Jean-François Legaret

homme politique français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les personnes ayant le même patronyme, voir Legaret.

Jean-François Legaret
Illustration.
Jean-François Legaret en 2008.
Fonctions
Maire du 1er arrondissement de Paris
En fonction depuis le
(19 ans, 9 mois et 4 jours)
Élection 17 avril 2000
Réélection

Prédécesseur Michel Caldaguès
Conseiller de Paris
En fonction depuis le
(30 ans, 9 mois et 30 jours)
Élection 19 mars 1989
Maire Jacques Chirac
Jean Tibéri
Bertrand Delanoë
Anne Hidalgo
Conseiller régional d’Île-de-France
En fonction depuis le
(25 ans, 9 mois et 30 jours)
Élection 22 mars 1992
Président Michel Giraud
Jean-Paul Huchon
Valérie Pécresse
Président du groupe UMP
au Conseil de Paris

(1 an, 6 mois et 27 jours)
Élection
Prédécesseur Jean-François Lamour
Successeur Nathalie Kosciusko-Morizet
Adjoint au Maire de Paris aux Finances
et aux marchés publics

(5 ans, 8 mois et 25 jours)
Élection 11 juin 1995
Maire Jean Tibéri
Successeur Christian Sautter
Biographie
Nom de naissance François Jean Gustave Legaret
Date de naissance (67 ans)
Lieu de naissance 8e arrondissement de Paris
Drapeau de la France France
Nationalité française
Parti politique RPR, UMP, puis LR
Profession Assistant parlementaire

Jean-François Legaret, né le 21 août 1952 à Paris, est un homme politique français, maire du 1er arrondissement de Paris depuis 2000.

Origine, famille et étudesModifier

Il est le fils de Jean Legaret, ancien député de la Seine et sénateur de Paris. Jean-François Legaret grandit dans le 4e arrondissement de Paris.

Élève au lycée Charlemagne, il poursuit ses études supérieures en droit à l’université de Paris II–Assas, puis à l’université Paris IV–Sorbonne. Il est titulaire d’une licence et d’une maîtrise de droit public et d’un diplôme d'études littéraires générales.

Jean-François Legaret est père de deux enfants.

Carrière professionnelleModifier

Jean-François Legaret est d'abord assistant parlementaire, avant de devenir chargé de mission au cabinet de Jacques Chirac, entre 1978 et 1983, alors maire de Paris. Puis, il est à nouveau chargé de mission auprès du président du Conseil régional d’Île-de-France, Michel Giraud, de 1983 à 1988.

Carrière politiqueModifier

Il entre à l’âge de 30 ans au Conseil du 1er arrondissement de Paris, en 1983.

En 1989, il est élu conseiller de Paris RPR et en 1994, conseiller régional d’Île-de-France (la région est alors présidée par Michel Giraud).

De 1995 à 2001, Jean-François Legaret est l’adjoint au maire de Paris, Jean Tiberi, chargé des Finances et des marchés publics.

Il est président du Port autonome de Paris de 1997 à 2001.

Il est président de la Commission des finances du Conseil de Paris jusqu’au 13 septembre 2012, date à laquelle il devient président du groupe UMP au Conseil de Paris. Il reste à cette fonction jusqu'aux élections municipales de 2014 qui voient Nathalie Kosciusko-Morizet le remplacer.

Depuis juin 2012, Jean-François Legaret est aussi député suppléant de la 1re circonscription de Paris, dont le député titulaire est Pierre Lellouche.

Élections municipales de 2001Modifier

Le , le maire du 1er arrondissement de Paris Michel Caldaguès démissionne. Par conséquent, une élection pour désigner le nouveau maire est organisée au sein du conseil municipal. Le Jean-François Legaret la remporte aisément face au candidat d'opposition socialiste Alain Le Garrec, qui n'obtient que trois voix[1].

Il se présente aux élections municipales de mars 2001, où il est le seul rescapé issu de la liste dissidente de Jean Tiberi à être élu maire d'arrondissement, à part Jean Tiberi lui-même réélu dans le 5e arrondissement. Il obtient 52,48 % des voix contre 47,51 % pour Alain Le Garrec.

En 2002, Jean-François Legaret rejoint l’Union pour un mouvement populaire dont il devient le délégué de la première circonscription de Paris qui regroupe (jusqu’en 2012) les 1er, 2e, 3e et 4e arrondissements de Paris.

Candidat (UMP) à la députation, pour la XIIe législature (2002-2007), dans la première circonscription de Paris (1er, 2e, 3e et 4e arrondissements), il est battu de justesse, obtenant 49,08 % des voix contre 50,92 % pour Martine Billard (Les Verts, soutenue par le Parti socialiste). Battu largement dans les 2e et 3e arrondissement, il obtient alors la majorité des suffrages dans les 1er et 4e arrondissements (respectivement 59 % et 53 %).

En 2003, dans le cadre des élections internes à l’UMP Paris, il est réélu délégué de la première circonscription de Paris.

Vice-président délégué et porte-parole du groupe UMP du Conseil de Paris, il préside le comité de soutien à Nicolas Sarkozy de la première circonscription de Paris lors de l'élection présidentielle de 2007.

Élections municipales de 2008Modifier

Pour les élections législatives des 10 et 17 juin 2007, Jean-François Legaret est le candidat désigné par l’UMP dans la première circonscription de Paris pour la XIIIe législature. Il affronte notamment Martine Billard, la députée sortante (Les Verts) et comme les autres candidats UMP de tous les autres arrondissements de Paris, un candidat de l’UDF/MoDem, un candidat du Centre national des indépendants, et un autre d'Alternative libérale, trois mouvements du centre et de la droite. Au soir du premier tour, Jean-François Legaret est en ballottage avec 39,70 % des voix contre 37,1 % à Martine Billard, parvenant à devancer la députée sortante dans le 1er arrondissement (50,21 %), le 2e arrondissement (38,47 %) et le 4e arrondissement (41,64 %). Il est cependant battu au second tour, avec 45,75 % des voix contre 54,25 % pour Martine Billard et n’obtient la majorité que dans le 1er arrondissement, dont il est maire.

Candidat à sa propre succession à la mairie du 1er arrondissement dans le cadre des élections municipales de 2008 à Paris, il est réélu au second tour avec 52,76 % des voix.

Il est l’une des premières personnalités politiques françaises à avoir utilisé des automates téléphoniques auprès de ses électeurs pour les sensibiliser à sa candidature[2].

Mariage homosexuelModifier

Dans une lettre envoyée à l'association Gaylib, à l'occasion des élections législatives de 2007 dans la 1re circonscription de Paris, Jean-François Legaret indique qu'il « souhaite, par exemple, soutenir si [il est] parlementaire le contrat d’« Union » proposé par Nicolas Sarkozy dans son programme de campagne visant à l’égalité des droits et des devoirs (patrimoniaux, successoraux, fiscaux et sociaux, hors filiation) pour les couples de même sexe (contrat également ouvert au couple de sexes différents) avec une cérémonie en Mairie »[3].

Opposant au projet de loi ouvrant le mariage aux couples homosexuels, Jean-François Legaret a été présent aux manifestations de La Manif pour Tous du 17 novembre 2012 (pour laquelle il envoie le 12 novembre 2012 à ses collègues conseillers de Paris et conseillers d'arrondissement une lettre les invitant à y participer[4]), 13 janvier 2013, 24 mars 2013, et le 21 avril 2013[5]. Il prend la parole devant le Panthéon le 21 juin 2013 lors de la manifestation de soutien à une personne incarcérée après des débordements lors d'une précédente manifestation[6]. Il est intervenu lors de la séance du Conseil de Paris du 25 mars sur la gestion de la manifestation du 24 mars par les forces de l’ordre et a invité les élus UMP de Paris à manifester[7].

Jean-François Legaret indique le 30 mai 2013 qu'il va porter plainte contre X pour « faux et usage de faux » après la diffusion sur Internet d'une vidéo insinuant qu'il est favorable à l'ouverture du mariage, de la PMA et de la GPA aux homosexuels[8],[9]

Élections municipales de 2014Modifier

Dans la perspective de l'élection municipale de 2014 à Paris, il se présente à la primaire de l'UMP pour devenir tête de liste sur l'ensemble de la capitale. Il est en compétition avec Nathalie Kosciusko-Morizet, Pierre-Yves Bournazel et Franck Margain. Le jeudi 30 mai 2013, il déclare avoir reçu « de très nombreux témoignages de piratage du fichier des inscriptions » ; « tout cela est de nature à remettre en question la sincérité du scrutin », et annonce qu'il saisit la justice pour « faux et usage de faux »[10]. Il termine en deuxième position avec 20,46 % des suffrages. Tête de la liste UMP-UDI-MoDem dans le 1er arrondissement pour les municipales, il est réélu dès le premier tour avec 51,71 % des voix[11]. Il devient ensuite premier vice-président du groupe UMP au Conseil de Paris.

Résultats de la primaire UMP
Candidat
Voix %
Nathalie Kosciusko-Morizet 11 675 58,35
Jean-François Legaret 4 095 20,46
Pierre-Yves Bournazel 2 165 10,82
Franck Margain 2 075 10,37
Votants 20 074 86,10
Blancs et nuls 64 0,32
Exprimés 20 010 99,68

Après 2014Modifier

Il soutient Alain Juppé pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016[12].

Dans l'entre-deux-tours de l'élection présidentielle de 2017 qui oppose Marine Le Pen à Emmanuel Macron, il annonce qu'il votera pour le candidat En marche ![13]

Jean-François Legaret est investi par la Commission nationale d'investiture des Républicains pour les élections législatives des 11 et 18 juin 2017 dans la 1re circonscription de Paris[14]. Il se présente avec Jean-Baptiste de Froment (LR) pour suppléant. Il est battu dès le premier tour par Sylvain Maillard (LREM), en recueillant 17,8 % des voix[15].

Pour les élections sénatoriales de 2017, il est n°2 à Paris de l'une des trois listes de droite qui se présentent (« Liste Parisienne des Républicains de la droite et du centre »)[16], liste qui remporte un seul siège en recueillant 7,53 % des voix.

Pour le congrès des Républicains de 2017, il soutient Maël de Calan[17].

BibliographieModifier

  • Who’s Who in France : Dictionnaire biographique de personnalités françaises vivant en France et à l’étranger, et de personnalités étrangères résidant en France, 43e édition pour 2012 éditée en 2011, 2307 p., 31 cm (ISBN 978-2-85784-052-7), notice « Legaret, François, Jean, Gustave dit Jean-François ».

Notes et référencesModifier

  1. Éric Le Mitouard, « Jean-François Legaret élu maire sans surprise », sur Le Parisien, (consulté le 26 juin 2019).
  2. article de Marianne dénonçant l’usage d'automates téléphoniques durant les législatives 2007
  3. « lettre de Jean-François Legaret »
  4. Jea-François Legaret, « Courrier du 12 novembre 2012 », Twitter,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mai 2017)
  5. « Jean-François Legaaret invite les élus UMP parisiens à manifester contre le mariage pour tous. »
  6. « Manifestation pour Nicolas au Panthéon »
  7. « Le préfet de police attaqué au conseil de Paris »
  8. « La vidéo qui dérange le candidat Legaret »
  9. « Legaret porte plainte contre une vidéo »
  10. Le Monde Politique: Primaire UMP : Jean-François Legaret dénonce des fraudes
  11. http://elections.lefigaro.fr/resultats/elections-municipales-2014/paris/paris-1er-arrondissement/
  12. Ludovic Vigogne, « Primaire : cette épine parisienne qui inquiète Alain Juppé », lopinion.fr, 4 janvier 2016.
  13. Marie-Anne Gairaud, « Présidentielle : les élus LR de Paris appellent à voter Macron », leparisien.fr, 28 avril 2017.
  14. Marie-Anne Gairaud, « Paris : l’investiture de Jean-François Legaret déçoit une partie de la droite », leparisien.fr, 9 mai 2017.
  15. « Législatives 2017 : les résultats du premier tour dans la 1re circonscription de Paris », leparisien.fr,‎ 2017-06-11cest19:12:39+02:00 (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2017)
  16. « senatoriales2017.senat.fr »
  17. « "Enrayons le déclin de la droite dans les métropoles", plaident des élus LR », lefigaro.fr, 8 novembre 2017.

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier