Ericales

ordre de plantes

Les Ericales (Éricales en français) sont un ordre vaste et diversifié de plantes dicotylédones. Les espèces de cet ordre ont une importance commerciale considérable, notamment pour le thé, le kaki, la myrtille, le kiwi, la noix du Brésil, l'arganier et l'azalée. L'ordre comprend des arbres, des buissons, des lianes et des plantes herbacées et même des plantes carnivores (par exemple, le genre Sarracenia).

DescriptionModifier

On y trouve des ligneux, des sous-arbrisseaux et des arbustes, parfois de petits arbres, souvent présents dans des lieux acides, mais aussi des lianes et des plantes herbacées. De nombreuses espèces ont cinq pétales. La fusion des pétales en tant que trait était traditionnellement utilisée pour placer la commande dans la sous-classe des Sympetalae[1].

Certaines familles de l'ordre se distinguent par leur capacité exceptionnelle à accumuler de l'aluminium[2].

La plupart des Éricales présentent le phénomène de la mycorhize, la symbiose entre la plante et un champignon situé dans ses racines.

Distribution et habitatModifier

Les Ericales sont un ordre cosmopolite. Les aires de répartition des familles varient considérablement - alors que certaines sont limitées aux tropiques, d'autres existent principalement dans les régions arctiques ou tempérées. L'ordre entier contient plus de 8 000 espèces.

Importance économiqueModifier

La plante la plus utilisée commercialement dans l'ordre est le thé (Camellia sinensis) de la famille Theaceae. L'ordre comprend également certains fruits comestibles, notamment le kiwi (en particulier Actinidia deliciosa), le kaki (genre Diospyros), la myrtille, l'airelle, la canneberge, la noix du Brésil et le Sapotier. L'ordre comprend également le karité (Vitellaria paradoxa), qui est la principale source de lipides alimentaires pour des millions d'Africains subsahariens. De nombreuses espèces d'Ericales sont cultivées pour leurs fleurs voyantes : des exemples bien connus sont l'azalée, le rhododendron, le camélia, la bruyère, la primevère, le cyclamen, le phlox et l'impatiente.

Liste des famillesModifier

En classification classique de Cronquist (1981)[3] il comprend huit familles :


La classification phylogénétique APG (1998)[4] en a considérablement modifié la composition :

ordre Ericales


En classification phylogénétique APG II (2003)[5] la composition est un peu modifiée :

ordre Ericales

NB "[+ ...]" = famille optionnelle


En classification phylogénétique APG III (2009)[6] la composition est :

ordre Ericales Bercht. & J.Presl (1820)

 
Phylogénie simplifiée basée sur[7]

Relations phylogénétiques probables entre les familles des Ericales[8] :

Ericales







ericoids


Cyrillaceae



Ericaceae




Clethraceae



sarracenioids


Roridulaceae



Actinidiaceae




Sarraceniaceae





styracoids


Styracaceae



Diapensiaceae




Symplocaceae






Theaceae




Pentaphylacaceae




primuloids


Primulaceae



Ebenaceae




Sapotaceae






polemonioids

Polemoniaceae



Fouquieriaceae







Lecythidaceae



Mitrastemonaceae





balsaminoids


Marcgraviaceae



Tetrameristaceae




Balsaminaceae





RéférencesModifier

  1. W. Robyns, « Outline of a New System of Orders and Families of Sympetalae », Bulletin du Jardin Botanique National de Belgique, vol. 42, no 4,‎ , p. 363–372 (DOI 10.2307/3667661, JSTOR 3667661)
  2. S. Jansen, T. Watanabe, P. Caris, K. Geuten, F. Lens, N. Pyck et E. Smets, « The Distribution and Phylogeny of Aluminium Accumulating Plants in the Ericales », Plant Biology (Stuttgart), vol. 6, no 4,‎ , p. 498–505 (PMID 15248133, DOI 10.1055/s-2004-820980, lire en ligne)
  3. (en) Arthur Cronquist, An Integrated System of Classification of Flowering Plants, New York, Columbia University Press, (ISBN 0-231-03880-1, OCLC 1136076363, lire en ligne) 
  4. (en) Angiosperm Phylogeny Group, « An ordinal classification for the families of flowering plants », Annals of the Missouri Botanical Garden, Jardin botanique du Missouri, vol. 85, no 4,‎ , p. 531–553 (ISSN 0026-6493, 2162-4372, 0893-3243 et 2326-487X, DOI 10.2307/2992015, JSTOR 2992015, lire en ligne) 
  5. (en) Angiosperm Phylogeny Group, « An update of the Angiosperm Phylogeny Group classification for the orders and families of flowering plants: APG II », Botanical Journal of the Linnean Society, Wiley-Blackwell, Linnean Society of London et OUP, vol. 141, no 4,‎ , p. 399–436 (ISSN 0024-4074 et 1095-8339, DOI 10.1046/J.1095-8339.2003.T01-1-00158.X) 
  6. (en) Angiosperm Phylogeny Group, « An update of the Angiosperm Phylogeny Group classification for the orders and families of flowering plants: APG III », Botanical Journal of the Linnean Society, Wiley-Blackwell, Linnean Society of London et OUP, vol. 161, no 2,‎ , p. 105–121 (ISSN 0024-4074 et 1095-8339, DOI 10.1111/J.1095-8339.2009.00996.X) 
  7. (en) Jeffrey P. Rose, Thomas J. Kleist, Stefan D. Löfstrand, Bryan T. Drew, Jürg Schönenberger et Kenneth J. Sytsma, « Phylogeny, historical biogeography, and diversification of angiosperm order Ericales suggest ancient Neotropical and East Asian connections », Molecular Phylogenetics and Evolution, vol. 122,‎ , p. 59–79 (ISSN 1055-7903, PMID 29410353, DOI 10.1016/j.ympev.2018.01.014, lire en ligne)
  8. « Soltis, Douglas; Soltis, Pamela; Endress, Peter; Chase, Mark W.; Manchester, Steven; Judd, Walter; Majure, Lucas; Mavrodiev, Evgeny (2018). Phylogeny and Evolution of the Angiosperms (p. 262). University of Chicago Press. Kindle Edition. »

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :