Ouvrir le menu principal

Lycée Lamartine (Belley)

lycée à Belley (Ain)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lycée Lamartine.
Lycée Lamartine
Lycée Lamartine, Belley.jpg
Vue du lycée.
Présentation
Type
Propriétaire
Commune
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
41 rue Georges-GirerdVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Ain

(Voir situation sur carte : Ain)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Belley

(Voir situation sur carte : Belley)
Point carte.svg

Le lycée Alphonse de Lamartine ou Institution Lamartine, anciennement collège de Belley, est un établissement scolaire situé à Belley, dans le département l'Ain[1](France).

Sommaire

DescriptionModifier

L'édifice est inscrit au titre des monuments historiques depuis 1981[1].

  • époque de construction : fin XVIIIe siècle/XIXe siècle
  • éléments protégés : escalier ; élévation ; rampe d'appui ; toiture

Classement du lycéeModifier

En 2015, le lycée se classe 9e sur 16 au niveau départemental en termes de qualité d'enseignement, et 1137e au niveau national[2]. Le classement s'établit sur trois critères : le taux de réussite au bac, la proportion d'élèves de première qui obtient le baccalauréat en ayant fait les deux dernières années de leur scolarité dans l'établissement, et la valeur ajoutée (calculée à partir de l'origine sociale des élèves, de leur âge et de leurs résultats au diplôme national du brevet)[3].

HistoireModifier

Le collège de Belley a été créé par lettres patentes du 10 février 1753 enregistrées au Parlement de Dijon, et sa construction s'acheva en 1764. L'évêque de Belley confia l'établissement aux Antonins, qui le dirigèrent jusqu'en 1790, avant d'être brièvement remplacés par les Joséphistes jusqu'en 1792[4].

 
Alphonse de Lamartine

Le collège de Belley fut repris par Joseph Varin et les Pères de la Foi en 1803. La société des Pères de la Foi, fondée en 1799 en Autriche, était le résultat d'une fusion entre deux groupes préparant le retour des jésuites : la 'Compagnie des Pères du Sacré-Cœur' fondée par Léonor de Tournély en 1778 et celle des pères de la Foi' (de Nicolas Paccanari) qui datait de 1797. Ces prêtres n'étaient pas jésuites (la Compagnie de Jésus ne fut officiellement rétablie qu'en 1814), mais leurs manière de vivre et principes éducatifs étaient d'inspiration ignacienne. Le poète Alphonse de Lamartine y fut leur élève durant cette période. Les Pères de la Foi en gardèrent la direction jusqu’à sa nouvelle fermeture en 1808.

Le collège devint ensuite communal mais bénéficia d’un régime spécial car, en 1808, Napoléon ayant par décret donné le monopole de l’enseignement public à l’université impériale, aucun établissement d’éducation ne pouvait être formé hors de l’université et sans son consentement. En 1823, le collège allait être fermé quand Mgr Devie, évêque de Belley, obtint qu’il fût cédé au diocèse comme petit séminaire. Il conserva l’abbé Guigard qui dirigeait la maison depuis 1819 et l’établissement garda un caractère mixte, à la fois collège et séminaire. La maison recevait des externes de la ville et les élèves d’une école cléricale de la cathédrale, ainsi que les élèves du petit séminaire de Meximieux, qui venaient faire leur dernière année à Belley. Le collège recrutait donc des élèves normaux et des élèves à vocation ecclésiastique. Puisque la vocation première du petit séminaire de Belley était la formation d’enseignants, c’est là où viendront les futurs missionnaires, par la suite, pour achever leurs études ecclésiastiques.

L’enseignement dans les petits séminaires comportait : l’étude de la religion, latin et grec, écrivains ecclésiastiques, français, histoire et géographie, mathématiques et sciences naturelles, étude des classiques mais non pas des auteurs français[5].

Le collège prend le nom de « Lamartine » en 1906.

De nos jours[Quand ?], l’Institution Lamartine (www.institution-lamartine.fr) comprend un collège de 12 classes, un lycée d’enseignement général et technologique de 12 classes, un lycée professionnel de 3 classes, ainsi qu’un internat de jeunes filles et un internat de garçons. Elle est implantée au sein d’un parc de plusieurs hectares et de locaux dont une partie, inscrite aux Monuments historiques, accueille les collégiens, l’Administration et différents services, et l’autre, plus récente (1998), accueille les lycéens. Elle fait partie d'un ensemble scolaire de plus de 1000 élèves, qui regroupe les Écoles maternelle et primaire Marguerite-Marie et Louis Chambard. Son chef d’établissement est nommé par la Tutelle diocésaine (évêque et Directeur diocésain) et reçoit une lettre de mission de leur part. Reconnu par le Rectorat de l’Académie de Lyon, le chef d’établissement a également pour devoir de veiller à la tenue du contrat d’association avec l’État (application des Instructions officielles dont les programmes notamment).[réf. nécessaire]

Élèves célèbresModifier

Professeurs illustresModifier

RéférencesModifier

  1. a et b « Lycée Lamartine », notice no PA00116306, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. « Classement département et national du lycée », sur L'Express, (consulté le 24 mai 2015).
  3. « Méthodologie du classement 2015 des lycées français », sur L'Express, (consulté le 24 mai 2015).
  4. Pierre de Lacretelle, « Les origines et la jeunesse de Lamartine 1790-1812 - Le collège de Belley » (consulté le 3 décembre 2011). La Révolution entraîna la fermeture du collège.
  5. Launay, Marcel. Le Bon Prêtre. Le clergé rural au XIXe siècle. Aubier. Paris, 1986.
  6. lire en ligne Annales scientifiques, littéraires et industrielles de l'Auvergne, Volume 23
  7. [1] «Jean-Claude Colin Mariste. Un fondateur dans une ère de révolution et de restauration» Par Donal KERR.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier