Ouvrir le menu principal

Isabelle de Villena

abbesse
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villena (homonymie).
Isabelle de Villena
Murals Espinar 2018 - Batà, Muro d'Alcoi (8).jpg
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Autres informations
Ordre religieux

Isabelle de Villena (Isabel de Villena) naquit, sûrement à Valence (Espagne), en 1430. C'était la fille naturelle d'Henri de Villena, Marquis de Villena, prince de la maison de Barcelone. Isabelle fut baptisée sous le nom d’Elionor Manuel et elle fut élevée à la cour de Marie de Castille, femme d'Alphonse V d'Aragon, dit le Magnanime. En 1445 elle prononçe ses vœux au couvent de la Très Sainte Trinité des Clarisses de Valence, dont elle devient abbesse en 1463[1].

Sœur Isabelle sut gagner une réputation de sainteté et réunit autour d'elle un cercle important d'écrivains qui admiraient sa hauteur intellectuelle. Elle est la première femme de lettres de la littérature valencienne dont le nom est connu. Elle appartint au Siècle d'or valencien, dont elle fut une représentante éminente. Elle mourut dans le couvent même où elle passa quarante-cinq ans de sa vie, victime d'une épidémie qui ravagea Valence en 1490, l'année même de la sortie de Tirant lo Blanc des presses de l'imprimeur Nicolas Spindeler.

La seule œuvre que l'on a conservé d'elle est Vita Christi, publiée à Valence en 1497 par l'abbesse qui lui succéda.

Vita ChristiModifier

Article détaillé : Femmes dans la vie du Christ.

Comme son titre latin l'indique, il s'agit d'une vie de Jésus-Christ, écrite dans le but d'instruire les religieuses de son couvent. Son originalité tient à la façon dont l'auteur est capable d'y verser sa prodigieuse imagination et d'y exprimer son point de vue. Ce qui devait être une vie du Christ se transforme dans ses mains en une vie de la Vierge Marie : le livre commence par la naissance[2] de la Vierge et se termine par son assomption au Ciel.

La simplicité du styleModifier

Ce qui est le plus remarquable dans le style d'Isabelle de Villena, c'est l'emploi d'une langue très simple. Elle évite volontairement les mots savants et les artifices littéraires, recherchant le naturel et l'intelligibilité pour le public auquel elle destinait son œuvre.

Elle oppose les scènes domestiques empreintes de simplicité à la pompe et à la solennité du cérémonial céleste, qu'elle prend plaisir à décrire, savourant la richesse des tissus, des joyaux, des mets et du décor.

On doit noter également sa maîtrise de l'amplification : elle fait preuve en effet d'une habileté rare en rédigeant des chapitres entiers de son livre à partir d'un seul verset de l'Évangile, brodant ensuite des développements grâce à sa prodigieuse imagination.

Traduction moderne en françaisModifier

Notes et référencesModifier

  1. Ouvrage SOLC9, 2010, p. 87
  2. Vita Christi. Cap. II histoire de la naissance de la Vierge () YouTube. Consulté le .

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • (ca) Carme Arenas (dir.), Antònia Carré, Joan Ducròs et Toni Sala, SOLC 9 : Literatura catalana - Història i textos, Barcelone, educaula, coll. « Aula », , 384 p. (ISBN 84-92672-67-6 et 978-84-92672-67-7), p. 83-94.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier