Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vatel.
Vatel
Réalisation Roland Joffé
Scénario Jeanne Labrune
Tom Stoppard
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de la Belgique Belgique
Genre Film historique
Durée 103 min
Sortie 2000

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Vatel est un film franco-britannico-belge réalisé par Roland Joffé, sorti en 2000. Il raconte les efforts de François Vatel, maître d'hôtel de la maison Condé, pour restaurer les bonnes grâces du roi Louis XIV sur son maître.

SynopsisModifier

En avril 1671, Francois Vatel est l'intendant et le maître d'hôtel du prince de Condé. Celui-ci, fier mais vieillissant et ruiné, cherche à rentrer en grâce auprès du roi Louis XIV, et à se voir confier le commandement d'une campagne militaire contre les Hollandais.

Pour l'occasion, Condé remet la destinée de sa maison entre les mains de Vatel, lui confiant la lourde tâche d'orchestrer la réception de la cour en son château de Chantilly.

Le film évoque ainsi les derniers jours de François Vatel, maître d'hôtel du prince de Condé, en avril 1671[1].

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Autour du filmModifier

AnachronismesModifier

On note trois anachronismes musicaux et un anachronisme théâtral dans ce film dont l'action se passe en 1671 :

  • lors du feu d’artifice joué dans les jardins du château de Chantilly, l’orchestre joue la Musique pour les feux d’artifice royaux de Haendel, qui est né en 1685 et qui a composé cette musique en 1749 ;
  • on entend aussi le personnage incarné par Arielle Dombasle chanter Temple sacré, séjour tranquille... extrait de l’opéra Hippolyte et Aricie de Jean-Philippe Rameau, qui est né en 1683 et qui a composé cette musique en 1733 ;
  • l'aria A incontrar nove corone de l'Assalone de Giovanni Paolo Colonna est aussi joué devant le roi lors de la fête, alors que cette musique n'a été composée qu'en 1684 ;
  • lorsque les favoris de Monsieur, frère du roi, prennent possession de la baleine destinée aux festivités, ils déclament des vers de Phèdre de Jean Racine, qui n'a été créée qu'en 1677.

Antonin Nompar de Caumont n'a jamais porté le titre de marquis de Lauzun : en 1671 il est connu à la cour sous le titre de marquis de Puyguilhem, et il ne sera fait duc de Lauzun qu'en 1692.

La princesse de Condé ne pouvait être présente aux festivités, ayant été enfermée quelques mois plus tôt, en janvier 1671, par son époux, à Châteauroux, à la suite d'un scandale provoqué par sa liaison avec un valet.

On remarque aussi que le duc et la duchesse de Longueville semblent être un jeune couple, alors qu'en 1671, le duc était déjà mort, et que la duchesse avait 52 ans. Par ailleurs, même si elle était la sœur du prince de Condé, elle était en disgrâce depuis la fin de la Fronde, et était tenue éloignée de la cour.

Il faut également savoir que le film imbrique dans son scénario des événements qui se sont déroulés en 1661, lors des fêtes données par Fouquet au château de Vaux-le-Vicomte, comme l'invention de la crème chantilly.

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

  • Patrick Rambourg, « Du Vatel de Roland Joffé à la gastronomie du Grand Siècle », dans Roswitha Böhm, Andrea Grewe et Margarete Zimmermann (dir.), Siècle classique et cinéma contemporain : actes de la section 5 du Ve congrès de l'Association des Francoromanistes allemands Martin Luther-Universität Halle/Wittenberg, 26 au , Tübingen, G. Narr, coll. « Biblio 17 » (no 179), , 189 p. (ISBN 978-3-8233-6458-0), p. 69-81.
  • Gesa Stedman et Margarete Zimmermann, « « Un paradigme parfait du monde actuel » ? Le film Vatel (2000) de Roland Joffé », dans Roswitha Böhm, Andrea Grewe et Margarete Zimmermann (dir.), Siècle classique et cinéma contemporain : actes de la section 5 du Ve congrès de l'Association des Francoromanistes allemands Martin Luther-Universität Halle/Wittenberg, 26 au , Tübingen, G. Narr, coll. « Biblio 17 » (no 179), , 189 p. (ISBN 978-3-8233-6458-0), p. 53-68.

Lien externeModifier