Le cave se rebiffe

film de Gilles Grangier
Le cave se rebiffe
Réalisation Gilles Grangier
Scénario Albert Simonin
Gilles Grangier
Michel Audiard
Musique Francis Lemarque et Michel Legrand
Acteurs principaux
Sociétés de production Cité Films
Compagnia Cinematografica Mondiale
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Genre Comédie policière
Durée 98 minutes
Sortie 1961

Série Max le Menteur

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le cave se rebiffe est un film français réalisé par Gilles Grangier sur des dialogues de Michel Audiard, sorti en 1961.

Tiré du roman du même nom d'Albert Simonin, ce film est l'adaptation du deuxième volet de la trilogie Max le Menteur, qui s'insère entre Touchez pas au grisbi et Grisbi or not grisbi, ce dernier volet étant adapté à l'écran sous le nom de Les Tontons flingueurs.

Alors que Touchez pas au grisbi est une adaptation fidèle du roman noir écrit en argot par Simonin, ce film, tout comme Les Tontons flingeurs est traité sous l'angle d'une comédie hilarante dialoguée par Michel Audiard. Par ailleurs, ces trois films sont des adaptations indépendantes et ne présentent pas le caractère trilogique des romans.

SynopsisModifier

Charles Lepicard (Bernard Blier), un tenancier de maison close ruiné par une nouvelle législation, Lucas Malvoisin (Antoine Balpêtré), un notaire blanchisseur d'argent, et Éric Masson (Franck Villard), un jeune truand prétentieux, décident de se lancer dans la « fausse mornifle » (ou « faux talbin ») : la fausse monnaie. Éric, le « grand con », pense qu'il n'y a rien de plus facile, car il sort avec la femme d'un graveur hors pair, Robert Mideau (Maurice Biraud). C'est un « cave », c'est-à-dire, dans le langage des truands, un être ordinaire, crédule et ignorant des pratiques et des codes du Milieu.

Les trois associés se rendent compte rapidement qu'ils ne connaissent rien au métier. Ils prennent alors la décision de faire appel à un expert : Ferdinand Maréchal (Jean Gabin), alias « le Dabe », qui s'est retiré en Amérique Centrale. Charles s'envole pour le convaincre de se joindre à l'affaire. Le Dabe, après avoir hésité, accepte de s'occuper de l'affaire et revient à Paris, où il n'a pas mis les pieds depuis quinze ans, même si la police ne l'a pas oublié.

Dès son arrivée, le Dabe prend l'affaire en main, avec une rigueur toute professionnelle et ne négligeant aucun détail. Il impose aussi son autorité, ce qui déplaît à ses trois associés. De plus, il a bien de la peine à supporter leur bêtise, leur maladresse et leur vanité. Inversement, il va apprécier de plus en plus Robert Midaud, avec lequel il se lie d'amitié. Celui-ci ne se montrera pas aussi « cave » que prévu.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

ProductionModifier

Pré-productionModifier

  • Deuxième collaboration entre Martine Carol et Gilles Grangier.
  • Nouvelle collaboration entre Jean Gabin et Gilles Grangier, un an après Les Vieux de la vieille.

Bande originaleModifier

Le trompettiste Marcel Lagorce interprète un des titres de la bande originale du film. Cette séquence instrumentale aux airs aériens, composée par Francis Lemarque et Michel Legrand (éditions Mondialmusic), est intitulée Cavatine[8] et dure un peu moins de deux minutes, quand Jean Gabin se rend sur l'hippodrome de Vincennes pour faire un tour de piste en sulky[8].

Lieux de tournageModifier

  • Val-de-Marne :
    • Aéroport de Paris-Orly,
    • Joinville-le-Pont, Quai d'Anjou,
    • Franstudio (studios de Saint-Maurice) - scènes d'intérieur du lupanar. L'adresse, 14 rue Verdoux, censée être celle de l'ancien bobinard occupé par Charles Lepicard (Bernard Blier), est purement imaginaire, cette voie n'existant pas à Paris. Lorsque Bernard Blier fait visiter ses « 17 chambres d'amis », celles-ci font par leur extravagances directement référence à celles du Chabanais : la chambre des glaces, le palais oriental, la baignoire à champagne en cuivre rouge. L'intéressé regrette d'ailleurs le bon vieux temps où il tenait l'établissement de la rue du Chanabais.
  • En régions :
    • La scène de la rencontre entre Jean Gabin et Bernard Blier, censée se dérouler en Amérique du Sud[11], fut en réalité tournée à l'hippodrome d'Hyères (Var) et sur la route désertique de l'Ayguade-Ceinturon vers le port de Hyères, Gabin n'ayant aucune envie de se déplacer à l'étranger.
    • Les autres scènes hippiques furent tournées à Vincennes et en Normandie. Habitant à Deauville, il fut plus que ravi de cette décision[12].

Références dans le filmModifier

 
Billet de 100 florins, dessiné par Carel Adolph Lion Cachet
  • « Ça, c'est du BSA Extra piste[13] » dit Jean Gabin, dans le dialogue écrit par Michel Audiard. Gabin et Audiard étaient des habitués du Vélodrome d'Hiver, avant 1939, et avaient connu cette grande publicité qui ornait la piste, vantant les mérites de roulements britanniques. Pour eux, c'était le summum dans l'excellence d'un produit.
  • À la fin du générique, apparaît la citation de Jean de La Fontaine « Bien mal acquit (sic) ne profite jamais », ainsi qu'un très court texte qui tient à nous expliquer que tout ce beau monde a été bien sûr arrêté par la police[14].
 
Boeing 707 Air France

Autour du filmModifier

Le scénario du film est tiré du roman homonyme d'Albert Simonin. Il est l'adaptation du deuxième volet de la trilogie Max le Menteur, qui s'insère entre Touchez pas au grisbi et Grisbi or not grisbi adapté à l'écran sous le titre Les Tontons flingueurs.

Le personnage de Max le Menteur disparaît dans l'adaptation cinématographique de l'œuvre de Simonin, mais la trame de cette histoire de faux-monnayeurs, et les personnages centraux du « dabe » et du « cave » restent identiques.

Les gestes du personnage du cave, Robert Mideau, interprété par Maurice Biraud sont doublés par Pierre Forget, graveur et professeur de gravure taille douce à l'école Estienne. Ce sont également ses mains que l'on peut voir graver tout au long du générique d'ouverture du film.

AccueilModifier

Le film fut un succès public lors de sa sortie en salles (plus de 2,8 millions d'entrées[5] en France), même s'il n'a pas remporté l'adhésion de certains critiques[19]. Il est resté en tête du box-office parisien durant les quatre semaines de sa sortie en salles avec plus de 265 000 entrées cumulées à cette période[20].

PostéritéModifier

Pour le magazine Télé Loisirs, Le cave se rebiffe est « l'un des meilleurs dialogues signés par Michel Audiard, au service de comédiens qui étaient de vieux complices. La bonne humeur qui a régné lors du tournage de ce film est très rapidement partagée par les spectateurs »[21].

Colorisé en 1995[22], le film est diffusé sur Canal+ en 1996 et figure sur l'édition DVD d'EuropaCorp en 2009, qui permet de visionner le film en noir et blanc ou en colorisé[23].

Notes et référencesModifier

  1. Simonin 1954.
  2. « Cité Films [fr] », sur IMDb (consulté le 3 mars 2017)
  3. « UFA-Cormacico [fr] », sur IMDb (consulté le 3 mars 2017)
  4. « Compagnie Française de Distribution Cinématographique (CFDC) [fr] », sur IMDb (consulté le 3 mars 2017)
  5. a et b JP, « Le Cave se rebiffe (1961)- JPBox-Office », sur JPBox-office (consulté le 3 mars 2017)
  6. « Le cave se rebiffe », sur Télérama, (consulté le 19 octobre 2017)
  7. Thomas Morales, « Le cave se rebiffe à Pantruche » [« à Paris »], sur Causeur. Surtout si vous n'êtes pas d'accord, (consulté le 19 octobre 2017) : « dans le livre, Simonin donne de très nombreuses indications sur les caractères mais aussi sur ce fameux claque tenu par le couple Bernard Blier et Ginette Leclerc »
  8. a et b Francis Lemarque et Michel Legrand, « Cavatine du film Le cave se rebiffe interprétée par Maurice André », sur Maurice André (consulté le 19 octobre 2017)
  9. Fabrice Levasseur, « Le cave se rebiffe », sur L2tc (consulté le 19 octobre 2017).
  10. a et b Isabelle Blondel, Olivier Delacroix, Alice Develex, Nicolas d'Estienne d'Orves, Bertrand Guyard, Colette Monsat, Marie-Noëlle Tranchant et Florence Virerron, « Si le Paname d'Audiard m'était conté », Le Figaroscope, semaine du 10 au 16 mai 2017, pages 8-10.
  11. « Le Cave se rebiffe : Modification de tournage », sur Allociné, (consulté le 19 octobre 2017)
  12. Collection Audiard no 1, Le Cave se rebiffe, TF1 Vidéo, 2006
  13. « Le Tour de Rance Vintage de Gilles Degaraby », sur Ouest-France, (consulté le 19 octobre 2017) : « « Ça, c'est du BSA extra-piste. Ca hérisse le poil, tellement c'est beau ! » Le dialogue dit par Jean Gabin dans « Le Cave se rebiffe », dialogué par Michel Audiard, donne le ton pour cette première édition du Tour de Rance Vintage. »
  14. « Le cave se rebiffe : Un bijou ! », sur Le cinéma d'Impétueux, (consulté le 20 octobre 2017) : « Le scénario est certes habile, ingénieux, drôle, délicieusement immoral, malgré le vertueux carton final qui précise que naturellement, les protagonistes du mauvais coup ont été rapidement arrêtés et condamnés, clin d’œil majuscule qui n’abuse personne. »
  15. Jean Cohadon, « Les faux « biftons » ne font pas rire les magistrats », sur La Dépêche du Midi, (consulté le 20 octobre 2017)
  16. Claude Jaëcklé Plunian, « Binet sur écran », sur Société Rétif de la Bretonne, (consulté le 20 octobre 2017) : « Binet, l'illustrateur favori de Rétif de la Bretonne, fait l'objet d'une petite séquence culturelle qui se détache avec bonheur dans le film de Gilles Grangier, Le Cave se rebiffe (1961). »
  17. Christian Santoir, « Le cave se rebiffe », sur aeromovies, (consulté le 19 octobre 2017)
  18. (en) Harro Ranter, « Crash du Boeing 707-328 F-BHSA - Hamburg-Fuhlsbüttel Airport », sur aviation-safety.net, (consulté le 19 octobre 2017)
  19. « Le Cave se rebiffe : Critiques spectateurs », sur Allociné (consulté le 19 octobre 2017)
  20. Renaud Soyer, « Le Cave se Rebiffe », sur Box Office Story, (consulté le 10 octobre 2018).
  21. Télé Loisirs, no 81, du 19 au 25 septembre 1987, p. 49
  22. « Le cave se rebiffe », sur filmscolorises.online (consulté le 19 octobre 2017)
  23. « Le Cave se rebiffe (1961) - DVD », sur dvdfr, (consulté le 19 octobre 2017)

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :