Ouvrir le menu principal

Flassan

commune française du département de Vaucluse

Flassan
Flassan
Mairie et fontaine publique de Flassan.
Blason de Flassan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Vaucluse
Arrondissement Carpentras
Canton Pernes-les-Fontaines
Intercommunalité Communauté d'agglomération Ventoux-Comtat Venaissin
Maire
Mandat
Michel Jouve
2014-2020
Code postal 84410
Code commune 84046
Démographie
Gentilé Flassanais
Population
municipale
455 hab. (2016 en augmentation de 10,44 % par rapport à 2011)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 05′ 59″ nord, 5° 14′ 33″ est
Altitude 437 m
Min. 337 m
Max. 1 058 m
Superficie 20,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte administrative de Vaucluse
City locator 14.svg
Flassan

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte topographique de Vaucluse
City locator 14.svg
Flassan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Flassan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Flassan

Flassan est une commune française située dans le département de Vaucluse, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont appelés les Flassanais et les Flassanaises[1].

GéographieModifier

Petit village au pied du Mont Ventoux, au débouché de la combe de Canaud[2].

AccèsModifier

Le village est situé à 4,5 kilomètres de Villes-sur-Auzon, 5,4 de Bédoin et 6,5 de Mormoiron. On y accède par les RD 19 et 184.

ReliefModifier

 
Le mont Ventoux vu des toits de Flassan.

La commune s'étend de la plaine de l'Auzon (altitude : 440 mètres) et remonte les pentes du mont Ventoux jusqu'à la Font d'Angiou. La chapelle Saint-Jean marque son altitude maximale à 1 050 mètres[2].

GéologieModifier

 
Flassan, une des communes du piémont du Mont Ventoux

Le terroir de la commune est en grande partie sur le piémont du Ventoux. C'est une zone calcaire détritique formée par l'érosion sur la partie basse de la commune et par gélifraction sur sa partie haute. Les carrières d'ocre font partie du même synclinal qui se retrouve à Rustrel et à Roussillon. Elles datent du crétacé et sont composées principalement de sables ocreux, de sables blancs et de cuirasses ferrugineuses.

SismicitéModifier

Les cantons de Bonnieux, Apt, Cadenet, Cavaillon, et Pertuis sont classés en zone Ib (risque faible). Tous les autres cantons du département de Vaucluse sont classés en zone Ia (risque très faible). Ce zonage correspond à une sismicité ne se traduisant qu'exceptionnellement par la destruction de bâtiments[3].

HydrographieModifier

L'Auzon traverse le bas de la commune et sur les pentes du Mont Ventoux se trouve la source de la Font d'Angiou[2].

ClimatModifier

La commune, située dans la zone d’influence du climat méditerranéen, est soumise à un rythme à quatre temps : deux saisons sèches, dont une brève en hiver, une très longue et accentuée en été ; deux saisons pluvieuses, en automne, avec des pluies abondantes sinon torrentielles, et au printemps. Les étés sont chauds et secs, liés à la remontée en altitude des anticyclones subtropicaux, entrecoupés d’épisodes orageux parfois violents. Les hivers sont doux. Les précipitations sont peu fréquentes et la neige rare[4].

Lieux dits et écartsModifier

Un village médiéval, aujourd'hui disparu, s'était installé à proximité de la Font d'Angiou. C'était le plus haut village du Comtat Venaissin à 1 050 mètres d'altitude.

Communes limitrophesModifier

HistoireModifier

Préhistoire et AntiquitéModifier

Dans la combe de Canaud ont été mis au jour des vestiges épipaléolithiques, datés de - 8 000 ans, puis néolithiques (- 5 000 ans). Deux villæ gallo-romaines ont été fouillées, en 1950, sur la colline Saint-Pierre et ont livré des dolia vinaires. Le site des Brebonnets, en 1982, a permis la découverte d'une statue du couple Isis-Horus qui a été datée du début du IIIe siècle[5].

Moyen ÂgeModifier

Le village s'est constitué autour du prieuré Notre-Dame, fondé en 1107 par les augustiniens de l'abbaye de Saint-Ruf d'Avignon. Une charte du XIIe siècle indique qu'il était largement pourvu de terres et de vignes[5]. Ce fief devint une co-seigneurie au XIIIe siècle et l'un des pariers fut Barral des Baux à partir de 1254[6]. Sous la papauté d'Avignon, ce prieuré considérable fut inféodé à des prélats ou des cardinaux[5].

RenaissanceModifier

Le , cette seigneurie pontificale fut inféodée, par lettre bullée de Paul III, à Jean de Raxi. Il appartenait à une famille originaire de Corinthe et Clément VII l'avait fait venir et reçu à Rome dans sa Cour. Lors des guerres de religion, Fabrice Serbelloni, capitaine pontifical, en fit son capitaine-général. Jean de Raxi fut dès lors connu sous le sobriquet de Vieux-Flassan. Ce fief resta inféodé aux Raxi jusqu'à la fin XVIIe[7].

Un siècle plus tard, Jean Guibert de Vaubonne (1645-1715), natif de Flassan, s'illustra en tant que capitaine de la cavalerie allemande aux côtés du Prince Eugène. Ses terres comtadines furent érigées en marquisat. Il mourut à Rome où la papauté l'avait appelé[7].

Période moderneModifier

En 1692, ce fief fut érigé en marquisat en faveur de la famille Vaubonne. Pendant deux siècles, de 1587 à 1793, Flassan fut pourtant annexé à Mormoiron. Il fallut attendre le pour que Jean-Joseph Callet en devienne le premier magistrat[5].

Le 12 août 1793 fut créé le département de Vaucluse, constitué des districts d'Avignon et de Carpentras, mais aussi de ceux d'Apt et d'Orange, qui appartenaient aux Bouches-du-Rhône, ainsi que du canton de Sault, qui appartenait aux Basses-Alpes.

Article détaillé : Histoire de Vaucluse.

Napoléon 1er confirma définitivement la formatuion de la commune le 21 prairial an XIII ()[5].

Période contemporaineModifier

Pendant trois siècles, le moulin à huile rythma la vie de la commune. Construit en 1633, il ne ferma qu'en 1925[5].

En 1939, Paul Coutelin qui venait de prendre la succession de son père propriétaire-viticulteur au quartier Saint-Pierre, décida d'innover. Il vendit dès lors son vin en bouteilles, étant le premier vigneron du Ventoux à délaisser la vente en vrac. Il prit sa retraite en 1974, ayant ainsi tracé la voie à une centaine de producteurs indépendants[8].

En 1900, pour la première fois apparait l’appellation côtes-du-ventoux. Ce baptême a lieu pour un repas de noce. Sur le menu est calligraphié vins des Côtes du Ventoux et des Crans. Ces vins sont tous millésimés et datés de 1870, 1890 et 1895, soit des vins vieux de 5 à 30 ans. C'est à partir de 1939, que les vignerons du secteur constituent un syndicat des vins du Ventoux. Grâce à leur action, leurs vins sont classés en Vin Délimité de Qualité Supérieure (VDQS) dès 1953[9] puis accèdent enfin à l’AOC le .

ToponymieModifier

La plus ancienne forme attestée est de Flassino, en 1147, dans le cartulaire de l’évêché de Carpentras. Se trouve ensuite Villa Flaciani en 1253. Ce toponyme fait référence à un nom d'homme latin, Flaccius, auquel a été ajouté -anum, suffixe d'appartenance[10].

HéraldiqueModifier

Article détaillé : Armorial des communes de Vaucluse.

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

De gueules à la clef d'or posée en fasce, accompagnée de trois étoiles du même.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Michel Jouve    
mars 2008 En cours Michel Jouve    
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[12].

En 2016, la commune comptait 455 habitants[Note 1], en augmentation de 10,44 % par rapport à 2011 (Vaucluse : +2,27 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
443422470504511509512522525
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
508458483473472447450428400
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
369359323267256275275292239
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
237249251295332341404412455
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

AgricultureModifier

De nos jours, la commune est essentiellement vigneronne et produit des vins AOC ventoux. Les fourrés de yeuses et les chênaies sont producteurs de truffes.

TourismeModifier

Abritée du mistral par le Mont Ventoux, la commune permet de faire en toute tranquillité des randonnées pédestres et en VTT. La draille traversière, transformée en GR, la traverse. Les randonneurs remontent aussi la combe de Canaud jusqu'au Pas de la Frache[2]. La restauration est possible sur place grâce à une auberge installé sur la route de la Gabelle.

Article détaillé : Mont Ventoux.
 
Le massif du Mont Ventoux, dominant le village de Flassan
1 = Mont Ventoux - 2 = Col des Tempêtes - 3 = Tête de la Grave - 4 = Chalet Reynard - 5 = Pas de la Frache - 6 = Flassan - 7 = Rocher de Cachillan - 8 = Tête de Chauve - 9 = Tête du gros Charne - 10 = Tête du Fribouquet - 11 = Cime Saint Vincent - 12 = Grand Barbeirol

Vie localeModifier

EnseignementModifier

Une école communale existe dans le village. Les collèges, lycées (classique ou d'enseignement professionnel) se trouvent sur Mazan et Carpentras.

SportsModifier

La proximité du Mont Ventoux est propice aux randonnées pédestres, cyclotouristiques et à VTT. Le village possède un boulodrome.

SantéModifier

Les spécialistes, hôpitaux et cliniques se trouvent sur Vaison-la-Romaine et Carpentras.

Écologie et recyclageModifier

La collecte et traitement des déchets des ménages et déchets assimilés et la protection et mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté d'agglomération Ventoux-Comtat Venaissin.

Lieux et monumentsModifier

 
Clocher de l'église de Flassan.
 
Ruelle de Flassan.

Les ruelles pittoresques mènent à l’église romane du XIIIe siècle et permettent de découvrir fontaines et lavoirs. Les teintes chaudes des façades des habitations sont dues à la présence de carrières d'ocre[2].

L'église, sous la dédicace de Notre-Dame, fut dès le XIVe siècle un prieuré considérable toujours conféré à un cardinal ou à un prélat[7]. D'origine romane, sa nef se présente sous forme de croix latine avec trois croisées en arc brisé soutenues par des doubleaux. Sous le dallage se trouve une crypte avec des caveaux anciens. Son abside, semi-circulaire, est en cul-de-four[6].

Le château de Vaubonne, par son style, est daté du XVIIIe siècle. Il comporte un bâtiment central à deux ailes en avancée. Sur la commune ont été répertoriées deux chapelles rurales. La première, dédiée à Notre-Dame, est sise dans la combe de Canaud. Une partie de ses structures a été taillée dans le roc. La plus élevée est Saint-Jean du Désert. Elle est attestée dès 1154 sous le nom de Sancti Johannis in territorio Villelonga in Monte Ventorio. Cette chapelle à nef unique et à abside semi-circulaire a été restaurée en 1938[15].

Personnalités liées à la communeModifier

Pour approfondirModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Robert Bailly, Dictionnaire des communes du Vaucluse, A. Barthélemy, Avignon, (ISBN 2903044279)
  • Jules Courtet, Dictionnaire géographique, géologique, historique, archéologique et biographique du département du Vaucluse, Christian Lacour, Nîmes (réed.), (ISBN 284406051X)
  • Jean-Pierre Saltarelli, Les Côtes du Ventoux, origines et originalités d'un terroir de la vallée du Rhône, A. Barthélemy, Avignon, (ISBN 2879230411)
  • Guy Barruol, Nerte Dautier, Bernard Mondon (coord.), Le mont Ventoux. Encyclopédie d'une montagne provençale, Alpes de Lumières, (ISBN 978-2-906162-92-1)

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Vaucluse », (consulté le 30 juillet 2016)
  2. a b c d et e Nerte Dautier, Encyclopédie Ventoux, op. cit., p.312.
  3. Zonage sismique réglementaire de la France, classement des cantons (découpage fin 1989) de la région PACA, page 48
  4. La climatologie du Vaucluse
  5. a b c d e et f Jean-Pierre Saltarelli, op. cit., p. 136.
  6. a et b Robert Bailly, op. cit., p. 179.
  7. a b et c Jules Coutet, op. cit., p. 160
  8. Jean-Pierre Saltarelli, op. cit., p. 137.
  9. L'arrêté du définit les conditions de production du V.D.Q.S. côtes-du-ventoux.
  10. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Éd. Larousse, 1968, p. 1787.
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  15. Robert Bailly, op. cit., p. 180.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier