Kingfisher Airlines

compagnie aérienne indienne
Kingfisher Airlines
Logo de cette compagnie
AITAOACIIndicatif d'appel
ITKFRKINGFISHER
Repères historiques
Date de création 2005
Date de disparition 20 octobre 2012
Généralités
Basée à Aéroport international de Bangalore
Autres bases Aéroport international Chhatrapati Shivaji
Aéroport international Indira Gandhi
Programme de fidélité King Club
Alliance aucune
Taille de la flotte réduite à 7 (+ 136 en commande)
Nombre de destinations 69 quand la flotte faisait 77 appareils
Siège social Drapeau de l'Inde Inde Bangalore
Société mère Kingfisher Airlines
Dirigeants Dr Vijay Mallya
Site web www.flykingfisher.com


Kingfisher Airlines (code AITA : IT ; code OACI : KFR) était une compagnie aérienne indienne dirigée par Vijay Mallya dont le nom dérive de la bière Kingfisher et dont le 1er vol eut lieu le . Elle a cessé ses opérations le .

HistoriqueModifier

Création et expansionModifier

Kingfisher Airlines est créée en 2003. Elle est détenue par United Breweries Group. La compagnie aérienne commence son exploitation commerciale le avec une flotte de quatre Airbus A320-200 neufs opérant entre Mumbai et Delhi[1].

Kingfisher Airlines est surtout connue aujourd'hui pour sa commande effectuée au salon du Bourget 2005 à Airbus, en achetant 5 A380, 5 A350 mais aussi 5 A330-200, le tout pour une valeur de 3 milliards de dollars. Le , elle a commandé 5 A340-500 HGW destinés à desservir les États-Unis. Kingfisher Airlines, dont la société-mère est le brasseur United Breweries Group, confirme ainsi qu’elle est l’un des clients majeurs d’Airbus. C'est aussi un des clients majeurs d'ATR depuis qu'elle a commandé ferme 20 ATR-72-500 (livrés entre et ) lors du salon aéronautique de Dubaï (). Ces ATR sont équipés d'écrans vidéo individuels.

En , la compagnie a fusionné avec Air Deccan, une autre compagnie aérienne indienne, récupérant ainsi les avions exploités et commandés par celle-ci[2].

La compagnie est alors la n°2 indienne.

Déclin et cessation d'activitéModifier

Depuis début 2012, la compagnie est très lourdement touchée par la crise financière et est au bord de la faillite. Les vols internationaux sont suspendus en . Une grande partie de la flotte est reprise par les bailleurs et le personnel se met en grève car il n'est plus payé depuis le début de l'année[3]. La compagnie est rétrogradée à la 6e place avec à peine 3 % des parts de marché à la suite de la réduction de ses vols et de sa flotte à seulement 7 appareils contre 77 auparavant[4].

Depuis le , plus aucun vol n'a été effectué par la compagnie dont tous les appareils sont cloués au sol à la suite d'une grève totale du personnel[5]. Le gouvernement indien a refusé le le plan d'hiver (haute saison en Inde) de la compagnie demandant 550 créneaux (= vols) hebdomadaires (contre 2 930 réalisés chaque semaine l'année précédente) et envisage la suspension de la licence de Kingfisher Airlines[6].

Le , alors que la compagnie accuse une dette estimée à 2 milliards d'euros, un mandat d'arrêt est émis contre le patron Vijay Mallya et quatre responsables de Kingfisher Airlines, en raison de chèques sans provision émis par la compagnie[7].

Le , la Direction générale de l’aviation civile indienne retire sa licence de vol à Kingfisher Airlines[8]. La compagnie ne retrouvera sa licence de vol que si elle présente un second plan de sauvetage viable (pour le , le premier ayant été refusé), prévient alors l’autorité de l’aviation civile indienne[9] et ce pas avant le .

Le , sa participation à l'alliance Oneworld est suspendue[10].

LiaisonsModifier

Avant la cessation de ses activités, Kingfisher Airlines n'effectuait que des liaisons entre ces villes :

AsieModifier

Bangladesh
Inde
Sri Lanka
Émirats arabes unis

EuropeModifier

Royaume-Uni

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

FlotteModifier

 
ATR 72-500 de Kingfisher Airlines

La flotte de Kingfisher Airlines était exclusivement composée d'Airbus et d'ATR et devait le rester au vu des commandes passées.

Le , Dr. Vijay Mallya, Président de Kingfisher Airlines, a déclaré : « Lorsque vous aimez un produit, vous sortez en acheter davantage. ». Sur ces paroles, le PDG a continué ses achats auprès d'Airbus, au salon de Dubaï.

 
Airbus A330-200 de Kingfisher Airlines

Données mises à jour en [11]:

Flotte Kingfisher Airlines
Appareil En service Commandes Options Passagers
(Kingfisher First/Kingfisher Class)
Routes Notes
ATR 42-500 6 0 0 48 (0/48) Regionales 6 en location
ATR 72-500 27 40 20 66 (0/66)
72 (0/72)
Regionales,Colombo, Dhaka
Airbus A319-100 3 0 0 144 (0/144) Court et moyen courrier 3 en location
Airbus A320-200 26 70 0 174 (0/174)
134 (20/114)
180 (0/180)
Court et moyen courrier 12 en location
Livraisons entre 2010-2012.
Airbus A321-200 8 1 0 199 (0/199)
151 (32/119)
Court et moyen courrier 2 en location.
Airbus A330-200 5 15 0 217 (30/187) Londres Livraison entre 2010-2012.
Airbus A350-800 0 15 0 Long courrier international Livraisons annulées
Airbus A380-800 0 5 5 Long courrier international Livraisons annulées

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Kingfisher Airlines to take wings on May 9 », Dancewithshadows.com, (consulté le 30 août 2010)
  2. Yann Cochennec, « La fin du mirage indien ? », Air et Cosmos, no 2144,‎ , p. 56-58 (ISSN 1240-3113)
  3. « leparisien.fr/flash-actualite-… »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  4. « Kingfisher : pas de négociations avant mercredi / Air Journal », sur Air Journal (consulté le 5 septembre 2020).
  5. « Inde : tous les vols de Kingfisher annulés », Air Journal, 01/10/2012
  6. « Kingfisher Airlines : ça sent la fin / Air Journal », sur Air Journal (consulté le 5 septembre 2020).
  7. Le Monde avec AFP, « Le patron de Kingfisher Airlines visé par un mandat d'arrêt », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  8. « La licence de vol de la compagnie endettée Kingfisher Airlines suspendue », Le Parisien, 20/10/2012
  9. « Kingfisher : licence suspendue jusqu'à nouvel ordre », Déplacements Pros, 20/10/2012
  10. (en) « Oneworld alliance on hold », Business Standard,‎ (lire en ligne, consulté le 2 mars 2013)
  11. Flotte

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :