Ligne de Porrentruy à Bonfol

ligne de chemin de fer suisse

Ligne de
Porrentruy à Bonfol
Voir la carte de la ligne.
Carte de la ligne
Voir l'illustration.
Automotrice CJ en gare de Bonfol.
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Villes desservies Porrentruy, Alle,Vendlincourt ,Bonfol
Historique
Mise en service 1901
Électrification 1952
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 238
Longueur 10,89 km
Écartement standard (1,435 m)
Électrification 15 kV – 16,7 Hz
Pente maximale 25 
Nombre de voies Voie unique
Signalisation Block de ligne
Trafic
Propriétaire Canton du Jura
Exploitant(s) Chemins de fer du Jura

La ligne de Porrentruy à Bonfol est une ligne de chemin de fer en suisse. Cette infrastructure, électrifiée, à voie unique et écartement normal, est longue de 11 km situés en Ajoie dans le canton du Jura.

Mise en service en 1901, elle fut un temps prolongée par la ligne de Dannemarie à Pfetterhouse. Depuis 1970 elle se termine en impasse à Bonfol, avant la frontière avec la France. Bien qu'elle soit isolée, c'est l'une des trois lignes ferroviaires du réseau des Chemins de fer du Jura (CJ).

HistoireModifier

ChronologieModifier

RPB : Régional Porrentruy – BonfolModifier

 
La gare de Bonfol vers 1910.

Le premier train arrive à Porrentruy depuis Delle le 1872 déjà, avec le chemin de fer de Porrentruy à Delle (PD), puis est raccordé au réseau ferroviaire suisse dès le 1877 avec la ligne du Jura-Bernois (JB) jusqu'à Glovelier et Delémont.

L'Ajoie étant maintenant relié par rail à la Suisse et à la France, il est décidé de la relier avec l'Allemagne, en Alsace annexée. Une ligne de 33.6 km sera construite entre Porrentruy et Dammerkirch (Dannemarie), sur la ligne Belfort – Altkirch – Mulhouse, via Bonfol et Pfetterhausen (Pfetterhouse). Le premier train de la Compagnie du chemin de fer Porrentruy – Bonfol (RPB) relie le chef-lieu ajoulot à Bonfol le 1901 ; le prolongement de la ligne jusqu'à Dannemarie (22.7 km) sera mis en service par la Direction générale impériale des chemins de fer d'Alsace-Lorraine neuf ans plus tard, le 1er novembre 1910.

La traction est à vapeur, les rampes maximales sont de 15 ‰ du côté alsacien et de 25 ‰ sur territoire suisse. Aucun ouvrage d'art important n'a dû être construit.

Entre 1914 et 1918 éclate la Première Guerre mondiale, qui verra l'Alsace redevenir française et fera perdre à la ligne de l'importance, mais le trafic international sera maintenu. La partie française de la ligne sera gérée par l'Administration des chemins de fer d'Alsace et de Lorraine jusqu'au 1er janvier 1938, date de la création de la SNCF.

Le , en pleine Seconde Guerre mondiale, la voûte du tunnel CFF de Croix entre Saint-Ursanne et Courgenay s’effondre, coupant la liaison ferroviaire entre l'Ajoie et le reste du pays. Le transfert du matériel roulant entre Porrentruy et Bâle s'effectue alors via Dannemarie et Mulhouse[1], avec l'accord de la Reichsbahn qui exploitait la ligne BelfortBâle durant l'occupation.

CJ : Chemins de fer du JuraModifier

 
La gare de Bonfol de nos jours.
 
Train de travaux en gare de Bonfol.

Les compagnies SC, RSG, CTN et RPB fusionnent au 1er janvier 1944 et deviennent les Chemins de fer du Jura.

Après la guerre, la ligne a perdu toute importance stratégique ; le service voyageurs transfrontalier cessera au 1946, et le dernier train de voyageurs entre Pfetterhouse et Dannemarie circulera le 1965[2]. Les trains de marchandises continueront cependant à franchir la frontière pendant quatre ans encore.

Afin d'unifier le matériel roulant, les CJ décident de tout exploiter par des trains électriques à voie métrique ; la ligne de Glovelier à Saignelégier est convertie entre 1948 et 1953. Cependant, étant donné que celle de Porrentruy à Dannemarie est isolée du reste du réseau, il est décidé de la laisser à voie normale et de l'électrifier au système CFF (CA 15 kV 16⅔ Hz) jusqu'à Bonfol. Le premier convoi mû par l'électricité empruntera la ligne le 1952.

La fermeture définitive du tronçon côté français intervient le 1970, et la ligne est déclassée le suivant. Après cette date, la ligne de 20.1 km est déferrée, les rails et les traverses sont déposés. Côté suisse, la voie subsiste, inutilisée, jusqu'à la frontière. Elle sera en grande partie reprise pour desservir le raccordement à l'ancienne décharge industrielle de Bonfol (DIB).

CaractéristiquesModifier

TracéModifier

ÉquipementModifier

GaresModifier

Gares Statut Communes Correspondances
    Porrentruy gare Porrentruy Ligne de Delémont à Delle
    Alle halte Alle
    Vendlincourt halte Vendlincourt
    Bonfol gare Bonfol

ExploitationModifier

Projet de pérénisation de la ligneModifier

En 2017, un « contrat d'axe » est signé par les communes, le canton et les Chemins de fer du Jura. Il présente les objectifs, et de bonnes pratiques, qu'il faut atteindre pour obtenir un financement permettant de pérenniser la ligne qui a toujours été déficitaire. Cela se traduit par des actions pour : densifier l'habitat autour des gares ; promouvoir un aménagement urbain autour des transports publics ; favoriser une mobilité intermodale ; rendre attractive l'offre ferroviaire ; gérer le transport marchandises ; promouvoir l'aspect touristique, améliorer la coordination des acteurs du projet[3].

En 2019, la confédération a apprécié le projet et indique prévoir d'engager 27 millions de francs d'investissement, pour la pérennisation des 11 km de la ligne, sur une période allant jusqu'à 2022[4]. Ce projet vient à point car la ligne était condamné à ne pas survivre à la fin des transports dus à l'assainissement de la décharge chimique de Bonfol[5].

Notes et référencesModifier

  • Réseau ferré suisse, Secrétariat général CFF, Berne 1997

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Marcus Rieder, Céline Tellier et Juliette Walckiers, Porrentruy—Bonfol : La ligne ferroviaire comme levier pour le développement de l’Ajoie, Porrentruy, CCR, , 49 p. (lire en ligne).

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier