Lucille Ball

réalisatrice, productrice et actrice comique américaine
Lucille Ball
Description de cette image, également commentée ci-après
Lucille Ball en 1943
Nom de naissance Lucille Désirée Ball
Surnom Lucy
Naissance
Jamestown (New York)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès (à 77 ans)
Beverly Hills (Californie)
Profession Actrice
productrice
réalisatrice
Films notables La Du Barry était une dame
Des filles disparaissent
La Roulotte du plaisir

Lucille Désirée Ball est une actrice, humoriste, productrice et réalisatrice américaine, née le à Jamestown, dans l'État de New York, et morte le à Beverly Hills (Californie), ses prestations à la télévision notamment dans les séries Here's Lucy (en) (1951-1956), I Love Lucy (1951-1957) et L'Extravagante Lucy (1962-1968) l'ont faite surnommée the Queen of Television ou encore Ms. Television.

Lucille Ball en 1945
Lucille Ball en compagnie de son mari Desi Arnaz en 1955
Lucille Ball lors de sa dernière apparition en public en 1989

BiographieModifier

Jeunesse et formationModifier

Lucille Ball est née le à Celoron dans les environs de Jamestown. Elle est la fille aînée de Henry Durrell Ball, un électricien monteur en lignes téléphonique, et de Desiree (DeDe) Hunt Ball, une pianiste. Pour améliorer ses revenus, son père, Henry, qui a 24 ans à la naissance de sa fille, emmène sa famille à Butte dans le Montana pour travailler dans les mines de cuivre. Les conditions de travail au sein des mines sont dures et Henry y attrape une pneumonie, il quitte le Montana pour travailler dans le Michigan pour le compte de la Bell Telephone Company, mais sa santé se dégrade et en 1915, Henry père décède des suites de la fièvre typhoïde, la famille retourne à Jamestown. Quand Lucille a 15 ans elle commence à prendre des cours d'art dramatique et quand elle a 17 ans, elle est admise à la John Murray Anderson-Robert Milton School of Theater de New York[1],[2],[3],[4],[5],[6].

CarrièreModifier

Avec Desi Arnaz ils créèrent la société de production Desilu Productions (pour Desi et Lucille)[1]. Ils produisirent les premières saisons de The Andy Griffith Show, Star Trek, Mannix et Mission impossible. Leurs studios de Culver City servirent de lieu de tournage pour Les Incorruptibles (série télévisée)[7],[8].

Vie personnelleModifier

Elle épouse le l'acteur Desi Arnaz dont elle eut deux enfants (Desi Jr. et Lucie), avant de divorcer le pour se remarier le avec le producteur Gary Morton.

Lucille Ball décède le à l'âge de 77 ans après une opération chirurgicale visant à remplacer une partie de son aorte et de sa valve aortique au centre médical Cedars-Sinaï de Los Angeles, quelques semaines après son apparition à la 61e cérémonie des Oscars[9],[10].

Sa dépouille est incinérée, après la crémation ses cendres sont envoyées au columbarium de Jamestown[11].

FilmographieModifier

CinémaModifier

Années 1930Modifier

Années 1940Modifier

Années 1950Modifier

Années 1960Modifier

TélévisionModifier

ProductriceModifier

RéalisatriceModifier

Prix et distinctionsModifier

Présence dans la culture populaireModifier

  • Elle apparaît dans un épisode des Simpsons .

BibliographieModifier

AutobiographieModifier

Notices encyclopédiques et manuels de référenceModifier

  • (en-US) Karin Adir, The Great Clowns Of American Television, McFarland & Company, 1 octobre 1988, rééd. 1 décembre 2001, 265 p. (ISBN 9780786413034, lire en ligne), p. 1-23,
  • (en-US) Barry Took, Comedy Greats: A Celebration of Comic Genius Past and Present, Thorsons Publishers, , 243 p. (ISBN 9781853360398, lire en ligne), p. 74-87,
  • (en-US) Cary O'Dell, Women Pioneers in Television: Biographies of Fifteen Industry Leaders, McFarland & Company, , 254 p. (ISBN 9780786401673, lire en ligne), p. 21-39,
  • (en-US) Encyclopedia of world biography, volume 1, Gale Research, , 504 p. (lire en ligne), p. 472-473,
  • (en-US) American national biography, volume 2, Oxford University Press USA, , 959 p. (ISBN 0195206355, lire en ligne), p. 76-78,
  • (en-US) Gail B. Stewart, Great Women Comedians, Lucent Books, 7 mars 2002, rééd. 3 décembre 2005, 104 p. (ISBN 9781560069539, lire en ligne), p. 27-41.  
  • Jean Tulard, Dictionnaire du cinéma. Les acteurs, Éditions Robert Laffont (Collection Bouquins), Paris, , p. 68-69, (ISBN 978-2-221-10895-6)

EssaisModifier

  • (en-US) Bart Andrews & Thomas J. Watson, Loving Lucy: An Illustrated Tribute to Lucille Ball, St. Martin's Griffin, 1980, rééd. 15 janvier 1982, 232 p. (ISBN 9780312499754, lire en ligne),
  • (en-US) Joe Morella & Edward Z. Epstein, Forever Lucy: The Life of Lucille Ball, Berkley Books, 1986, rééd. 1 août 1990 (ISBN 9780425122198, lire en ligne),
  • (en-US) Charles Higham, Lucy: The Real Life of Lucille Ball, St Martins Mass Market Paper, 1986, rééd. 1 décembre 1987, 294 p. (ISBN 9780312909192, lire en ligne),
  • (en-US) Jim Brochu, Lucy in the Afternoon: An Intimate Memoir of Lucille Ball, G.K. Hall, 1 mai 1990, rééd. 1991, 360 p. (ISBN 9780688086466, lire en ligne),
  • (en-US) Coyne S. Sanders & Thomas W. Gilbert, Desilu: The Story of Lucille Ball and Desi Arnaz (réimpr. 2011, éd. Dey Street Books) (1re éd. 1993, éd. William Morrow and Company), 392 p. (ISBN 9780062020017, lire en ligne),
  • (en-US) Annie McGarry, Lucy!, Smithmark Publishers, , 88 p. (ISBN 9780831754013, lire en ligne),
  • (en-US) Tim Frew, Lucy : A Life in Pictures, Barnes & Noble, 1996, rééd. 1 janvier 2001, 106 p. (ISBN 9780760728666, lire en ligne),
  • (en-US) Lee Tannen, I Loved Lucy: My Friendship with Lucille Ball, St. Martin's Griffin, 12 octobre 2001, rééd. 25 octobre 2002, 280 p. (ISBN 9780312302740, lire en ligne),
  • (en-US) Adam Woog, Lucille Ball, Lucent Books, , 120 p. (ISBN 9781560067467, lire en ligne),
  • (en-US) Stefan Kanfer, Ball of Fire: The Tumultuous Life and Comic Art of Lucille Ball, Alfred A. Knopf, , 388 p. (ISBN 9780375413155, lire en ligne)[20],
  • (en-US) Mary R. Desjardins, Recycled Stars: Female Film Stardom in the Age of Television and Video, Duke University Press Books, , 320 p. (ISBN 9780822357896, lire en ligne), p. 143-190,
  • (en-US) James Bawden & Ron Miller, Conversations with Legendary Television Stars: Interviews from the First Fifty Years, University Press of Kentucky, , 360 p. (ISBN 9780813177649, lire en ligne), p. 41-56,

ArticlesModifier

  • (en-US) Alexander Doty, « The Cabinet of Lucy Ricardo: Lucille Ball's Star Image », Cinema Journal, Vol. 29, No. 4,‎ , p. 3-22 (20 pages) (lire en ligne),
  • (en-GB) Carol Westreich Solomon, « Lucy in the Chocolate Factory: From the Business World to the High School Classroom », The English Journal, Vol. 88, No. 5,‎ , p. 62-66 (5 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Lori Landay, « Millions "Love Lucy": Commodification and the Lucy Phenomenon », NWSA Journal, Vol. 11, No. 2,‎ , p. 25-47 (23 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Susan M. Carini, « Love's Labors Almost Lost: Managing Crisis during the Reign of "I Love Lucy" », Cinema Journal, Vol. 43, No. 1,‎ , p. 44-62 (19 pages) (lire en ligne),
  • (en) Aurélie Blot, « Lucille Ball, the Queen of Show Business versus Lucy Ricardo, the Failed Actress », Transatlantica,‎ (lire en ligne),
  • (en-US) Mary Desjardins, « Review: Loving Lucy, Performing Biography », Cinema Journal, Vol. 51, No. 3,‎ , p. 157-162 (6 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Bryan Kirschen, « Multilingual Manipulation and Humor in "I Love Lucy" », Hispania, Vol. 96, No. 4,‎ , p. 735-747 (13 pages) (lire en ligne),

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) « Lucille Ball | Biography, TV Shows, Movies, & Facts », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 9 août 2019)
  2. (en-US) « Lucille Ball | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 1er décembre 2020)
  3. (en-US) « Lucille Ball Biography - life, children, name, death, history, school, mother, information, born, movie, husband, marriage », sur www.notablebiographies.com (consulté le 1er décembre 2020)
  4. (en-US) « Lucille Ball », sur Biography (consulté le 1er décembre 2020)
  5. a et b (en-US) « Lucille Ball », sur National Women's History Museum (consulté le 1er décembre 2020)
  6. (en-US) Gail B. Stewart, Great Women Comedians, Lucent Books, 7 mars 2002, rééd. 3 décembre 2005, 99 p. (ISBN 9781560069539, lire en ligne), p. 27-28
  7. (en-US) « Lucille Ball And Desi Arnaz Founded A Production Company, And You Can Thank Them For 'Star Trek' », sur Weird News, Santa Fe, NM, (consulté le 1er décembre 2020)
  8. (en) Aurélie Blot, « Lucille Ball, the Queen of Show Business versus Lucy Ricardo, the Failed Actress », Transatlantica,‎ (lire en ligne)
  9. (en-US) Roxane Arnold, « From the Archives: Lucille Ball Dies; TV's Comic Genius Was 77 », sur Los Angeles Times, (consulté le 1er décembre 2020)
  10. (en-US) Eddie Deezen, « The Last Days of Lucille Ball », sur www.mentalfloss.com, (consulté le 1er décembre 2020)
  11. « Lucille Ball (1911-1989) - Mémorial Find a Grave », sur fr.findagrave.com (consulté le 1er décembre 2020)
  12. (en-US) « Lucille Ball », sur Hollywood Walk of Fame, (consulté le 1er décembre 2020)
  13. (en-US) « Lucille Ball », sur latimes.com, (consulté le 1er décembre 2020)
  14. (en-US) « WIF Awards Retrospective – Women in Film », sur womeninfilm.org (consulté le 1er décembre 2020)
  15. (en-US) Betti Cuniberti, « LUCILLE BALL AMONG 1986 KENNEDY HONOREES », sur Los Angeles Times, (consulté le 1er décembre 2020)
  16. (en-US) « Lucille Ball's Humility & Pride », sur TVHerstory (consulté le 1er décembre 2020)
  17. (en-US) « Lucille Ball, Four Others Awarded Medal of Freedom », sur AP NEWS (consulté le 1er décembre 2020)
  18. (en-US) « NATION : Lucille Ball Gets Medal of Freedom », sur Los Angeles Times, (consulté le 1er décembre 2020)
  19. (en-US) « Ball, Lucille », sur National Women’s Hall of Fame (consulté le 1er décembre 2020)
  20. (en-US) Susan M. Carini, « Review: Ball of Fire: The Tempestuous Life and Comic Art of Lucille Ball », Film Quarterly, Vol. 58, No. 4,‎ , p. 53-54 (2 pages) (lire en ligne)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :