Ouvrir le menu principal
Comté de la Petite-Pierre
(de) Grafschaft Lützelstein

XIe siècle – 1789

Blason
Description de cette image, également commentée ci-après
Le comté de Lützelstein en 1789 (en jaune)
Informations générales
Statut Comté du Saint-Empire
Capitale Lützelstein
Langue francique rhénan de facto
Religion catholicisme puis protestantisme
Histoire et événements
XIe siècle création
1452 rattachement au Palatinat du Rhin
1681 rattachement au royaume de France
1790 création du district de Wissembourg et du département du Bas-Rhin

Entités précédentes :

Le comté de la Petite-Pierre ou de Lützelstein (allemand : Grafschaft Lützelstein), par la suite comté de Palatinat-La Petite-Pierre (allemand : Pfalz-Lützelstein), est un ancien comté de Basse-Alsace ayant appartenu à la famille de Blieskastel puis à la famille Palatine (Palatinat du Rhin). Il faisait partie de l'Évêché de Metz jusqu'en puis partie de l'Évêché de Strasbourg.

Par un arrêt en date du , le conseil souverain d'Alsace réunit le comté à la France[1],[2]. L'année suivante, il est rattaché à l'intendance d'Alsace[3]. En , Léopold-Louis meurt sans héritier mâle en ligne directe. Le cardinal de Fürstenberg, évêque de Strasbourg, confisque alors le comté, comme fief tombé en déshérence[4],[3]. Mais, par un arrêt en date du , le conseil souverain d'Alsace l'attribue à la branche palatine des Deux-Ponts-Birkenfeld[5],[3] qui le garde jusqu'à la Révolution française. En , il est rattaché au district de Wissembourg[3].

Sommaire

GéographieModifier

Le comté était centré sur la partie sud du massif des Vosges du Nord et sur l'est de l'Alsace bossue. Il s'étendait du pays de Bitche au nord grâce aux deux villages enclavés d'Achen et Montbronn jusqu'à la région de Phalsbourg et Lixheim au sud-est du département de la Moselle.

Dans sa formation finale, il ne comptait plus que l'est de l'Alsace bossue, territoire qui allait former les cantons de Drulingen et de La Petite-Pierre du futur arrondissement de Saverne.

TerritoireModifier

Le comté comprenait les localités suivantes :

Localité Notes Population
(2014)
Département
actuel
  Achen jusqu'au XIIe siècle et de 1272 à 1553 999   Moselle
  Adamswiller[6],[7],[8],[9] 388   Bas-Rhin
  Asswiller 293   Bas-Rhin
  Bergheim avant 1287 2 030   Haut-Rhin
  Behrlingen[6],[8],[10] 301   Moselle
  Bettwiller[6],[8],[9] 312   Bas-Rhin
Bilswiller[6] dépendait de la paroisse de Vescheim[11] 0?   Moselle
  Burseth 202   Moselle
  Bust,[8] en partie (cinq maisons et l'église) 446   Bas-Rhin
  Durstel[6],[8],[9] 400   Bas-Rhin
  Eschbourg[10],[8] 494   Bas-Rhin
  Frohmuhl[6],[8],[12] 184   Bas-Rhin
  Graufthal[6],[10] aujourd'hui écart d'Eschbourg Eschbourg   Bas-Rhin
  Gungwiller[6],[8],[9] 281   Bas-Rhin
  Hambach[6],[8],[13] 606   Bas-Rhin
  Hangwiller[6],[8],[14] 280   Moselle
  Hinsbourg[6],[8],[12] 115   Bas-Rhin
  Hünerscher[6],[8] cense de Wingen Wingen   Bas-Rhin
  Kohlhuette[6] cense de Wingen et Wimmenau Wingen   Bas-Rhin
  Lixheim de 1608 à 1623 620   Moselle
  Vieux-Lixheim jusqu'en 1623 260   Moselle
  Lohr[6],[8],[12] 497   Bas-Rhin
  Lützelstein[15],[8] capitale 633   Bas-Rhin
  Monbronn de 1324 à 1623 1 648   Moselle
  Oberbronn 1 522   Bas-Rhin
  Petersbach[6],[8] 649   Bas-Rhin
  Pfalzburg de 1570 à 1590 4 745   Moselle
  Pfalzweyer[15],[8],[10] 314   Bas-Rhin
  Puberg[15],[8],[12] 341   Bas-Rhin
Quidschthal[15] Wingen?   Bas-Rhin
  Rosteig[15],[8],[13] 571   Bas-Rhin
  Schœnbourg[15],[8],[10] 436   Bas-Rhin
  Tieffenbach[6],[8],[12] 280   Bas-Rhin
  Volksberg[15],[8],[13] 347   Bas-Rhin
  Weinbourg[15],[8],[16] pour moitié[15] 427   Bas-Rhin
  Weislingen[15],[8],[13] 544   Bas-Rhin
  Weschem[15],[8],[10] 302   Moselle
  Wingen[15],[12] 1 614   Bas-Rhin
  Wintersberg[15],[8],[14] 273   Moselle
  Zillingen[15],[8],[17] pour 2/3 à partir de 1460 276   Moselle

Notes et référencesModifier

  1. Boug d'Orschwiller 1775, p. 92-94.
  2. Caisse de crédit mutuel de Dalhunden 2000, p. 35-36.
  3. a b c et d Fallex 1921, p. 7.
  4. Boug d'Orschwiller 1775, p. 461.
  5. Maillard 2016, p. 65.
  6. a b c d e f g h i j k l m n o et p Baquol et Ristelhuber 1864, p. 628, col. 2.
  7. Baquol et Ristelhuber 1864, s.v. Adamswiller, p. 13, col. 1.
  8. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y et z Hiegel 1961, p. 106.
  9. a b c et d Schœpflin 1851, § 359, 4o, p. 449.
  10. a b c d e et f Schœpflin 1851, § 359, 5o, p. 449.
  11. Nova subsidia diplomatica ad selecta juris Ecclesiastici Germaniae, vol. 8, p. 111.
  12. a b c d e et f Schœpflin 1851, § 359, 2o, p. 449.
  13. a b c et d Schœpflin 1851, § 359, 3o, p. 449.
  14. a et b Schœpflin 1851, § 359, 6o, p. 449.
  15. a b c d e f g h i j k l m et n Baquol et Ristelhuber 1864, p. 629, col. 1.
  16. Schœpflin 1851, § 359, 1o, p. 449.
  17. Schœpflin 1851, § 359, 7o, p. 449.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • [Baquol et Ristelhuber 1864] Jacques Baquol et Paul Ristelhuber, L'Alsace ancienne et moderne : ou Dictionnaire topographique, historique et statistique du Haut et du Bas-Rhin, Strasbourg, Salomon, (réimpr. 2002), 3e éd. (1re éd. 1851), 1 vol., VIII-642 p., in-8o (23 cm) (OCLC 31130309, notice BnF no FRBNF30052489, SUDOC 046326766, lire en ligne [fac-similé]).
  • [Boug d'Orschwiller 1775] François-Henri Boug d'Orschwiller (éd.), Recueil des édits, déclarations, lettres patentes, arrêts du Conseil d'État et du Conseil souverain d'Alsace, ordonnances et règlements concernant cette province [« Ordonnances d'Alsace »], t. Ier : , Colmar, J.-H. Decker, , 1re éd., 1 vol., [15]-[1]-[28]-LXVI-631 p., in-fol. (40 cm) (OCLC 457110695, notice BnF no FRBNF30139958, SUDOC 154414298, lire en ligne [fac-similé]).
  • [Caisse de crédit mutuel de Dalhunden 2000] Caisse de crédit mutuel de Dalhunden (éd.), Dalhunden : une ancienne île du Rhin, Strasbourg, Coprur, coll. « Monographies sur les villages d'Alsace » (no 70), , 1re éd., 1 vol., 414 p., 24 cm (ISBN 2-8420-8060-2, EAN 9782842080600, OCLC 466547443, notice BnF no FRBNF37192290, SUDOC 053850459, lire en ligne).
  • [Fallex 1921] Maurice Fallex, L'Alsace, la Lorraine et les Trois-Évêchés du début du XVIIe siècle à  : textes explicatif de la carte à 1 : 500 000e, Coulommiers et Paris, Brodard et Delagrave, , 1re éd., 1 vol., 30-[1] p., 23 cm (OCLC 759770803, notice BnF no FRBNF32091118, SUDOC 030392128, lire en ligne [fac-similé]).
  • [Hiegel 1961] Henri Hiegel, Contribution à l'histoire de Lorraine : le bailliage d'Allemagne de 1600 à 1632, t. I : L'administration, la justice, les finances et l'organisation militaire, Sarreguemines, M. Pierron, coll. « Monographies de la Lorraine mosellane » (no 46), , 1re éd., 1 vol., 303 p., gr. in-8o (25 cm) (OCLC 872551593, SUDOC 021568847).
  • [Jalabert 2011] Laurent Jalabert, « La politique territoriale française sur la rive gauche du Rhin (-) : des Réunions à la province de la Sarre », Revue historique, no 657,‎ , 1re partie, art. no 4, p. 61-91 (DOI 10.3917/rhis.111.0061, résumé, lire en ligne [html], consulté le 28 avril 2018).
  • [Schœpflin 1851] Jean-Daniel Schœpflin (trad. de Louis-Waldemar Ravenez), L'Alsace illustrée, t. IV : L'Alsace germanique. – Histoire des seigneuries, Mulhouse, Perrin, , in-8o (lire en ligne).

Articles connexesModifier