Ouvrir le menu principal

Le Mont-Pèlerin
Le Mont-Pèlerin
L'église Saint-Joseph
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
District Riviera-Pays-d'Enhaut
Commune Chardonne
Géographie
Coordonnées 46° 28′ 56″ nord, 6° 49′ 53″ est
Altitude 810 m
Divers
Langue français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Le Mont-Pèlerin

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Le Mont-Pèlerin

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Le Mont-Pèlerin
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Le Mont-Pèlerin est une localité suisse de la commune de Chardonne dans le canton de Vaud. Elle tire son nom du sommet avoisinant, le mont Pèlerin.

AccèsModifier

Le funiculaire Vevey – Chardonne – Mont Pèlerin, inauguré en 1900, relie Vevey à la station de Mont-Pèlerin à 810 mètres d'altitude.

HistoireModifier

HôtelsModifier

 
Les grands hôtels du Mont-Pèlerin vu de Vevey en 1912.

Au XVIIIe siècle déjà, le Mont-Pèlerin attira de nombreux écrivains pour ses paysages. Durant l'essor de l'industrie touristique en Suisse à la fin du XIXe et au début du XXe siècle la région se dota de grands hôtels attirant les européens fortunés et la haute société, notamment à Montreux, Vevey et Chexbres. Avec l'ouverture du funiculaire Vevey – Chardonne – Mont Pèlerin en 1900 Le Mont-Pèlerin devient un lieu de villégiature prisé et cinq grands hôtels sont ouverts entre 1902 et 1910[3].

Le premier d'entre eux, l'hôtel Belvédère, ouvre en 1902. Il appartient alors à la Société anonyme du Belvédère. Il est démoli à la fin des années quarante.

L'hôtel des Alpes, attesté dès 1904 et démoli durant les années cinquante, était la propriété de Marc Baud, tenancier de la pension Bois-Bougy à Nyon[3].

La construction du Grand Hôtel du Mont Pélerin débute en 1903. Durant les travaux en 1904, un incendie l'endommage[3]. Ouvert en 1905, il est transformé en maison de retraite (La Maison du Pèlerin) dès 1957.

L'hôtel Le Mirador, dernier hôtel en activité, est issu de la transformation dans les années cinquante de la maison de repos Mon Repos ouverte en 1910[3]. En 1906 est érigé le Pèlerin Palace Hôtel, il ouvre en 1907. En 1923 l'hôtel est racheté par une famille, qui l'exploita pendant cinq générations, et devient l'Hôtel du Parc. Il est racheté en 2008 par une société pour en faire des appartements de luxe[4].

Ces hôtels étaient alimentés par un réseau d'eau privé géré par la Société immobilière du Mont-Pèlerin. Dès 1905, le réseau reçoit l'eau de la Ville de Lausanne, en provenance des Avants[5]

En 1947 le sommet et le village ont donné leur nom à la Société du Mont Pèlerin, club promouvant le libéralisme économique et qui s'y réunit chaque année à l'hôtel Le Mirador. Elle fut fondée par Friedrich Hayek et accueillit des grands penseurs libéraux, au premier rang desquels Milton Friedman.

ReligionModifier

Les chapelles protestantes de Baumaroche, au Mont-Pèlerin, et de Paully, aux Monts de Chardonne entre le village et le sommet, appartiennent à la Paroisse de Chardonne - Jongny. La chapelle Saint-Joseph, construite en 1934, est rattachée à la Paroisse Saint-Jean de Vevey depuis 1986.

Le monastère et centre d'étude du bouddhisme tibétain Rabten Choeling y a été fondé par Guéshé Rabten Rinpotché en 1977.

RéférencesModifier

  1. « Population résidante permanente au 31 décembre, nouvelle définition, Vaud », sur Statistiques Vaud (consulté le 25 juillet 2019)
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. a b c et d Lüthi, Dave, « Lavaux-Palace », Revue historique vaudoise, vol. 114,‎ , p. 181-193 (lire en ligne).
  4. Héritage, du-parc.ch.
  5. Lüthi, Dave, « Lavaux-Palace », Revue historique vaudoise, vol. 114,‎ , p. 181-193 (lire en ligne).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier