Ouvrir le menu principal

Maurice Gourdault-Montagne

diplomate français

BiographieModifier

Diplômé de l’Institut d'études politiques de Paris (IEP), titulaire d'une maîtrise de droit de Paris 2 Assas et diplômé de l'Institut national des langues et civilisations orientales (hindi et ourdou)[1], Maurice Gourdault-Montagne est également titulaire d'un DEUG d'allemand (Paris 4 Sorbonne).

Entré au Quai d'Orsay en 1978, il a occupé différents postes diplomatiques en Inde (1981-1983) et en Allemagne (1988-1991), chargé de mission auprès du secrétaire général du ministère des Affaires étrangères (1983) ainsi qu'à l'administration centrale au cabinet du ministre des Affaires étrangères (1986-1988), comme porte parole adjoint du Quai d'Orsay (1991-1993) et comme directeur adjoint du cabinet du ministre Alain Juppé (1993-1995) dont il est devenu le directeur de cabinet à Matignon de mai 1995 à mai 1997[1].

Ambassadeur de France au Japon de 1998 à 2002, il a été le conseiller diplomatique du président de la République Jacques Chirac lors de son second mandat (2002-2007) et sherpa français au G8. À ce titre, il a préparé la présidence française du G8 d'Évian de 2003. Il a été chargé du dialogue stratégique franco-indien et du dialogue stratégique franco-chinois en tant que représentant personnel du Président de la République entre 2002 et 2007. En décembre 2007, il est devenu ambassadeur de France au Royaume-Uni (Londres). Pressenti pour l'ambassade de France à Berlin[2], il est nommé à ce poste le 9 février 2011[3].

Le 1er août 2014, il prend la direction de l'ambassade de France en Chine, Philippe Étienne, ambassadeur auprès de l'Union européenne à Bruxelles, lui succède à Berlin.[4].

À chaque poste diplomatique il où a été nommé, il a tenté d'apprendre la langue du pays. Il parle ainsi l'allemand, l'anglais, l'espagnol, l'italien, l'ourdou, le japonais, le russe et a des notions d'arabe et de bambara[1].

Le 8 février 2017, il a été nommé en conseil des ministres ambassadeur de France à Washington. Finalement, il ne rejoint pas son poste, ayant été nommé, après l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République, secrétaire général du ministère de l'Europe et des Affaires Étrangères par décision du conseil des ministres du [5],[1].

Fin 2017, il demande à l’ambassadeur de France à Alger de faire inviter Alexandre Djouhri (qu'il a déjà rencontré à Alger en septembre 2017) à la réception donnée par Emmanuel Macron le , alors que l’intermédiaire est recherché par la Justice française[6].

Maurice Gourdault-Montagne est père de cinq enfants[1].

ParcoursModifier

  • 1979-1981 - Direction d’Asie et Océanie au ministère des Affaires étrangères
  • 1981-1983 - Premier Secrétaire à l’Ambassade de France à New Delhi
  • 1984-1986 - Chargé de mission auprès du Secrétaire général au ministère des Affaires étrangères
  • 1986-1988 - Conseiller technique (Parlement et presse) au Cabinet du ministre des Affaires étrangères (M. Jean-Bernard Raimond)
  • 1988-1991 - Conseiller (Affaires politiques, Relations bilatérales) à l’Ambassade de France à Bonn
  • 1991-1993 - Directeur adjoint de la Presse, de l’Information et de la Communication, Porte-parole adjoint, puis Porte-parole du Quai d’Orsay par intérim au ministère des Affaires étrangères
  • 1993-1995 : directeur adjoint du cabinet du ministre des Affaires étrangères (Alain Juppé)
  • 1995-1997 : directeur du cabinet du Premier ministre Alain Juppé
  • 1998-2002 : ambassadeur de France au Japon
  • 2002-2007 : conseiller diplomatique du président de la République Jacques Chirac et sherpa du G8.
  • 2007-2011 : ambassadeur de France au Royaume-Uni.
  • 2011-2014 : ambassadeur de France en Allemagne.
  • 2014-2017 : ambassadeur de France en Chine[7].
  • Depuis 2017 : Secrétaire général du ministère de l'Europe et des Affaires étrangères[5]

DécorationsModifier

Maurice Gourdault-Montagne a par ailleurs été élevé en 2012 à la dignité d'Ambassadeur de France.

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :