Needien

Équivalences Interglaciaire Mindel-Riss
Holsteinien
Hoxnien (en)
Masovien I
Inter Elster-Saale
Stratotype initial Drapeau des Pays-Bas, colline de Neede
Stratotype courant Needse Berg (nl), localité de Neede
Niveau Sous-étage

Stratigraphie

DébutFin
Fossiles stratigraphiques Viviparus diluvianus ; Parafossarulus crassitesta (en) ; Cerf élaphe ; Hydrontin ; Rhinocéros de Merck ; Trogontherium cuvieri
Lithologies notables Formation lithostratigraphique de Kreftenheye (Formatie van Kreftenheye (nl)), formation d'Urk (nl)

Faune et flore

Description de cette image, également commentée ci-après
Représentation d'un Dicerorhinus mercki


Le Needien est un terme stratigraphique ayant été utilisé pour définir un niveau géologique néerlandais. Ce niveau, qui fait partie de l'étage géologique du Pléistocène moyen, est précédé par le Drenthien (nl) et remplacé par le Taxandrien (nl). Son stratotype a été déterminé d'après les argiles contenues dans une carrière de Needse Berg, un site localisé dans le village de Neede, commune de Berkelland, province Gueldre. Ces gisements comportent notamment des fossiles de Viviparus diluvianus et d'autres espèces de mollusques éteintes telles que la Parafossarulus crassitesta.

Le Needien, qui désigne l'une des périodes interglaciaires du Quaternaire aux Pays-Bas est corrélé avec l'Holsteinien et l'Hoxnien.

Le terme Needien, employé pour la première fois en 1950, est aujourd'hui obsolète.

HistoriqueModifier

 
Le site de Needse Berg dans les années 1930.

Le terme Needien désigne à l'origine des couches d'argile comportant de nombreux spécimens fossilisés de Viviparus diluvianus — un genre d'escargot d'eau douce — qui ont été fouillés sur le site de Needse Berg, près de localité de Neede (commune de Berkelland, province de Gueldre pendant la première moitié du XXe siècle. Cette argile contenait, outre une faune de mollusques interglaciaires, des restes de taxons mammaliens et floraux[1].

Ce terme a pour la première fois été utilisé en 1948, par le paléontologue et géologue Isaak Martinus van der Vlerk (nl)[2], langue néerlandaise, puis en 1950, en anglais[3],[1],[4]. En 1953, un diagramme pollinique, rapport effectué à partir de la carrière Ten Bokkel Huinink dans le Needse Berg, a permis d'établir une référence stratotype du Needien[5],[6],[7],[1],[4].

Ultérieurement, en 1957, Needien a été corrélé avec l'Holsteinien[8]. Depuis lors, hormis son emploi par quelques spécialistes en 1972 et en 1979 par les géologues et paléontologues Miklós Kretzoi et M. Pésci, le terme géologique désignant le « Needien » est tombé en désuétude et a été remplacé par les termes de l'Holsteinien et de l'Hoxinien[1],[9]. La détermination de l'âge stratigraphique précis du Needien n'a toujours pas été établi avec certitude[10],[11],[12].

Climat et périodeModifier

ClimatModifier

 
Températures depuis 450 000 ans

Le Needien est caractérisé par un climat « chaud ». Sa période s'échelonne sur l'avant-dernière des périodes interglaciaires précédent celle de l'Holocène[13],[14],[12]. Pour M. Van Campo et Henri Elhaï : « Les interglaciaires sont par définition au moins aussi chauds que la période actuelle, ils sont caractérisés par un optimum climatique précédé d'une amélioration climatique à partir d'un glaciaire et suivi d'une dégradation climatique jusqu'au glaciaire suivant[13] ».

PériodeModifier

Le niveau du Needien est corrélé avec l'Holsteinien (équivalent nordique de l'interglaciaire de Mindel-Riss)[14],[15] — dont l'époque est comprise entre environ −41 000 et −37 000 années[16],[Note 1].

Le Needien est également géologiquement corrélé avec l'Hoxnien (en) — une période interglaciaire établie par rapport à un stratotype situé au sein du village d'Hoxne, dans le Suffolk —[12], l'« Inter Elster-Saale »[18],[19],[20], le « Likvhin-Dniepr » — ou Likvhine, défini en Russie — et le Masovien I, subdivision définie en Pologne[Note 2],[24],[25].

Le Needien, qui s'inscrit au sein de l'étage géologique du Pléistocène moyen, est précédé par la subdivision du Drenthien (nl) et est remplacé par celle du Taxandrien (nl)[Note 3],[27],[6],[28],[29],[4]. D'autre part, les couches stratigraphiques formant la phase du Needien se trouvent à des profondeurs comprises entre 12 et 20 m par rapport au référentiel NAP[6].

Tableau de séquence stratigraphique du Pléistocène proposé par van der Vlerk et F. Forschlütz en 1950[30],[31],[32],[33]
Subdivisions lithostratigraphiques Équivalent alpin Équivalent nordique Climat Chronologie isotopique Biozone des mammifères[34],[35]
Tubantien Würmien Weichsélien Froid SIO 4-2 ou SIO 5d-2 MNQ 26
Éémien Interglaciaire Riss-Würm Éémien Chaud SIO 5e MNQ 25
Drenthien Saalien Glaciation de Riss Froid SIO 10-6 ou SIO 8-6 MNQ 22-24
Needien Interglaciaire Mindel-Riss Holsteinien Chaud SIO 11 MNQ 22
Taxandrien Glaciation de Mindel Elstérien (ou « Günz II ») Froid SIO 10 ou SIO 12 MNQ 22
Cromérien Interglaciaire de Günz I et II Cromérien Chaud SIO 22-13 MNQ 21
Ménapien[Note 4] Glaciation de Günz Ménapien et Bavélien Froid SIO 20-16 ou SIO 31-23 MNQ 20
Waalien Interglaciaire Donau-Günz Waalien Chaud MNQ 19
- Glaciation de Donau Éburonien Froid SIO 28-26
Tiglien Interglaciaire Biber-Donau Tiglien Chaud
Amstélien (nl) Glaciation de Biber Prétiglien Froid SIO 68-66 ou SIO 50-40 MNQ 18

Aire de répartition, faciès géologique et formations lithostratigraphiquesModifier

 
Aire de distribution de la formation lithostratigraphique de Kreftenheye.
 
Formation lithostratigraphique d'Urk

Le Needien comprend plus de faciès que ceux qui sont actuellement inventoriés et répertoriés parmi les dépôts néerlandais de l'Holsteinien. Il comprend d'une part les dépôts de sédiments marino-estuariens de la partie sud-ouest des Pays-Bas, actuellement considérés comme faisant partie de la formation lithostratigraphique de Kreftenheye (Formatie van Kreftenheye (nl))[10]. Dans les années 1940 et 1950, ces dépôts ont été appelés « Hoogterras in mariene facies » (ou haute terrasse en faciès marin[10],[38],[39],[40]. D'autre part, le Needien comprend également les dépôts d'estuaires marins du nord des Pays-Bas qui sont actuellement comptés parmi l'interglaciaire de Noardburgum, soit le quatrième étage de la période du Cromérien[1],[41],[42].

Incidemment, ces deux dépôts fluvio-interglaciaires révèlent une nature stratigraphique complexe et contiennent presque certainement plusieurs cycles glaciaires-interglaciaires. La stratigraphie des deux gisements est sujette à controverse et il reste possible qu'ils soient encore en partie corrélés avec le « Needien »[1],[43].

D'autres gisements géologiques du Needien ont été identifiés dans la formation d'Urk (nl) — comprenant en particulier des couches stratigraphiques de l'ancienne île de Schokland[6] —, mais également dans celle de Maastricht-Belvédère[44], de Beilen, à Wageningue, au sein de la région naturelle de Fransche Kamp (nl) et de la formation lithostratigraphique de Veghel — formation lithostratigraphique située au-dessus de la Meuse —[45],[1],[46],[Note 5].

Des sites ayant fait l'objet de sondages archéologiques durant les années 1940 début des années 1950 et localisés à Elst Hengelo, deux localités de la province de Gueldre, ont révélé des gisements attribués au Needien[49].

FauneModifier

Les mollusques sont parmi les spécimens fauniques les plus nombreux contenus dans la couche argileuse de la colline de Neede. Ce type de faune est principalement caractérisé par une forte proportion d'espèces fluviales, dont certaines ont disparu ou ne vivent plus en Europe occidentale. Les plus importants ayant été mis en évidence sont : le Viviparus diluvianus (Linné, 1758) ; le Parafossarulus crassitesta (en) (famille des Bithyniidae) ; la Bithynia troscheli ; la Belgrandia marginata (nl) ; le Discus ruderatus (nl) (Studer, 1820) ; Vitrinobranchium breve (Férussac, 1821) ; et la Pisidium clessini (en)[50],[1],[51],[52]. Peu de fossiles de mammifères ont été trouvés, mais ils sont d'importants marqueurs biostratigraphiques. Parmi les spécimens de fossiles mammaliens, les gisements du Needien contiennent, entre autres, des ossements de Trogontherium cuvieri, d'Arvicola terrestris cantiana, d'Arvicola bactonensis, d'Arvicola greeni, de Elephas antiquus (ou Hesperoloxodon antiquus[53]), de gros bovidé — dont une phalange appartenant à une espèce indéterminée —, de Dicerorhinus etruscus — fossile exhumé en 1956[54] —, et de Dicerorhinus mercki[1],[51],[52]. En outre, les gisements sédimentaires du Needien ont également délivré des restes de Cyprinidae[52].

Faune malacologiqueModifier

Un inventaire conchyologique et paléo-macologique des différents spécimens de mollusques mis en évidence au sein des sédiments argileux de Needse Berg a été établi par Tom Meijer en 1972[55] :

Faune malacologique inventoriée dans les sédiments argileux de Needse Berg.
Nom binominal du taxon Nom vernaculaire Nombre de fossiles identifiés Nombre d'individus retrouvés entiers Illustration de spécimen
Spécimens de Belgrandia (en) Belgrandie[56] 18 1
Viviparus diluvianus - 48 2  
Valvata naticina - 23 19  
Valvata piscinalis (en) Valvée porte-plumet[57] 3 -  
Lithoglyphus naticoides (en) Hydrobie du Danube[58] - 1  
Bithynia tentaculata (en) Bithynie commune[59] 91 opercules 2  
Bithynia leachii (en) Bithynie nordique[60] 2 opercules -  
Spécimens de Galba Galba 1 -  
Spécimens de Succinea - 10 -  
Spécimens de Limacidae - 9 -  
Spécimens de Zonitidae - 3 2  
Spécimens d'Helicidae - 5 -  
Spécimens d'Unio - 335 -  
Spécimens de Sphaerium - 36 -  
Pisidium amnicum (en) Pisidie de vase[61] 5 -  
Pisidium henslowanum (en) ou Euglesa henslowana Pisidie des gardons[62],[63] 8 -  
Pisidium moitessierianum (en) ou Odhneripisidium moitessierianum Pisidie des rivières[64],[65] 1 -  
Pisidium nitidum (en) ou Euglesa nitida Pisidie ubique[66] 2 -  

Faune mammalienneModifier

Plusieurs fossiles de taxons mammaliens ont été mis en évidence sur le site de Needse Berg du début du XXe siècle jusqu'à la fin des années 1980. Les spécimens inventoriés sont les suivants[1],[52],[4],[Note 6] :

Faune mammalienne inventoriée dans les argiles de Needse Berg.
Nom binominal du taxon Nom vernaculaire Type de fossiles identifiés Illustration
Cervus elaphus Cerf elaphe Astragale, phalange  
Dicerorhinus mercki Rhinocéros de Merck prémolaires  
Elephas antiquus ou Hesperoloxodon antiquus[51],[53] Éléphant à défenses droites fragments de défense  
Trogontherium cuvieri - Mandibules  
Ursus arctos arctos Ours brun européen fémur  
Equus hydruntinus Hydrontin Métatarse et prémolaire  
Megaloceros giganteus Megaloros -  
Apodemus Mulots -  
Clethrionomys glareolus Campagnol roussâtre -  
Mammuthus primigenius Mammouth laineux Molaire  
Arvicola terrestris Campagnol terrestre -  
Mammuthus meridionalis Mammouth méridional Molaire  

FloreModifier

Des spores fossilisées et d'autres résidus de plantes fossiles ont été répertoriés. Des analyses paléobotaniques ont permis d'identifier des spécimens d'euryale, de vitis vinifera, et de pyrus. Des macrospores ont été également mis en évidence, notamment celles appartenant à des spécimens de fougère aquatique, l'Azolla tegeliensis[Note 7] et l'Azolla filiculoides[70],[Note 8],[6]. Pour obtenir un diagramme pollinique du Needien, deux carottages ont été pratiqués dans la zone est du Noordoostpolder. La première carotte a été réalisée sur la parcelle Q28, à une profondeur de 17.50 à 20,70 m et la seconde a été forée sur la parcelle S20, à une profondeur allant de 13.10 à 16 m[6]. Le diagramme pollinique établi le par F. Forschütz fait état d'une dominante de spécimens d'alnus et de pinus. En outre, le spectre pollinique a mis en évidence la présence de résidus de chênaies mixte à un taux de 10 %. Cette recherche paléopalynologique a également permis de révéler la présence de microspores de Selaginella selaginoides[6],[Note 9].

Diagramme pollinique déterminé d'après les restes retrouvés dans la parcelle S20[6]

Composition sédimentaire et minéralogiqueModifier

L'analyse des gisements du Needien révèle des couches sédimentaires essentiellement composées d'argile, de sables et de tourbes. Les sables du Needien, dont les couches s'inscrivent entre ou sous les couches argileuses et de tourbes, comportent plusieurs gisements minéralogiques. Les espèces minérales et les types de roches inventoriées et répertoriées dans les dépôts de sables du Needien contenues dans la parcelle Q28 — site foré dans la partie orientale de Noordoostpolder — sont les suivantes[6] :

Minéraux et roches inventoriées dans les sables du Needien.
Nom du minéral ou de la roche Nombre d'occurrences Illustration Nom du minéral ou de la roche Nombre d'occurrences Illustration
Tourmaline 73   Topaze 1  
Zircon 49   Epidote 273  
Grenat 234   Saussurite et Altérite 441  
Rutile 13   Hornblende 183  
Staurolite 38   Augite 8  
Disthène 24   Hypersthène 4  
Andalousite 13   Titanite 5  
Sillimanite 8   Hornblende basaltique[Note 10] 9  

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Au cours de cette période, dans l'Antarctique, la concentration en CO2 dans l’atmosphère s'échelonne entre un maximum d'environ 280 ppm/L et un minimum de 200 ppm/L, tandis que les températures oscillent entre une valeur maximale de °C et une valeur minimale de −6 °C[16]. Durant l'Holsteinien, le rapport entre l'isotope 18O sur celui de l'16O présente un taux globalement supérieur une moyenne de 1. En termes de géologie isotopique et de paléoclimatologie, le Needien, corrélé avec l'Hosteinien, correspond au stade isotopique no 11[17].
  2. Cette subdivision, le Masovien I, notamment mis en évidence au sein des schistes bitumeux interglaciaires de Pologne méridionale[21],[22] et dont l'âge est daté entre environ 440 000 et 370 000 années AP, est également connue sous les termes d'« Interglaciaire Masovien ». Des gisements géologiques appartenant à cette époque interglaciaire ont été mis en évidence dans les sous-sols de localités polonaises telles que Barkowice Mokre, à Olszewice, à Bełdna et ainsi que dans les schistes bitumeux du sous-sol de Sławna (pl), en Ukraine[23],[22].
  3. Cette période trouve son « équivalent » avec le Cromérien[26].
  4. La biostratigraphie de la subdivision du Ménapien, comme celles de toutes les couches stratigraphiques appartenant au Pléistocène inférieur identifiées et répertoriées aux Pays-Bas — Cromérien, Bavélien, Waalien, Eburonien, Tiglien, Prétéglien et Reuvérien —, ont été, dans un premier temps, établies par I. M. Van der Vlerk et F. Florschütz, en 1950 et 1953, puis via les analyses paléopalynologiques de Waldo Zagwijn[36] dans les années 1950 jusqu'à la fin des années 1990[37].
  5. Au début des années 1960, les replats dans lesquels s’inscrivent les vallées de l'Escaut et de la Lys ont été datés de « l'âge du Needien ou plus ancien »[47]. De même, en 1962, des sédiments à caractère tourbeux, retrouvés aux environs de Bruges, à 42 km en direction du sud-ouest, ont été également attribués à la période du Needien[48].
  6. Néanmoins, d'après le biostratigraphiste, paléoarchéologue et paléozoologiste Thijs van Kolfschoten[67] objecte que, compte tenu de leur biozonations, seules les espèces de Sorex araneus, et de rongeurs — tels que les Trogontherium cuvieri, Clethnonomys glareolus, d'Arvicola terrestris et de mulots —, mais également de Perissodactylae — comme les spécimens d'équidés, de cerf élaphe et de Dicerorhinus mercki — peuvent corréler, avec certitude, le faciès des fossiles mammaliens contenus dans les argiles du Needse Berg[1].
  7. Il s'agit d'une espèce éteinte. Des macrospores de cette fougère aquatique, également appelée Azolla tegeliensis Florschütz ont été pour la première fois découvertes dans les années 1950 au sein de couches stratigraphiques datées Pléistocène inférieur, à Great Blakenham (en), dans le Suffolk[68],[69].
  8. Toutefois, le micropaléontologue et paléobotaniste Rogier Vanhoorne remarque que les macrospores d'Azolla filiculoides ont été également mis en évidence dans les couches stratigraphiques datant du Taxandrien et dans celles attribuées au Tiglien[70].
  9. Les analyses palynologiques ont montré que seules 17 % des essences exotiques poussant aux Pays-Bas durant le Tertiaire — à l'exemple des spécimens de liquidambars, de liriodendrons, de pseudolarix ou encore de taxodia — sont encore présentes à l'époque du Needien[13].
  10. Cette espèce minérale est également connue sous les termes de black hornblende (ou hornblende noire) ; de Lamprobolite et de Oxyhornblende[71]. Cette espèce minérale appartient à la famille des amphiboles[72].

RéférencesModifier

  1. a b c d e f g h i j et k (en) Thijs van Kolfschoten, « The evolution of the mammal fauna in the Netherlands and the middle Rhine area (West Germany) during the Late Middle Pleistocene », Mededelingen Rijks Geologische Dienst,‎ (lire en ligne).
  2. van der Vlerk et Kuenen 1948.
  3. van der Vlerk 1950.
  4. a b c et d (nl) G. Kortenbout van der Sluijs, « De olifanten uit het Pleistoceen van Nederland », Leidse Geologische Mededelingen, Leiden, Rijksmuseum van Geologie en Mineralogie, vol. 20,‎ , p. 135-141 (lire en ligne [PDF], consulté le 14 février 2018).
  5. van der Vlerk et Florschütz 1953.
  6. a b c d e f g h et i (nl) A. J. Wiggers (dir.), « Pleistocène Sedimentatie, Erosie en Reliefonttwikkeling », dans A. J. Wiggers, De Wording van het Noordoostpoldergebied een onderzoek naar de Physisch-Geografische ontwikkeling van een Sedimentair gebied, (lire en ligne [PDF]).
  7. (en) Wim Westerhoff, Stratigraphy and sedimentary evolution The lower Rhine-Meuse system during the Late Pliocene and Early Pleistocene (southern North Sea Basin), TNO Built Environment and Geosciences – Geological Survey of the Netherlands, (lire en ligne [PDF]), page 23.
  8. de Jong 1957.
  9. (en) Thijs van Kolfschoten, « Review of the Pleistocene arvicolid faunas from the Netherlands », dans Fejfar. O. et Heinrich, W.D. (directeurs de publication), In International symposium : evolution, phylogeny and biostratigraphy of arvicolids (Rodentia, Mammalia) - Rohanov (Czechoslovakia) May 1987: Geological Survey, Prague, Munich, (lire en ligne), pages 259 à fin chapitre.
  10. a b et c (nl) J.S.-v.B., « Geologisch Natuurpad op de Needse Berg », Gea, no 3,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 10 février 2018).
  11. (nl) Harm Jan Pierik, Freek Busschers, Aleid Bosch et Kim M. Cohen, « Geologie van Needse Berg », Grondboor & Hamer, no 3,‎ (lire en ligne, consulté le 13 février 2018).
  12. a b et c A. Bonte (dir.) et J. de Heinzelin (dir.), « Compte rendu de la session extraordinaire de la Société géologique de Belgique et de la Société belge de géologie, de paléontologie et d'hydrologie dans le Boulonnais du 8 au  », bulletins de Société géologique de Belgique,‎ , pages 284, 285 (note 1) et 287 (lire en ligne [PDF], consulté le 10 février 2018).
  13. a b et c M. Van Campo et Henri Elhaï, « Intérêt géographique des analyses polliniques. », Annales de Géographie, t. 69, no 374,‎ , page 349 (DOI 10.3406/geo.1960.14680, lire en ligne, consulté le 14 février 2018).
  14. a et b (nl) H.J.A. Berendsen, De vorming van het land, Uitgeverij Van Gorcum, , 410 p. (lire en ligne).
  15. (de) Günther von der Brelie, « Die pollenstratigraphische Gliederung des Pleistozäns in Nordwestdeutschland », Journal of Quaternary Science, vol. 6, no 1,‎ , page 36 (lire en ligne [PDF], consulté le 30 décembre 2017).
  16. a et b (nl) H.J.A. Berendsen, « Kwatair ; Pleistoceen voor Saalien », dans H. J. A. Berendsen, De vorming van het land, Uitgeverij Van Gorcum, , 410 p. (lire en ligne).
  17. (nl) F.J. de Mulder (dir.), Mark C. Geluk (dir.), Ipo L. Ritsema (dir.), Wim E. Westerhoff (dir.), Theo E. Wong (dir.) et al., « 4 - Het Kwartair : 4.3 - Midden-Pleistoceen », dans F.J. de Mulder, Mark C. Geluk, Ipo L. Ritsema, Wim E. Westerhoff et Theo E. Wong et alii., De ondergrond van Nederland, Wolters-Noordhoff bv Groningen/Houten, The Netherlands, (ISBN 90 01 60514 1, lire en ligne [PDF]).
  18. André Guilcher, « Chronique océanographique. », Norois, no 13,‎ , page 105 (lire en ligne, consulté le 13 février 2018).
  19. (en) R. G. West, « The occurrence of Azolla in British Interglacial Deposits », New Physiologist, vol. 52, no 3,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 13 février 2018).
  20. (de) Günther von der Brelie, « 2. Die Pollenstratigraphie im jüngeren Pleistozän », dans Günther von der Brelie, Die pollenstratigraphische Gliederung des Pleistozäns in Nordwestdeutschland, vol. 6, (lire en ligne [PDF]), page 36.
  21. Jean Gaudant, « L'ichthyofaune tiglienne de Tegelen (Pays- Bas) : signification paléoécologique et paléoclimatique », Scripta Geologica, vol. 50,‎ , page 9 (lire en ligne [PDF], consulté le 15 février 2018).
  22. a et b (pl) Janina Łyczewska, « Integlacjalne Łupki Bitumiczne jako Przejawy migracji bitunów - Interglacial Bituminous Shales in Poland as a symptom of Migration », Annales de la Société Géologique de Pologne, Société Géologique de Pologne, vol. XXXVI, no 4,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 16 février 2018).
  23. Janusz Krzysztof Kozłowski, Stefan Karol Kozłowski et Jolanta Kamińska, « Cadre géochronologique et paléoenvironnemental », dans Janusz Krzysztof Kozłowski, Stefan Karol Kozłowski et Jolanta Kamińska, Le Paléolithique en Pologne, Editions Jérôme Millon, , 239 p. (lire en ligne), page 23.
  24. (no) A. L. Backman, « Najas minor all. in Europa einzt und jetzt », Acta botanica Fennica, Helsinki, Societas pro Fauna et Flora Fennica, no 48,‎ , page 7 (ISSN 0001-5369, lire en ligne [PDF], consulté le 12 février 2018).
  25. Yves Guillien, « La couverture végétale de l'Europe pléistocène. », Annales de Géographie, t. 64, no 344,‎ , page 251 (DOI 10.3406/geo.1955.14794, lire en ligne, consulté le 15 février 2018).
  26. (en) W. A. Berggren (dir.) et J. A. van Couvering (dir.), The Late Neogene : Biostratigraphy, geochronology, and paleoclimatology of the last 15 million years in marine and continental sequences, Elsevier, , 213 p. (lire en ligne), page 116.
  27. (nl) IR. D. van Diepen, De Bodem van Noord-Brabant, (lire en ligne [PDF]), page 7.
  28. Claude Guérin, « Première biozonation du Pléistocène Européen, principal résultat biostratigraphique de l'étude des Rhinocerotidae (Mammalia, Perissodactyla) du Miocène terminal au Pléistocène supérieur d'Europe Occidentale », Géobios, vol. 15, no 4,‎ , p. 593-598 (DOI 10.1016/S0016-6995(82)80076-4, lire en ligne [PDF], consulté le 12 février 2018).
  29. (en) Wim Westerhoff, Stratigraphy and sedimentary evolution. The lower Rhine-Meuse system during the late Pliocene and Early Pleistocene., TNO, Geological Survey of the Netherlands. Utrecht-NL, (DOI 10.13140/RG.2.1.2038.2561, lire en ligne [PDF]).
  30. (en) Jürgen Ehlers, Philip Hughes et Philip L. Gibbard, « The Course of Ice Age », dans Jürgen Ehlers, Philip Hughes et Philip L. Gibbard, The Ice Age, John Wiley & Sons, , 560 p. (lire en ligne).
  31. (en) W.E. Westerhoff, A. Menkovic et F.D. de Lang, « 2 - A revised lithostratigraphy of Upper Pliocene and Lower Pleistocene fluvial deposits from Rhine, Meuse and Belgian rivers in the Netherlands », dans W.E. Westerhoff, A. Menkovic, F.D. de Lang et al., The Upper Tertiary and Quaternary lithostratigraphy of the Netherlands., (lire en ligne [PDF]), page 23.
  32. (nl) P. Schuyf, « Tertiaire en Oud-Pleistocene fossielen uit de Westerschelde », Nederlandse Geologische Vereniging, Grondboor & Hamer, vol. 2, no 15,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 17 février 2018).
  33. van der Vlerk et Florschütz 1950.
  34. Faure M et Guérin C., « La grande faune d'Europe occidentale au Pléistocène moyen et supérieur et ses potentialités d'information en préhistoire », Mémoires de la Société géologique de France, no 160,‎ , p. 77-83.
  35. MNQ (Mammifères du Néogène et Quaternaire) - Patrick Auguste, « Biochronologie et grands mammifères au Pléistocène moyen et supérieur en Europe occidentale », Quaternaire, vol. 20, no 4,‎ (lire en ligne).
  36. (en) « Waldo Zagwijn », sur le site de l'Académie royale des arts et des sciences néerlandaise (consulté le 18 février 2018).
  37. (en) Marc Drees, « An evaluation of the Early Pleistocene chronology of The Netherlands », Journal of Vertebrate Paleontology, vol. 1, no 1,‎ (lire en ligne, consulté le 18 février 2018).
  38. (nl) Joop Brower, « Eenige aanteekeningen betreffende de vermoedelijke ouderdom van de fossielen van het strand van Terheyden », Basteria, Nederlansche Malacologische Vereening, vol. 5, nos 3 et 4,‎ , p. 36—71 (lire en ligne [PDF], consulté le 14 février 2018).
  39. (nl) J. Bennema et J. Pons, « Donken, fluviatiel laagterras en Eemzee-afzettingen in het westelijk gebied van de grote rivieren », dans J. Bennema et al., Verspreide bijdragen tot de kennis van de bodem van Nederland, vol. 5, Boor en Spade, , 126-137 p. (lire en ligne [PDF]).
  40. (nl) A. Bloklander et J. Brower, « Over de fossiele mollusken uit de Westerschelde bij Ellewoudsdijk en hun mogelijk herkomst », Zoologische Mededelingen, vol. 25,‎ , p. 109-139 (lire en ligne [PDF], consulté le 14 février 2018).
  41. (nl) G. C. Maarleveld, Grindhoudende Midden-Pleistocene sedimenten, het onderzoek van deze afzettingen in Nederland en aangrenzende gebieden. Pebble-containing Middle-Pleistocene sediments in the Netherlands and adjacent areas., , 104 p. (lire en ligne [PDF]).
  42. (de) F. Florschütz et F.P. Jonker, « Über due flora des mindel-riss-interglazials in den Niederlanden », Recueil des Travaux botaniques néerlandais, vol. 39,‎ , p. 176-188 (lire en ligne [PDF], consulté le 10 février 2018).
  43. (nl) A. G . Koenderink, « Hydrobiënkalk », Inhoudsopgave Grondboor & Hamer, vol. 12, no 9,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 20 février 2018).
  44. (en) T. van Kolfschoten, W. Roebroeks et J. Vandenberghe, « The Middle and Late Pleistocene sedimentary and climatic sequence at Maastricht-Belvédère : the Type Locality of the Belvedere Interglacial Manuscript », Mededelingen Rijks Geologische Dienst, no 7,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 11 février 2018).
  45. (nl) N. V. Van der Wiel-Luyben, « Geologische », dans Van der Wiel-Luyben N. V., Bodemkaart van Schaal Nederland, Wageningue, Stichting voor Bodemkartering, (lire en ligne [PDF]), page 34.
  46. (nl) Jan Izaak Samuel Zonneveld, « Het kwartair van het Peel-gebied en de naaste omgeving : een sediment-petrologische studie », Publications de la Geografisch Instituut der Rijksuniversiteit te Utrecht,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 20 février 2018).
  47. J. De Heinzelin, « Le réseau hydrographique de la région gallo-belge au Néocène. Essai de reconstitution », Bulletin de la Société belge de Géologie, no 72,‎ , page 144, note 1 (lire en ligne [PDF], consulté le 17 février 2018).
  48. (en) J. Vandenberghe, N. Vandenberghe et F. Gullentops, « Late Pleistocene and Holocene in the neighbourhood of Brugge (Mededelingen van de Koninklijke Academie voor Wetenschappen, Letteren en Schone Kunsten van België, Klasse der Wetenschappen) Late Pleistocene and Holocene in the neighbourhood of Brugge », Mededelingen van de Koninklijke Academie voor Wetenschappen, Letteren en Schone Kunsten van België, Klasse der Wetenschappen, no 36,‎ , page 67 (lire en ligne [PDF], consulté le 18 février 2018).
  49. (nl) Izaak M. van der Klerk, « Zijn er in Pleistocene lagen van Nederland skeletresten van de mens gevonden? », Leidse Geologische Mededelingen, vol. 20,‎ , p. 195-206 (lire en ligne [PDF], consulté le 18 février 2018).
  50. (en) M. Freudenthal, T. Meijer et A. J. van der Meulen, « Preliminary report on a field campaign in the continental Pleistocene of Tegelen (The Netherlands) », Scripta Geologica, Leiden, no 34,‎ , pages 9, 11 et 12 (lire en ligne [PDF], consulté le 16 février 2018).
  51. a b et c (nl) H.J.T. Weerts, P. Cleveringa, J.H.J. Ebbing et F.D. de Lang, De lithostratigrafische indeling van Nederland – Formaties uit het Tertiair en Kwartair : Versie 2000, Nederlands Instituut voor Toegepaste Geowetenschappen TNO, (lire en ligne [PDF]), page 53, tableau no A5.
  52. a b c et d (nl) Thijs van Kolfschoten, « Bijzondere vindplaatsen : ZoogdierfossielenuitNede », Cranium, Dieren, vol. 5, no 2,‎ , p. 84-91 (lire en ligne [PDF], consulté le 10 février 2018).
  53. a et b (en) Hallam L. Movius, Jr., « A Wooden Spear of Third Interglacial Age from Lower Saxony », Southwestern Journal of Anthropology, The University of Chicago Press, vol. 6, no 2,‎ , page 139 (lire en ligne, consulté le 13 février 2018).
  54. (nl) « Westernhoven » [PDF], sur le site rvde.nl (consulté le 10 février 2018).
  55. (nl) Tom Meijer, « Enkele mollusken uit de klei van Neede. », Mededelingen Werkgroep voor Tertiaire en Kwartaire Geologie, vol. 9, nos 3 et 4,‎ , p. 87-88 (lire en ligne, consulté le 11 février 2018).
  56. Benoît Fontaine, Jean-Michel Bichain, Xavier Cucherat et al., « Les noms scientifiques français des mollusques continentaux de France : processus d'établissement d’une liste de référence », Revue d’Écologie (Terre Vie), vol. 65,‎ , page 307 (lire en ligne [PDF], consulté le 14 février 2018).
  57. « Valvata piscinalis (O.F. Müller, 1774) », sur le site de l'INPN, Muséum national d'histoire naturelle (consulté le 11 février 2018).
  58. « Lithoglyphus naticoides (C. Pfeiffer, 1828) », sur le site de l'INPN, Muséum national d'histoire naturelle (consulté le 11 février 2018).
  59. « Bithynia tentaculata (Linnaeus, 1758) », sur le site de l'INPN, Muséum national d'histoire naturelle (consulté le 11 février 2018).
  60. « Bithynia leachii (Sheppard, 1823) », sur le site de l'INPN, Muséum national d'histoire naturelle (consulté le 11 février 2018).
  61. « Pisidium amnicum (O.F. Müller, 1774) », sur le site de l'INPN, Muséum national d'histoire naturelle (consulté le 11 février 2018).
  62. « Euglesa henslowana (Sheppard, 1823) », sur le site de l'INPN, Muséum national d'histoire naturelle (consulté le 11 février 2018).
  63. « Pisidium henslowanum », sur le site du Sandre (consulté le 11 février 2018).
  64. « Odhneripisidium moitessierianum (Paladilhe, 1866) », sur le site de l'INPN, Muséum national d'histoire naturelle (consulté le 11 février 2018).
  65. « Pisidium moitessierianum », sur le site du Sandre (consulté le 11 février 2018).
  66. « Euglesa nitida (Jenyns, 1832) », sur le site de l'INPN, Muséum national d'histoire naturelle (consulté le 11 février 2018).
  67. (en) « Matthijs van Kolfschoten », sur le site de l'Université de Leyde (consulté le 16 février 2018).
  68. (en) Michael H. Field, « Azolla tegeliensis Florschütz from the Early Pleistocene of the British Isles », Geological Magazine, vol. 129, no 3,‎ 1992 , p. 363 - 365 (DOI 10.1017/S0016756800019300, lire en ligne, consulté le 17 février 2018).
  69. (en) Kenneth P. Oakley, « Interglacial correlation and palynology », dans Kenneth P. Oakley, Frameworks for Dating Fossil Man, Routledge, (lire en ligne), page 41.
  70. a et b (en) Rogier Vanhoorne, « A contribution to the palaeontological study of the Middle Pleistocene deposit at Lo (Belgium) [Contribution à l'étude paléontologique du gisement du Pléistocène moyen à Lo (Belgique).]. », Quaternaire, vol. 14, no 2,‎ , page 81 (DOI 10.3406/quate.2003.1731, lire en ligne, consulté le 17 février 2018).
  71. (en) « Basaltic Hornblende », sur la base de données Mindat.org (consulté le 15 février 2018).
  72. « Les silicates des roches magmatiques et métamorphiques : Hornblendes basaltique », sur le site Unisciel, Université de Bordeaux (consulté le 15 février 2018).

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (nl) A. Brouwer, « Pollenanalytisch en Geologisch onderzoek van het Onder- en Midden-Pleistoceen van Noord-Nederland », Leidse Geologische Mededelingen, vol. 14, no 2,‎ , p. 258-346 (ISSN 0075-8639, lire en ligne [PDF], consulté le 8 février 2018).
  • (nl) Harm Jan Pierik, Freek Busschers, Aleid Bosch et al., « Geologie van Needse Berg », Grondboor & Hamer, vol. 75, no 3,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 10 février 2018).  
  • (de) F. Florschütz et F.P. Jonker, « Über due flora des mindel-riss-interglazials in den Niederlanden », Recueil des Travaux botaniques néerlandais, vol. 39,‎ , p. 176-188 (lire en ligne [PDF], consulté le 10 février 2018).  
  • (en) R. G. West, « The Pleistocene Epoch in East Anglia », Journal of Glacialogy, vol. 3, no 23,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 8 février 2018).  
  • (en) T. van Kolfschoten, W. Roebroeks et J. Vandenberghe, « The Middle and Late Pleistocene sedimentary and climatic sequence at Maastricht-Belvédère : the Type Locality of the Belvedere Interglacial Manuscript », Mededelingen Rijks Geologische Dienst, no 7,‎ (lire en ligne [PDF]).
  • (en) Tom Meijer, « The late Middle Pleistocene non-marine molluscan fauna of borehole Noorderhoeve-19E117 (province of Noord-Holland, the Netherlands) », Caizonoic Research, vol. 2, nos 1 et 2,‎ , p. 129-134 (lire en ligne, consulté le 10 février 2018).
  • (en) Thijs van Kolfschoten, « The evolution of the mammal fauna in the Netherlands and the middle Rhine area (West Germany) during the Late Middle Pleistocene », Mededelingen Rijks Geologische Dienst,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 11 février 2018).  
  • (nl) G. C. Maarleveld, Grindhoudende Midden-Pleistocene sedimenten, het onderzoek van deze afzettingen in Nederland en aangrenzende gebieden. Pebble-containing Middle-Pleistocene sediments in the Netherlands and adjacent areas., , 104 p. (lire en ligne [PDF]).  
  • (nl) Ronald van Balen, Cees Laban, Rieks van der Straaten et Geert-Jan Vis, « Geologie van de Needse Berg », Grondboor & Hamer, vol. 75, no 3,‎ (lire en ligne, consulté le 10 février 2018).
  • Fernand. Verger, « Une histoire géologique des Pays-Bas. », Annales de géographie, t. 67, no 359,‎ , p. 67-68 (lire en ligne, consulté le 5 février 2018).  
  • (nl) A. Brouwer, « Pollenanalytisch en geologisch onderzoek van het Onder- en Midden Pleistoceen van Noord-Nederland. Proefschrift, Rijksuniversiteit Leiden. », Leidse Geologische Mededelingen, vol. XIV, no 2,‎ , p. 259-346.  
  • (en) J. D. de Jong, « On the correlation of Needian in the Netherlands and Holstein deposits in Western Germany. », Geologie en Mijnbouw, no 19,‎ , p. 286-287.  
  • (nl) Tom Meijer, « Enkele mollusken uit de klei van Neede. », Mededelingen Werkgroep voor Tertiaire en Kwartaire Geologie, vol. 9, nos 3 et 4,‎ , p. 87-88 (lire en ligne, consulté le 11 février 2018).  
  • (en) I. M. van der Vlerk et F. Florschütz, « The palaeontological base of the subdivision of the Pleistocene in the Netherlands. », Afdeling Natuurkunde, Verhandelingen Koninklijke Nederlandse Akademie van Wetenschappen, vol. XX, no 2,‎ , p. 1-58.  
  • (nl) Thijs van Kolfschoten, « Bijzondere vindplaatsen : ZoogdierfossielenuitNede », Cranium, Dieren, vol. 5, no 2,‎ , p. 84-91 (lire en ligne [PDF], consulté le 10 février 2018).  
  • (nl) Van Gorcum, « Zookdieren uit het Kwatair van Nederland », dans Van Gorcum, Fysisch-geografisch onderzoek, (lire en ligne).  
  • (nl) F.J. de Mulder (dir.), Mark C. Geluk (dir.), Ipo L. Ritsema (dir.), Wim E. Westerhoff (dir.), Theo E. Wong (dir.) et al., « 4 - Het Kwartair », dans F.J. de Mulder, Mark C. Geluk, Ipo L. Ritsema, Wim E. Westerhoff et Theo E. Wong et alii., De ondergrond van Nederland, Wolters-Noordhoff bv Groningen/Houten, The Netherlands, (ISBN 90 01 60514 1, lire en ligne [PDF]).  

Articles connexesModifier