Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Sentier de grande randonnée 532

(Redirigé depuis GR 532)
GR 532
GR-vosges.jpg

GR du massif vosgien

Localisation
Adresse
Désignation
Autre nom
Crête des Vosges
Hautes vallées vosgiennes
Sites historiques - mémoriaux
Lacs des Vosges
Type
Tracé
Extrémité
Alt. maximale
1 330 m au Klintzkopf
Alt. minimale
175 m
Utilisation
Saison
Plutôt en été pour la partie méridionale
Mois
juin-août
Difficulté
Facile à moyenne
Attractions

Le sentier de grande randonnée 532 (GR 532) est comme le GR 53 et le GR 531 un parcours majoritairement alsacien parmi les sept GR du Massif des Vosges. Contrairement aux deux autres, il fait une très brève incursion dans le pays de Phalsbourg et de Dabo dans le département de la Moselle en Lorraine et finit sa course pour les derniers kilomètres dans le Territoire de Belfort. Le GR 532 part de Wœrth dans le Bas-Rhin pour se terminer à Belfort même. Son balisage est un rectangle jaune.

Le GR 532 traverse le Parc naturel régional des Vosges du Nord et le Parc naturel régional des Ballons des Vosges. Comparé au GR 531, il ne suit pas autant les crêtes principales. Il fait de nombreuses boucles dans le massif oriental en traversant toutes les célèbres vallées alsaciennes : Bruche, Giessen, Lièpvrette, Weiss, Fecht et Thur. Cela en fait un sentier plus diversifié qui comporte davantage de cumul de dénivelée en passant d’une vallée à une autre pour longer ou couper les massifs (En particulier le massif du Grand Ballon et du Rossberg avec deux fois 700 m de dénivelé sur une courte distance). L’effet de contraste[1] s’en trouve majoré car le randonneur pourra comparer les vastes forêts du nord, les massifs déboisés du centre, la plaine alsacienne et finalement la montée aux crêtes. Suivant la période à laquelle le marcheur empruntera ce GR, le climat renforcera l’impression de contraste entre la plaine et les hautes chaumes dans le brouillard ou les nuages[2].

Sommaire

DescriptionModifier

Repères géographiquesModifier

Les plus hauts sommets du GR 532 sont :

  • le Klintzkopf 1 330 m ;
  • le Langenfeldkopf 1 290 m ;
  • le Petit Ballon 1 272 m ;
  • la Tête des Immerlins 1 215 m ;
  • le Bessayfels 1 049 m ;
  • le Climont 657 m pour les Moyennes Vosges ;
  • le Kuhbergkopf 597 m pour les Basses Vosges.


Le GR 532 longe ou croise les vallées ou vallons suivants du nord au sud :


Les principaux massifs traversés sont le :


Les lieux stratégiques d’intersection entre d’autres sentiers GR et le GR 532 sont :

Intérêt géographique et historiqueModifier

Le GR 532 permet la découverte des trois grandes parties du massif vosgien : le piémont, les Vosges du Nord, les Basses Vosges et les Hautes Vosges ; le randonneur découvre ainsi les faciès très typés[1] de ces massifs dont la roche-mère marque très sensiblement les paysages et la forme des vallées. Contrairement au GR 531, il fait une incursion dans la plaine alsacienne aux portes de Colmar. Gréseux[3] au nord, le massif vosgien cumule les vallées en V [4]avec une très faible altitude. Le fort taux de boisement et la très faible densité de population de cette région font que le randonneur peut se retrouver finalement assez longtemps dans le calme des forêts de hêtres à sapins sans rencontrer beaucoup de monde. Les distances entre agglomérations sont grandes. On trouvera plus de hameaux et d’écarts.

Les Basses Vosges également gréseuses[5] ont le même aspect global, mais l’altitude est plus élevée[1]. Du coup, au-dessus de 500 m, le sapin pectiné redevient endémique et les forêts mixtes sont à l’avantage des conifères[6]. L’impression globale de vallées entaillées avec des pentes raides et rocheuses[7] est plus prononcée que dans la partie nord.

Les Hautes-Vosges cristallines[5]se caractérisent par un paysage plus ouvert dû aux vallées en auge[1],[8]. De même, l’altitude plus élevée donne à ce sentier de nombreux points de vue. La randonnée permet de découvrir l’estive et les alpages des chaumes avec de nombreuses fermes-auberges[9].

Le GR 532 permet aux randonneurs de traverser les pays de langue romane de l’Alsace[10] depuis Urmatt-Lutzelhouse jusqu’à Labaroche. Quand on marche sur le sentier du nord au sud, on a sur sa gauche à partir de La Broque la vallée de la Bruche, puis le Val de Villé[11]. À partir de la Lièpvrette, on a sur sa droite le val d’Argent célèbre pour ses mines, et notamment la mixité culturelle, parfois conflictuelle entre Lorrains et Alsaciens, francophones et germanophones de Saxe. Après le Lac Blanc, le marcheur a sur sa gauche le massif d’Orbey[12] qui débouche sur Labaroche. À partir de Turckheim, on reste en terres de langue alsacienne jusqu’à Rougemont-le-Château qui est francophone.

D’un point de vue historique, le sentier GR 532 permet de passer dans d’anciens états du Saint-Empire romain germanique comme le comté de Hanau-Lichtenberg, le comté de La Petite-Pierre, le comté de Dabo, le Ban de la Roche et la Principauté de Salm-Salm, mais aussi les villes libres impériales Turckheim et Munster-Val Saint-Grégoire et l’Autriche antérieure au sud. De nombreux châteaux forts jalonnent le circuit[13]. Ce sont tous des ruines vestiges de l’âge d’or médiéval en Alsace.

ItinéraireModifier

Piémont et Vosges du NordModifier

 
Bonne-Fontaine, pèlerinage franciscain
  Wœrth
  Liebfrauenthal 175 m
  Lembach 193 m
  Col de la Hohwart 389 m
  Nierdersteinbach 227 m
  Obersteinbach 236 m
  Lutzelhardt 331 m
  La Hardt 253 m (Sturzelbronn)
  Rocher de l'Arche 258 m
    Tour du Waldeck
  Étang de Hanau 245 m
  Vallée du Falkenstein 219 m
  Philippsbourg 219 m
  Baerenthal 213 m
  Col Zeughaeuser 350 m
  Reipertswiller 234 m
      Lichtenberg 345 met
  Wingen-sur-Moder 212 m
  Rocher de Zittersheim 380 m
      La Petite-Pierre 339 m
  Graufthal 202 m
  Oberhof 194 m
  Rocher de la Bande Noire 218 m
  Bonne-Fontaine, pèlerinage

Partie des Basses-VosgesModifier

 
Plan incliné – Vallée des éclusiers
    Phalsbourg 328 m
  Rocher du Krappenfels
  Canal et vallée de la Zorn
  Sentier des éclusiers
  Rocher du Calice
  Hellert 494 m
    Kuhbergkopf 597 m
  La Hoube 625 m
  Obersteigen 394 m
  Engenthal-le-Haut 490 m
  Carrefour des Pandours 661 m
    Nideck
    Urmatt 236 m

Vallée de la Bruche, Val de Villé et Val d’ArgentModifier

  Hahnenberg 646 m
  Piton du Falkenstein 648 m
  Schwarzbachthal
  Camp de concentration Struthof 699 m
  Schirmeck 321 m
 Fréconrupt 609 m
  Salm 634 m
  Château de Salm 841 m
  Col du Hantz 637 m
  Saulxures 507 m
  Bourg-Bruche
      Climont 657 m
  Blanc Noyer 658 m
  Grand Honel 623 m
  Col du Banc du Forestier 453 m
  Villé 288 m
  Breitenau 344 m
  Roche des Fées 777 m
  Schlossberg 703 m
  Chalmont 702 m
  Lièpvre 242 m
  Rocher des Reptiles 945 m
  Refuge CV
  Tertrè de la Fille Morte 961 m

Le pays d’Orbey et de MunsterModifier

  Le Bonhomme 635 m
  Cimetière Nationale Tête des Faux
  Tête des Immerlins 1 215 m
    Col du Calvaire 1 145 m
    Lac Blanc 1 054 m
  Lac Noir 954 m
  Col du Wettstein 880 m
    Schratzmaennele 976 m Monument 1914-18, proche du mémorial du Linge
  Croix de Wihr 893 sous Grd Hohnack 976 m
  Abri CV
  Les Trois-Épis 659 m Ancienne abbaye
  Turckheim 254 m Ancienne ville impériale libre
  Hohlandsburg 644 m
  Col du Haut de Marbach 706 m
  Schrankenfels 783 m
  Col Wolfsgrube 761 m
  Col de Firstplan 722 m
  Col de Boenlesgrab 865 m
    Le Petit Ballon 1 272 m
  Col de Hilsenfirst 1 121 m
  Le Langenfeldkopf 1 290 m
  Col de Lauchen 1 195 m
  Le Klintzkopf 1 330 m
  Lac de la Lauch 942 m

Massif du Grand BallonModifier

  Hundsrucken 1 177 m
  Ferme Auberge le Haag 1 233 msous Grand Ballon
  Bessayfels 1 049 m
  Haberkopf 872 m
    La Vue des Alpes 771 m
  Saint-Amarin 438 m

Massif du Rossberg et Vosges belfortainesModifier

 
Le Rossberg et sa chaume en hiver
  Col des Dreimarkstein 756 m Oratoire
  Ferme Auberge du Bellackerkopf 1 042 m
  Sattelhutte 1070 ec sous Rossberg 1 191 m
  Masevaux
  Rougemont-le-Château
  Belfort

Confusion possible avec le rectangle jaune du Pays de Saint-DiéModifier

En observant les cartes de randonnée du Club vosgien, on tombe sur un autre balisage rectangle jaune qui côtoie des autres rectangles. En réalité seul le GR 533 passe à Saint-Dié. Les autres rectangles sont d’un usage propre à la section déodatienne.

On peut rejoindre le circuit rectangle jaune déodatien en quittant le GR 532 à Bourg-Bruche, situé à moins de 3 km de Saales. Une fois au col de Saales, il faut suivre le balisage qui mène au massif de l’Ormont et du Kemberg avec de très nombreux rochers pittoresques en conglomérat. La vue de la Roche Saint-Martin est également très impressionnante.

    Saales 556 m
  Provenchères-sur-Fave 408 m
  Roche d'Ormont
  Col du Chariot 888 m
  Roche du Sapin Sec 902 m
  Roche des Fées 743 m
  Saint-Dié 360 m
  La Roche Saint-Martin 601 m
  Rougiville 358 m
  Roche Pierre Trois Jambes 638 m
  Col du Haut-Jacques 606 m
  Le Bihay

Notes et référencesModifier

  1. a, b, c et d Claude Martinaud et Frank Paris, Réussir le commentaire de cartes et de documents géographiques aux concours Agro-Veto: BCPST 2e année, Dunod, , 320 p. (ISBN 2100572008 et 9782100572007, lire en ligne), p. 152
  2. Jean-Claude Rameau, Dominique Mansion et G. Dumé, Flore forestière française: Montagnes, vol. 2, Forêt privée française, , 2421 p. (ISBN 2904740414 et 9782904740411, lire en ligne)
  3. Marcel Jamagne, Grands paysages pédologiques de France, Quae, coll. « Synthèses (INRA) », (ISBN 2759210367 et 9782759210367, ISSN 1777-4624, lire en ligne), p. 318
  4. RGL, « Espaces ruraux et technologies de l'information », Revue de géographie de Lyon, vol. 75,‎
  5. a et b Jamagne 2011, p. 318
  6. Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette, Lorraine 2014 Petit Futé, Petit Futé, coll. « Guides Régions », (lire en ligne), « Flore »
  7. Jean-Claude Flageollet, « Morpho-structures vosgiennes », Géomorpholgie. Relief, processus, environnement, no 2,‎ , p. 75-86 (lire en ligne)
  8. Agnès Acker, Encyclopédie de l'Alsace, Editions Publitotal, , 7896 p., p. 3383-3386
  9. Anthony Simon, La pluriactivité dans l'agriculture des montagnes françaises: un territoire, des hommes, une pratique, vol. 19, Presses Universitaires Blaise Pascal, , 515 p. (ISBN 2845161921 et 9782845161924, lire en ligne), p. 262
  10. Jean-Luc Fray, Villes et bourgs de Lorraine: réseaux urbains et centralité au Moyen Âge, Presses Univ Blaise Pascal, coll. « Histoires croisées », , 551 p. (ISBN 2845162383 et 9782845162389, ISSN 1621-4102, lire en ligne), « Au-delà de la crête vosgienne », p. 316
  11. Pierre Estienne, Terres d'abandon?: la population des montagnes françaises : hier, aujourd'hui, demain, vol. 34, Presses Univ Blaise Pascal, coll. « Publications de l'Institut d'études du Massif central », , 288 p. (lire en ligne), p. 35
  12. Site officiel
  13. Odile Kammerer, Congrès de la Société des Historiens Médiévistes de l'Enseignement Supérieur Public, Société des Historiens Médiévistes de l'Enseignement Supérieur Public, Montagnes médiévales, 25mai2915, 450 p. (ISBN 2859445137, ISSN 0290-4500, lire en ligne), chap. 79, p. 35

AnnexesModifier