Mausolée de Blad Guitoun

bâtiment en Algérie
Mausolée de Blad Guitoun
El Habs
الحبس
Présentation
Civilisation
Destination initiale
Destination actuelle
Style
Architecte
Hauteur
4,5 mètres
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Division administrative
Subdivision administrative
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte d’Algérie
voir sur la carte d’Algérie
Red pog.svg

Le Mausolée de Blad Guitoun, surnommé El Habs (en arabe : الحبس), est un monument de l'époque numide, situé en Algérie, sur l'actuelle commune de Si Mustapha dans la wilaya de Boumerdès, en Basse Kabylie, à une soixantaine de kilomètres à l'est d'Alger.

LocalisationModifier

Le mausolée de Blad Guitoun[1] est située à 55 kilomètres à l'est d'Alger et 45 kilomètres à l'ouest de Tizi Ouzou. Il est localisé dans la commune de Si-Mustapha dans la Wilaya de Boumerdès[2].

EtymologieModifier

La ruine de ce mausolée, connue sous le nom d'El Habs sur une étendue de 2 à 3 hectares, est appelée Takitount ou Tagouitount.

HistoireModifier

C'est le colonel Maximilien Joseph Schauenburg qui a découvert ce mausolée de Blad Guitoun dans la nuit du 17 au [11].

Adrien Berbrugger mentionna en la présence de ces ruines numides dans le site de l'actuelle commune de Si Mustapha non loin du Col des Béni Aïcha[12].

Le mausolée de Blad Guitoun à Si Mustapha a été ensuite fouillé en par Armand Viré[13]. En , Stéphane Gsell consacra un long article pour décrire ce mausolée de Blad Guitoun[14].

DescriptionModifier

DimensionsModifier

Le mausolée de Blad Guitoun est une construction en forme d'octogone, appelée avec beaucoup de sens El Habs (la prison)[15].

Dimensions du mausolée de Blad Guitoun.
Intérieur (Octogone régulier) Dimension
1er Diamètre 3,60 mètres
2e Hauteur 2,10 mètres

DescriptionModifier

À trois kilomètres et demi à l'est de Thénia, et au nord de Si-Mustapha se trouve le village de Blad-Guitoun, où on trouve les ruines antiques d'un village berbère assez important. Elles sont situées au-dessus de l'ancienne ferme coloniale Hertman, appelée ferme Petit-Fils, près de la ligne de chemin de fer de Tizi Ouzou, sur une pente assez raide, tournée vers le sud, et d'où l'on a une vue très étendue : à l'est sur la riche vallée de des Issers, au sud sur les gorges de lakhdaria et les montagnes qui les dominent, au sud-ouest et à l'ouest sur les collines boisées qui s'élèvent entre les gorges et le col de Thénia.

Ces ruines, sur lesquelles Charles de Vigneral[15] a donné quelques indications en [16], présentent des débris de fûts de colonnes et un chapiteau ionique de proportions massives ayant peut-être appartenu à un lieu de culte. Il y est présent aussi deux fragments d'une stèle grossière avec une femme assise, probablement une divinité, levant la main droite, tenant de la main gauche un objet rond indistinct[14].

Le colonel Maximilien Joseph Schauenburg avait visité le les restes des ruines de ce mausolée de Blad Guitoun appelé localement "El-Habs"[12].

Le mausolée de Blad Guitoun avait été construit pour un prince berbère local dans une région où les Romains n'ont guère pénétré, et est analogue au Kabr Er-Roumia de Cherchell[17]. Le mausolée de Blad Guitoun à Si-Mustapha a été fouillé en par Armand Viré[13]. Dans ce mausolée princier se mêlaient traditions africaines et formes d’architecture funéraire les plus classiques, comme l'avait mentionné Gabriel Camps[18].

OrnementsModifier

Le mausolée de Blad Guitoun est un monument funéraire important. Sa salle centrale , qui était encore bien conservée en [19]. Son ornementation présente des calices flanqués de deux poissons qui appartiennent au style des symboles numides du IVe ou du Ve siècle. Un mufle de lion est sculpté sur le plafond du mausolée.

Ainsi, le mausolée de Blad Guitoun se rapproche beaucoup des monuments funéraires gréco-romains. Il est à noter que la présence d'un tel mausolée aussi important est un fait intéressant à constater sur la côte de la partie occidentale de la Grande Kabylie, où les Phéniciens avaient fondé plusieurs comptoirs[20].

Notes et référencesModifier

  1. http://www.terraserver.com/view.asp?cx=3.6201279&cy=36.7228968&proj=4326&mpp=1&sdrt=jax#
  2. https://www.panoramio.com/map/#lt=36.723405&ln=3.620668&z=1&k=2&a=1&tab=1&pl=all
  3. http://www.arcgis.com/home/webmap/viewer.html?center=3.6201279,36.7228968&level=16&basemapUrl=http://services.arcgisonline.com/ArcGIS/rest/services/World_Imagery/MapServer
  4. http://wikimapia.org/#lang=en&lat=36.723286&lon=3.621390&z=16&m=b
  5. http://www.bing.com/maps/?v=2&cp=36.7228968~3.6201279&lvl=16&sty=h/
  6. « Zoom Earth / LIVE satellite images, weather & storm tracker », sur Zoom Earth (consulté le ).
  7. « OpenStreetMap », sur OpenStreetMap (consulté le ).
  8. https://www.google.dz/maps/@36.7228968,3.6201279,1689m/data=!3m1!1e3
  9. https://www.here.com/traffic/explore?map=36.72376,3.61667,16,satellite_traffic&x=ep
  10. http://kosmosnimki.ru/?x=3.6201279&y=36.7228968&z=14&fullscreen=false&mode=satellite
  11. A. (Louis Adrien) Berbrugger, Les époques militaires de la Grande Kabilie, Alger : Bastide, (lire en ligne)
  12. a et b A. (Louis Adrien) Berbrugger, Les époques militaires de la Grande Kabilie, Alger : Bastide, (lire en ligne)
  13. a et b Stéphane Gsell, Les monuments antiques de l'Algérie, Paris, A. Fontemoing, (lire en ligne)
  14. a et b Gsell, Stéphane, « Le mausolée de Blad-Guitoun (fouilles de M. Viré) », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Persée - Portail des revues scientifiques en SHS, vol. 42, no 4,‎ , p. 481–499 (DOI 10.3406/crai.1898.71219, lire en ligne, consulté le ).
  15. a et b http://biblio.univ-alger.dz/jspui/bitstream/1635/435/1/5074.pdf
  16. http://biblio.univ-alger.dz/jspui/handle/1635/435
  17. Victor Piquet, Les civilisations de l'Afrique du Nord: Berbères - Arabes - Turcs, Paris, Armand Colin, (lire en ligne)
  18. Camps, G., « Firmus », sur revues.org, Encyclopédie berbère, Éditions Peeters, (ISBN 2-85744-994-1, ISSN 1015-7344, consulté le ), p. 2845–2855.
  19. Stéphane Gsell, « Le mausolée de Blad-Guitoun (fouilles de M. Viré) », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 42, no 4,‎ , p. 481–499 (DOI 10.3406/crai.1898.71219, lire en ligne, consulté le )
  20. « Recueil des notices et mâemoires de la Sociâetâe archâeologique du dâepartement de Constantine », sur ufdc.ufl.edu (consulté le )

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

PersonnalitésModifier