Ouvrir le menu principal

Façade maritime

page de liste de Wikipédia
Un exemple de façade maritime : le range nord-européen, appelé aussi la Northern Range. Carte de localisation des principaux ports de commerce alignées au sud de la mer du Nord.

Une façade maritime désigne un groupe d'infrastructures portuaires alignées le long d'un littoral, desservant un territoire terrestre économiquement très développé, permettant à ce dernier d'échanger avec les autres territoires et le grand large. Les principales façades maritimes structurent le commerce mondial de marchandises.

En résumé, une façade maritime est une région littorale équipée avec plusieurs grands ports proches.

Sommaire

Notions théoriquesModifier

Selon la théorie géographique développée par André Vigarié, un port forme une interface (une zone de contact) entre un Hinterland (notion allemande pour désigner l'« arrière-pays » terrestre) et un Foreland (notion anglaise désignant l'« avant-pays » au-delà des mers). Cette théorie est applicable non seulement au cas d'un port de façon isolée, mais aussi à tout un groupe de ports formant une interface littorale : l'hinterland de cette façade est alors partagé.

Les ports d'une façade maritime peuvent se spécialiser pour assurer une complémentarité entre eux, ou à cause de leur concurrence mutuelle. Cette spécialisation peut concerner un secteur économique (le port de Houston est par exemple spécialisé dans la pétrochimie) ou une fonction de hub (« moyeu » en anglais). Un hub est un port pratiquant surtout du transbordement, accueillant les plus gros navires transocéaniques (mothers-ship) pour faire des économies d'échelle, approvisionnant les autres ports de la façade grâce à des navires plus modestes (feeders : navires collecteurs)[n 1] faisant du cabotage[1]. Le port de Marsaxlokk, sur Malte, est par exemple un des hubs de la Méditerranée.

Article connexe : Hub and spoke.

Répartition en façadesModifier

Le développement des infrastructures portuaires étant lié au développement économique de l'hinterland, les principales façades maritimes se trouvent logiquement dans les pôles de la Triade : l'Amérique du Nord, l'Europe et l'Asie de l'Est. Des façades plus modestes émergent dans d'autres territoires, notamment dans le Sudeste brésilien, sur les deux façades indiennes, les deux façades australiennes et au Maghreb[2].

Façades nord-américainesModifier

Les ports nord-américains peuvent se répartir en trois ou quatre grandes façades (Seaboard), selon qu'on considère l'ensemble que forment les Grands Lacs et l'axe du Saint-Laurent comme fluvial ou maritime[3]. Une autre approche est de répartir les ports en groupes plus petits (range : « rangée »)[4] :

Façades asiatiquesModifier

Le développement des pays de l'Asie de l'Est (ou Asie d'Extrême-Orient) a entraîné la constitution de plusieurs façades maritimes :

Façades européennesModifier

Les ports européens se répartissent en six façades[5] :

Classement des principales façadesModifier

Il y a trois méthodes pour classer les ports et les façades :

  • soit en se basant sur le trafic total (entrant et sortant) exprimé en tonnes ;
  • soit en se basant sur la valeur totale des marchandises échangées ;
  • soit en comptabilisant seulement le trafic de conteneurs, exprimé en EVP.
Principales façades maritimes, classées selon le trafic total, en millions de tonnes[7]
Façades maritimes États Principaux ports Trafics 2012 Trafic total 2012[n 3]
Façade de la mer Jaune   Chine Port de Tianjin 477 2 436
port de Qingdao 407
Port de Qinhuangdao 233
Port de Dalian 373
Port de Tangshan 364
Port de Yingkou 301
Port de Rizhao 281
Rangée nord-européenne   Allemagne Port de Hambourg 130 1 086
Port de Bremerhaven 84
  Pays-Bas Port de Rotterdam 441
Port d'Amsterdam 94
  Belgique Port d'Anvers 184
Port de Zeebruges 43
  France Port de Dunkerque 47
Port du Havre 63
Embouchure du Zhu Jiang   Chine Port de Guangzhou 438 1 021
Port de Hong Kong 269
Port de Shenzhen 196
Port de Yantian 118
Delta du Yangzi Jiang   Chine Port de Shanghai 644 1 008
Port de Ningbo-Zhoushan 364
Façade du golfe du Mexique   États-Unis Louisiane du Sud 228 903
Port de Houston 216
Port de La Nouvelle-Orléans 71
Port de Beaumont 71
Port de Corpus Christi 62
Port de Baton Rouge 54
Port de Texas City 51
Port de Mobile 49
Port de Lake Charles 49
Port de Plaquemine 52
Façade malaise   Singapour Port de Singapour 538 893
  Malaisie Port Kelang 195
Tanjung Pelepas 116
Port de Kota Baru 44
Façade japonaise du Pacifique   Japon Port de Nagoya 202 830
Port de Chiba 152
Port de Yokohama 121
Port de Kitakyushu 98
Port d'Osaka 88
Port de Kobe 87
Port de Tokyo 82
Façade coréenne   Corée du Sud Port de Busan 298 801
Port d'Ulsan 174
Port d'Inchon 109
Port de Gwangyang 109
Port de Daesan 60
Port de Pohang 51
Façade du Sudeste   Brésil Port de Tubarão (Vitória) 133 468
Port de Sepetiba 103
Port de Santos 101
Port de São Sebastião 51
Port de Paranaguá 42
Port d'Angra dos Reis 38

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le nom des navires feeders vient de l'anglais to feed, « alimenter », car ces navires collecteurs alimentent en fret les autres ports ainsi que les gros navires trans-océaniques (les mothers-ship).
  2. Les Américains considèrent la région des Grands Lacs comme une zone maritime.
  3. Les ports de taille modeste ne sont pas comptés dans le total par façade.

RéférencesModifier

  1. Jean-Pierre Rissoan, « Quelques aspects de la vie maritime en Méditerranée : hydrocarbures et conteneurs », dans Vincent Moriniaux, La Méditerranée, Paris, Édition du Temps, coll. « Questions de géographie », , 399 p. (ISBN 2-84274-177-3), p. 268.
  2. Fatima Zohra Mohamed-Chérif et César Ducruet, « Les ports et la façade maritime du Maghreb, entre intégration régionale et mondiale », Mappemonde, no 101,‎ (lire en ligne).
  3. Michel Goussot, Espaces et territoires aux États-Unis, Paris, Belin, coll. « Belin sup. Géographie », , 239 p. (ISBN 2-7011-3204-5), p. 213.
  4. Goussot 2004, p. 215.
  5. Alain Frémont, « L'Europe, puissance maritime », dans Clarisse Didelon, Claude Grasland et Yann Richard (sous la dir.), Atlas de l'Europe dans le monde, Paris, La documentation française, , 260 p. (ISBN 978-2-11-007524-6), p. 133-144.
  6. Valérie Lavaud-Letilleul, « Le delta d'or autour de Rotterdam, Anvers et Zeebrugge : l'émergence d'une véritable région portuaire face au défi de la mondialisation ? », sur http://afitl.ish-lyon.cnrs.fr/.
  7. [PDF] (en) « World Port Ranking 2012 », sur http://www.aapa-ports.org/ (AAPA : American Association of Port Authorities).

Voir aussiModifier