Harchies

section de Bernissart, Belgique

Harchies
Harchies
L'église de la Sainte Vierge à Harchies
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Ath
Commune Bernissart
Code postal 7321
Zone téléphonique 069
Démographie
Gentilé Harchésien(ne)
Géographie
Coordonnées 50° 28′ nord, 3° 41′ est
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hainaut
Voir sur la carte administrative du Hainaut
City locator 14.svg
Harchies
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Harchies
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Harchies

Harchies est une section de la commune belge de Bernissart située en Région wallonne dans la province de Hainaut. La commune fusionna en 1964 avec Bernissart pour former la nouvelle commune de Bernissart, laquelle fusionna de nouveau en 1977 avec une série de communes voisines pour former les grand BERNISSART.

ToponymieModifier

Formation gallo-romane tardive en -IACAS, suffixe issu de IACU, d'origine gauloise *-āko, marquant la propriété. La répartition de -IACAS est limitée à l'extrême nord de la France (Picardie, Normandie...) et à la Belgique. Il explique la plupart des formations toponymiques en -ies.

Il se combine généralement avec un nom de personne d'origine germanique et plus rarement roman.

Harchies remonterait à un type toponymique *HARICIACAS[1], basé sur l'anthroponyme germanique Haricho.

HistoireModifier

Harchies a donné son nom à une famille noble qui a eu une large descendance, notamment en Artois.

En 1138, l'évêque de Cambrai donne à l'abbaye de Saint-Ghislain en Hainaut, l'autel de Harchies et ses dépendances[2].

La famille de Harchies, originaire de Harchies, a eu au moins une branche qui au fil du temps s'est fixée en Artois dans le royaume de France. Des membres sont devenus seigneurs de Drincham en Flandre maritime et un descendant de ceux-ci a été représentant de la noblesse aux États généraux de 1789 pour le bailliage de Bailleul.

Patrimoine naturelModifier

Les Marais d'Harchies sont une zone humide au statut de ZHIB (Zone Humide d'Intérêt Biologique) qui s'étend sur les anciennes communes de Harchies, Hensies et Pommerœul. Ils constituent l'un des plus importants sites favorables aux oiseaux d'eau en Wallonie, qui l'utilisent comme site de nidification, comme halte migratoire ou comme site d'hivernage. La richesse ornithologique de ce site est intimement liée à la variété d'habitats qui s'y sont développés, ainsi qu'à la quiétude dont le site bénéficie sous la surveillance attentive du Comité de Gestion qui en est responsable.

ÉconomieModifier

Le Zoning industriel de Bernissart se trouve sur le territoire d'Harchies, en bordure du Canal Nimy-Blaton-Péronnes et à proximité de l'autoroute A16 - E42. On y trouve diverses PME (gestion de déchets, industrie, travaux, mécanique, construction, transports...) ainsi que le parc à conteneurs de la commune.

Personnalités liées à la communeModifier

Famille de HarchiesModifier

  • En 1336, Jean de Harchies, châtelain d'Ath, Flobecq, Lessines, est une des deux personnes chargées de mener une enquête sur les droits et franchises des bourgeois d'Ath[3]. Il est probablement le même personnage que Jean de Herchies bailli du Hainaut en 1339[4] et encore en 1348[5].
  • En , sont données à Versailles par le roi de France Louis XIV, des lettres de chevalerie héréditaire pour Jean Charles Augustin de Harchies, seigneur de Drincham, ci-devant capitaine aide-major du régiment de Rohan-Rochefort, et pour son frère Gérard François Adrien de Harchies, capitaine réformé d'infanterie et lieutenant des maréchaux de France. La famille compte parmi ses membres Jacques de Harchies, chambellan du duc de Bourgogne Philippe II de Bourgogne dit Philippe le Hardi, fait chevalier banneret en 1452, à la bataille de Ruppelmonde contre les Gantois, et a fourni beaucoup d'officiers depuis que l'Artois a fait retour à la couronne de France, parmi lesquels l'aïeul des deux premiers nommés qui se trouvait à la bataille de la Boine et leur frère tué à la bataille de Berg-op-Zoom[6]. En , à Fontainebleau, le titre de marquis est accordé en récompense de ses services à Jean Charles Augustin de Harchies, gentilhomme de la province d'Artois, ancien capitaine aide-major au régiment de Saint-Mauris, incorporé dans celui du Poitou, avec permission d'affecter ce titre sur celles de ses terres qui lui plaira[7].

Autres personnagesModifier

  • En 1628, la terre et seigneurie de Thiant est érigé en comté par le roi d'Espagne, par lettres données à Madrid, pour Ernest de Merode, (maison de Merode), gouverneur et prévôt du comté de Valenciennes, baron de Harchies. Ernest de Merode est le fils du seigneur de Waroux, commune actuelle d'Ans, grand maître d'hôtel du prince- électeur de l'Électorat de Cologne qui récemment a été créé comte du Saint-Empire, et est frère du comte de Merode, qui a obtenu ce titre de comte en retour des signalés services rendus pendant les guerres d'Allemagne où il avait le commandement d'un corps de 8 000 hommes[8].
  • En octobre 1705, des lettres données à Fontainebleau permettent à François de Salperwick de relever le titre de marquis de Grigny. François de Salperwick est marié à Marie Charlotte de Harchies[9].

GalerieModifier

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Les noms des communes en Wallonie, Jules Herbillon Chap. II p. 69
  2. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome II Année 1138.
  3. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome 9. Année 1336.
  4. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome 9. Année 1339.
  5. Wauters, Tome X, Année 1348.
  6. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 102, lire en ligne
  7. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 107, lire en ligne
  8. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 235, lire en ligne.
  9. Amédée le Boucq de Ternas, Recueil de la noblesse des Pays-Bas, de Flandre et d'Artois, Douai, 1884, p. 378, lire en ligne.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :