Alfred Sauvy

économiste et sociologue français

Alfred Sauvy, né à Villeneuve-de-la-Raho (Pyrénées-Orientales) le et mort à Paris le , est un économiste, démographe et sociologue français.

Inlassable dénonciateur des phénomènes de dénatalité et de vieillissement, il est aussi connu pour sa théorie du déversement et la création de l'expression « tiers monde ».

Il est à l'origine de la création de l'Institut national d'études démographiques (INED) dont il est le premier directeur (1945-1962).

Professeur à l'Institut d'études politiques de Paris de 1940 à 1959, il est élu professeur au Collège de France en 1959, où il occupe la chaire de démographie sociale jusqu'en 1969.

BiographieModifier

OriginesModifier

Alfred Sauvy naît dans une famille de propriétaires terriens et viticulteurs, originaire de l'Hérault et établie en Roussillon depuis le milieu du XIXe siècle. Il compte parmi ses ancêtres Louis Ribes, qui fut député des Pyrénées-Orientales à l'Assemblée législative. Son grand-père, Alfred Sauvy, fut conseiller général des Pyrénées-Orientales et son autre grand-père, le général Tisseyre (1838-1937), commandant du XVIIe corps d'armée. Un cousin de son père, Eugène Sauvy, est maire de Perpignan entre 1904 et 1907.

Son père, engagé comme soldat d'infanterie en 1914, meurt au front en 1918[1].

Il est le frère de la journaliste et grand reporter Titaÿna.

ÉtudesModifier

Il fait ses études secondaires au lycée François-Arago à Perpignan puis au collège Stanislas de Paris. Mobilisé en , il prend part à la fin de la Première Guerre mondiale. Il est gazé un an plus tard lors de l'attaque de Villers-Cotterêts[2]. Il entre à l'École polytechnique (X 1920) et à la Statistique générale de la France (SGF), en 1922. Il fréquente les milieux du théâtre et de la presse, se lie avec Tristan Bernard, rédige des critiques théâtrales, des grilles de mots croisés et de petits scénarios pour ses coéquipiers de rugby, parmi lesquels Jacques Tati[3]. Il se marie en avec Marthe Lamberet, il a une fille, Anne (née le ). Sa sœur aînée, Titaÿna, est une journaliste et grand reporter notoire.

Le démographe natalisteModifier

Disciple de Maurice Halbwachs, il adhère aux thèses natalistes d'Adolphe Landry. Sous le Front populaire, il est membre du cabinet de Charles Spinasse (ministre de l'Économie nationale du gouvernement Blum). Il est ensuite, sous le gouvernement Daladier (1938), conseiller du ministre des Finances Paul Reynaud, qui, sur ses recommandations supprimera la semaine de 40 heures instituée par Léon Blum, passant la durée de travail à 41,5 heures. S'il rend hommage à Blum pour sa politique de dévaluation, il qualifie en revanche la semaine de 40 heures de contre-sens économique, « bloquant une économie en pleine reprise qui est l'acte le plus dommageable commis depuis la révocation de l’Édit de Nantes[4] », une erreur si immense « que nous n’osons pas encore la reconnaître, tant il est malséant de s’en prendre à un progrès social[5] ». Il dénonce toute sa vie le malthusianisme, qui recommande la dénatalité et le partage du travail.

En 1986, il s'inquiète du déséquilibre entre les évolutions démographiques de l'Afrique et de l'Europe : « La question du terrorisme venant du Proche-Orient est dérisoire à côté du déséquilibre qui se profile en Méditerranée occidentale. On oublie totalement l'effondrement de la natalité en Espagne et en Italie, encore beaucoup plus grave que celui de la France. A côté de cela, l'Algérie et le Maroc doubleront leur population dans vingt-cinq ans [...] Il y aura bientôt une disproportion dangereuse non seulement dans les nombres mais aussi les âges. D'un côté des peuples jeunes, exubérants et, de l'autre, des vieux pensant à leur retraite et à leur tranquillité. D'où un déséquilibre dangereux et la tentation de s'assurer un espace vital[6]. »

Sous l'OccupationModifier

Sous le régime de Vichy, le Service de la Démographie de René Carmille absorbe la SGF, le  ; l'ensemble prend le nom de « Service national des Statistiques » (SNS), qui siège à Lyon, en zone libre. Mais Sauvy reste à Paris et participe au « Conseil d'études économiques » créé en mai 1941 sous la présidence d'Yves Bouthillier, secrétaire d'État à l'Économie nationale et aux Finances, ainsi que du Comité d'études pour la France.

Il est également conseiller technique au département de biosociologie de la Fondation Carrel[réf. souhaitée].

En , le nom d'Alfred Sauvy est mentionné dans un rapport remis par Henry Chavin, directeur de la Sûreté nationale, au ministre de l'Intérieur. Chavin y dénonce Jean Coutrot pour avoir fondé plusieurs groupements, comme le Centre d'études des problèmes humains (dont Sauvy fut membre à compter de 1936[7]), prétendument dans le but de « recruter [...] des membres du MSE [Mouvement synarchique d'empire] »[8]. Le « rapport Chavin » constitue ainsi le point de départ des dénonciations visant le complot mythique de « la Synarchie »[9].

Sauvy collabore aux Bulletins rouge-brique, une publication de l'Institut de conjoncture[10].

Directeur de l'INEDModifier

En 1943, il publie Richesse et population, où il plaide pour une politique nataliste et contre toute forme de protectionnisme corporatif ou syndical. Il est à l'origine de la création de l'Institut national d'études démographiques et en est nommé directeur[11]. Il en fait un établissement de recherche multidisciplinaire. Il le dirige jusqu'en 1962, en y attirant de brillants collaborateurs. Il reste directeur de la revue Population jusqu'en 1975[12].

Il entre au Conseil économique et social en 1947 et il y siégera jusqu'en 1974. Président de la section de la conjoncture et du plan de 1951 à 1972[13]. Il est également professeur à l'Institut de sciences politiques de 1940 à 1959[13].

Dans un article paru dans L’Observateur le , il est le premier à parler de « tiers monde », en référence au tiers état de Sieyès : « Car enfin ce tiers monde ignoré, exploité, méprisé comme le tiers état, veut, lui aussi, être quelque chose ». Auteur de l'expression, il la désavoue à la fin de sa vie : « Que l'on permette au créateur de l'expression tiers-monde, il y a déjà près de quarante ans, de la répudier, tant elle fait oublier la diversité croissante des cas. Englober dans le même terme les pays d'Afrique noire et « les quatre dragons » ne peut mener bien loin[14]. »

Alfred Sauvy collabore activement à L'Express de Jean-Jacques Servan-Schreiber, et conseille le gouvernement de Pierre Mendès France (1954).

Professeur au Collège de FranceModifier

 
Alfred Sauvy, par Erling Mandelmann (1983)

Alfred Sauvy est nommé au Collège de France en 1959 sur une chaire de démographie sociale : la vie des populations[15]. Soucieux d'informer le grand public, il envisage un bulletin synthétique mensuel d'information de l'INED (quatre pages), Population & Sociétés, qui sera mis en place en 1968 par son successeur, Jean Bourgeois-Pichat, et contribuera à redresser quelques idées reçues sur la dénatalité ou le vieillissement.

En économie, il est reconnu pour avoir formulé la théorie du déversement qui explique les migrations de la population active du secteur primaire vers le secteur secondaire et ensuite vers le secteur tertiaire.

Témoin de son temps, il participe à la connaissance de l'histoire économique de la France : il y consacre un épais ouvrage portant sur l'entre-deux-guerres, publié en 1965. Il est docteur honoris causa des universités de Genève, Bruxelles, Utrecht, Liège, Montréal, Païenne et Barcelone[16]. Il est membre de la section des sciences morales et politiques de l'Académie royale de Bruxelles, de l'Academia Nazionale dei Lincei, de l'American Academy of Arts and Sciences Boston (Massachusetts) et de l'Académie de Philadelphie.

Esprit indépendant et engagéModifier

Alfred Sauvy jouit auprès de ses contemporains d'une indéniable autorité personnelle. Il fait valoir et réaffirme inlassablement ses thèses dans de nombreux ouvrages et poursuit jusqu'à un âge avancé une carrière de journaliste : dans les colonnes du journal Le Monde et du magazine économique L'Expansion, il fait état de son désaccord fréquent avec les décisions des dirigeants politiques français, prises selon lui à trop courte vue.

Vie privée et hommagesModifier

Marié avec Marthe, professeur de dessin de la ville de Paris, il a une fille unique : Anne et deux petites-filles : Corinne et Marion[17].

Alfred Sauvy habitait dans une maison à Paris, rue Lepic[18].

Créé en 1999, le prix Alfred Sauvy (valeur : 10 000 ) récompense une entreprise créative ayant son siège dans le département des Pyrénées-Orientales.

Créée en 2012 par Gérard-François Dumont, l'association Alfred-Sauvy[19] a pour objectif l'étude, la diffusion et le prolongement de l’œuvre d'Alfred Sauvy.

Une Place Alfred-Sauvy a été créée à Paris-15ème en 1995.

CitationsModifier

  • « Bien informés, les hommes sont des citoyens ; mal informés, ils deviennent des sujets[20]. »
  • « Les chiffres sont des êtres fragiles qui, à force d'être torturés, finissent par avouer tout ce qu'on veut leur faire dire[21]. »
  • « Les famines aiguës, meurtrières, ont disparu, ainsi que les grandes épidémies. Les guerres et massacres traditionnels ont fait place à une relative police. Ainsi, les trois Parques surmortelles qui s’ajoutaient à la mortalité normale (elle-même en régression) ont à peu près cessé leur action[22]

OuvragesModifier

  • 1943 : La prévision économique – Paris : PUF, 128 p. (coll. Que sais-je ? no 112)
  • 1943 : Richesse et population – Paris : Payot, 318 p.
  • 1944 : La population, ses lois, ses équilibres – Paris : PUF, 128 p. (coll. Que sais-je ? no 148)
  • 1946 : (avec Robert Debré) Des Français pour la France, Paris : nrf, Gallimard
  • 1946 : Chances de l'Économie française, Paris : PUF
  • 1949 : Le pouvoir et l'opinion – Paris : Payot, 188 p.
  • 1952-1954 : Théorie générale de la population (2 vol.) – Paris : PUF, 370 p. et 397 p.
  • 1956 : La bureaucratie – Paris : PUF, 128 p. (coll. Que sais-je ? no 712)
  • 1957 : La nature sociale – Paris : Librairie Armand Colin, 302 p.
  • 1958 : De Malthus à Mao-Tsé-Toung – Paris : Denoël, 303 p.
  • 1959 : La montée des jeunes – Paris : Calmann-Lévy, 264 p.
  • 1961 Les limites de la vie humaine– Paris : Hachette, 135p. (coll. Les Grands Problèmes)
  • 1962 : La prévention des naissances. PUF (1962 à 1967). 128 p. (coll. Que sais-je ?)
  • 1963 : Malthus et les deux Marx – Paris : Denoël, 367 p.
  • 1965 : Histoire économique de la France entre les deux guerres (3 vol.) – Paris : Fayard, 566 p., 627 p. et 467 p. ; réédition revue : Economica, Paris, 1984, (3 vol., 422 p., 439 p., 476 p.
  • 1965 : Mythologie de notre temps – Paris : Payot, 300 p.
  • 1967 : La France en marche. - Monaco: Société Européenne d'Éditions 165 p.
  • 1968 : Les Quatre roues de la fortune, essai sur l'automobile – Paris : Flammarion, 251 p.
  • 1970 : La révolte des jeunes – Paris : Calmann-Lévy, 272 p.
  • 1973 : Croissance zéro? – Paris : Calmann-Lévy, 331 p.
  • 1975 : La fin des riches - Paris : Calmann-Lévy, 295 p.
  • 1976 : L'Économie du diable. Chômage et inflation – Paris : Calmann-Lévy, 247 p.
  • 1976 : Éléments de démographie – Paris : PUF, 393 p. (Collection Thémis -Sciences sociales)
  • 1977 Coût et valeur de la vie humaine – Paris : Hermann, 210 p.
  • 1979 Le coq, l'autruche et le bouc... émissaire - Paris : Grasset, 193 p.
  • 1980 La machine et le chômage : les progrès techniques et l'emploi – Paris : Dunod/Bordas, 320 p.
  • 1981 La vie en plus. Souvenirs. Calmann-Lévy 286 p. (consultable sur BNF/Gallica)
  • 1984 Le travail noir et l'économie de demain – Paris : Calmann-Lévy, 304 p.
  • 1985 De la rumeur à l'histoire – Paris : Dunod, 304 p.
  • 1987 L'Europe submergée : Sud-Nord dans 30 ans – Paris : Dunod, 279 p. (ISBN 978-2-04-016472-0)
  • 1986 La France Ridée avec Gérard-François Dumont, J. Legrand, Pierre Chaunu, Paris : Hachette Littératures
  • 1988 Aux sources de l'humour, Paris : Odile Jacob (Recension par Pierre Laszlo)
  • 1990 La terre et les hommes : le monde où il va, le monde d'où il vient – Paris : Economica, 187 p.

BibliographieModifier

RéférencesModifier

  1. Télé 7 Jours no 1352, semaine du 26 avril 1986, page 75 article de Michel Alexandre.
  2. Edmond Malinvaud, « Alfred Sauvy, 31 octobre 1898 - 30 octobre 1990 », sur college-de-france.fr
  3. Télé 7 Jours no 1352, semaine du 26 avril 1986, page 75, article et interview de Michel Alexandre : « J'ai été un ami intime de Tristan Bernard et j'ai fait faire ses premiers pas dans le monde du cinéma à Jacques Tati. Il était deuxième ligne dans l'équipe de rugby dont j'étais le capitaine ».
  4. Alfred Sauvy, Histoire économique de la France entre les deux guerres, cité et commenté par Le Nail Philippe dans Politique étrangère, 1984, volume 49, numéro 2, p. 454-456.
  5. Histoire économique de la France entre les deux guerres
  6. Télé 7 Jours no 1352, semaine du 26 avril 1986, pages 74 et 75, portrait avec interview d'Alfred Sauvy par de Michel Alexandre.
  7. Alain Drouard, « Les trois âges de la Fondation française pour l'étude des problèmes humains », Population. Revue bimestrielle de l'Institut national d'études démographiques, Paris, Éditions de l'INED, no 6, 38e année,‎ , p. 1035, n. 9 (lire en ligne).
  8. Jean Saunier, La Synarchie, Paris, Culture, art, loisirs, coll. « Histoire des personnages mystérieux et des sociétés secrètes », , 287 p., p. 277-278.
  9. Olivier Dard, La synarchie ou le mythe du complot permanent, Paris, Perrin, coll. « Tempus » (no 469), , 384 p. (ISBN 978-2-262-04101-4, notice BnF no FRBNF43781231, présentation en ligne).
  10. Paul-André Rosental, Intelligence démographique (L'), Odile Jacob, , 367 p. (ISBN 978-2-7381-1258-3, lire en ligne)
  11. Décret 45-2737 du 3 novembre 1945, in journal officiel (Gallica)
  12. Ses archives de directeur de l’INED sont conservées aux Archives nationales sous la cote 20000115 (voir le répertoire numérique dans la salle des inventaires virtuelle).
  13. a et b « Alfred Sauvy - Professeurs disparus - Collège de France », sur college-de-france.fr (consulté le 5 octobre 2016).
  14. in Le Monde, 14/02/89
  15. Edmond Malinvaud rapporte que lors de sa leçon inauguralele 10 avril 1959 présenta la démographie comme une « science sauvage » qui ne disposait pas d'un domaine bien reconnu et qui avait vécu « une vie étrangement aventureuse, marquée de vives lueurs séparées par de longues périodes obscures, mendiant parfois quelque faveur, et, parfois aussi, manifestant cette étrange fierté qui illumine les proscrits ».
  16. « Alfred Sauvy », sur college-de-france.fr (consulté le 24 juillet 2017)
  17. Télé 7 Jours no 1352, semaine du 26 avril 1986, page 75, article de Michel Alexandre.
  18. Télé 7 Jours no 1352, semaine du 26 avril 1986, page 74, article de Michel Alexandre.
  19. « Présentation de l'association Alfred-Sauvy », sur fourastie-sauvy.org, Site Fourastié-Sauvy, (consulté le 26 décembre 2017).
  20. « Bien informés, les hommes sont des citoyens ; mal informés ils deviennent des sujets. », sur https://www.linternaute.com/ (consulté le 4 mars 2013)
  21. « L'Europe face à l'Afrique noire : du choc démographique au choc des civilisations. »
  22. « La croissance accélérée de la population ne sera peut-être qu'un phénomène provisoire », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne, consulté le 6 janvier 2018)
  23. « Population, 47e année, no 6, 1992. Hommage à Alfred Sauvy. »

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier