Coréens

peuple coréen, groupe ethnique
Coréens
Description de cette image, également commentée ci-après

Populations importantes par région
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 50 462 000
Drapeau de la Corée du Nord Corée du Nord 25 051 218
Drapeau de la République populaire de Chine Chine 2 136 771[1]
Drapeau des États-Unis États-Unis 2 102 283[1]
Drapeau du Japon Japon 904 512[1]
Drapeau du Canada Canada 223 322[1]
Drapeau de la Russie Russie 222 027[1]
Drapeau de l'Ouzbékistan Ouzbékistan 175 939[1]
Drapeau de l'Australie Australie 155 669[1]
Drapeau des Philippines Philippines 115 400[1]
Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan 103 952[1]
Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam Viêt Nam 86 000[1]
Drapeau de la France France 14 000[1]
Drapeau de Taïwan Taïwan 4 304[1]
Population totale env. 82.5 millions
Autres
Régions d’origine péninsule coréenne
Langues langues coréennes
Religions Christianisme, bouddhisme, confucianisme, cheondoïsme, chamanisme coréen, athéisme (surtout en Corée du Nord)
Ethnies liées Japonais (peuple), mandchous, chinois Han, mongols
Description de cette image, également commentée ci-après
Carte de répartition

Les Coréens ou peuple Joseon (coréen hangeul/hanja : 한민족/韓民族, RR : Joseon) sont un groupe ethnique est-asiatique dont la majeure partie vit dans la péninsule de Corée, divisée en Corée du Nord et en Corée du Sud depuis 1948. En Corée du Sud, l'utilisation du terme Joseon a été évitée d'être utilisée depuis 1950. Les Coréens qui vivent sur le territoire de Primorsky, en Fédération de Russie, en particulier ceux qui ont été contraints de migrer en Asie centrale, sont parfois appelés Goryeoin/Koryo-saram (coréen hangeul/hanja : 고려인/高麗人, russe : Корё-сарам). Il existe par ailleurs une minorité coréenne en Chine (coréen hangeul/hanja : 조선족/朝鮮族, chinois simplifié : 朝鲜族 ; chinois traditionnel : 朝鮮族 ; pinyin : cháo xiǎn zú), de l'autre côté de la frontière, où elle a le statut de minorité nationale, ainsi qu'au Japon (japonais kanji : 在日, Zainichi) où elle jouit de droit particulier, en Sibérie (Russie) et au Kazakhstan.

OriginesModifier

Les premières traces de la formation d'un peuple dit "proto-coréen" sont supposées vers le IVe siècle av. J.-C., quand la péninsule coréenne était divisée en deux états émergents : les royaumes de Gojoseon et de Jin.

Le royaume de Gojoseon entreprit des échanges entre les Qin et les Hans. En 108 avant JC, l'empereur Han Wu attaqua et détruisit le Gojoseon. Etant donné que les états Buyeo, Dongye , Okjeo, Goguryeo, Baekje et Silla succédant la période Gojoseon-Jin parlaient tous la même langue, on peut supposer que les royaumes de Gojoseon et de Jin parlaient également une langue commune.

Diverses études ont constaté un apport de gènes mandchous, mongols, chinois hans, japonais et de d'autres ancêtres chez le peuple coréen. Sachant qu'aucune nation n'est pure et quelle absorbe la lignée hétérogène, on peut déduire que le peuple coréen a toujours été l'ethnie dominante sur la péninsule coréenne. Ses peuples autochtones sont présumés être des populations issues du Paléolithique et du Néolithique. Plusieurs vestiges de ces groupes d'êtres humains ont été retrouvés notamment ceux du site de Seokjang-ri, où l'on peut observer des traces de peuples autochtones des périodes primitive, moyenne et tardive. Les 4e et 5e couches de ce site, datent Paléolithique ancien (150 000 ans). La 3e couche supérieure est estimée à 40 000 à 100 000 ans, et la couche 2e supérieure appartient à la culture du Paléolithique supérieur, plus précisément de 30 690 ans selon la méthode de datation au radiocarbone.

Informations génétiquesModifier

 
Joseon écrit en hangeul et en caractères chinois.

Récemment, des recherches ont été menées en utilisant des tests génétiques. Les Coréens sont généralement inclus avec les Japonais comme un groupe ethnique originaire du Nord de la Mongolie. Après la 4e période glacière, on suppose qu'un groupe de type mongoloïde originaire du lac Baïkal ait migré vers l'Asie du Sud-Est. Les caractéristiques de ces mongoloïdes sont qu'ils vivaient dans un climat rude, dans la région la plus froides de l'ère glaciaire et ils avaient ainsi une épaisse peau au niveau du visage, des yeux marrons bridés, des cheveux raides, des pommettes saillantes et la tache mongoloïde au niveau des hanches. On retrouve pareillement cette tache mongoloïde en Asie centrale, dans l'est de la Turquie, dans l’Himalaya, en Chine et au Japon.

LangueModifier

La langue coréenne standard (hangeul/hanja : 표준 한국어/標準韓語, RR : pyojun hangug-eo issu de la prononciation chinoise de biāozhǔn hányǔ) appartient à la famille des langues coréaniques qui sont parfois rapprochées aux langues japoniques en temps que le groupe linguistique des langues coréano-japonaises ou nippo-coréennes.

Le coréen standard est un isolat linguistique basé sur un vocabulaire qui lui est propre et enrichi par des termes chinois. Elle est retranscrite jusqu'au début du XXe siècle à l'aide des caractères chinois, les hanja (hanzi en chinois) et qui seront remplacé par le hangeul, système d'écriture phonétique propre à la Corée.

Plusieurs dialectes du nord au sud de la péninsule coréenne sont encore parlés actuellement. Chaque parler s'est directement transformé du proto-coréen individuellement des autres parlers séparés par les frontières naturelles. Depuis 1948, la Corée du Sud a opté comme langue nationale le parler de Hanseong retranscris en hangeul et en hanja tandis que Corée du Nord le parler de Pyongyang (munhwaŏ) retranscris uniquement au moyen de l'alphabet hangeul. Il existe également une autre langue coréanique sur l'île de Jeju au sud de la Corée : le jeju.

Costume traditionnelModifier

 
Mariage coréen traditionnel.

Le costume coréen est le hanbok (한복) ou appelé également joseonot (조선옷). Il se caractérise par des couleurs vives et des lignes simples et se porte principalement lors d'occasions particulières.

Migrations et diasporaModifier

Pendant la colonisation japonaise en Corée, de nombreux Coréens ont émigré, de force ou non, vers le Japon où leurs descendants vivent encore, ainsi que des immigrants coréens plus récents. Le statut social et politique de ces Coréens-Japonais (Zainichi Kankokujin, de nationalité sud-coréenne, Zainichi Chosenjin, de nationalité nord-coréenne, les deux catégories représentant 613.791 personnes en 2003, sans compter les personnes naturalisées, une dizaine de milliers par an, et les enfants de mariages mixtes, de nationalité japonaise) constitue un problème important pour la société japonaise qui les considère comme des étrangers quelle que soit leur génération d'arrivée.

De nombreux Coréens ont émigré aux États-Unis, l'un d'entre eux, Jay Kim(en), a même été élu (républicain) au Congrès de 1992 à 1998 et a tenté, quelques années plus tard, de se présenter à l'élection au poste de maire de Séoul.

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g h i j k et l (en) 재외동포현황/Current Status of Overseas Compatriots, South Korea, Ministry of Foreign Affairs and Trade,‎ (lire en ligne). Les chiffres donnés sont ceux de 2009.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier