Langues coréaniques

famille de langues

Langues coréaniques
Pays Corée du Sud, Corée du Nord, Chine (Préfecture autonome coréenne de Yanbian), anciennement Russie (Sud du Primorié)
Nombre de locuteurs environ 80,9 [1],[2]
Typologie SOV, agglutinante
Écriture hangeul, gugyeol (anciennement) et hanja (Corée du Sud)
Classification par famille
Codes de langue
Linguasphere 45-AAA-a
Glottolog kore1284
Carte
Image illustrative de l’article Langues coréaniques
Carte des langues coréaniques et leur classification

Les langues coréaniques (en coréen : 한국어, hangug-eo), plus rarement apelées langues puyŏ-han[3],[4], constituent une famille de langues. Elle regroupe plusieurs langues ayant été parlées dans la péninsule de Corée. Les seules langues encore vivantes de cette famille sont le coréen, le jeju et le yukjin[5],[6], parfois considérés comme des dialectes du coréen ; pour cette raison le coréen est parfois considéré comme un isolat[7]. L’appartenance des langues coréaniques à la famille controversée des langues altaïques n’est pas acceptée par la majorité des linguistes[8],[9].

Classification interneModifier

Classification traditionnelleModifier

Les langues coréaniques sont traditionnellement classées comme ceci[10],[11],[12] :

Nouvelles classificationsModifier

La classification interne comme externe des langues coréaniques est très controversée, certaines sont débattues voire controversées, et aucune ne fait l'unanimité. Ces propositions sont présentées de la plus ancienne à la plus récente, à part la proposition de Glottolog et d'Ethnologue, qui est placée après celle d'Andreas Hölzl, en raison des similitudes partagées.

Il est à noter que selon les auteurs, les noms des langues peuvent varier. Notamment, le nom "vieux coréen" est réservé par certains pour désigner la langue du royaume de Silla[13], tandis que d'autres l'utilisent pour désigner les langues ou dialectes parlé(e)s dans les Trois Royaumes de Corée[14],[15]. Les noms peuvent aussi varier selon la romanisation du coréen qui est utilisée. Ainsi, certains chercheurs utilisent la romanisation McCune-Reischauer (Ki-Moon Lee, Alexander Vovin, John Whitman, ...), alors que d'autres utilisent la romanisation révisée (Senyokbalgul, Sean Kim, ...).

Classification selon Lee et Ramsey (2011)Modifier

En se basant sur des textes chinois (en particulier les Chroniques des Trois Royaumes), Ki-Moon Lee sépare les anciennes langues parlées sur la péninsule de Corée en langues puyŏ (au Nord) et hán (au Sud), en tant que branches des langues coréaniques[16]. Cette séparation ne fait pas l'unanimité.

Ainsi, il classe les langues coréaniques comme ceci :

Classification selon Vovin (2013, 2015) et Unger (2009)Modifier

En se basant sur des emprunts d'origine coréanique dans le khitan et le jurchen ainsi que sur des toponymes du Samguk Sagi, Alexander Vovin (en) et James Marshall Unger (en) affirment que les langues buyeo et le silla ont remplacé les langues han, qu'ils classent dans la famille japonique (dont elles constitueraient alors sa branche péninsulaire)[19],[20]. Une telle vision est débattue.

Ils classent donc les langues coréaniques comme ceci :

  • Langues coréaniques
    • Silla
    • Koguryŏ/Koguryŏan
    • Paekche/Paekchean[22]
    • Puyŏ
    • Okchŏ
    • Ye

Classification selon Senyokbalgul (2017)Modifier

En se basant principalement sur la classification selon Iksop Lee et Robert Ramsey (2000) et Ki-Moon Lee et Robert Ramsey (2011), Senyokbalgul propose une classification, mais celle-ci est critiquée[23]. Les "?" signalent l'incertitude.

Classification selon Hölzl (2018)Modifier

Andreas Hölzl utilise le terme "coréanique" pour désigner uniquement les descendants du moyen coréen[24]. Ce terme contraste avec les "langues para-coréaniques", qui désignent les langues apparentées au coréen antérieures au moyen coréen[25].

Ce qui donne la classification suivante :

Classification selon Glottolog et EthnologueModifier

Glottolog et Ethnologue utilisent la même définition que Hölzl, mais la classification est différente[26],[27] :

  • Langues coréaniques
    • Jejueo
    • Coréen
      • Dialectes cholla-kyongsang
        • Dialecte jollado
        • Dialecte kyongsangdo
      • Dialectes chungchong-coréen central
        • Dialecte ch'ungch'ongdo
        • Dialecte hwanghaedo
      • Dialectes hamgyong-pyongan
      • Moyen coréen
        • Moyen coréen ancien
        • Moyen coréen tardif
      • Dialecte séoulien

Classification selon Cho et Whiman (2019)Modifier

Sungdai Cho et John Whitman (2019) définissent les coréaniques comme ceci[28] :

  • Langues coréaniques
    • Silla
      • Moyen coréen
    • Paekche
    • Koguryŏ (peut-être inclus)
    • Puyŏ (peut-être inclus)

Classification selon Robbeets (2020)Modifier

Martine Robbeets (2020) réserve le terme de "langues coréaniques" pour désigner les descendants du silla. Le terme de "langues macro-coréaniques" correspond à peu près aux langues han et désigne les langues qui, selon elle, sont directement apparentées au coréen (dont elle considère que certains idiomes généralement considérés comme ses dialectes, sont des langues). Elle classe les langues puyŏ au sein d'une famille appelée "japanique" (qui comprend aussi les langues japoniques) semblable à l'hypothèse japono-koguryeoïque de Christopher Beckwith. Robbeets classe les langues japaniques et macro-coréaniques dans le groupe japono-coréanique de la famille transeurasienne (ou langues macro-altaïques)[29],[30],[31]. Ces deux hypothèses sont très controversées, et les linguistes qui soutiennent l'hypothèse transeurasienne sont très minoritaires[32],[33],[34].

Ainsi, elle classe les langues macro-coréaniques comme tel :

  • Langues macro-coréaniques
    • Mahan
      • Mahan paekche
    • Pyŏnhan
      • Kaya
    • Chinhan
      • Silla
        • Langues coréaniques
          • Moyen coréen
            • Langues coréennes
              • Langues coréennes septentrionales
                • Hamgyŏng
                • P'yŏngan
              • Langues coréennes centrales
                • Coréen
                • Ch'ungch'ŏng
              • Langues coréennes méridionales
                • Kyŏngsang
                • Chŏlla
          • Cheju

Classifications selon Kim (2020, 2022)Modifier

Sean Kim (2020) classe les langues coréaniques comme ceci[35] :

  • Langues coréaniques
    • Proto-coréanique
    • Langues buyeo
      • Yemaek
        • Nakrang?
      • Buyeo
      • Goguryeo
        • Balhae?
        • Moyen coréen
          • Coréen
            • Coréen moderne
          • Jeju
      • Baekje
    • Langues han
      • Langues samhan
        • Mahan
        • Jinhan
          • Silla
        • Byeonhan
      • Tamna?
      • Usan?

Plus tard, en 2022, il crée une nouvelle classification basée sur celle de Vovin, de Whitman, et Lee et Ramsey[36] :

  • Langues coréaniques
    • Langues puyŏ
      • Puyŏ
      • Langues macro-koguryŏ
        • Langues koguryŏ
          • Koguryŏ
          • Parhae
        • Paekche
      • Okchŏ
      • Yemaek
    • Langues han
      • Silla
        • Moyen coréen ancien
          • Moyen coréen tardif
            • Coréen moderne ancien
              • Coréen moderne
            • Cheju
      • Mahan

Origines et affinitésModifier

HistoireModifier

Il est possible que le proto-coréanique hypothétique duquel dériveraient les langues et dialectes coréens modernes se soit développé par créolisation dans une société mixte mêlant les apports des habitants primitifs de la Corée et d'immigrants venus d'Asie centrale.

Par la suite, le "proto-coréanique" se serait séparé en langues han et langues buyeo[37]. Les langues han, parlées au sud de la péninsule, rassembleraient les langues des confédérations de Jinhan (puis, Silla), Byeonhan (puis, Gaya) et Mahan[38] et peut-être la langue d'Usan, non-attestée. Il est possible que ces langues aient cohabité avec les langues japoniques péninsulaires hypothétiques[39]. Au nord de la Corée , les langues buyeo (ou Puyŏ, ou Fuyu) rassembleraient les langues des anciens royaumes coréens de Buyeo, d'Okjeo, de Goguryeo, de Ye, et peut-être de Baejke[40]. Cependant, certains linguistes affirment que les langues buyeo constituent la branche continentales des langues japoniques, mais cette hypothèse est controversée (Voir Hypothèse Buyeo)[41].

Le royaume de Silla, ayant unifié politiquement la péninsule de Corée à la fin de la période des Trois Royaumes de Corée en 676[42], aurait imposé sa langue dans les territoires conquis. Le silla aurait donc évolué en moyen coréen, ancêtre des langues coréennes modernes[43],[44]. En revanche, certains linguistes affirment que le moyen coréen descend du goguryeo[45]. La controverse se poursuit toujours aujourd'hui.

Puis, lors de l'annexion japonaise de la Corée, de nombreux Coréens se sont déplacés vers la Mandchourie. C'est pourquoi des dialectes/langues coréen(ne)s y sont toujours parlé(e)s par un minorité[46].

Relations externesModifier

 
Formation hypothétique des langues japono-coréaniques. Années : -1750, -1500, -1250, -1000, -750
  • proto-coréanique
  • proto-japonique
  • De nombreux travaux ont proposé de rattacher les langues coréaniques ainsi que les langues japoniques aux langues altaïques, qui comprennent classiquement les langues turques, les langues mongoliques et les langues toungouses. Toutefois cette hypothèse est de plus en plus controversée[9]. La validité même du groupe altaïque comme unité génétique (c'est-à-dire comme groupe de langues ayant une origine généalogique commune) est également contestée : il pourrait s'agir d'une aire linguistique de diffusion d'innovations communes[47].

    Typologiquement, la syntaxe sujet-objet-verbe, la morphologie agglutinante et le système de politesse rapprochent le japonais des langues altaïques, en particulier du coréen. Si le coréen et le japonais présentent un important vocabulaire commun d'origine chinoise, leur lexique de base est très différent[48],[49],[50].

    Certaines études ont démontré des ressemblances entre la langue du royaume coréen historique de Goguryeo et jusqu'aux langues dravidiennes (ceci dans le cadre plus vaste de l'hypothèse nostratique)[51] (Hypothèse des langues dravido-coréaniques)[52],[53] ainsi que les langues austronésiennes, mais cette hypothèse est peu soutenue (Hypothèse des langues austro-coréaniques)[54],[55].

    Hypothèse BuyeoModifier

    La théorie la plus étayée[réf. nécessaire], tant par l'archéologie que par la génétique (mais contredite par Taylor & Francis en 2008), est la parenté avec la langue de Goguryeo[56]. Cette hypothèse dite des langues Buyeo, Puyŏ ou Fuyü[57] rassemble l'ancien japonais et la langue de Goguryeo, distinguée de celle du royaume de Silla qui a le plus influencé le développement du coréen moderne. Beaucoup de linguistes coréens considèrent cependant que tous les dialectes coréens historiques appartiennent à une famille unique, ce que contredit l'hypothèse Buyeo[58].

    Connaissances actuellesModifier

    Les études plus récentes faites par Martine Robbets de l'université de Tokyo consolident la démonstration de la filiation des langues japoniques et coréennes avec le groupe de langues de l'Altaï.

    Certains réfutaient auparavant la filiation, d'une part par manque de fiabilité des relations dans le vocabulaire de base — mais celles-ci furent consolidées en 2004[59] — et d'autre part à cause de la plus grande simplicité du japonais — fait qui a reçu une explication en 2008[60].

    Comparaison lexicale chinois-coréaniqueModifier

    Ci-dessous, une comparaison entre des nombres chinois et coréaniques[61],[62].

    nombre nombres chinois nombres coréaniques
    sino-japonais sino-coréen chinois classique proto-coréanique coréen standard jeju
    "1" [itɕi]

    ichi

    [il]

    il

    *i̯it *hətan hana hóna
    "2" [ɲi]

    ni

    [i]

    i

    *ńii̯ *tupɨr dul dul
    "3" [saɴ]

    san

    [sam]

    sam

    *sam *seki / *se- set shit
    "4" [ɕi]

    shi

    [sa]

    sa

    *sî *neki net nit
    "5" [ɡo]

    go

    [o]

    o

    *ŋwo *tasə- daseot dasót
    "6" [ɾokɯ]

    roku

    [juk̚]

    yuk

    *li̯uk *jəsəs yeoseot yóseut
    "7" [ɕitɕi]

    shichi

    [tɕʰil]

    chil

    *tsʰit *nilkup ilgop ilgop
    "8" [hɑtɕi]

    hachi

    [pʰal]

    pal

    *pat *jətərp yeodeol yódóp
    "9" [kʲɯː]

    kyuu

    [ku]

    ɡu [ku]

    *ki̯u *ahóp ahop aop
    "10" [dʑɯː]

    juu

    [sip̚]

    sip

    *ʂip *jer yeol yeol

    Comparaison lexicale coréen-japonais-altaïqueModifier

    Le tableau ci-dessous présente quelques comparaisons lexicales entre langues altaïques (turques, mongoles et toungouses), coréen et japonais, qui peuvent indiquer une parenté entre ces langues[63]. Les correspondances ne sont pas toujours précises sémantiquement, et se situent parfois au niveau du champ lexical plus que du sens exact. Pour chaque signification, la première ligne donne la forme reconstruite dans la protolangue correspondante, à côté de la forme altaïque commune hypothétique ; la deuxième ligne donne ensuite un exemple tangible dans une langue attestée : le turc de Turquie pour les langues turques, le mongol khalkha pour les langues mongoliques, le mandchou ou l'evenki pour les langues toungouses, et les formes modernes pour le coréen et le japonais.

    Comme une grande part de ce tableau repose sur des interprétations (à savoir la reconstruction des protoformes et l'étendue des champs lexicaux), il n'est pas possible, malgré l'abondance des données, d'y voir une preuve directe de parenté génétique de toutes ces langues au sein d'un groupe macro-altaïque. Beaucoup de parallèles peuvent remonter à des contacts anciens et des emprunts lexicaux. Ces données — qu'il serait possible de multiplier — montrent cependant que ni une parenté génétique des trois branches de l'altaïque au sens strict, ni l'appartenance du coréen et peut-être aussi du japonais à ce groupe ne peuvent être exclues sans examen.

    Proto-langue Proto-turcique Proto-mongol Proto-toungouse Proto-coréanique Proto-japonique Proto-altaïque
    Langues attestées Turc de Turquie Mongol khalkha Mandchou / evenki Coréen Japonais
    poitrine, cœur, téter *göküŕ *kökön *χuku-n / *kuku-n *kokăi *kəkərə *kok'e
    göğüs

    « poitrine »

    хөx

    « sein, téton »

    oχo (M.)

    « sein »

    gogaengi

    « cœur [du bois], moelle »

    kokoro

    « cœur »

    côte, poitrine *bokana *bogoni *boka . *baki *boka
    вoкoнo (kirghiz)

    « fausses côtes »

    вогино

    « première côte »

    boqšon (M.)

    « sternum »

    . waki

    « flanc »

    pli du bras, jambe, aile, nageoire *Kājnat *ka(i) *keńe- / *kuńe- . *kanai *kēńa
    kanat

    « aile, nageoire »

    xaa

    « pattes de devant »

    keńete, kuńetu (E.)

    « bas [grosse chaussette] »

    . kane

    « règle, soufflet »

    tête, chapeau, chef *tum- *tom- *tumŋu- . *tum- *t'umu
    tomşuk

    « bec »

    тумлaй

    « chapeau »

    tuŋun (M.)

    « sommet du crâne »

    . tsumuri

    « sommet, tête »

    gorge *boguŕ *baγalǯaγur *bukse . *pukum- *boku
    boğaz

    « gorge »

    вaгaлзуур

    « gorge »

    buge / buχe (M.)

    « cartilage, tendons »

    . fukum-

    « avoir en bouche »

    écorce, peau, feuille *Kāpuk *kawda *χabda(-nsa) *kaph- / *kəph- *kapa *k'āp'a
    kabuk

    « écorce, coquille »

    xуудaс

    « page »

    abdaχa / afaχa (M.)

    « feuille »

    kkeopjil

    « écorce »

    kawa

    « peau, cuir, écorce »

    (vieille) femme *eme *eme *emV *amh *mia *eme
    eme

    « vieille femme [dial.] »

    эм

    « femme »

    emeke (M.)

    « belle-mère »

    am

    « femme, femelle »

    me-su

    « femelle »

    une sorte d'oiseau *torgaj *turagu *turākī *tărk *təri *t'oro(-k'V)
    turgay

    « alouette »

    xaр тoруу

    « corbeau »

    turākī (E.)

    « corneille »

    dak

    « volaille »

    tori

    « oiseau »

    pou, lente *sirke *sirke *sire- *hjǝ *siram(u)i *siajri
    sirke

    « lente »

    ширx

    « pou (des animaux) »

    sirikte (E.)

    « ver [parasite] »

    seokae

    « lente »

    shirami

    « pou »

    blanc, jaune, clair *siarıg *sira *siarū- *hăi- *sirua- *siājri
    sarı

    « jaune »

    шaр

    « jaune »

    šari (M.)

    « lumière »

    hi-

    « blanc »

    shiro-

    « blanc »

    pluie, neige, brume . *siγurga *sig- . *sinkurai *sigi
    . шуургa

    « tempête de neige »

    siGan (M.)

    « brouillard »

    . shigure

    « crachin »

    eau . *mören *mū *mır *mi-n-tu *miūri
    . мөрөн

    « rivière »

    muke (M.)

    « eau »

    *mul

    « eau »

    mizu

    « eau »

    filet, réseau *tor *towr *turku *tăračhi *turi *t'obru
    tor

    « filet »

    тoр

    « filet, cage »

    turku- (E.)

    « se faire prendre »

    daraekki

    « panier »

    tsuri

    « pêche à la ligne »

    sel, amer *dūŕ *dabusu *ǯujar- *čjǝ̄r- *tura- *čioberV
    tuz

    « sel »

    дaвс(aн)

    « sel »

    ǯušuχun (M.)

    « amer, acide »

    jeol-

    « être salé »

    tsura-

    « dur, amer »

    pierre *diāĺ *čilaγu *ǯola *tōrh *(d)isi *tiōĺi
    taş

    « pierre »

    чулуу

    « pierre »

    ǯolo (E.)

    « pierre »

    dol-

    « pierre »

    ishi

    « pierre »

    mordre, ronger *gemür *kemeli *kem-ki- . *kam- *kema
    gemir

    « ronger »

    xимлэ, xэмлэ

    « ronger »

    kemki- (M.)

    « mordre »

    . kam-

    « mordre »

    tresser, tisser *ȫr- *ör- . *ōr *ər- *ōre
    ör-

    « tresser »

    өрмөг

    « lainage »

    . ol

    « toron »

    or-

    « tisser »

    faible, malade ; servir, soldat *alp *alba-n *alba *arphă- *apar- *alpa
    alp

    « héros, brave »

    aлбa

    « service, devoir »

    alba- (E.)

    « être incapable »

    apeu-

    « être malade »

    aware

    « pitié »

    qui *kem, *Ka *ken, *ka *χia / *χai *ka, *ko *ka *k'a(j)
    kim

    « qui »

    xэн

    « qui »

    ai (M.)

    « quoi »

    -ga, -go

    «...? »

    -ka

    «...? »

    moi *be- *bi *bi *uri *ba- *bi
    ben

    « moi »

    би

    « moi »

    bi (M., E.)

    « moi »

    uri

    « nous »

    watashi

    « moi »

    Notes et référencesModifier

    1. Korean language at Ethnologue (17th ed., 2013)
    2. Jeju at Ethnologue (18th ed., 2015)
    3. (en) Taehan Min'guk Haksurwŏn, Introduction to Korean Studies, National Academy of Sciences, Republic of Korea, (lire en ligne)
    4. Beckwith (2004), p. 14
    5. King 1987, p. 238.
    6. Vovin (2013c), p. 201.
    7. Campbell, Lyle; Mixco, Mauricio (2007). "Korean, A language isolate". A Glossary of Historical Linguistics. University of Utah Press. pp. 7, 90–91. most specialists... no longer believe that the... Altaic groups... are related […] Korean is often said to belong with the Altaic hypothesis, often also with Japanese, though this is not widely supported".
    8. Lee et Ramsey 2011, p. 14-15.
    9. a et b Sohn 1999, p. 17-18.
    10. Lee et Ramsey (2011), p. v-vi
    11. Cho et Whitman (2019), p. 9-10
    12. Vovin (2013), p. 222, 223
    13. Whitman (2015), p. 221
    14. Ulman (2017), p. 4
    15. Vovin (2005), p. 108
    16. Lee et Ramsey (2011), p. 34-36
    17. Lee et Ramsey (2011), p. 44
    18. Lee et Ramsey (2011), p. 47
    19. Vovin (2013), p. 237-238
    20. Unger (2009), p. 87
    21. Vovin (2013), p. 232
    22. Vovin (2015), p. 250
    23. (en-US) Senyokbalgul, « The Korean Language - An Overview »  , sur Historum.com, (consulté le )
    24. Hölzl (2018), p. 200
    25. Hölzl (2018), p. 26
    26. « Glottolog 4.6 - Koreanic », sur glottolog.org (consulté le )
    27. (en) « Koreanic », sur Ethnologue (consulté le )
    28. Cho et Whitman (2019), p. 13-15
    29. Robbeets (2020), p. 6
    30. Robbeets (2020), p. 3-5
    31. Beckwith (2004), p. 28
    32. (en) Stefan Georg, Peter A. Michalove, Alexis Manaster Ramer et Paul J. Sidwell, Telling general linguists about Altaic, Journal of Linguistics, (DOI 10.1017/S0022226798007312.)
    33. (en) Lyle Campbell, Glossary of Historical Linguistics, Edinburgh University Press, (ISBN 978-0-7486-3019-6), page 7
    34. (en) George Starostin, Altaic Languages, Oxford Research Encyclopedia of Linguistics, (ISBN 9780199384655, DOI 10.1093/acrefore/9780199384655.013.35., lire en ligne  )
    35. (en-US) Sean Kim, « [OLD] The History of the Koreanic Languages »  , sur YouTube, (consulté le )
    36. (en-US) Sean Kim, « The History of the Koreanic Languages »  , sur YouTube, (consulté le )
    37. Lee et Ramsey 2011, p. 34-36.
    38. Lee et Ramsey 2011, p. 35-36.
    39. Whitman 2011, p. 153-154.
    40. Lee et Ramsey 2011, p. 35.
    41. Beckwith 2004, p. 27-28.
    42. Encyclopedia of World History, Vol II, P371 Silla Dynasty, Edited by Marsha E. Ackermann, Michael J. Schroeder, Janice J. Terry, Jiu-Hwa Lo Upshur, Mark F. Whitters, ISBN 978-0-8160-6386-4
    43. Lee et Ramsey 2011, p. 77-79.
    44. Sohn 2015, p. 440.
    45. Vovin (2013), pp. 237–238.
    46. Brown & Yeon 2015, p. 465.
    47. Schönig (2003): "Turko-Mongolic Relations." In The Mongolic Languages, edited by Juha Janhunen, pages 403–419. Routledge.
    48. Martin (1966), Martin (1990)
    49. Miller (1971), Miller (1996)
    50. Starostin, Sergei (1991). Altaiskaya problema i proishozhdeniye yaponskogo yazika The Altaic Problem and the Origins of the Japanese Language. Moscow: Nauka.
    51. Mallory, J.P.; Adams, D.Q. (2006). The Oxford Introduction to Proto-Indo-European & the Proto-Indo-European World (Oxford Linguistics). Oxford University Press. p. 84. ISBN 0199296685. Retrieved 2019-07-23.
    52. Sohn 1999, p. 27-29.
    53. Lee et Ramsey 2011, p. 15.
    54. Sohn 1999, p. 25-27.
    55. Kim (1987), p. 881-882.
    56. Stratification in the peopling of China: how far does the linguistic evidence match genetics and archaeology? In; Sanchez-Mazas, Blench, Ross, Lin & Pejros eds. Human migrations in continental East Asia and Taiwan: genetic, linguistic and archaeological evidence. 2008. Taylor & Francis
    57. Versions du même nom coréen, la première selon la romanisation révisée du coréen, la deuxième dans le système McCune-Reischauer plus ancien, la troisième étant une transcription chinoise. C'est une référence à l'ancien peuple Puyŏ.
    58. Vovin (2005)
    59. (en) « Swadesh 100 on Japanese, Korean and Altaic » [archive] [PDF] par Martine Robbets, université de Tokyo.
    60. (en) « If japanese is altaic, how can it be so simple? » [archive] [PDF] par Martine Robbets, université de Tokyo.
    61. «Japonic Numerals (Eugene Chan)», 2013.
    62. https://www.youtube.com/watch?v=kauQvCdkapY
    63. Présentation modifiée d'après (en) Sergueï Starostine, « » [archive], 28 mai 2006, une base de données adaptée de (en) Sergueï Starostine, Anna Dybo et Oleg Moudrak, , vol. 8, Leyde, Brill, coll. « Handbook of Oriental studies, section 8, Central Asia », 2003, 2 096 p., trois volumes (ISBN 90-04-13153-1).

    Voir aussiModifier

    BibliographieModifier

    • (en) Alexander Vovin, From Koguryo to Tamna: Slowly riding to the South with speakers of Proto-Korean, Korean Linguistics, (lire en ligne  )
    • (en) Alexander Vovin, Koguryŏ and Paekche: different languages or dialects of Old Korean?, Journal of Inner and East Asian Studies, (lire en ligne  )
    • (en) Alexander Vovin, Korean as a Paleosiberian Language, France, EHESS/CRLAD, (lire en ligne  )
    • (en) Alexander Vovin, Northeastern and Central Asia: 'Altaic' linguistic history, (ISBN 978-1-118-97059-1)
    • (en) Andreas Hölzl, A typology of questions in Northeast Asia and beyond, Studies in Diversity Linguistics, (lire en ligne  )
    • (en) Christopher I. Beckwith, Koguryo, the Language of Japan's Continental Relatives, Brill, (ISBN 978-90-04-13949-7, lire en ligne  )
    • (en) Ho-Min Sohn, « Middle Korean », dans Lucien Brown et Jaehoon Yeon, The Handbook of Korean Linguistics, John Wiley & Sons, (ISBN 978-1-119-01687-8), p. 439–459.
    • (en) Ho-Min Sohn, The Korean Language, Cambridge, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-36123-1)
    • (en) Iksop Lee et S. Robert Ramsey, The Korean Language, SUNY Press, (ISBN 978-0-7914-4831-1)
    • (en) Jaehoon Yeon, Korean dialects: a general survey, Routledge, (ISBN 978-0-415-46287-7)
    • (en) James Marshall Unger, The role of contact in the origins of the Japanese and Korean languages, Honolulu, University of Hawaii Press, (ISBN 978-0-8248-3279-7)
    • (en) J. R. P. King, An introduction to Soviet Korean, Language Research, (hdl 10371/85771), p. 233–274
    • (en) John Whitman, « Northeast Asian Linguistic Ecology and the Advent of Rice Agriculture in Korea and Japan », Rice, vol. 4, nos 3–4,‎ , p.149–158 (DOI 10.1007/s12284-011-9080-0)
    • (en) John Whitman, Old Korean, Wiley, The Handbook of Korean Linguistics, (ISBN 978-1-118-35491-9, lire en ligne  )
    • (en) Ki-Moon Lee et S. Robert Ramsey, A History of the Korean Language, coll. « Cambridge University Press », (ISBN 978-1-139-49448-9, lire en ligne  ).
    • (en) Lucien Brown, Varieties of contemporary Korean, Wiley, The Handbook of Korean Linguistics, (ISBN 978-1-118-35491-9)
    • (en) Martine Robbeets, Archaeolinguistic evidence for the farming/language dispersal of Koreanic, Oxford University Press, (lire en ligne  )
    • (en) Roy Andrew Miller, Japanese and the Other Altaic Languages, Chicago, IL: University of Chicago Press, (ISBN 0-226-52719-0)
    • (en) Roy Andrew Miller, Languages and History: Japanese, Korean and Altaic, Oslo, Norvège, Institute for Comparative Research in Human Culture, (ISBN 974-8299-69-4)
    • (en) Samuel E. Martin, Lexical Evidence Relating Japanese to Korean, Language, (DOI 10.2307/411687, JSTOR 411687)
    • (en) Samuel E. Martin, Morphological clues to the relationship of Japanese and Korean,
    • (en) Sungdai Cho et John Whitman, Korean: A Linguistic Introduction, Cambridge University Press, (lire en ligne  )
    • (en) Vít Ulman, The Language of Koguryo State: A Critical Reexamination, Academia, (lire en ligne  )

    Articles connexesModifier