1 -1 =8, en 1949 avec +5 -5.

En 1953, il devient grand maître international. En 1952, il émigre aux États-Unis où il gagne sa vie comme garçon, chauffeur de taxi et entraîneur d'échecs. Son Rossolimo Chess Studio à Greenwich Village à Manhattan était considéré comme le lieu de rencontre préféré des intellectuels, entre autres on y voyait Marcel Duchamp. En outre, Rossolimo a vendu un disque autoproduit et consacré au folklore russe, avec aussi plusieurs chansons en français et en anglais.

En 1955, il gagne à Long Beach le championnat d'échecs open des États-Unis devant Samuel Reshevsky. Il représente les États-Unis aux Olympiades d'échecs en 1958, en 1960 et en 1966. Cependant, il lui arrive encore de vivre occasionnellement en France, pays pour lequel il dispute en 1972 sa dernière Olympiade d'échecs à Skopje en Yougoslavie.

Son meilleur classement Elo a été estimé à 2 663, atteint en décembre 1951[1],[note 1].

Il était marié à Véra (née Boudakovitch), une aristocrate russe qui émigra en France à l’âge de dix ans, et en eut un fils, Alexandre (en). À côté des échecs, il pratiquait aussi le judo et alla jusqu'à la ceinture marron.

Nicolas Rossolimo est l’auteur de deux livres : Les Échecs au coin du feu, un recueil de ses études et fins de parties avec une préface de Tartakover, publié à Paris in 1947 ; et Rossolimo’s Brilliancy Prizes auto-publié à New York en 1970. Il a également enregistré un disque de chansons en russe, français et anglais, avec une pochette dessinée par son ami Marcel Duchamp[2].

Il meurt à New York des suites d'une chute dans les escaliers.

Une variante de la défense sicilienne, l'attaque Rossolimo, porte son nom : 1. e4 c5 2. Cf3 Cc6 3. Fb5. Elle est encore employée aujourd'hui au plus haut niveau[3].

PalmarèsModifier

Championnats de ParisModifier

Avant 1940, dans les championnats de Paris, une victoire rapportait 3 points, une nulle deux points, une défaite un point et un forfait zéro point. Rossolimo remporta six titres en sept participations, puis se consacra à sa carrière internationale à partir de 1950.

Championnats de Paris
Année + = Points Place
1932 33 / 39 2
1933 12 0 2 36 / 42 1
1935 12 2 3 44 / 51 1
1936 13 0 3 45 / 48 1
1947 9 / 10 1
1948 8 0 1 8,5 / 9 1
1949 6 0 1 6,5 / 7 1

Tournois individuelsModifier

Année Lieu Tournoi + = Points Place
1937 Paris Exposition internationale de Paris 1
1938 Tournoi international 6 1 3 7,5 / 10 2
1939 Tournoi international 9 0 5 11,5 / 14 1
1947 Hilversum Tournoi zonal 5 5 3 6,5 / 13 7-8
Tournoi international (groupe B) 6 0 1 6,5 / 7 1
Rouen Championnat de France 5 2 2 6 / 9 2-4
1948 Beverwijk 10e Tournoi Hoogoven 3 2 4 5 / 9 3-4
Paris Championnat de France 5 0 2 6,5 / 8 1
Bad Gastein Tournoi international 12 2 5 14,5 / 19 2-3
1948-1949 Hastings Tournoi de Hastings 4 0 5 6,5 / 9 1
1949 Southsea 1949 1er Mémorial Stevenson 8 0 2 9 / 10 1
Heidelberg 4 1 4 6 / 9 2
Trenčianske Teplice Mémorial Réti 9 4 6 12 / 19 4-5
Oldenbourg 8 2 7 11,5 / 17 3-4
Gijón 1949 9 0 2 10 / 11 1
Venise 1949 8 2 5 10,5 / 15 2
1949-1950 Hastings Tournoi de Hastings 6 0 3 7,5 / 9 2
1950 Beverwijk 12e Tournoi Hoogoven 4 1 4 6 / 9 2-3
Mar del Plata Tournoi de Mar del Plata 5 3 9 9,5 / 17 8
Gijón 1950 Tournoi international 7 1 3 8,5/ 11 1
Venise 1950 Tournoi international 7 2 6 10 / 15 3
Amsterdam Tournoi international 5 2 12 11 / 19 8
1950-1951 Hastings Tournoi de Hastings 5 1 3 6,5 / 9 2-3
1951 Beverwijk 13e Tournoi Hoogoven 2 1 6 5 / 9 5-6
Reykjavik 7,5 / 9 1
Dortmund 3 2 6 6 / 11 5-6
Southsea 1951 3e Mémorial Stevenson 6 0 4 8 / 12 1-2
Berga 9 2 2 10 / 13 3-4
Bilbao 9 0 0 9 / 9 1
La Corogne 5 0 3 6,5 / 8 1
Vitoria 6 0 1 6,5 / 7 1
Mémorial Howard Staunton
(Cheltenham - Lemington Spa - Birmingham)
4 2 9 8,5 / 15 5-8
1952 La Havane Mémorial Capablanca 9 4 7 12,5 / 20 6
Paris 9 / 11 1
1953 Beverwijk 15e Tournoi Hoogoven 7 0 4 9 / 11 1
Mont-Pèlerin
sur Vevey (Suisse)
Tournoi Clare Benedict 3 0 2 4 / 5 1-2[note 2]
Ploča 4 / 5 1-2[note 3]
Sarre Tournoi international / 1
Milwaukee Championnat open des États-Unis 9,5 / 13 3-8
1954 Hollywood Championnat panaméricain 10,5 / 14 3-4
New York Championnat des États-Unis
et tournoi zonal
3 2 8 7 / 13 6-7
La Nouvelle-Orléans Championnat open des États-Unis 6 2 4 8 / 12 8
1955 Long Beach Championnat open des États-Unis 8 0 4 10 / 12 1
1956 Washington Eastern States Open 5,5 / 7 2-5
1957 Tarragone Tournoi international 6 1 2 7 / 9 2
Madrid Tournoi international 3 2 6 6 / 11 7
1965 New York Championnat des États-Unis[4]
et tournoi zonal
4 3 4 6 / 11 6
1967 Washington Eastern Open 7 0 2 8 / 9 1
Porto Rico Championnat open de Porto Rico 5 0 2 6 / 7 1
1968 Malaga Tournoi de la Costa del Sol 1 1 9 5,5 / 11 6-9
1969 Monte-Carlo Tournoi international 2 2 7 5,5 / 11 7
Vršac Mémorial Kostic 5 3 7 8,5 / 15 6-8
1975 New York World Open (en) 7 1 1 7,5 / 9 3

MatchsModifier

Année Lieu Match Adversaire + = Parties Résultat
1947 Bruxelles Belgique-France Robert Lemaire 2 0 0 2 gagné
1947 Paris France-Tchécoslovaquie Jan Foltys 2 0 0 2 gagné
1948 Paris France-Belgique Arthur Dunkleblum 1 0 1 2 gagné
1948 Paris Xavier Tartakover 1 1 10 12 match nul
1949 Paris Xavier Tartakover 5 5 0 10 match nul
1952 New York Arthur Bisguier 1 0 1 2 gagné

OlympiadesModifier

Année Lieu Tournoi Équipe + = Points Échiquier Classement
individuel
Classement
par équipe
1950 Dubrovnik 9e Olympiade d'échecs France 7 1 4 9 / 12 2e échiquier 2[note 4] 9
1958 Munich 13e Olympiade d'échecs États-Unis 6 1 8 10 / 15 2e réserve 3[note 4] 4
1960 Leipzig 14e Olympiade d'échecs États-Unis 2 1 3 3,5 / 6 1re réserve 2
1966 La Havane 17e Olympiade d'échecs États-Unis 5 1 4 7 / 10 1re réserve 2
1972 Skopje 20e Olympiade d'échecs France 7 6 4 9 / 17 1er échiquier 27 48

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Il s'agit d'une estimation, le classement Elo n'ayant été mis en place qu'en 1971
  2. ex æquo avec Max Euwe.
  3. ex æquo avec Max Euwe.
  4. a et b Résultat individuel

RéférencesModifier

  1. Estimation du classement Elo de Nicolas Rossolimo par Jeff Sonas sur Chessmetrics
  2. (en) « Nicolas Rossolimo Dies », Chess Life & Review, vol. XXX, no 9,‎ , p. 571
  3. Victor Bologan, The Rossolimo Sicilian: A Powerful Anti-Sicilian that Avoids Tons of Theory, New In Chess, 2011, (ISBN 978-9056913458), 256 pages
  4. Championnat des États-Unis 1965 sur le site de Grame.

Liens externesModifier