Gouvernement Jules Ferry (2)

Le deuxième gouvernement Jules Ferry est le gouvernement de la Troisième République en France du au .

Jules Ferry constitue un cabinet centré sur l'Union républicaine et la Gauche républicaine (Centre droit). Dans la lignée de Léon Gambetta, il rassemble les républicains opportunistes (républicains de gouvernement) auxquels s'opposent les radicaux.

CompositionModifier

Ministres nommés le 21 février 1883Modifier

Fonction Image Nom Parti politique
  Président du Conseil des ministres   Jules Ferry Gauche républicaine
  Ministre des Affaires étrangères   Paul-Amand Challemel-Lacour[1] Union républicaine
  Ministre de l'Intérieur et des Cultes   Pierre Waldeck-Rousseau[2] Union républicaine
  Ministre de l'Instruction publique, des Beaux-arts   Jules Ferry[2] Gauche républicaine
Ministre de la Guerre   Jean Thibaudin[3]
  Ministre de la Justice   Félix Martin-Feuillée[2] Union républicaine
  Ministre des Finances   Pierre Tirard[3] Union républicaine
  Ministre de la Marine et des Colonies   Charles Brun[1] Union républicaine
  Ministre de l'Agriculture   Jules Méline Gauche républicaine
Ministre du Commerce   Anne-Charles Hérisson[4]
  Ministre des Travaux publics   David Raynal Gauche républicaine
  Ministre des Postes et Télégraphes   Adolphe Cochery[3] Gauche républicaine
  Sous-secrétaire d'État aux Finances   Justin Labuze[3] Gauche républicaine
  Sous-secrétaire d'État aux Travaux publics   Charles Baïhaut[3] Union républicaine

Remaniement du 27 février 1883Modifier

Fonction Image Nom Parti politique Ancien ministère
  Ministre de l'Intérieur   Pierre Waldeck-Rousseau Union républicaine Ministre de l'Intérieur et des Cultes
  Ministre de la Justice et des Cultes   Félix Martin-Feuillée[2] Union républicaine Ministre de la Justice
  Sous-secrétaire d'État à la Présidence du Conseil, à l'Instruction publique et aux Beaux-Arts   Eugène Durand[1] Gauche républicaine Nouveau
  Sous-secrétaire d'État à la Justice et aux Cultes   Alphonse Noirot Union démocratique Nouveau
  Sous-secrétaire d'État à l'Intérieur   Guillaume Margue[1] Union républicaine Nouveau

Remaniement du 9 août 1883Modifier

Fonction Image Nom Parti politique Ancien ministre
Ministre de la Marine et des Colonies   Alexandre Peyron

Cessation des fonctions de Charles Brun

Nomination du 22 septembre 1883Modifier

Fonction Image Nom Parti politique Ancien ministère
  Sous-secrétaire d'État à la Marine et aux Colonies   Félix Faure Union républicaine Nouveau

Remaniement du 9 octobre 1883Modifier

Fonction Image Nom Parti politique Ancien ministre
Ministre de la Guerre   Jean-Baptiste-Marie Campenon Cessation des fonctions de Jean Thibaudin

Nomination du 17 octobre 1883Modifier

Fonction Image Nom Parti politique Ancien ministère
  Sous-secrétaire d'État à la Guerre   Jean Casimir-Perier Gauche républicaine Nouveau

Remaniement du 20 novembre 1883Modifier

Fonction Image Nom Parti politique Ancien ministre
  Président du Conseil des ministres, ministre des Affaires étrangères   Jules Ferry Gauche républicaine Cessation des fonctions de Paul-Amand Challemel-Lacour
  Ministre de l'Instruction publique, des Beaux-arts   Armand Fallières Union démocratique En remplacement de Jules Ferry, président du Conseil et ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts

Remaniement du 17 mai 1884Modifier

Fonction Image Nom Parti politique Ancien ministre
  Sous-secrétaire d'État à l'Intérieur   Alfred Laroze Union républicaine Cessation des fonctions de Guillaume Margue

Remaniement du 14 octobre 1884Modifier

Fonction Image Nom Parti politique Ancien ministre
  Ministre du Commerce   Maurice Rouvier Union républicaine Cessation des fonctions de Anne-Charles Hérisson

Remaniement du 3 janvier 1885Modifier

Fonction Image Nom Parti politique Ancien ministre
Ministre de la Guerre   Jules Lewal Cessation des fonctions de Jean-Baptiste-Marie Campenon

BilanModifier

Le gouvernement s'installe dans la durée avec un chef qui exerce une véritable autorité. Ainsi Jules Ferry qui doit remanier plusieurs fois son gouvernement ne soumettra pas ceux-ci à l'approbation de la chambre des députés.

Malgré la crise économique de 1882, de nombreuses réformes sont entreprises :

Ferry engage également une politique coloniale volontariste (Expédition du Tonkin), à l'époque très décriée par la droite et l'extrême-gauche. Enfin sur le plan des institutions, il permet une révision de la constitution dans un sens plus démocratique (suppression de l'inamovibilité des sénateurs et élargissement de leur collège électoral) et fait passer au scrutin de liste les élections à la chambre des députés.

À la fin de son mandat, Ferry est violemment attaqué par les radicaux dans un climat houleux.

Fin du gouvernement et passation des pouvoirsModifier

Le , à la suite de l'affaire du Tonkin, Jules Ferry doit remettre la démission du Gouvernement au président de la République, Jules Grévy[5].

Le , Jules Grévy nomme Henri Brisson à la présidence du Conseil des ministres.

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Cessation des fonctions lors des remaniements suivants.
  2. a b c et d Changement de fonctions lors des remaniements suivants.
  3. a b c d et e Membre du précédent gouvernement ayant conservé son poste
  4. Membre du précédent gouvernement ayant changé de poste
  5. Christophe Bertrand, Caroline Herbelin, Jean-François Klein, Indochine. Des territoires et des hommes, 1856-1956, Gallimard, , p. 304