Ouvrir le menu principal

Œuvre d'Orient

association chrétienne fondée en 1856
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Œuvre d'Orient (bulletin).
L'Œuvre d'Orient
Carte de l'Œuvre d'Orient 2018.jpg
  • L'Œuvre d'Orient dans le monde (2018)
Logo L'Œuvre d'Orient 2017.png
Les chrétiens de France au service des chrétiens d'Orient
Histoire
Fondation
Cadre
Zone d'activité
Type
Siège social
Pays
Langue
Organisation
Président
Pierre Sabatié-Garat (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Direction
Personnes clés
Site web

L’Œuvre d’Orient[1] est une association française au service des chrétiens d'Orient depuis plus de 160 ans. Elle donne aux évêques, aux prêtres et aux communautés religieuses, ainsi qu'à des volontaires bénévoles, les moyens d’accomplir leurs missions – éducation, soins et aide sociale, action auprès des communautés, culture et patrimoine – dans 23 pays, principalement au Proche-Orient, dans la Corne de l'Afrique, en Europe de l'Est et en Inde.

HistoriqueModifier

Les premiers pasModifier

Article connexe : Chrétiens d'Orient.

Le vendredi 4 avril 1856 à 8 heures du soir, les salons du numéro 13, rue Hautefeuille, (Paris 6e) à l’époque demeure de Jean Baptiste Julien Mandaroux-Vertamy, accueillent des catholiques engagés. Regroupés autour du mathématicien Augustin Cauchy, l’helléniste Charles Lenormant, Alfred de Falloux, Charles de Montalembert et le père Xavier de Ravignan fondent l’Œuvre des écoles d’Orient[2], dans le but de soutenir les écoles des congrégations religieuses implantées dans l’Empire ottoman[3].

Son premier directeur[4] est le futur cardinal Lavigerie. Elle est reconnue œuvre d’Église en 1858 par le pape Pie IX.

L'association connaît un fort développement, en 1860, à la suite de la mobilisation provoquée par le massacre des chrétiens au Mont-Liban et à Damas.

Félix Charmetant, défenseur de la cause arménienne, est nommé par le cardinal Lavigerie procureur pour ses affaires à Paris ; il lui demande d'assurer une présence active auprès de l'Œuvre des écoles d'Orient, qu'il dirige à partir de 1883. En 1886, le cardinal Lavigerie le décharge de cette mission pour qu'il se consacre exclusivement à ses nouvelles fonctions. Élevé entre-temps à la dignité de prélat, Mgr Charmetant reste directeur de l'Œuvre d'Orient jusqu'à sa mort, en 1921.

Le commémorationsModifier

Centenaire de L’Œuvre d’OrientModifier

 
Le centenaire de l'Œuvre d'Orient, en 1956. On reconnaît parmi les personnalités le futur pape Jean XXIII.

Après pratiquement 60 ans de présence et de travail acharné à L’Œuvre d’Orient, Charles Lagier (Mgr) fêtait le centenaire de « son » Œuvre d’Orient. En le félicitant pour le quatre-vingtième anniversaire en 1936, l’archevêque de Paris Jean Verdier, avait dit, « Vous en verrez le centenaire, Monseigneur. » « Et pourquoi pas, Éminence ? » avait-il répliqué. Charles Lagier (Mgr) fêtait le centenaire en conviant ses amis à une messe d’action de grâce à Notre-Dame de Paris le 16 mai 1956[5]. L’Œuvre d’Orient fêtait ses 100 années de services auprès des Chrétiens orientaux. Elle reste l’unique organe dédié entièrement aux chrétiens d’Orient, humainement, financièrement et intellectuellement pour qu’ils demeurent sur leur terre ancestrale en citoyens libres et en harmonie avec leurs histoires, perpétuant leurs traditions liturgiques et culturelles. Le 100 ans d’existence de L’Œuvre d’Orient et le 35 ans de Charles Lagier (Mgr) à sa tête comme directeur général ont permis de tisser avec les Églises Orientales des relations privilégiées, sa coopération fidèle avec le Saint-Siège et le soutien sans faille de la France, État et Église, ont fait que les fidèles et de nombreuses personnalités ont répondu présent à son invitation pour y assister.

Une messe d’action de grâce était célébrée en rite byzantin par l’Église grecque-catholique melkite qui se déplaçait en masse pour entourer son patriarche, Maxime IV Sayegh ou Maximos IV Sayegh, patriarche d'Antioche et de tout l'Orient, d'Alexandrie et de Jérusalem des Melkites ; Basilios Koury, archevêque de Saïda ; Athanase Chaër, archevêque de Banyas ; Pierre Kamel Medawar (en)[6], Auxiliaire du Patriarche grecque-catholique melkite d’Antioche ; Joseph Malouf, archevêque de Baalbeck ; Georges Hakim (plus tard patriarche Maxime V Hakim ou Maximos V Hakim), Archevêque de Saint Jean d'Acre, Haïfa, Nazareth et toute la Galilée ; Michel Assaf, archevêque de Pétra, Philadelphie et toute la Transjordanie ; Père Georges Haddad, future Archevêque grecque-catholique melkite de Tyr ; Paul Achkar, Supérieur Général des Paulistes[7] (Missionnaires de Saint Paul); Joseph Nasrallah, grecque-catholique melkite, Curé de Saint-Julien-le-Pauvre à Paris ; Archimandrite Nicolas Borkhoche[8], Supérieur Général de l’Ordre Basilien du Très Saint Sauveur, ou Pères Salvatoriens[9] ; Père Maximos-Joseph Fahmé[10],[11], grecque-catholique melkite ; Père Adrien Badine, B. A., grecque-catholique melkite ; Père Chakour, grecque-catholique melkite.

Le Saint Siège a dépêché le Cardinal Eugène Tisserant, Secrétaire de la Congrégation pour l'Église orientale et doyen du Sacré Collège ; le Cardinal Angelo Giuseppe Roncalli, Patriarche de Venise et futur pape Jean XXIII ; Paolo Marella, nonce apostolique à Paris ; Antonin-Fernand Drapier (en), op, archevêque titulaire de Neocaesarea à Ponto[12], délégué apostolique ; Pierre Rivière, archevêque titulaire d’Anchialus. L’Église de Belgique était présentée par Edmond Leclef, (Mgr) Secrétaire Particulier et Représentant le cardinal Van Roey, primat de Belgique. Le chanoine Fernand Claeys-Bouaert ; Abbé Naveau. Léon Lommel (en), coadjuteur du Luxembourg.

De nombreuses personnalités ont fait le déplacement pour représenter la France dont : le Cardinal Maurice Feltin, archevêque de Paris ; Joseph Urtasun, archevêque cardinal d’Avignon ; le cardinal Jules Saliège, archevêque de Toulouse ; le Cardinal Pierre Gerlier, archevêque de Lyon ; Jean-Julien Weber, évêque de Strasbourg ; Émile-Maurice Guerry, archevêque de Cambrai ; Frédéric-Edouard-Camille Lamy, archevêque de Sens ; Julien François Le Couëdic, auxiliaire de Troyes ; Émile Blanchet, recteur de l’Institut catholique de Paris ; Pierre-Auguste-Marie-Joseph Douillard, Évêque de Soissons ; Jean Rupp, évêque auxiliaire de Paris à l’ordinariat pour les rites orientaux ; Émile-Charles-Raymond Pirolley, Évêque de Mende ; Roger Jean Fernand Michon, évêque de Chartres ; Stanislas Courbe, évêque auxiliaire de Paris de 1943 à 1970 ; Jean-Marie Villot, Évêque Auxiliaire de Paris, futur cardinal secrétaire d'État ; Louis Durrieu, supérieur général des Pères Blancs[13] (1947 -1957) ; Monsieur le président du Conseil Robert Schuman ; Monsieur Étienne Royer de Véricourt, vice-président du conseil municipal de Paris ; comte Henri de Pierre de Bernis-Calviére, chevalier de Malte ; Monsieur Jean Marie Morierre-Bernadotte, chevalier de Malte ; amiral Hervé Alphonse Marie de Penfentenyo de Kervereguin ; général François Pierre Louis Keller[14].

Ils Ont fait également le déplacement les représentants des Églises Orientales dont : Grégoire-Pierre XV Agagianian, Catholicos Patriarche de Cilicie pour les arméniens catholiques ; le cardinal Ignace Gabriel Ier Tappouni, Patriarche d'Antioche des Syriens catholiques ; Georges Calavassy (en)[15], Évêque d’Athènes ; Timothée Raymondos, capucin de rite oriental, évêque titulaire de Cariopolis ; Georges Cosma[16], curé de l’Église gréco-catholique roumaine à Paris ; Garabed Amadouni (de)[17], curé de la paroisse arménienne de Paris ; Michel Feghali, curé de Notre-Dame du Liban des Maronites ; Mitré Paul Gretchichkine, curé de la paroisse Russe de la Sainte-Trinité ; Dominique Dahane[18], Curé de la paroisse Chaldéenne de Paris ; Zinovij Narozniak[19],[20], curé de la paroisse gréco-catholique d’Ukraine à Lille.

En mai 2006, l'Œuvre d'Orient célèbre à Rome et à Paris le 150e anniversaire de sa fondation, en présence du cardinal André Vingt-Trois et du président Jacques Chirac, qui a prononcé un discours à cette occasion[21]. Dix patriarches ou chefs d’Église étaient venus participer à cette semaine de célébration ainsi que plus de 100 évêques orientaux et supérieurs de congrégations.

En mai 2016, l'Œuvre d'Orient célèbre le 160e anniversaire de sa création. À cette occasion, plusieurs événements sont organisés en mai et juin à Lyon, Strasbourg[22] et Paris[23].

Liste des présidentsModifier

Liste des directeurs générauxModifier

L’Œuvre d’Orient aujourd’huiModifier

 
Mgr Pascal Gollnisch en 2015.

Statut et missionModifier

L'Œuvre d'Orient est régie par la loi de 1901. Œuvre d'Église, elle est placée sous la protection de l'archevêque de Paris. L'association emploie 30 salariés et s'appuie sur un réseau de 200 bénévoles engagés dans tous les diocèses de France. Des dizaines de volontaires partent chaque année dans les communautés servir aux côtés des chrétiens d'Orient.

Nommé par le cardinal André Vingt-Trois vicaire général de l'ordinariat des Orientaux catholiques en France le 1er septembre 2014, renouvelé dans sa charge en 2018 par Mgr Michel Aupetit, Mgr Pascal Gollnisch sert ainsi doublement la devise de l'Œuvre : « Les chrétiens de France au service des chrétiens d'Orient ».

L'Œuvre se concentre sur quatre missions :

  • Éducation : crèches, écoles, orphelinats, maison d'accueil, formation des femmes...
  • Soins et aide sociale : dispensaires, hôpitaux, maisons de personnes âgées et de personnes handicapées, aide sociale...
  • Action auprès des communautés : formation des prêtres et des catéchistes, bibliothèques, salles pastorales...
  • Culture et patrimoine : actions en faveur du patrimoine du christianisme oriental en le protégeant sur place et en le faisant connaitre en France.

Depuis quelques années, l'Œuvre encourage également des projets de développement menés par les communautés locales. Son action s'inscrit dans le long terme, ce qui en fait sa spécificité. Mais elle intervient également dans l'urgence, en cas de guerre, de conflit ou de catastrophe naturelle.

Selon son directeur, l'Œuvre d'Orient a distribué un total de plus 17 millions d'euros aux chrétiens d'Orient en 2017[24].

Le pôle jeunesModifier

L’Œuvre d’Orient envoie des volontaires en mission pour aider concrètement les communautés chrétiennes d’Orient dans leur action. Elle prolonge ainsi son soutien financier historique et l’amitié qu’elle entretient avec ces communautés depuis plus de 160 ans. Les volontaires répondent à des besoins exprimés par les partenaires locaux : paroisses, communautés religieuses orientales et latines, association. Ces missions rejoignent les domaines d’action de l’Œuvre d’Orient :

  • éducation et enseignement – crèches, écoles primaires et secondaires, centres professionnels,
  • action sociale auprès de jeunes enfants, de personnes âgées ou porteuses de handicap, de personnes réfugiées,
  • aide ponctuelle répondant aux besoins d’une communauté dans un domaine spécifique : conduite de travaux, communication, soutien administratif…

L’Œuvre d’Orient n’étant pas directement opérateur sur place, ces missions ne sont pas assimilables à des missions humanitaires d’urgence.

Cours sur les chrétiens d'OrientModifier

Le collège des Bernardins, en partenariat avec l'Œuvre d'Orient, propose un cycle de deux ans portant sur les chrétiens d'Orient dans le monde arabe (Liban, Syrie, Jordanie, Terre Sainte, Iraq et Égypte) et leurs Églises, et s'étendant sur quatre semestres.

En - est étudiée la présence contemporaine des chrétiens dans le Proche-Orient arabe sous l'angle de la théologie, de la spiritualité et de la liturgie. Les cours d'histoire et de géopolitique seront proposés l'année suivante. Ces cours sont dispensés par Antoine Fleyfel, professeur de théologie et de philosophie à l'Université catholique de Lille, responsable des relations académiques de l'Œuvre d'Orient.

RevuesModifier

Article détaillé : Œuvre d'Orient (bulletin).

Depuis 1857, Œuvre d'Orient est le bulletin trimestriel de L’Œuvre d’Orient.

Perspectives & réflexions est depuis 2013 une publication annuelle de L’Œuvre d’Orient destinée à ceux qui souhaitent approfondir leurs connaissances des chrétiens d’Orient sous l’angle de l’histoire, de la géopolitique, de la théologie et de la pensée. Selon son rédacteur en chef, Antoine Fleyfel, « cette revue vient combler un vide dans le contexte français où nulle revue universitaire ne se consacre entièrement aux problématiques relatives aux chrétiens d’Orient ».

Prix et expositionsModifier

Prix littéraire de l'Œuvre d'OrientModifier

Son objectif est de récompenser un ouvrage portant un regard positif sur les chrétiens d’Orient.

2012[25], Premier Prix littéraire de L’Œuvre d’Orient
Mgr Basile Georges Casmoussa, Joseph Alichoran et Luc Balbont, Jusqu’au Bout[26],[27], éd. Nouvelle Cité, (ISBN 978-2853136730)

Le jury a récompensé « un récit incarné. L’histoire d’un homme, d’une communauté, d’un pays l’Irak… Le témoignage authentique et profond d’un homme engagé qui a fait le pari de la communion entre chrétiens et du dialogue avec les musulmans. »

mention spéciale :
Méropi Ansastassiadou-Dumont et Paul Dumont, Les grecs d’Istanbul et le patriarcat œcuménique au seuil du XXIe siècle[28],[29], éd. du Cerf, (ISBN 978-2204093248)

Le jury a souhaité souligner la qualité et la richesse d’un ouvrage plus académique « qui présente, avec beaucoup d’objectivité, une communauté dont l’avenir est un enjeu capital pour les relations entre la Turquie et l’Europe. »

2013[30]
Grand public :
Bernard Hayberger, Les Chrétiens au Proche-Orient - de la compassion à la compréhension[31], éd. Payot, (ISBN 978-2-228-90883-2)
Prix spécial du jury :
Laure Guirguis, Les Coptes d'Égypte - violences communautaires et transformations politiques (2005-2012)[32], Karthala, (ISBN 978-2811107451)
2014[33]
Grand public :
Nathalie Duplan et Valérie Raulin, Le Camp oublié de Dbayeh - Palestiniens chrétiens, réfugiés à perpétuité, éd Le Passeur, (ISBN 978-2368900116)
Prix spécial du jury :
Anna Poujeau, Des Monastères en Partage, Sainteté et pouvoir chez les chrétiens de Syrie, éd. Société d'ethnologie[34], (ISBN 978-2365190077)
2015[35]
Grand public :
Louis Raphaël Ier Sako, entretiens avec Laurence Desjoyaux, NE NOUS OUBLIEZ PAS ! – Le SOS du patriarche des chrétiens d’Irak, éd. Bayard, (ISBN 978-2227487987)
Prix académique :
Florence Hellot-Bellier, CHRONIQUES DE MASSACRES ANNONCÉS- les Assyro-Chaldéens d'Iran et du Hakkari face aux ambitions des empires, 1896-1920., éd Geuthner, (ISBN 978-2705339012)
2016[36]
Grand public :
Falk van Gaver et Kassam Maaddi, Taybeh, dernier village chrétien de Palestine, LE ROCHER EDITIONS, coll. « DOCUMENTS », (ISBN 978-2268076423)
Prix académique :
Joseph Yacoub et Claire Yacoub, Oubliés de tous : Les assyro-chaldéens du Caucase., CERF EDITIONS, coll. « HISTOIRE », (ISBN 978-2204100441)
2017[37]
Grand prix :
Vera Baboun, écrit avec Philippe Démente, Pour l'amour de Bethléem : ma ville emmurée, éditions Bayard, (ISBN 978-2227489363)
Prix académique :
Mouchir Basile Aoun, Le christ arabe, éditions du Cerf, (ISBN 978-2204114738)
2018[38]
Grand prix :
Emmanuel Pataq Siman, Itinéraire d'un chrétien d'orient citoyen de Mésopotamie, Editions L'Harmattan, coll. « Pensée religieuse et philosophique », (ISBN 978-2343141633)
Prix académique :
Hiéromoine Élisée, Le monachisme d'orient. Figures, doctrines, lieux, histoire, Cerf, coll. « Images », (ISBN 978-2204081481)
2019
Grand prix :
Jacques Mourad et Amaury Guilhem, Un moine en otage, Éd. de l’Emmanuel, (ISBN 978-2353896868)
Prix académique :
Lidiya Houbytch et Svitlana Hourkina, traduit de l’ukrainien par : Justine Horetska, Persécutés pour la vérité : Les Gréco-catholiques ukrainiens derrière le rideau de fer, Éd. de l’Université Catholique d’Ukraine, (ISBN 978-617-7637-04-1)

Les expositionsModifier

L'Œuvre d'Orient est partenaire de deux expositions sous le haut patronage de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture sur le thème du patrimoine en Orient.

Notes et référencesModifier

  1. http://www.oeuvre-orient.fr
  2. https://www.oeuvre-orient.fr/wp-content/uploads/LE-CINQUANTENAIRE-DE-LŒUVRE-DES-ECOLES-DORIENT.04.07.2017.pdf
  3. Christian Lochon, « Œuvre des Écoles d'Orient », sur Bibliothèque Nationale de France, heritage.bnf.fr (consulté le 15 janvier 2018).
  4. https://www.oeuvre-orient.fr/wp-content/uploads/Les-11-Directeurs-de-l’Œuvre-des-Ecoles-d’Orient.pdf
  5. https://www.oeuvre-orient.fr/wp-content/uploads/LE-CINQUANTENAIRE-DE-LŒUVRE-DES-ECOLES-DORIENT.04.07.2017.pdf
  6. http://www.catholic-hierarchy.org/bishop/bmedawar.html
  7. http://www.melkitepat.org/melkite_greek_catholic_church/Society-of-the-Missionaries-of-Saint-Paul
  8. http://www.melkitepat.org/melkite_greek_catholic_church/Basilian-Order-of-the-Most-Holy-Saviour
  9. www.obslb.com/index.php?lan=fr
  10. https://actu.fr/.../amis-de-leglise-saint-julien-concert-du-pere-maximo-joseph-fahme-v...
  11. http://www.egeo-apmh.org/artistes-c6.htm
  12. http://www.catholic-hierarchy.org/bishop/bdrap.html
  13. http://peresblancs.org/supgeneraux.htm
  14. http://museedesetoiles.fr/portfolio_tag/general-pierre-keller/
  15. http://www.catholic-hierarchy.org/bishop/bcalav.html
  16. https://www.paris.catholique.fr/Eglise-roumaine-Greco-Catholique.html
  17. http://www.catholic-hierarchy.org/bishop/bamadouni.html
  18. http://www.mission-chaldeenne.org/mission_chaldeenne_histoire.php
  19. http://ukraine-memoire.fr/documentaire-limmigration-ukrainienne-dans-le-nord-pas-de-calais-histoire-de-nos-parents/
  20. http://ukraine-memoire.fr/a-le-cateau-un-centre-spirituel-culturel-et-politique-pour-les-ukrainiens-du-nord-1955-1975/
  21. Discours de Jacques Chirac pour la commémoration de l'Œuvre d'Orient, CEF, site de l'agence ZENIT.
  22. L’œuvre d’Orient a 160 ans.
  23. Au mois de mai, l’Œuvre d’Orient fête ses 160 ans.
  24. Laurence Liban, « Les persécutions des chrétiens d'Orient, "Une catastrophe majeure pour la région" », L'Express,‎ (lire en ligne)
  25. Voir le bulletin de l'Œuvre d'Orient N° 768 Juillet/Août/Septembre 2012, page 689
  26. https://www.livresenfamille.fr › Livres › Religion › Saints, Témoins, biographies
  27. Voir le bulletin de l'Œuvre d'Orient N° 767 Avril/Mai/Juin 2012, page 652.
  28. Katerina Seraïdari, « Méropi Anastassiadou, Paul Dumont, Les Grecs d’Istanbul et le patriarcat œcuménique au seuil du xxie siècle. Une communauté en quête d’avenir », Archives de sciences sociales des religions, 156 | 2011, 89.
  29. Katerina Seraïdari, « Méropi Anastassiadou, Paul Dumont, Les Grecs d’Istanbul et le patriarcat œcuménique au seuil du xxie siècle. Une communauté en quête d’avenir », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 156 | octobre-décembre 2011, document 156-4, mis en ligne le 14 février 2012, consulté le 03 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/23413
  30. Voir le bulletin de L'Œuvre d'Orient N° 772 Juillet/Août/Septembre 2013, page 869.
  31. Fatiha Kaoues, « Heyberger Bernard, Les Chrétiens au Proche-Orient. De la compassion à la compréhension, Paris, Payot, 2013, 160 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 136 | novembre 2014, mis en ligne le 24 janvier 2014, consulté le 04 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/remmm/8436
  32. Gaëtan Du Roy, « Guirguis Laure, Les coptes d’Égypte. Violences communautaires et transformations politiques (2005-2012), Paris, Karthala, 2012, 312 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 135 | juillet 2014, mis en ligne le 30 mai 2013, consulté le 04 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/remmm/7969
  33. Voir le bulletin de L'Œuvre d'Orient N° 776 Juillet/Août/Septembre 2014, page 102.
  34. Gaétan du Roy, « Anna Poujeau, Des monastères en partage. Sainteté et pouvoir chez les chrétiens de Syrie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 20 septembre 2014, consulté le 04 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15531
  35. Voir le bulletin de L'Œuvre d'Orient N° 780 Juillet/Août/Septembre 2015, page 284.
  36. Voir le bulletin de L'Œuvre d'Orient N° 784 Juillet/Août/Septembre 2016, page 488.
  37. Voir le bulletin de L'Œuvre d'Orient N° 788 Juillet/Août/Septembre 2017, page 135.
  38. Voir le bulletin de L'Œuvre d'Orient N° 792 Juillet/Août/Septembre 2018, page 347.

BibliographieModifier

Revues et articlesModifier

  • Catherine Mayeur-Jaouen, « Dans la tourmente », in L'Histoire no 337, décembre 2008, p. 62-67
  • François Boëdec, « Chrétiens d'Orient », in Études t. 405, novembre 2006, p. 496-506
  • Paul Balta, « L'exode des chrétiens d'Orient », in Confluences Méditerranée no 49, février 2004, p. 161-165
  • Christine Chaillot, « Fidélité et vulnérabilité des plus anciennes Églises d'Orient », in Les Richesses de l'Orient Chrétien, éd. Saint-Augustin, 2000, p. 135-168
  • Giuseppe Maria Croce, « L'Orient chrétien au Vatican » : Cyrille Korolevskij consultore apprezzatissimo , in Le gouvernement pontifical sous Pie XI : pratiques romaines et gestion de l'universel. Collection de l'École française de Rome no  467, 2013, p. 429-442.
  • L'Œuvre d'Orient : Herman Teule, Christian Cannuyer, Antoine Fleyfel, Mouchir Aoun, Christian Lochon, Antoine Arjakovsky, in Perspectives & Réflexions no 1 - 2013
  • L'Œuvre d'Orient : Georges Corm, Mouchir Aoun, Gabriel Hachem, Bernard Heyberger, Michel Younès, Georges Massouh, in Perspectives & Réflexions no 2 - 2014
  • L'Œuvre d'Orient : Maxime Yevadian, Marc Varoujan, Philippe Sukiasyan, Tigrane Yegavian, Joseph Alichoran, Joseph Yacoub, Christian Lochon, Antoine Bustany, in Perspectives & Réflexions no 3 - 2015
  • L'Œuvre d'Orient : Fadi Daou, Rémi Caucanas, Michel Sabbah, Chafik Jaradi, Charbel Maalouf, Hervé Legrand, in Perspectives & Réflexions no 4 - 2016
  • L'Œuvre d'Orient : Emmanuel Pataq Siman, Jean-Jacques Pérennès, Christian Lochon, Abdo Badwi, Samir Arbache, Sami Hallak & Abdallah Hadjar, in Perspectives & Réflexions no 5 - 2017
  • L'Œuvre d'Orient : Antoine Fleyfel, Jean-Paul Chagnollaud, Christian Cannuyer, Rita Tolomeo, Fernando Filoni, Joseph Yacoub, in Perspectives & Réflexions no 6 - 2018

OuvragesModifier

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :