Gioacchino Pepoli

politicien italien
Gioacchino Pepoli
Le ministre marquis Pepoli (L'Illustration, 1862)
Fonctions
Sénateur du royaume d'Italie
-
Ambassadeur d'Italie en Autriche-Hongrie (d)
-
Député
Xe législature du royaume d'Italie
-
Maire de Bologne
-
Député
IXe législature du royaume d'Italie
-
Ministre de l'Agriculture, de l'Industrie et du Commerce du royaume d'Italie
-
Député
VIIIe législature du royaume d'Italie
-
Député
VIIe législature du royaume de Sardaigne
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
BologneVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Gioacchino Napoleone PepoliVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
italienne ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Père
Guido-Taddeo Pepoli (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Letizia Murat (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfants
Laetiza Pepoli (d)
Antonietta Pepoli (d)
Luisa Napoleona Pepoli (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinctions
Vue de la sépulture.

Le marquis Gioacchino Napoleone Pepoli (né à Bologne le et mort dans la même ville le ), est un député au parlement italien, ministre des Finances d'Émilie-Romagne, et un homme politique du royaume de Sardaigne[1].

Biographie modifier

Gioacchino Napoleone Pepoli est le fils du marquis Guido Taddeo Pepoli (1789-1852) et de la princesse Letizia Murat (1802-1859), fille de Joachim Murat, roi de Naples et de Caroline Bonaparte.

Il est le petit-fils du roi de Naples Joachim Murat, petit-neveu de l'empereur Napoléon Ier et beau-frère du prince souverain Charles-Antoine de Hohenzollern-Sigmaringen.

Actif dans les soulèvements de 1848, il est commandant de la Guarda Civica à Bologne et s'oppose à l'occupation autrichienne de la ville.

En exil dans le grand-duché de Toscane de 1849 à 1852, il participe ensuite au soulèvement de la légation des Romagnes[2] en 1859, qui aboutit à l'annexion de la région au royaume d'Italie.

À partir de 1860, il est commissaire général de l'Ombrie pendant l'annexion de cette région au nouveau royaume d'Italie. En particulier, Pepoli a joué un rôle important pour la région de Terni, car il a travaillé à la construction de la « Fabbrica d'Armi » en 1875 et à la création dans la ville ombrienne de l'actuel Institut technique industriel[3].

Il est ensuite député de la VIIe à la Xe législature, puis ministre de l'agriculture, de l'industrie et du commerce dans le gouvernement Rattazzi I (le ) et ministre plénipotentiaire à Saint-Pétersbourg (1863-1864) à l'ambassade d'Italie en Russie.

Du au , il est maire de Bologne. Le , il est nommé sénateur du royaume d'Italie. En 1868, Pepoli et sa famille s'installent à Vienne où il a été nommé ambassadeur d'Autriche-Hongrie, avant de mettre fin à sa carrière diplomatique et politique en 1870 et de revenir en Italie.

Ses archives personnelles sont aujourd'hui conservées aux archives d'État de Bologne[4].

Il meurt à Bologne, le , à l'âge de 55 ans et est inhumé au cimetière monumental de la Chartreuse de Bologne[5].

Descendants modifier

Gioacchino Napoleone Pepoli épouse le à Bologne, la princesse Frédérique Wilhelmine Hohenzollern-Sigmaringen (née le et morte le ). Les mariés sont cousins issus de germain[N 1] et ont trois enfants[6] :

  • Laetizia Pepoli (Bologne - Forlimpopoli ), épouse le Antonio, comte Gaddi (1843-1914), dont trois enfants.
  • Antonietta Pepoli (Bologne - Forli ), épouse le Carlo, comte Taveggi (1836-1902), dont deux enfants.
  • Luisa Napoleona (Bologne - Forli ), épouse le Domenico, comte Guarini-Matteucci di Castelfalcino (1848-1905), dont cinq enfants.

Distinctions modifier

Décorations italiennes modifier

Décorations étrangères modifier

Liens externes modifier

Notes et références modifier

Notes modifier

  1. Antoinette Murat, mère de Frédérique, est la cousine germaine de Letizia Murat (1802-1859), fille de Joachim Murat et mère de Joachim Pepoli.

Références modifier

  1. Annuaire de l'économie politique et de la statistique, Volume 18, Guillaumin et cie, , p. 488
  2. Entité administrative des États pontificaux comprenant Bologne, Ferrare, Ravenne et Forli.
  3. Voir l'arrêté royal du 10 novembre 1860
  4. L'inventaire du fonds peut être consulté dans le système d'information de l'Archivio di Stato di Bologna à l'adresse suivante http://www.archiviodistatobologna.it/it/bologna/patrimonio/inventari.
  5. « Nécrologie », Journal de Bruxelles, no 94,‎ , p. 3 (lire en ligne, consulté le ).
  6. Antoine Bachelin, Louis Paris, État présent de la noblesse française, 1866, Antoine Bachelin, , p. 48