Ouvrir le menu principal

Église Saint-Germain de Charonne

église située à Paris, en France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Saint-Germain.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charonne.

Église Saint-Germain de Charonne
Image illustrative de l’article Église Saint-Germain de Charonne
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église paroissiale
Rattachement Archidiocèse de Paris
Début de la construction XIIe siècle
Fin des travaux XVIIIe siècle
Style dominant Roman à Classique
Protection Logo monument historique Classé MH (1923)
Site web www.saintgermaindecharonne.frVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Paris
Ville Paris
Coordonnées 48° 51′ 36,6″ nord, 2° 24′ 14,29″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Germain de Charonne

Géolocalisation sur la carte : 20e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 20e arrondissement de Paris)
Église Saint-Germain de Charonne

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Église Saint-Germain de Charonne

L'église Saint-Germain-de-Charonne un édifice religieux du 20e arrondissement de Paris.

Situation, présentation et accèsModifier

HistoriqueModifier

Selon la tradition, vers 430, saint Germain, alors évêque d'Auxerre, aurait rencontré sur les coteaux de Charonne une jeune fille de Nanterre, la future patronne de Paris, sainte Geneviève. La légende veut que l'église ait été érigée par les habitants du lieu à l'emplacement d'un petit oratoire en souvenir de cette rencontre[1].

L'église Saint-Germain-de-Charonne allie harmonieusement quelques vestiges du XIIe siècle (gros piliers de la tour) à une architecture élégante, des XVe et XVIIIe siècles pour l'essentiel. Avant 1860, date de rattachement à Paris, elle fut l'église paroissiale de l'ancien village de Charonne dont elle constituait le cœur avec la rue Saint-Blaise.

Elle est la seule église de Paris avec l'église Saint-Pierre de Montmartre à être toujours bordée de son ancien cimetière (comme au Moyen Âge), le cimetière de Charonne.

L'église fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [2].

Reposant sur une couche d'argile, l'église a toujours connu des problèmes d'instabilité depuis sa construction mais, en 2009, de gros désordres dans les pierres et la maçonnerie du côté droit de l'église sont apparus et ont conduit à la réalisation de travaux de stabilisation de grande ampleur, précédés d'une phase de fouilles archéologiques[3]. Seul le petit cimetière à l'arrière de l'église était accessible pendant la durée des travaux, terminés en 2016.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Dans les artsModifier

Cette église s'est rendue célèbre dans la dernière scène du film Les Tontons flingueurs[4] – le mariage –, où l'on voit l'environnement (le quartier Saint-Blaise) ainsi que l'intérieur de l'église, dans la scène des tontons agenouillés on distingue au fond la partie gauche du tableau de Joseph-Benoît Suvée : La Rencontre de saint Germain et sainte Geneviève.

On peut également voir Saint-Germain-de-Charonne dans l'album de bande dessinée Le der des ders de Jacques Tardi et Didier Daeninckx, pages 53 et 54, aux éditions Casterman.

L'église et son cimetière sont longuement décrits dans Les Sept couleurs de Robert Brasillach, qui y est d'ailleurs enterré.

On voit le clocher de l'église près de la boutique de Mme Pauline, dans Le cave se rebiffe de Gilles Grangier[4].

L'église apparaît aussi dans Une veuve en or de Michel Audiard (1969)[4].

Saint-Germain de Charonne est visible tout au long du téléfilm Au bon beurre d'Édouard Molinaro (1981), le magasin des Poissonnard se situant rue Saint-Blaise.

Autour de Saint-Germain de CharonneModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. Simon Lacordaire, Vie et histoire du XXe arrondissement : Belleville, Charonne, Père Lachaise, Saint-Fargeau, Hervas, , p. 103.
  2. « Église Saint-Germain-de-Charonne », notice no PA00086782, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. « 2014 - Reprise des travaux à Saint-Germain de Charonne », (consulté le 20 juillet 2014)
  4. a b et c Isabelle Blondel, Olivier Delacroix, Alice Develex, Nicolas d'Estienne d'Orves, Bertrand Guyard, Colette Monsat, Marie-Noëlle Tranchant et Florence Virerron, « Si le Paname d'Audiard m'était conté », Le Figaroscope, semaine du 10 au 16 mai 2017, pages 8-10.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier