Ouvrir le menu principal

Lachapelle-Saint-Pierre

commune française du département de l'Oise

Lachapelle-Saint-Pierre
Lachapelle-Saint-Pierre
La mairie de Lachapelle-Saint-Pierre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Canton Chaumont-en-Vexin
Intercommunalité Communauté de communes Thelloise
Maire
Mandat
William Dumoleyn
2014 - 2020
Code postal 60730
Code commune 60334
Démographie
Gentilé Pétrocapelloviciens
Population
municipale
917 hab. (2016 en augmentation de 4,09 % par rapport à 2011)
Densité 217 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 16′ 13″ nord, 2° 14′ 12″ est
Altitude Min. 117 m
Max. 203 m
Superficie 4,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Lachapelle-Saint-Pierre

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Lachapelle-Saint-Pierre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lachapelle-Saint-Pierre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lachapelle-Saint-Pierre
Liens
Site web lachapelle-saint-pierre.fr

Lachapelle-Saint-Pierre est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

GéographieModifier

Lachapelle-Saint-Pierre fait partie du Pays de Thelle et du Plateau de Thelle. Son château d'eau bâti vers 1958 est d'ailleurs situé sur un des points culminants de tout le département de l'Oise à environ 220 mètres au-dessus du niveau de la mer. Par beau temps on peut apercevoir de ce point à la fois Beauvais à l'ouest et Creil à l'ouest.

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Lachapelle-Saint-Pierre[1]
Cauvigny
Novillers   Ully-Saint-Georges
Dieudonné

ToponymieModifier

Durant la Révolution française, la commune porte le nom de Pierre[2] et, en 1793, Pierre-la-Montaine (ou la Montagne)[3].

HistoireModifier

Le village actuel est le fruit du rattachement de deux entités jadis distinctes, le bois Morel au nord qui dépendait de la commune d'Ully-Saint-Georges, et Lachapelle-Saint-Pierre au sud. Encore plus au sud, le hameau de Richemont fait partie de la commune[3].

En 1900, l'activité économique du village comprenait la fabrication à domicile d'éventails et ouvrages de nacre, et on comptait cinq cafés-épiceries[3].

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

La commune se trouve dans l'arrondissement de Beauvais du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la deuxième circonscription de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Noailles[2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Chaumont-en-Vexin.

IntercommunalitéModifier

La commune faisait partie de la Communauté de communes du pays de Thelle, créée en 1996.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[4], le préfet de l'Oise a publié en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale, qui prévoit la fusion de plusieurs intercommunalités, et en particulier de la communauté de communes du Pays de Thelle et de la communauté de communes la Ruraloise, formant ainsi une intercommunalité de 42 communes et de 59 626 habitants[5],[6].

La nouvelle intercommunalité, dont est membre la commune et dénommée provisoirement communauté de communes du Pays de Thelle et Ruraloise, est créée par un arrêté préfectoral du qui a pris effet le [7].

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1995 mars 2001 Serge Fin    
mars 2001 mars 2014 Catherine Meunier    
mars 2014[8] En cours
(au 8 novembre 2016)
William Dumoleyn    

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10].

En 2016, la commune comptait 917 habitants[Note 1], en augmentation de 4,09 % par rapport à 2011 (Oise : +2,22 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
227237234183205303309312317
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
405381366352354307316298272
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
280285245240237206186182208
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
172175232705926916863876911
2016 - - - - - - - -
917--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lachapelle-Saint-Pierre est dans l'Oise l'une des communes qui a vu sa population augmenter le plus : 500 % si l'on prend les chiffres de 1975 à 1990. Cette augmentation a été due à une politique incontrôlée de la démographie. Nombre d'agriculteurs ont vendu leurs terres à des investisseurs sans scrupules, qui ont établi des lotissements surpeuplés. Les années 1980 à 2000 ont vu s'établir des habitants issus des cités, qui incapables de payer leurs crédits, ont dû revendre. Aujourd'hui étant donné la hausse du prix de l'immobilier, la population est constituées de classes plus aisées[réf. nécessaire].

Lachapelle-Saint-Pierre comme de nombreuses autres communes du sud de l'Oise a connu plusieurs phénomènes marquants. Sa proximité d'avec Paris en a fait un lieu attractif pour des populations d'origine urbaine. Dans les années 1970 la menace de fermeture de l'école a amené à prendre la décision d'attirer de nouveaux habitants. Cette politique mal maîtrisée a fait quintupler la population avec l'apport d'une population urbaine importante. Ces nouveaux habitants ont déclenché une nécessité jusqu'à là inexistante d'investir dans des infrastructures alors que la commune ne dispose d'aucune ressource à part les aides de l'État. Plus récemment depuis 2010 la pose du tout-à-l'égout et du gaz ont plongé la commune dans l'endettement. La superficie de la commune n'est que de 422 hectares. À l'origine village essentiellement rural, le village a vu ses surfaces agricoles se réduire au profit des surfaces habitées. Une polémique existe sur la nécessité d'augmenter encore la population alors que le village n'offre aucune perspective d'emploi. De fait le village ne pourrait que souffrir s'il dépassait le seuil fatidique des 1 000 habitants car il est sous de nombreux aspects devenu un village dortoir. D'aucuns s'opposent fermement à l'idée que le village serait mourant parce qu'il est sous-peuplé ce que contredisent bien évidemment les chiffres[réf. nécessaire].

Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (11 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,2 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,6 %, 15 à 29 ans = 18,1 %, 30 à 44 ans = 22,6 %, 45 à 59 ans = 26,9 %, plus de 60 ans = 9,8 %) ;
  • 48,8 % de femmes (0 à 14 ans = 20 %, 15 à 29 ans = 14,3 %, 30 à 44 ans = 26,1 %, 45 à 59 ans = 27,3 %, plus de 60 ans = 12,3 %).
Pyramide des âges à Lachapelle-Saint-Pierre en 2007 en pourcentage[12]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,2 
2,3 
75 à 89 ans
3,8 
7,5 
60 à 74 ans
8,3 
26,9 
45 à 59 ans
27,3 
22,6 
30 à 44 ans
26,1 
18,1 
15 à 29 ans
14,3 
22,6 
0 à 14 ans
20,0 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[13]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

EnseignementModifier

La commune dispose d'une école publique scolarisant, en 2016, une centaine d'élèves de maternelle et de primaire, comprenant un centre périscolaire avec cantine[3].

Manifestations culturelles et festivitésModifier

Une exposition de véhicules anciens, dont la 13e édition s'est tenue le , a lieu au printemps dans la commune[14].

Les Écuries du Bois Morel organisent une fête de la pomme et du cheval, dont la 7e édition a eu lieu le [15].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Église Saint-Pierre.

Lachapelle-Saint-Pierre ne compte aucun monument historique classé ou inscrit sur son territoire. On peut toutefois noter :

  • Église Saint-Pierre : De plan rectangulaire, elle comporte une première travée du XVIIIe siècle, comme le reflète bien son portail alors que le reste est du XVIe siècle. Le petit clocher en charpente est assis sur la partie occidentale du toit. La nef se compose de trois travées, voûtées d'ogives très basses. Les nervures adoptent un profil prismatique pour la première travée, plus récente, et un profil torique pour les deux autres. Dans tous les cas, les nervures des voûtes retombent sur des consoles de part et autre des piliers ondulés engagées dans les murs, supportant, eux, les arc-doubleaux. Les consoles de la troisième travée sont décorées de chérubins, et la clé de voûte présente un agneau pascal. Le chœur ne comporte qu'une seule travée et se termine par un chevet plat. Sa partie centrale est voûtée en berceau dans le sens de l'axe de la nef, et cette voûte repose sur deux arcades perpendiculaires aux doubleaux.
Cette disposition inhabituelle avait probablement comme but de souligner le sanctuaire, mais l'effet recherché n'a pas été obtenu, car les voûtes trop basses de la nef ne permettent pas une vue sur le plafond du chœur. Le petit autel en bois est du XVIIIe siècle et d'une belle facture, tout comme le confessionnal[16]. L'église a récemment été restaurée.
  • Le château d'eau construit en 1958 n'est plus en service, mais constitue par sa position en un point élevé un bâtiment d'intérêt.

Personnalités liées à la communeModifier

Héraldique, logotype et deviseModifier

Un blason récent a été adopté sur le modèle d'une clef de voûte de l'église. Il représente une brebis croisée d'un bâton de berger qui symbolise le nom de saint Pierre, premier successeur de Jésus et donc du Bon Berger.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. « Communes limitrophes de Lachapelle-Saint-Pierre » sur Géoportail.
  2. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. a b c d et e Philippe Delattre, « Tout savoir sur le village de Lachapelle-Saint-Pierre : Vingtième opus de notre série sur les villages de la communauté de communes du Pays de Thelle et de la Ruraloise qui vont fusionner », Le Courrier picard, édition de Clermont, no 3419,‎ , p. 6.
  4. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  5. « Projet de schéma départemental de coopération intercommunale de l'Oise » [PDF], Préfecture de l'Oise, (consulté le 23 octobre 2016), p. 13-25.
  6. D. L., « Oise : six collectivités fusionnent », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  7. « CC du Pays de Thelle et Ruraloise (N° SIREN : 200067973) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur, .
  8. « LACHAPELLE-SAINT-PIERRE », Union des Maires de l'Oise (consulté le 8 septembre 2014)
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. « Évolution et structure de la population à Lachapelle-Saint-Pierre en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 13 novembre 2010)
  13. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 13 novembre 2010)
  14. « Lachapelle st Pierre », L'Observateur de Beauvais, no 948,‎ , p. 27.
  15. « Fête de la pomme… », Le Bonhomme picard, édition de Clermont, no 3410,‎ , p. 33.
  16. Dominique Vermand, Églises de l'Oise : Canton de Noailles, Pays de Bray, Pays de Thelle et Vallée de Thérain, Beauvais, s.d., 32 p., p. 14.