Jean-Désiré Ringel d'Illzach

artiste français
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Ringel (homonymie).
Jean-Désiré Ringel d'Illzach
Ringel d'Illzach par Bertillon-Musée d'art moderne et contemporain de Strasbourg (2).jpg
Alphonse Bertillon, Photographie anthropométrique de l'artiste Ringel d'Illzach (1903),
musée d'art moderne et contemporain de Strasbourg.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
StrasbourgVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Jean-Désiré Ringel d'Illzach, pseudonyme de Jean-Désiré Ringel, né à Illzach (Haut-Rhin) le et mort à Strasbourg le , est un sculpteur, médailleur, dessinateur et graveur français.

BiographieModifier

Élève de François Jouffroy et d'Alexandre Falguière à l'École des beaux-arts de Paris[1], il se fait connaître pour ses médaillons en matériaux divers (bronze, terre cuite, grès, pâte de verre) où sont portraiturées un grand nombre de personnalités du monde artistique, littéraire, politique et scientifique de son temps, depuis Charles Gounod, Sarah Bernhardt et Auguste Rodin jusqu'à Étienne Arago, Louis Pasteur et Camille Flammarion en passant par Nathaniel Hawthorne, Ernest Renan et Victor Hugo, Ferdinand de Lesseps, Jules Grévy et Léon Gambetta.

Établi dans son atelier parisien de rue Chardon-Lagache, il n'a cessé d'expérimenter des procédés nouveaux pour couler les métaux et les matières vitrifiables. Il obtient ainsi des émaux agglomérés semblables à des pierres précieuses, aux tonalités étranges[2]. Certains de ses masques, comme celui de Maurice Rollinat, sont en cire polychrome. Comme d'autres de ses œuvres, il la reproduit ensuite sous forme d'eau-forte ou de lithographie.

Certains de ses travaux décoratifs en fonte, notamment des masques et des hippocampes fortement stylisés, ornent les balcons et les murs du Castel Béranger (1895-1898) d’Hector Guimard.

ŒuvreModifier

Une partie de son œuvre sculpté s'inspire de la musique, comme sa série de statues allégoriques représentant les neuf symphonies de Beethoven, ou encore cette statue polychrome évoquant la Marche de Rákóczy de Berlioz, exposée à la deuxième Biennale de Venise en 1897[3] (Châteauroux, hôtel Bertrand).

Œuvres dans les collections publiquesModifier


  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. Grove Dictionary of Art. Selon cette même source, il fut également élève d'Ernst Hähnel à la Hochschule für Bildende Künste de Dresde.
  2. L'Intermédiaire des chercheurs et curieux, col. « 797-797 », 7 mai 1901.
  3. (en) Catalog of the Venice Biennale: esposizione internazionale d'arte delle Città di Venezia, second exhibition, 1897, New York, Arno Press, 1971, p. 36.
  4. Notice no 00160001782, base Joconde, ministère français de la Culture
  5. Notice no 00160001788, base Joconde, ministère français de la Culture
  6. Notice no 00160006041, base Joconde, ministère français de la Culture
  7. Revue L'Artiste de juillet 1891.
  8. Revue L'Artiste de juillet 1892.
  9. Revue L'Artiste de juillet 1894.
  10. Revue L'Artiste de juillet 1897.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Paul Leroi, « Ringel, statuaire, médailleur, dessinateur et aquafortiste », L'Art, 1885.
  • Maurice Guillemot, « Notes artistiques, Ringel d'Illzach », Revue monégasque, .
  • Anselme Laugel, « Biographies alsaciennes. IV Ringel d'Illzach », Revue Alsacienne Illustrée, 1900 .
  • (de) Theodor Knorr, Ringel-Illzach : ein elsässischer Bildner, Dusseldorf, 1905.
  • Gaston Kern, À la mémoire de Ringel d'Illzach, Strasbourg, 1919.
  • Jean-Luc Olivié, « Ringel, un sculpteur et la céramique, à Paris et à Strasbourg », in Strasbourg 1900 : naissance d'une capitale, actes du colloque, musée d'art moderne et contemporain de Strasbourg, 1-, Somogy, Paris, musées de Strasbourg, Strasbourg, 2000, p. 84-91 (ISBN 2-85056-387-0).
  • Jean-Luc Olivié, État des recherches sur un sculpteur inconnu du XIXe siècle : Ringel d'Illzach 1847-1916, mémoire de maîtrise d'Histoire de l'art, Université Paris 1, 1981, 124 p. [éditeur ?]

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :