Ligne 27 (Infrabel)

ligne de chemin de fer belge

Ligne de
Bruxelles-Nord à Anvers-Central
Ligne de Bruxelles à Anvers
via Malines et Mortsel
Image illustrative de l’article Ligne 27 (Infrabel)
Carte de la ligne
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Historique
Mise en service 1908 – 1930
Électrification 1950
Concessionnaires Chemins de fer de l'État belge (1894 – 1926)
Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) (1926 – 2015)
Infrabel (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 27
Longueur 44,8 km
Vitesse de référence 120
Écartement standard (1,435 m)
Électrification 3000 V continu
Nombre de voies Double voie
Trafic
Propriétaire Infrabel
Exploitant(s) SNCB
Trafic Voyageurs / marchandises

La ligne 27 ou ligne de Bruxelles-Nord à Anvers-Central[1], est une ligne ferroviaire belge. Longue de 44,8 km de long elle relie Bruxelles à Anvers en doublant en parallèle la ligne 25.

HistoriqueModifier

GenèseModifier

Cette ligne, dévolue aux trains de marchandises et aux trains omnibus, a été construite au début du XXe siècle en tant que complément à l'ancienne ligne Bruxelles-Anvers qui était surchargée. Elle est déclarée d'utilité publique en 1894.

ConstructionModifier

Première sectionModifier

La section de Schaerbeek à Malines est mise en service le par les Chemins de fer de l'État belge, simultanément avec la ligne 27B, de Weerde à Muizen. Un prolongement vers Anvers-Central et les Pays-Bas était prévu[2] mais ne sera réalisé qu'après la Grande Guerre.

Elle prolonge la ligne de Malines à Wilrijk et Anvers-Sud, actuelle ligne 25A mise en service de 1894 à 1907. Cette dernière connut pas le succès escompté et fut fermée et démontée par sections entre 1931 et 1970.

À la même époque la ligne de contournement d'Anvers (actuelle section de la ligne 12) est complètement reconstruite et mise à quatre voies. À Bruxelles, commence la construction d'une nouvelle ligne (actuelle ligne 26) qui doit permettre aux trains de marchandises venant d'Anvers de contourner la ville. Sa construction fut stoppée net par la Première Guerre mondiale.

Prolongement vers AnversModifier

La ligne vers Anvers-Sud ne donnant pas satisfaction, une nouvelle section de la ligne 27 est mise en chantier en direction de Mortsel et Anvers. Elle est finalement inaugurée par la SNCB en 1933.

Lors des travaux de construction de la ligne 27, les sections parallèles de la ligne 25 furent également remaniées (suppression de passages à niveau, tracé rectifié et nouveaux ouvrages d'art). Dès 1907, la ligne 27 est une ligne très moderne, dotée de sauts-de-mouton et dépourvue de passages à niveaux.

ÉlectrificationModifier

En 1935, la SNCB électrifie la ligne 25, uniquement pour le service des voyageurs. Il s'agit de la première ligne électrifiée de la SNCB.

À la fin des années 1930, les résultats de l'électrification étant très encourageants, les travaux démarrent pour électrifier la ligne 27, ainsi que la ligne 26 (entre Haren et Linkebeek) et la ligne 124, de Bruxelles à Charleroi. Cette fois-ci, l'électrification concernera aussi les trains de marchandises et les trains omnibus.

La Seconde Guerre mondiale interrompit les travaux. Les lignes 26, 27 et 124 sont finalement mises sous tension de 1949 à 1950, peu avant l'achèvement de la Jonction nord-midi.

Le succès de cette électrification, d'une ampleur beaucoup plus grande que celle de la ligne 25, entraîna la généralisation de la traction électrique en Belgique. À partir de 1954, la plupart des lignes principales sont électrifiées.

ReconstructionModifier

À la fin du XXe siècle, les installations des lignes 25 et 27 ayant beaucoup vieilli et ne permettant pas de circuler à des vitesses très élevées, la SNCB entame des travaux de reconstruction intégrales des lignes 25 et 27.

Les travaux prennent fin dans les années 2010.

CaractéristiquesModifier

ExploitationModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Liste des lignes ferroviaires », sur Infrabel (consulté le ).
  2. Lionel Wiener, « Les chemins de fer de la banlieue de Bruxelles et la jonction Nord-Midi », Revue générale des Chemins de fer,‎ , p. 149-158 (lire en ligne, consulté le )

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Infrabel, Document de référence du réseau : Annexe E.1 - distances entre gares et nœuds, Bruxelles, Infrabel, , 43 p. (lire en ligne), p. 8.  .

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier