Matthias Ier de Habsbourg

Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Matthias.

Matthias Ier
Illustration.
Portrait de Matthias par Lucas van Valckenborch.
Titre
Roi de Germanie et Empereur du Saint-Empire

(7 ans et 2 mois)
Couronnement , à Francfort-sur-le-Main
Prédécesseur Rodolphe II
Successeur Ferdinand II
Roi de Hongrie et de Croatie

(10 ans et 6 jours)
Couronnement , à Bratislava
Prédécesseur Rodolphe II
Successeur Ferdinand II
Roi de Bohême

(6 ans, 1 mois et 6 jours)
Couronnement , à Prague
Prédécesseur Rodolphe II
Successeur Ferdinand II
Archiduc d'Autriche

(10 ans, 8 mois et 23 jours)
Prédécesseur Rodolphe II
Successeur Ferdinand II
Biographie
Dynastie Maison de Habsbourg
Date de naissance
Lieu de naissance Vienne
Date de décès (à 62 ans)
Lieu de décès Vienne
Sépulture Crypte des Capucins
Père Maximilien II du Saint-Empire
Mère Marie d'Espagne
Conjoint Anne d'Autriche

Matthias Ier de Habsbourg

Matthias Ier ou Mathias Ier[1] (en hongrois : Mátyás ; en tchèque : Matyáš), né le à Vienne et y meurt le , est prince de la maison de Habsbourg, le cinquième enfant de l’empereur Maximilien II et de Marie d'Espagne. Il fut roi de Hongrie à partir de 1608, sous le nom de Matthias II, et roi de Bohême à partir de 1611. Élu empereur du Saint-Empire en 1612, succédant à son frère aîné Rodolphe II, sa politique hésitante fortement influencée par son chancelier le cardinal Klesl joua un rôle clé dans l'éclatement de la guerre de Trente Ans.

BiographieModifier

 
Matthias Ier de Habsbourg.

Bien que doté de peu de talent, il est rempli d’ambition et intrigue contre son frère Rodolphe II, alors empereur. Celui-ci, pour l’humilier, ne lui accorde ni position ni argent. Il va même jusqu'à lui refuser l'autorisation de se marier.

Pourtant à la mort de son frère Ernest (1553-1595), il reprend le titre de gouverneur de Hongrie. En 1606, il signe le traité de Zsitva-Torok qui légalise la partition de la Hongrie entre les Habsbourg, le sultan Ahmet Ier et la Transylvanie du prince Bocskay. Ce traité — outre l'alliance conclue entre l'Autriche des Habsbourg et le sultan, mettant ainsi fin au tribut que l'Autriche versait à l'Empire ottoman — reconnaît l'indépendance de la Transylvanie et garantit la liberté de religion en Hongrie.

En 1611, la santé mentale de Rodolphe II se dégradant, Matthias réussit à convaincre la famille des Habsbourg de le nommer à la tête de celle-ci et de prendre la régence de l'empire. Marchant sur Prague à la tête d'une armée, il oblige son frère, Rodolphe II, à lui céder par écrit la Hongrie, la Bohême et la Moravie.

Le 11 novembre de cette même année, Rodolphe II abdique. Matthias lui laisse le château de Prague, et lui verse une pension. L'année suivante, il est élu empereur du Saint-Empire.

Entretemps, il a épousé, en 1611, Anne d'Autriche, sa cousine et petite-cousine, avec laquelle il n'a pas d'héritier.

En 1616, à la suite de pogroms organisés dans certaines villes allemandes, Matthias prend fait et cause pour les juifs maltraités et fait décapiter les meneurs de ces émeutes.

Des rumeurs concernant la comtesse Erzsébet Báthory arrivent jusqu'à ses oreilles. Il décide de la faire arrêter car celle-ci aurait fait tuer 600 jeunes filles dans le but, selon une légende postérieure, de prendre des bains dans leur sang pour conserver une beauté éternelle. Elle est enfermée jusqu'à sa mort dans son château, mais échappe à un procès du fait de sa haute noblesse.

Choisissant son cousin Ferdinand II comme successeur, il plonge ainsi l'Europe dans la guerre de Trente Ans.

AscendanceModifier

 
Matthias Ier du Saint-Empire portant les régalia.

RéférencesModifier

  1. Le Petit Larousse illustré 2013, 2012 (ISBN 978-2-03-587355-2), XXXII pages + 1996 pages, illustré, 29 cm, comporte une entrée graphiée Mathias (avec un seul t) : « MATHIAS, Vienne 1557 - id. 1619, empereur germanique […] ».

Liens externesModifier