Ouvrir le menu principal
Page de l’édition princeps de Tirant lo Blanc (1490).

La littérature catalane est le nom traditionnellement utilisé pour faire référence à la littérature écrite en langue catalane.

La tradition littéraire catalane trouve ses débuts au Moyen Âge et connait un renouveau romantique au XIXe siècle, avec la Renaixença, ouvrant alors l'émergence de nouveaux courants littéraires comme la Modernitat ou encore le Noucentisme.

DéfinitionModifier

La littérature catalane peut se définir au moins de deux manières: soit celle écrite par des auteurs originaires des pays catalans, principalement en catalan mais aussi en castillan ou en français; soit celle écrite en catalan indépendamment du lieu d'origine de l'auteur. Cependant, comme le remarque Martí de Riquer, «il est très aisé de vouloir de déterminer et d'isoler les "caractéristiques" spécifiques à une littérature — travail dans lequel il est facile d’exceller — mais il existera toujours le risque d'aboutir à des généralisations et des schématisations qui peuvent jusqu'à dénaturer la production littéraire d'un pays ou d'une langue[1]».

En effet, le philologue Joaquim Molas insiste sur le caractère «anormal»[2] de la littérature catalane. Si une littérature «normale» est celle qui jouit du décor d'un État ou d'une cour propice à son développement[2], la littérature catalane, elle, ne peut être abordée qu'en prenant en compte la situation subalterne historique de la Catalogne et de la langue catalane — par exemple avec la diglossie en défaveur du catalan sous le régime franquiste — ainsi que l'histoire de ses institutions culturelles — par exemple, sous la dictature de Primo de Rivera, avec la dissolution de la Mancomunitat, institution s'étant mobilisée en faveur de la modernisation du catalan.

HistoireModifier

Moyen ÂgeModifier

Ramon Llull (XIIIe siècle) est le grand écrivain en prose catalane du Moyen Âge ; le premier grand poète dans cette langue, Ausiàs March, (XVe siècle), tourne le dos à l’époque médiévale et s’engage dans la Renaissance. Après cette période de splendeur du Siècle d'Or valencien, qui culmine avec Tirant lo Blanc de Joanot Martorell (publié en 1490), le catalan comme langue littéraire culte entre dans une longue période de décadence (du XVIe siècle à 1833) en raison de persécutions et d'interdictions politiques des rois espagnols. Elle est souvent désignée alors comme langue limousine.

Époque moderneModifier

Il ressurgit avec vigueur durant le second tiers du XIXe siècle (Renaixença). À cette époque se détachent particulièrement Jacint Verdaguer, Àngel Guimerà et Narcís Oller, qui s'inscrivent dans les courants du romantisme tardif et du réalisme.

À la fin du XIXe siècle arrive le modernisme, dont Joan Maragall est l’une des figures principales en poésie.

Durant le XXe siècle, la littérature catalane se maintient malgré la répression dont la langue catalane est victime sous les dictatures de Primo de Rivera et de Franco.

Des écrivains comme Josep Carner, Joan Salvat-Papasseit, Carles Riba, J.V. Foix, Salvador Espriu, Joan Oliver « Pere Quart », Josep Maria de Sagarra, Josep Pla, Mercè Rodoreda, Llorenç Villalonga, Pere Calders, Gabriel Ferrater, Josep Sebastià Pons, Manuel de Pedrolo, Joan Brossa, Jesús Moncada, Núria Perpinyà, Quim Monzó ou Miquel Martí i Pol font partie des auteurs de langue catalane les plus reconnus de ces dernières décennies.

Actuellement, sous l’effet d’une politique linguistique très active du gouvernement autonome de Catalogne (enseignements en catalan et en castillan conjoints, textes administratifs obligatoirement dans le ressort de la Généralité, etc.), la production de livres en catalan augmente régulièrement chaque année[3]. Néanmoins, certains courants espagnolistes (principalement de droite)[réf. souhaitée] s'opposent fermement à l'usage majoritaire du catalan. Dans le même temps, certaines maisons d'édition ou sociétés de productions cinématographiques barcelonaises privilégient le castillan, le marché catalanophone étant plus réduit et donc moins rentable.

De nos jours, la littérature catalane existe également en France, dans le département des Pyrénées-Orientales de langue et de culture historiquement catalanes, grâce à des poètes tels que Jordi Pere Cerdà, et des romanciers, Joan-Lluís Lluís, Joan-Daniel Bezsonoff, qui publient à Barcelone et dont l’œuvre est reconnue par la critique.

Œuvres notablesModifier

Notes et référencesModifier

  1. (ca) Antoni Comas, Martí de Riquer, Història de la literatura catalana (Tome 1), Barcelone, Ariel, 1980-1981, p. 10-11
  2. a et b (ca) Joaquim Molas, Sobre la construcció de la literatura catalana, Palma de Majorque, Lleonard Muntaner, , p. 123-135
  3. (ca) Manuel Llanas, L'edició a Catalunya: al segle XX (els darrers trenta anys), Barcelone, Gremi d'editors de Catalunya, , p. 13-18

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (fr) Jad Hatem, Le temps dans la poésie catalane contemporaine, Paris, Éd. du Cygne, 2011
  • (fr + en + de) Matthew Tree (trad. Carole Touati), « La littérature catalane aujourd'hui : En attendant l'envol », Transcript, no 3 « Littérature catalane »,‎ sans date (lire en ligne, consulté le 22 juin 2017)
  • Jordi Bonells, Histoire de la littérature catalane, Paris, PUF, 1994.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier