Ligue verte

parti politique écologiste

Ligue verte
(fi) Vihreä liitto
(sv) Gröna förbundet
Image illustrative de l’article Ligue verte
Logotype officiel.
Présentation
Chef Maria Ohisalo
Fondation
Siège Fredrikinkatu 33 A
FI-00120 Helsinki
Positionnement Centre gauche
Idéologie Écologie politique[1]
Europhilie
Affiliation européenne Parti vert européen
Groupe au Parlement européen Verts/ALE
Affiliation internationale Verts mondiaux
Couleurs Vert
Site web vihreat.fi
Représentation
Députés
20  /  200
Députés européens
3  /  14

La Ligue verte (en finnois : Vihreä liitto, abrégé en Vihr., et en suédois : Gröna förbundet) est un parti politique finlandais de tendance écologiste, fondé en 1987. Il est membre du Parti vert européen. Maria Ohisalo en est la présidente depuis le .

IdéologieModifier

La Ligue verte n'est plus un parti de protestation ou un mouvement alternatif. Le parti a trouvé sa place au centre gauche, avec un agenda politique basé sur les problématiques écologiques. Cependant, beaucoup de candidats verts rejettent leur classification à gauche ou à droite de l'échiquier politique.

Dans son programme, la Ligue critique aussi bien l'économie de marché que le socialisme, parce que tous deux sont des productivismes et par conséquent, seraient incapables de prendre soin de l'environnement, des pays en développement ou des générations futures et se concentreraient trop sur la croissance économique. Les principes majeurs du programme du parti sont la protection de l'environnement, la démocratie participative et la justice sociale.

À la chambre du parlement et dans les Assemblées locales, les Verts siègent entre le Parti du centre et le Parti social-démocrate.

Maria Ohisalo, présidente du parti et ministre de l'intérieur, a déclaré que son parti n'était pas opposé, en accord au programme du parti adopté en septembre 2020, aux centrales nucléaire de type SMR pour combattre le réchauffement climatique[2].

Histoire de la Ligue verteModifier

Parti nationalModifier

Dans la deuxième moitié des années 1970, des mouvements antinucléaires et féministes indépendants des partis traditionnels émergent en Finlande[3]. Les activités politiques écologistes commencent dès la fin des années 1970, lorsque des militants écologistes, des féministes et d'autres groupes actifs lancent des campagnes sur des thématiques environnementales[3]. Lors des élections communales de 1976, les premières listes écologistes indépendantes se présentes à Helsinki[3]. En 1983, les deux premiers députés écologistes sont élus au parlement national, avant même la fondation du parti: ce sont les premiers députés indépendants au parlement finlandais. Les écologistes apparaissent au moment où la Ligue démocratique du peuple finlandais commence à décliner et parviennent ainsi à mobiliser les nouveaux mouvements sociaux, ce qui était auparavant le propre de l'extrême-gauche[3].

Le parti est fondé le et enregistré comme parti politique l'année suivante. La Ligue verte est issue de la réunion de différentes organisations telles que l'Association de politique environnementale, la Société verte, les Féministes vertes, le Mouvement écologiste des personnes en situation de handicap et différentes associations estudiantines ou régionales[3]. Lors des élections législatives de mars 1987, le nombre de députés écologistes passe de deux à quatre. Durant ses premières années d'existence, la Ligue verte est divisée idéologiquement entre partisans de l'écologie profonde et partisans de l'écologie sociale et doit également faire face à la difficulté de fédérer l'ensemble des organisations fondatrices sous un même toit[3].

Lors des élections législatives de 1991, la Ligue verte obtient dix sièges et perce ainsi véritablement sur la scène nationale[3]. Elle obtient ensuite neuf sièges lors des élections législatives de 1995 et rejoint le gouvernement national mené par le social-démocrate Paavo Lipponen[3]. Pekka Haavisto est alors nommé ministre de l'Environnement et de l'aide au développement. Il est le deuxième écologiste européen à avoir été ministre dans un gouvernement national, après Indulis Emsis, ministre dans le gouvernement letton dès 1993. La participation de la Ligue verte au gouvernement de Lipponen confirme sa transformation, passant d'un parti protestataire dans les années 1980 à un parti national établi au milieu des années 1990[3].

Lors des élections législatives de 1999, la Ligue verte obtient 7,3 % des voix et onze sièges. Trois mois plus tard, lors des élections européennes, elle obtient un second siège au Parlement européen[3]. La Ligue verte reste au gouvernement jusqu'au , date à laquelle elle quitte la coalition gouvernementale pour protester contre la décision de construire une nouvelle centrale nucléaire. En 2003, elle obtient 8 % des voix et 14 sièges, puis, en 2007, 8,5 % des voix et 15 sièges (14 à la suite d'une défection en 2008).

Elle entre alors à nouveau au gouvernement où elle occupe désormais deux ministères: celui du travail (Tarja Cronberg, puis Anni Sinnemäki) et celui de la justice (Tuija Brax). Lors des élections de 2011, le parti recule et ne compte plus que dix députés. La Ligue verte est toutefois conviée à rejoindre une coalition gouvernementale comprenant six partis. Lors des élections législatives de 2015, le parti réédite l'obtention de 15 sièges et le meilleur score qu'elle a obtenu jusque-là dans ce type d'élections (8,53 %).

En 2017, Touko Aalto reprend la présidence de la Ligue jusque-là occupée par Ville Niinistö[4]. Le fait qu'un homme succède à un autre homme va plutôt à l'encontre des pratiques de la Ligue où une alternance entre hommes et femmes a généralement lieu[4].

Lors des élections législatives de 2019, le parti progresse et passe à 20 sièges.

Le parti a également un député européen, membre du groupe Verts/ALE.

Activités dans les communesModifier

La Ligue verte est un parti important dans les plus grandes villes de Finlande. À Helsinki, la capitale, elle est devenue le deuxième parti de la ville en 2000 en obtenant 23,5 % des votes. Elle est le troisième parti de plusieurs autres villes. Elle a en revanche plus de peine à s'implanter dans les régions rurales, ses scores les plus faibles étant typiquement obtenus en Ostrobotnie du Sud, Laponie et Cajanie.

Lors des élections communales du 9 avril 2017, la Ligue verte progresse de 3.9% à 12.5%[4]. Elle se classe ainsi en quatrième position, dépassant les Vrais finlandais, et arrive en tête dans certaines villes comme Nokia ou Jyväskylä[4].

PersonnalitésModifier

Liste des présidents de la Ligue verteModifier

Présidents 
PortraitIdentitéPériodeDurée
DébutFin
 Heidi Hautala
(née en )
4 ans
 Kalle Könkkölä (en)
( - )
moins d’un an
 Pekka Sauri (en)
(né en )
2 ans
 Pekka Haavisto
(né en )
2 ans
 Tuija Brax
(née en )
2 ans
 Satu Hassi
(née en )
4 ans
 Osmo Soininvaara
(né en )
4 ans
 Tarja Cronberg
(née en )
4 ans
 Anni Sinnemäki
(née en )
2 ans
 Ville Niinistö
(né en )
6 ans et 6 jours
 Touko Aalto (en)
(né en )
1 an, 4 mois et 7 jours
 Maria Ohisalo
(née en )
10 jours
 Pekka Haavisto
(né en )
7 mois et 12 jours
 Maria Ohisalo
(née en )
En cours2 ans, 3 mois et 11 jours

Personnalités connuesModifier

  • Anni Sinnemäki : ancienne présidente de la Ligue et ministre du Travail
  • Tuija Brax : ancienne ministre de la Justice
  • Tarja Cronberg : ancienne présidente du parti et ministre du Travail
  • Pekka Haavisto : ancien ministre de l'Environnement et des Affaires étrangères, candidat au premier et second tour à l'élection présidentielle finlandaise de 2012 pour la Ligue Verte
  • Satu Hassi : ancienne députée au Parlement européen, ancien ministre de l'Environnement
  • Heidi Hautala : ancienne ministre de la Coopération pour le développement, députée au Parlement européen (1995-2003, 2009-2011, 2014- ), ancien présidente du groupe des Verts à l'Eduskunta, candidate à la présidentielle (2000 et 2006)
  • Osmo Soininvaara : ancien ministre des Affaires sociales et de la Santé
  • Matti Wuori (en) : ancien député au Parlement européen

Résultats électorauxModifier

Élections législativesModifier

Année Députés Voix % Rang Gouvernement
1983 (en)
3  /  200
43 754 1,5 8e Opposition
1987 (en)
4  /  200
115 988 4,0 8e Opposition
1991 (en)
10  /  200
185 894 6,8 5e Opposition
1995
9  /  200
181 198 6,5 5e Lipponen I
1999
11  /  200
194 846 7,3 5e Opposition
2003
14  /  200
223 846 8,0 5e Opposition (2003) et Vanhanen I (2003-2007)
2007
15  /  200
234 429 8,5 5e Vanhanen II (2007-2010) et Kiviniemi (2010-2011)
2011
10  /  200
213 172 7,3 6e Katainen (2011-2014), Stubb (2014) et opposition (2014-2015)
2015
15  /  200
252 872 8,5 5e Opposition
2019
20  /  200
354 194 11,5 5e Rinne

Élections municipalesModifier

 
Résultats de la ligue verte par commune aux élections municipales de 2008.
0 % 0-2 % 2-4 % 4-6 % 6-8 % 8-10 % 10-12 % 12-14 % 14- %
Année Conseillers Votes %
1984 101 76 441 2,8
1988 94 61 581 2,3
1992 343 184 787 6,9
1996 292 149 334 6,3
2000 338 171 707 7,7
2004 314 175 933 7,4
2008 370 228 227 8,9
2012 323 213 100 8,5
2017 534 320 235 12,5

Élections européennesModifier

Année Députés Votes % Groupe
1996
1  /  16
170 670 7,6 Verts
1999
2  /  16
166 786 13,4 Verts/ALE
2004
1  /  14
172 786 10,4 Verts/ALE
2009
1  /  13
206 439 12,4 Verts/ALE
2014
1  /  13
161 263 9,3 Verts/ALE
2019
3  /  14
292 512 16,0 Verts/ALE

Élection présidentiellesModifier

Année Candidat 1er tour 2d tour
Voix % Rang Voix % Rang
1988 (en) soutien à Kalevi Kivistö 330 072 10,7 4e -
1994 Pas de candidat
2000 Heidi Hautala 100 740 3,3 5e -
2006 Heidi Hautala 105 248 3,5 4e -
2012 Pekka Haavisto 167 663 18,8 2e 1 077 425 37,4 2e
2018 Pekka Haavisto 370 823 12,4 2e -

Notes et référencesModifier

  1. (en) Wolfram Nordsieck, « Parties and Elections in Europe », sur parties-and-elections.eu (consulté le ).
  2. (en-GB) Pekka Vanttinen, « Finland’s Greens soften stance on nuclear energy », sur www.euractiv.com, (consulté le )
  3. a b c d e f g h i et j (en) Kim O.K. Zilliacus, « ‘New politics’ in Finland: The greens and the left wing in the 1990s », West European Politics, vol. 24, no 1,‎ , p. 27–54 (ISSN 0140-2382 et 1743-9655, DOI 10.1080/01402380108425416, lire en ligne, consulté le )
  4. a b c et d (en) Emilia Palonen, « Finland: Political development and data for 2017 », European Journal of Political Research Political Data Yearbook, vol. 57, no 1,‎ , p. 92–97 (ISSN 2047-8844 et 2047-8852, DOI 10.1111/2047-8852.12219, lire en ligne, consulté le )