Ouvrir le menu principal

Frazé

commune française du département d'Eure-et-Loir

Frazé
Frazé
Le château de Frazé
Logo monument historique Classé MH (1948)[1].
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Nogent-le-Rotrou
Canton Brou
Intercommunalité Communauté de communes Terres de Perche
Maire
Mandat
Brigitte Pistre
2014-2020
Code postal 28160
Code commune 28161
Démographie
Population
municipale
507 hab. (2016 en diminution de 0,78 % par rapport à 2011)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 15′ 44″ nord, 1° 06′ 01″ est
Altitude Min. 167 m
Max. 233 m
Superficie 27,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Frazé

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Frazé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Frazé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Frazé
Liens
Site web http://www.mairie-fraze.fr

Frazé est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire. En 2019, Frazé est choisi pour représenter la région Centre-Val de Loire dans l’émission Le Village préféré des Français. Il est classé en 10ème position.

GéographieModifier

SituationModifier

Frazé est un village percheron situé à 1 h 30 du centre de Paris et à 40 minutes de Chartres.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Communes limitrophesModifier

HydrographieModifier

La commune est traversée par la rivière la Foussarde, affluent en rive droite du Loir, lui-même sous-affluent de la Loire par la Sarthe et la Maine[2].

ToponymieModifier

HistoireModifier

Époque contemporaineModifier

XXe siècleModifier

Article détaillé : Retirada.

Entre le 29 janvier 1939 et le 8 février, plus de 2 000 réfugiés espagnols fuyant l'effondrement de la république espagnole devant les troupes de Franco, arrivent en Eure-et-Loir. Devant l'insuffisance des structures d'accueil (le camp de Lucé et la prison de Châteaudun rouverte pour l’occasion), 53 villages sont mis à contribution[3], dont Frazé[4]. Les réfugiés, essentiellement des femmes et des enfants (les hommes sont désarmés et retenus dans le Sud de la France), sont soumis à une quarantaine stricte, vaccinés, le courrier est limité, le ravitaillement, s'il est peu varié et cuisiné à la française, est cependant assuré[5]. Une partie des réfugiés rentrent en Espagne, incités par le gouvernement français qui facilite les conditions du retour, mais en décembre, 922 ont préféré rester et sont rassemblés à Dreux et Lucé[6].

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 En cours Brigitte Pistre REM Fonctionnaire, ancienne suppléante du conseiller général

Politique environnementaleModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8].

En 2016, la commune comptait 507 habitants[Note 1], en diminution de 0,78 % par rapport à 2011 (Eure-et-Loir : +0,82 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1001 2391 2181 4921 5131 4591 5251 5121 536
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5051 5241 5061 3381 3231 2081 2311 1681 167
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1261 1741 1731 011976953926859795
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
689605481418489493514517510
2016 - - - - - - - -
507--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

Manifestations culturelles et festivitésModifier

ÉconomieModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Frazé se déploie autour de son château et de son église, dans une boucle de la Foussarde au milieu de collines boisées. Quelques manoirs jalonnent les routes alentour, contribuant à faire de Frazé l'un des plus pittoresques villages du Perche.

Le châteauModifier

  Classé MH (1948)[1].

C'est en venant de La Croix-du-Perche que le château de Frazé est le plus visible. Il forme un ensemble où il est facile de distinguer plusieurs époques.

Construit sur une ancienne motte féodale encore visible et totalement détruit pendant la guerre de Cent Ans, il a été remplacé dans la seconde moitié du XVe siècle par le château dont on voit maintenant les vestiges. La tour Saint-François est restée en l'état avec son soubassement de grison et ses rangs de pierre blanche. Sur le cercle à mi-hauteur se déroule la cordelière de Saint-François-d'Assises, avec ses torsades et ses nœuds. Au XVIe siècle on ajouta un bâtiment Renaissance, puis au XVIIe et XVIIIe siècles, de nouvelles constructions furent édifiées.

L'ensemble a été rénové au XIXe siècle, puis dans la première moitié du XXe siècle au parc orné de jardins à la française. Aujourd'hui, le château est ouvert à la visite.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

L'église Notre-DameModifier

  Classé MH (1987)[11].

L'église Notre-Dame, d'origine romane, s'est agrandie au XVIe siècle de quatre chapelles à pignons.

Le portail ouvrant dans la deuxième chapelle est de style Renaissance. Il comporte deux arcades reposant sur trois atlantes et l'on peut également admirer la frise d'entrelacs au-dessus des arcs. Ces ornements d'inspiration païenne peuvent paraître surprenants en ces lieux.

La porte occidentale est surmontée d'une rosace flamboyante et date de la fin du XVe siècle.

Des travaux de restauration de l'extérieur de l'édifice sont conduits de 2013 à 2016 pour un montant de 1,2 M€[12].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les manoirsModifier

Plusieurs manoirs ornent la campagne alentour, dont deux sont inscrits au titre de monument historique :

Le manoir du ChâtellierModifier

  Inscrit MH (1975)[13].
Sur la route vers Brou, ou accessible lors d'une promenade par un chemin de randonnée, ce manoir est situé sur une ancienne motte féodale et date du XVIe siècle.
La demeure, cachée par des arbres séculaires, possède des fenêtres à meneaux et une façade en briques à décor de croisillons, ainsi que des cheminées sculptées.

Le manoir du CormierModifier
 
Le manoir du Cormier.

  Inscrit MH (1995)[14].

Ce manoir témoigne des différentes phases de sa construction. Le porche d'entrée et le logis de maître au nord remontent aux XVIe et XVIIe siècles[15]. Les bâtiments de ferme sont plus récents. À l'exception de la grange, ils figurent au cadastre de 1810. Le porche d'entrée avec son bel escalier à vis suspendu et sa grande salle à l'étage est le corps de bâtiment le plus remarquable du manoir.
Le Cormier, avec sa porte fortifiée, ses fossés et ses corps de bâtiments disposés autour d'une cour est un manoir percheron très typique.

Le Grand Carcahut (ou Carcahu)Modifier

Ce fut longtemps une exploitation agricole, qui vient d'être rénové.[Quand ?] On en trouve des traces dès le XIIe siècle du fief de Carcahu aux mains d'un fidèle de Guillaume-Goüet. Le bâtiment actuel semble antérieur à la date portée en fronton (1677) et présente une silhouette massive flanquée d'un haut toit en pavillon et d'une tour d'escalier.
Ce manoir percheron semble être le plus ancien bâtiment de Frazé.[réf. souhaitée]

L'ancienne tuilerieModifier

Non loin du château, après avoir passé le pont qui enjambe la Foussarde, on découvre l’ancienne tuilerie du château, créée pour la construction du château, des fermes, basses cours et autres annexes et sans nul doute d’une bonne partie des maisons du village. Un premier bâtiment au toit à quatre pentes est surmonté de deux épis de faîtage. La disposition particulière de ses tuiles permettait une bonne ventilation au-dessus des foyers, encore en état de fonctionnement : c’est le four. À la suite, un bâtiment en longueur, le séchoir, attire l’attention, avec ses murs ajourés grâce à la mise en œuvre originale de leurs briques, qui assurait la circulation de l’air, nécessaire au séchage du bois de chauffe du four, des briques et tuiles dans leur moule avant cuisson. Nombre de petits ateliers et appentis secondaires ont disparu, et l’ensemble a été transformé en habitation.

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. a et b « Château de Frazé », notice no PA00097112, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Foussarde (M1015000) » (consulté le 30 septembre 2017)
  3. Jeanine Sodigné-Loustau, « L'accueil des réfugiés civils espagnols de 1936 à 1940. Un exemple : la région Centre », Matériaux pour l'histoire de notre temps. 1996, no 44. p. 43.
  4. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 46.
  5. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 43-44.
  6. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 47.
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  11. « Église Notre-Dame », notice no PA00097113, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Les échafaudages seront bientôt démontés », sur www.lechorepublicain.fr, (consulté le 4 décembre 2016)
  13. « Manoir du Châtelier », notice no PA00097114, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Manoir du Cormier », notice no PA00135290, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. Le porche d'entrée est daté de 1572.
  16. Le Monde, n° 21 164 du 3 février 2013.
  17. « "Maison Close" : Valérie Karsenti, sans temps mort », sur lemonde.fr, (consulté le 9 octobre 2017)