Louis Monmerqué

magistrat et littérateur français
Louis Monmerqué
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Louis Jean Nicolas MonmerquéVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Biographe, historien de la littérature, éditeur ou éditriceVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Rosalie Richard de Cendrecourt (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Distinction
Père-Lachaise - Division 54 - Monmerqué 01.jpg
Sépulture au Père-Lachaise.

Louis Jean Nicolas Monmerqué, né le à Paris où il est mort le , est un biographe, historien de la littérature et éditeur critique français.

Louis-Jean-Nicolas Monmerqué

BiographieModifier

On lui doit des notices, souvent biographiques (Brantôme, 1823 ; Madame de Maintenon, 1828 ; Jean Ier, 1844, in-8°) et surtout des éditions de documents anciens (mémoires et correspondances), entre autres : Collection de mémoires relatifs à l’histoire de France, depuis Henri IV jusqu’à la paix de Paris, avec Claude-Bernard Petitot (1819-1829, 130 vol. in-8°) ; Lettres de Mme de Sévigné (1818-1819, 10 vol. in-8°), édition reprise et remaniée par Adolphe Régnier dans la Collection des grands écrivains (1861-1867, 11 vol. in-8°) ; Lettres choisies de Mme de Sévigné et de ses amis à l'usage de la jeunesse (1828, Paris, J. J. Blaise, 2 t. in-18°) ; Historiettes de Tallemant des Réaux (1831, 6 vol. in-8°) ; Théâtre français du moyen âge (d'après des livres de la bibliothèque du Roi), du XIe au XIVe siècle (1839, in-8°), etc[1].

Ses travaux lui ont valu d’entrer à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1833. Selon Dibdin, il était également membre de la Société des bibliophiles français. Il apporta son concours au Bulletin du Bibliophile, que le libraire-éditeur Joseph Techener avait fondé avec Charles Nodier en 1834.

Au cours de son édition des Mémoires de M. de Coulanges (1820), il consulte les papiers des Arnauld à la bibliothèque de l'Arsenal et emprunte pour cela des documents. Il ne les rend jamais, si bien que Léopold Delisle, administrateur de la Bibliothèque nationale doit intervenir auprès d'Armand Fallières, alors ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts, lors de la vente qui suit son décès (1884) afin que ces pièces réintègrent la bibliothèque[2].

Il avait épousé Catherine-Euphrosine de Malinguehem, dont il a eu 4 enfants. Il se remaria avec Marie-Caroline Richard de Sendrecourt[1]. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise[3].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des littératures, Paris, Hachette, 1876, p. 1424.
  2. Rémi Mathis, Le Solitaire et le Ministre. Autour de la correspondance Arnauld d'Andilly - Arnauld de Pomponne (1642-1674), Paris, 2012, p. 58-59.
  3. 54e division.

SourcesModifier

  • Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des littératures, Paris, Hachette, 1876, p. 1424.
  • Notice du CTHS mentionnant quelques sociétés savantes dont il était membre.

Liens externesModifier