La Feuillie (Seine-Maritime)

commune française du département de la Seine-Maritime
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir La Feuillie.

La Feuillie
La Feuillie (Seine-Maritime)
La mairie.
Blason de La Feuillie
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Canton Gournay-en-Bray
Intercommunalité Communauté de communes des Quatre Rivières
Maire
Mandat
Pascal Legay
2014-2020
Code postal 76220
Code commune 76263
Démographie
Population
municipale
1 296 hab. (2017 en augmentation de 1,65 % par rapport à 2012)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 27′ 47″ nord, 1° 30′ 53″ est
Altitude Min. 90 m
Max. 219 m
Superficie 39,76 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte administrative de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
La Feuillie
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
La Feuillie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Feuillie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Feuillie

La Feuillie est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

GéographieModifier

Communes limitrophesModifier

Topographie et géologieModifier

Voies de communications et transportsModifier

Réseau routierModifier

La Feuillie est située au carrefour de la route nationale 31 (route européenne 46) et de l'ancienne route nationale 321 déclassée en RD 921.

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous la forme Foilloie en 1293[2].

Le toponyme est issu de l'ancien français feuillie, feuillée, « habitation, loge construite ou couverte de feuilles »[3], qui évoque une habitation temporaire, sans doute en relation avec une activité forestière (bûcherons, charbonniers, gardiens d'animaux, gardes forestiers…).

Homonymie avec La Feuillie (Manche).

HistoireModifier

  • 1289 : première mention du manoir royal de La Feuillie-en-Lyons fréquemment utilisé par Philippe le Bel et ses enfants. Il y séjourna 27 fois (séjours attestés) pendant son règne (1286-1314). Il y a fait installer l'un des tout premiers haras du royaume. Il était déjà détruit en 1541.
  • XIVe siècle : La Feuillie devient une paroisse.
  • Jusqu'au XVIe siècle, les défrichements continuent, de nombreux hameaux apparaissent.
  • 1560 : Charles IX remplace le manoir et le remplace par le château de Richebourg, dont le pavillon de chasse est démoli en 1826. Il en reste aujourd'hui le porche d'entrée, une tour de guet et un bâtiment de ferme.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1790 1792 François Fleury    
1792 1792 Jacques Durand    
1792 1814 P.J. Dujardin    
1814 1816 Blondel   Notaire
    A. Ravette    
mars 2001 En cours
(au avril 2014)
Pascal Legay UMP-LR conseiller de gestion

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5].

En 2017, la commune comptait 1 296 habitants[Note 1], en augmentation de 1,65 % par rapport à 2012 (France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 4002 5102 5012 2842 1542 0972 1001 9681 959
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7791 7241 6181 5801 5151 5861 3781 3401 288
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2431 1981 1299889961 0021 0381 1041 090
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 0391 0211 0221 0301 0081 0961 1941 2071 275
2017 - - - - - - - -
1 296--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
L'église Saint-Eustache.
  • Église Saint-Eustache. La Feuillie est connue pour son clocher, qui est le plus haut clocher ardoisé de France (54 m). Ce clocher est tombé du fait de la tempête Lothar (), mais sa restauration est désormais achevée, et le bourg a retrouvé son titre.
  • Château du Richebourg. Il reste le porche d'entrée du château, érigé par Charles IX, démoli en 1826.
  • Puits des Mazis (1894), il fait 90 m de profondeur.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Pierre Ernest Séré-Depoin (1824-1901), né le à La Feuillie, banquier, maire de la ville de Pontoise de 1865 à 1871.

HéraldiqueModifier

Les armes de la commune de La Feuillie se blasonnent ainsi :

D'azur à la silhouette de village d’argent planté d’arbre de sinople, l’église au centre avec un long clocher accosté à dextre d’une tête de cerf contournée et à senestre d’un casque à nasal, taré de profil, soutenu d’une épée basse, le tout d’argent au chef aussi de sinople soutenu d’un filet d’or.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. « Géoportail (IGN), couche « Communes 2016 » activée ».
  2. François de Beaurepaire - 1979 - Les noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime - Page 77.
  3. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 2 : Formations non romanes ; formations dialectales, Genève, (lire en ligne), p. 1210.
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.