Enseignes en pierre sculptée à Liège

Les enseignes en pierre sculptées à Liège sont un ensemble d'enseignes apposées ou sculptées sur les habitations et commerces de la ville de Liège essentiellement aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Enseigne de la rue Hors-Château

HistoriqueModifier

Il est à supposer que les enseignes en saillie devinrent trop nombreuses et entravaient la circulation dans les rues étroites car, par son mandement du , le prince-évêque Maximilien-Henri de Bavière ordonna que « toutes les enseignes des maisons, au lieu d'être suspendues, fussent retirées et appliquées contre les murailles dans le terme d'un mois, à peine d'une amende de dix florins d'or et d'être, les dites enseignes, démolies aux frais des propriétaires ou locataires ». C'est à partir de cette date que les enseignes en pierre sculptée vont faire leur apparition dans la ville de Liège.

En 1691, sur ordre de Louis XIV qui voulait punir le prince-évêque d'avoir adhéré à la Ligue d'Augsbourg, le maréchal français Boufflers bombarde la ville. Un cinquième des habitations sont alors détruites dont l'hôtel de ville, une douzaine d'églises, ainsi que toutes les habitations situées entre la place du Marché et la Meuse[1]. La plupart des enseignes antérieures à 1691 n'ont pas survécu à ce bombardement mais la reconstruction est rapide et les enseignes font alors partie intégrante de la façade.

Enseignes visiblesModifier

Enseigne Rue Quartier Date Inscription Note Géolocalisation Image
À la † d'or Rue de la Cathédrale no 20 Quartier latin A LA † D'OR L'enseigne a donné son nom au propriétaire : La Croix. 50° 38′ 36,94″ N, 5° 34′ 36,13″ E  
Aux 3 couronnes d'or Quai des Tanneurs no 11 Outremeuse 1759 AUX 3 COURON / NES D'OR 1759 50° 38′ 37,99″ N, 5° 34′ 51,11″ E  
Aux 3 cygnes Quai de la Goffe no 9 Féronstrée et Hors-Château AUX 3 CYGNES L'enseigne a été reconstituée récemment lors de la restauration des maisons du quai. Elle avait été sacrifiée lors de la construction d'un oriel en 1905. Il s'agit d'une nouvelle enseigne sur le même thème, et non pas d'une copie fidèle de l'enseigne originale comme le montre le dessin ci-contre. 50° 38′ 41,38″ N, 5° 34′ 42,03″ E  
Ancre Boulevard d'Avroy no 61 Avroy 1630 16 / 30 50° 38′ 12,28″ N, 5° 34′ 06,99″ E  
Ange (déplacée) Impasse des Ursulines Féronstrée et Hors-Château Il ne reste qu'un fragment de l'enseigne inséré dans un mur. Elle proviendrait probablement du quai de la Goffe. 50° 38′ 51,06″ N, 5° 34′ 38,54″ E  
Ange (déplacée) Rue des Tanneurs no 20 Outremeuse Anépigraphe Cette enseigne provient vraisemblablement de la maison de l'Ange qui faisait partie d'un groupe d'habitations de la place Saint-Pholien démolies en 1875. 50° 38′ 41,38″ N, 5° 35′ 01,99″ E  
À l'ange d'or Rue Hors-Château no 45 Féronstrée et Hors-Château 1759 17 A L'ANGE D'OR L'AN 59 Cette enseigne est à l'origine du nom de l'impasse de l'Ange. 50° 38′ 51,59″ N, 5° 34′ 49,24″ E  
Anneau (replacée) Rue Sur-la-Fontaine no 98 Saint-Gilles Anépigraphe L'enseigne se trouvait sur la façade d'une résidence patricienne du XVIIIe siècle dont le porche donnait accès à une cour où se voyait une dalle armoriée de la famille de Clerx d'Aigremont. La maison a été démolie pour la construction du parking. L'enseigne et la dalle armoriée ont été insérées dans la façade en béton du parking. 50° 38′ 25,12″ N, 5° 34′ 03,42″ E  
À l'anneau d'or Rue Hors-Château no 104 Féronstrée et Hors-Château A L'ANNEAU D'OR 50° 38′ 51,12″ N, 5° 34′ 50,31″ E  
À l'anneau d'or Rue Pierreuse no 24 Pierreuse Anépigraphe 50° 38′ 48,7″ N, 5° 34′ 24,08″ E  
À l'anneau d'or – 1723 Rue Puits-en-Sock no 35 Outremeuse 1723 17 A L'ANNEAU D'OR 23 Superbe enseigne finement sculptée. La maison a été reconstruite après le bombardement de 1691 ; la façade est révélatrice du bon goût de l'époque. 50° 38′ 25,96″ N, 5° 34′ 59,45″ E  
À l'anneau d'or – 1754 Rue Donceel no 10 Centre 1754 ANNO / 1754
A L'ANNEAU D'OR
L'enseigne orne la façade remarquablement restaurée d'un très bel immeuble du XVIIIe siècle. 50° 38′ 33,59″ N, 5° 34′ 27,26″ E  
À l'anneau d'or – 1767 (déplacée) Rue Saint-Remacle no 3 Amercœur 1767 A L’ANNE / AU / D’OR 1767 Cette enseigne provient du 10 rue des Tanneurs. 50° 38′ 12,23″ N, 5° 35′ 21,8″ E  
Anneau suspendu Rue Saint-Hubert no 49 Saint-Laurent Anépigraphe Claveau central d'une arcade en façade. 50° 38′ 42,83″ N, 5° 34′ 06,43″ E  
À l'arbre d'or En Neuvice no 45 Centre Anépigraphe Maison occupée au XVIIIe siècle par Bassompierre père, imprimeur du prince-évêque et marchand libraire. L'arbre est un symbole des mairniers qui figure sur leur blason 50° 38′ 41,45″ N, 5° 34′ 37,99″ E  
Ardoisier – LD – 1896 Rue Saint-Gilles no 196 Saint-Gilles 1896 L / D La façade présente une autre pierre avec le millésime 1896. La maison fut bâtie pour le maître ardoisier L. Dupagne, dont les initiales sont gravées de part et d'autre des outils. On peut y voir un marteau d'ardoisier caractérisé par une tête frappante et, à l'opposé, une pointe qui permet de trouer les ardoises. L'autre outil est une enclume d'ardoisier formée par une barre au milieu de laquelle se détache une grosse épine incurvée faisant corps avec la barre. Sur la toiture à couvrir, l'épine est enfoncée dans une panne ou dans un chevron, tandis qu'une extrémité de la barre repose sur la même pièce de bois. L'enclume est ainsi fixée et le couvreur y pose l'ardoise qu'il désire tailler au moyen du marteau décrit en premier lieu. 50° 38′ 15,46″ N, 5° 33′ 43,17″ E  
La barbe d'or – 1738 (déplacée) Rue de l'Usine no 7 Longdoz 1738 18 LA BARBE D'OR 78 L'enseigne constitue le claveau central du linteau de la porte d'entrée d'une maison construite en 1878, comme le signale le millésime qui figure sur les claveaux contigus. Ce millésime remplace un millésime plus ancien dont l'inscription est encore visible ; il mentionnait la date de 1738. L'origine de l'enseigne est inconnue. Il existe, à Liège, une rue Barbe-d'Or qui relie Potiérue à la rue Saint-Jean-Baptiste. 50° 37′ 54,77″ N, 5° 35′ 07,75″ E  
Bon logis (déplacée) Cour des Mineurs Féronstrée et Hors-Château BON LOGIS Enseigne d'une ancienne auberge de la place Hocheporte. La maison a été détruite le par l'explosion d'un tank. 50° 38′ 49,81″ N, 5° 34′ 34,51″ E  
Au canon d'or Quai de la Goffe no 7 Féronstrée et Hors-Château AU CANON D'OR 50° 38′ 41,36″ N, 5° 34′ 41,9″ E  
Cavalier Rue Hors-Château no 57 Féronstrée et Hors-Château AU CHAMPION, TEINTURIER EN SOYE ET EN LAINES 50° 38′ 52,31″ N, 5° 34′ 51,47″ E  
Au chapeau de fer – 1739 (déplacée) Rue de Berghes no 16 Outremeuse 1739 17 AU CHAPEAU DE FER 39 Cette enseigne n'est pas à son emplacement originel. Encastrée dans une façade de 1894, elle provient de l'ancienne rue Entre-Deux-Ponts devenue rue Puits-en-Sock. Cet emblème trouve son origine au Moyen Âge. Il désignait un moulin et le vocable fut étendu à une très étroite ruelle s'amorçant au début de la rue Entre-Deux-Ponts et se terminant au Pont-de-Pierre, sur le Rouleau. Détruite lors du sac de 1468, la maison du Chapeau de fer devait, à nouveau, brûler en 1723 ; c'est à l'occasion de sa réédification que fut exécutée la présente enseigne. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, après le comblement du lit de la Rivelette, la rue de Berghes fut ouverte, la ruelle du Chapeau de fer fut supprimée et le moulin englobé dans les bâtiments de la brasserie Bourdon. C'est sur l'emplacement de cette brasserie que plusieurs maisons furent construites en 1894. C'est à cette époque de l'enseigne prit place dans la façade de l'une d'elles. 50° 38′ 21,44″ N, 5° 35′ 03,5″ E  
Chat – 1920 Rue des Brasseurs no 3 Féronstrée et Hors-Château 1920 19 / 20 Bas-relief moderne. 50° 38′ 49,98″ N, 5° 34′ 49,73″ E  
Au château de Bouillon Brassinne – ANNO 1748 Rue Hors-Château no 110 Féronstrée et Hors-Château 1748 ANNO / 1748
AU CHATEAU DE BOUILLON BRASSINNE
Bas-relief de l'ancienne brasserie Mottard jadis installée à cet endroit. 50° 38′ 51,57″ N, 5° 34′ 51,62″ E  
Au château de Franchimont Rue Puits-en-Sock no 29 Outremeuse AU CHATEAU DE FRANCHIMONT Jadis siège d'une brasserie. La maison du château de Franchimont était déjà citée en 1580. 50° 38′ 26,56″ N, 5° 34′ 58,87″ E  
Au château de Stockhem (déplacée) Rue du Thier-à-Liège no 95 Thier-à-Liège AU CHATEAU DE STOCKHEM Lors des transformations du quartier de la Madeleine vers 1875, cette enseigne provenant de la rue Sous-la-Tour (actuelle rue de Bex), a été transférée au Thier-à-Liège. Elle est située dans le bas d'un mur de soutènement (ce qui ne contribue pas à une bonne conservation). 50° 39′ 32,54″ N, 5° 35′ 40,35″ E  
Chaudron En Roture no 24 Outremeuse Anépigraphe 50° 38′ 24,72″ N, 5° 34′ 57,77″ E  
Au cheval blanc – 1736 Rue Puits-en-Sock no 118 (anciennement rue Entre-Deux-Ponts no 18) Outremeuse 1736 AU CHEVAL BLANC / 1736 L'enseigne était masquée depuis 1956. Elle a été rendue à nouveau visible en 2009. 50° 38′ 20,64″ N, 5° 35′ 06,72″ E  
Au cheval d'or Rue des Mineurs no 6 Féronstrée et Hors-Château Anépigraphe Au XVIIIe siècle, cette enseigne a remplacé celle du Faucon. 50° 38′ 45,56″ N, 5° 34′ 36,79″ E  
Au cigne – 1690 Rue Pont d'Île no 41 Quartier latin 1690 AU CIGNE 1690 50° 38′ 32,67″ N, 5° 34′ 17,23″ E  
Au cigne – 1700 Rue Georges Thone (ancienne rue Large) no 5 Outremeuse 1700 AU CIGNE / P. HOGGE Le phylactère a été remplacé et contient un texte différent de l'original qui mentionnait simplement la date de 1700. 50° 38′ 38,19″ N, 5° 34′ 53,84″ E  
Clef Rue Sainte-Croix Saint-Laurent Anépigraphe Dans la cour derrière le chevet de la collégiale Sainte-Croix. La pierre se trouve au-dessus de la porte du cloître. 50° 38′ 43,23″ N, 5° 34′ 13,87″ E  
Au coq d'or Rue du Pont no 25 Féronstrée et Hors-Château AU COQ D'OR 50° 38′ 42,85″ N, 5° 34′ 39,6″ E  
À la corne de serf – 1691 Quai de la Goffe no 5 Féronstrée et Hors-Château 1691 A LA CORNE DE SERF 1691 La partie inférieure de l'enseigne a été détruite au début du XXe siècle. 50° 38′ 41,25″ N, 5° 34′ 41,59″ E  
Cornet de poste Rue Puits-en-Sock no 103 (anciennement rue Entre-Deux-Ponts no 15) Outremeuse Anépigraphe 50° 38′ 21,29″ N, 5° 35′ 06,72″ E  
Cornet de poste (déplacée) Impasse des Ursulines Féronstrée et Hors-Château Anépigraphe Cette enseigne provient de la rue Saint-Jean-Baptiste, 11. Elle ornait l'ancien relais de poste qui a été remonté dans l'impasse des Ursulines. Une autre dalle, sur la même façade, a été martelée ; elle devait porter le blason du comte Lamoral de la Tour et Taxis, grand maître de poste au XVIIe siècle. 50° 38′ 50,46″ N, 5° 34′ 37,1″ E  
À la couronne de fer – 1757 Rue Pierreuse no 71 Pierreuse 1757 17 A LA COURONNE DE FER 57 La couronne a été martelée. 50° 38′ 53,43″ N, 5° 34′ 21,33″ E  
Au croissant Rue Sur-la-Fontaine no 114 Saint-Gilles AU CROISSANT Un croissant de lune au milieu d'un lacis d'entrelacs. Sur une belle façade Louis XVI, au-dessus de la porte d'entrée. Cette enseigne désignait l'ancienne brasserie du croissant. 50° 38′ 24,54″ N, 5° 34′ 04,3″ E  
À la croix blanche En Neuvice no 31 Centre Anépigraphe Il ne subsiste qu'un fragment de l'enseigne (partie supérieure). Aux XVIIe et XVIIIe siècles, la maison était désignée « À la croix blanche ». 50° 38′ 42,26″ N, 5° 34′ 36,96″ E  
Deux bas-reliefs : deux épées croisées et un Saint-Esprit Rue du Pont no 43 Féronstrée et Hors-Château Anépigraphe Durant très longtemps, le Saint-Esprit, enseigne du XVIIIe siècle, a été éclipsée par un panneau de bois peint. Les « Cinq boules » avaient alors remplacé le « Saint-Esprit » dans la désignation de la maison. Depuis 1960, la vieille enseigne en pierre est dégagée et à nouveau visible. 50° 38′ 41,46″ N, 5° 34′ 40,61″ E  
Au dragon d'or – 1738 (replacée) Rue Saint-Paul no 42 Quartier latin 1738 Anépigraphe Cette enseigne ornait une petite maison démolie en 1947. Elle a été replacée, sans l'inscription, sur la façade du nouvel immeuble élevé au même emplacement. Une photographie prise en 1945 par l'IRPA montre l'enseigne dans son état d'origine. 50° 38′ 22,2″ N, 5° 34′ 23,55″ E  
Écusson avec un perron Rue de la Halle no 1 (Halle aux viandes) Féronstrée et Hors-Château Anépigraphe Ce motif était l'emblème de la corporation des mangons (bouchers). 50° 38′ 43,32″ N, 5° 34′ 41,64″ E  
À l'enclume d'or – 1691 Quai de la Goffe no 3 Féronstrée et Hors-Château 1691 1691 Au XVIIIe siècle, cette enseigne désignait la maison Galler où se vendaient des produits de Hollande et des métaux. 50° 38′ 41,06″ N, 5° 34′ 41,29″ E  
À l'espinet – 1665 (déplacée) Cour des Mineurs Féronstrée et Hors-Château 1665 16 / 65
A L'ESPINET
Provient d'un cabaret situé au coin de la rue Delfosse. 50° 38′ 50,36″ N, 5° 34′ 35,07″ E  
À l'étoille d'or Rue Saint-Thomas no 24 Féronstrée et Hors-Château A L'ETOILLE D'OR 50° 38′ 53,04″ N, 5° 35′ 01,59″ E  
Façade ornementée – 1696 Rue Puits-en-Sock no 45 Outremeuse 1696 1696 Bien qu'il ne s'agisse pas d'une enseigne, il a été jugé intéressant de mentionner cette très belle façade remarquable restaurée et ornementée de motifs dorés. 50° 38′ 25,64″ N, 5° 34′ 59,94″ E  
Au fair de cheval – 1691 (replacée) Quai de la Goffe no 1 Féronstrée et Hors-Château 1691 AU FAIR DE CHEVAL 1691 Jadis demeure de Beauregard, la maison devint, au début du XVIIe siècle, celle du « Fair de cheval ». Le bâtiment a été rénové en 1919 et l'enseigne a été replacée sur la façade. 50° 38′ 40,97″ N, 5° 34′ 40,9″ E  
Au fer du cheval – 1752 (déplacée) Rue des Mineurs no 17 Féronstrée et Hors-Château 1752 AU FER DU CHEVAL
17 / 52
Provient de la rue des Tanneurs, 2. La façade entière a été déplacée. 50° 38′ 46,56″ N, 5° 34′ 34,81″ E  
À la folie originelle – 1706 Rue Hocheporte no 33 Saint-Laurent 1706 17 A LA FOLIE ORIGINELLE 06
REPARE L'AN 1716
Enseigne à caractère humoristique : un meunier sur un cheval porte un lourd sac de farine sur son épaule. Le comble de la folie ou de la distraction, évidemment ! L'inscription mentionne que l'enseigne a été réalisée en 1706 et réparée en l'an 1716. 50° 38′ 47,31″ N, 5° 33′ 53,89″ E  
À la fontaine d'or – 1732 En Neuvice no 27 Centre 1732 Anépigraphe Cette maison était occupée par des marchands de toile. 50° 38′ 42,54″ N, 5° 34′ 36,9″ E  
Gland Rue Souverain-Pont no 12 Centre Anépigraphe Cette enseigne avait été cachée par un panneau. Elle est à nouveau visible. 50° 38′ 40,16″ N, 5° 34′ 28,27″ E  
Gland d'or – 1750 Rue Puits-en-Sock no 50 Outremeuse 1750 AU GLAND D'OR 1750 50° 38′ 25,33″ N, 5° 34′ 59,69″ E  
À l'homme sauvage – 1752 En Féronstrée no 146 Féronstrée et Hors-Château 1752 17 / 52
A L'HOMME SAUVAGE
Ce sujet était présent dans différents quartiers de la ville. 50° 38′ 51,21″ N, 5° 35′ 03,51″ E  
Homme sauvage (déplacée) Au Péri no 41 Pierreuse Anépigraphe Cette enseigne provient de la rue Puits-en-Sock. Après avoir été longtemps reléguée dans une cour de la place Jehan-le-Bel, elle a trouvé sa place au Péri en 1960. 50° 38′ 53,07″ N, 5° 34′ 26,02″ E  
Inscription Rue des Tanneurs no 35 Outremeuse ÉDIFIÉ L'AN 1764
CETTE PLACE APPARTIENT AU BON MÉTIER DES TANNEURS L'AN 1452
Cette inscription rappelle que la corporation des tanneurs avait son siège en cette place dès 1452. Le blason des tanneurs a été effacé vers 1800. 50° 38′ 41,87″ N, 5° 35′ 01,81″ E  
Inscription – 1897 En Féronstrée no 6 Féronstrée et Hors-Château 1897 1897 / AMIS DU VIEUX LIEGE
ICI EST MORT
LE 7 AOUT 1106
HENRY IV EMPEREUR
L'inscription rappelle la mort de l'empereur Henri IV (1106). Elle a remplacé une enseigne plus ancienne, aujourd'hui déposée au musée de la vie wallonne. 50° 38′ 45,18″ N, 5° 34′ 38,5″ E  
Aux jardins des olivettes – 1695 Rue Pied-du-Pont-des-Arches no 6 Centre 1695 AUX JARDINS DES OLIVETTES - 1695 La partie centrale de l'enseigne a été martelée à la Révolution. Elle montrait les Rois mages. La dénomination actuelle était attachée à une maison voisine. Elle a été reprise vers 1950. 50° 38′ 38,89″ N, 5° 34′ 40,13″ E  
À la lance d'or Rue Puits-en-Sock no 56 Outremeuse A LA LANCE D'OR Pendant de très nombreuses années, cette enseigne a été cachée sous un panneau. Elle est maintenant à nouveau visible. 50° 38′ 24,97″ N, 5° 35′ 00,04″ E  
Au lion blanc – 1736 Rue Hors-Château no 33 Féronstrée et Hors-Château 1736 17 AU LION BLANC 36 Déjà au XVe siècle, une brasserie installée en Hors-Château, près de la rue de la Rose, avait choisi le « Lion blanc » pour enseigne. Le lion a été supprimé. 50° 38′ 51,04″ N, 5° 34′ 47,47″ E  
Au lion d'or – 1743 Rue des Mineurs no 13 Féronstrée et Hors-Château 1743 [AU] LION D'OR 1743 Seule l'inscription subsiste. 50° 38′ 46,38″ N, 5° 34′ 35,13″ E  
Au lion d'or – 1757 (déplacée) Rue de Campine no 232 Sainte-Walburge 1757 AU LION / D'OR 1757 À l'origine, l'enseigne désignait une maison du Fond-Pirette, démolie en 1871 lors de la création de la rue de Campine. 50° 39′ 12,39″ N, 5° 34′ 03,1″ E  
Au lion rouge Rue Pierreuse no 30 Pierreuse AU LION ROUGE En 1503, cette maison était déjà connue sous cette enseigne. En 1770, la maison est occupée par Fois Ponsin, marchand de soieries et de velours d'Italie. 50° 38′ 48,96″ N, 5° 34′ 23,34″ E  
Lys – 1692 Rue de la Wache no 2 Centre 1692 16 / 92 Cette enseigne distinguait la maison de « La fleur de lys blanche », de sa voisine dite de « La petite fleur de lys ». 50° 38′ 35,61″ N, 5° 34′ 22,5″ E  
À la main d'or – 1729 Place du Marché no 30 Centre 1729 17 A LA MAIN D'OR 29 Découverte dans les décombres après le bombardement du , l'enseigne a été reconstituée et replacée dans la nouvelle façade. 50° 38′ 44,57″ N, 5° 34′ 36,3″ E  
Marteau couronné – 1764 (déplacée) Rue Gravioule au fond de la cour Roba Outremeuse 1764 17 / 64 Cette pierre n'est pas à son emplacement d'origine. Elle provient d'une démolition. Le marteau est l'emblème des fèbvres, il figure sur leur blason. Contrairement à l'enseigne de Neuvice, la couronne n'a pas été martelée. 50° 38′ 38,98″ N, 5° 35′ 07,52″ E  
Au marteau d'or coroné En Neuvice no 43 Centre AU MARTEAU D'OR CORONE Déjà citée en 1440, la maison a donné, en 1552, son nom au propriétaire : Baudouin du Marteau. La couronne a été martelée. Le marteau est l'emblème des fèbvres, il figure sur leur blason. 50° 38′ 41,58″ N, 5° 34′ 37,82″ E  
A molin d'or Rue Pierreuse no 34 Pierreuse A MOLIN D'OR Autrefois, la rue Pierreuse était très fréquentée et comptait de nombreux hôtels dont celui de la Roue de Moulin. 50° 38′ 49,15″ N, 5° 34′ 22,94″ E  
Au moriane En Neuvice no 55 Centre AU MORIANE Important immeuble où habitait l'imprimeur Bassompierre fils à la fin du XVIIIe siècle[2]. 50° 38′ 40,81″ N, 5° 34′ 38,75″ E  
Au moriane – 1719 Rue Puits-en-Sock no 22 Outremeuse 1719 17 / 19 50° 38′ 26,73″ N, 5° 34′ 57,6″ E  
Au moulin à papier Place Théodore Gobert no 1 Outremeuse 1743 17 AU MOULIN A PAPIER 4[3] 50° 38′ 18,64″ N, 5° 35′ 11,78″ E  
Au mouton noir – 1720 Rue du Pont no 9 Féronstrée et Hors-Château 1720 17 AU MOUTON NOIR 20 En 1791, la maison était occupée par un cabaretier ; au XIXe siècle par un mercier. 50° 38′ 44,16″ N, 5° 34′ 38,43″ E  
Au paradis terrestre Rue Gérardrie no 25 Centre AU PARADIS / TERRESTRE Adam et Ève entourent l'Arbre de la science du Bien et du Mal sur lequel s'enroule le serpent tentateur. Dès le XVIe siècle, la famille de libraires et imprimeurs Hovius s'établit en Gérardrie. Cette enseigne a été reproduite par les Hovius, comme marque distinctive, sur les ouvrages imprimés. De part et d'autre de l'enseigne figurent les armoiries des familles Hovius et Streel. 50° 38′ 39,23″ N, 5° 34′ 27,36″ E  
Au peron d'or – 1687 Rue du Pont no 19 Féronstrée et Hors-Château 1687 1687 / L / G / AU PERON DOR En 1687, la maison était occupée par le boulanger Paulus. Malheureusement, l'enseigne a subi un acte de vandalisme puisqu'elle a été endommagée par le support d'une enseigne lumineuse enlevée en 2006. 50° 38′ 43,24″ N, 5° 34′ 39,33″ E  
Perron Rue des Mineurs no 21 Féronstrée et Hors-Château Anépigraphe 50° 38′ 46,76″ N, 5° 34′ 34,35″ E  
Perron Boulevard Émile de Laveleye no 55 Vennes Anépigraphe Dans un fronton au sommet de la façade d'une maison construite après l'exposition de 1905. 50° 37′ 26,92″ N, 5° 35′ 02,23″ E  
Perron – 1592 (déplacée) Rue Saint-Remy no 10 Quartier latin 1592 L / G
15 / 92
L'enseigne est insérée dans un mur à l'entrée de la cour Saint-Remy. Cet emblème provient de la porte Saint-Martin ou du rempart proche de celle-ci. Avant d'être transférée à son emplacement actuel, la pierre avait d'abord été insérée dans un mur au no 4 de la rue des Bégards. 50° 38′ 19,47″ N, 5° 34′ 11,72″ E  
Perron – 1672 (déplacée) Rue Gravioule au fond de la cour Roba Outremeuse 1672 L / G
16 / 72
Cette pierre n'est pas à son emplacement d'origine. Elle provient d'une démolition. 50° 38′ 38,51″ N, 5° 35′ 06,69″ E  
Perron – 1753 Place Coronmeuse no 39 (anciennement rue Saint-Léonard no 653) Coronmeuse 1753 L / G Cette enseigne au perron liégeois marquait la limite du territoire liégeois où se trouvait l'octroi. 50° 39′ 16,93″ N, 5° 36′ 33,25″ E  
Perron - 1755 Vinâve d'Île no 15 Quartier latin 1755 AN / R / P / NO
17 / L / G / 55
Linteau surmontant l'entrée de l'ancienne ruelle des Cailloux qui reliait le Vinâve d'Île à la Rue Lulay-des-Fèbvres. 50° 38′ 30,35″ N, 5° 34′ 16,42″ E  
Perron – 1756 (déplacée) Impasse des Ursulines Féronstrée et Hors-Château 1756 17 / 56 Provient du no 14 du quai de la Goffe. La maison a été démolie en 1957. L'enseigne est endommagée. Elle est insérée dans un mur. 50° 38′ 50,91″ N, 5° 34′ 38,9″ E  
Perron (déplacée) Rue Fond Saint-Servais Pierreuse Anépigraphe L'enseigne est placée dans le mur jouxtant le chœur de l'Église Saint-Servais. Origine incertaine. 50° 38′ 48,33″ N, 5° 34′ 15,1″ E  
À la pomme d'or – 1763 Rue des Écoliers no 16 Outremeuse 1763 17 / A LA POMME D'OR / 63 50° 38′ 36,61″ N, 5° 34′ 55,48″ E  
Au pot d'or (déplacée) Impasse des Ursulines Féronstrée et Hors-Château [AU] POT D'OR Provient du quai de la Goffe, 27. La maison a été démolie en 1957. Il ne reste qu'un fragment de l'enseigne inséré dans un mur. 50° 38′ 50,94″ N, 5° 34′ 39,17″ E  
Pot d'or (reconstituée) Rue du Pot d'Or no 22 Quartier latin Anépigraphe La rue du Pot d'Or s'appelait autrefois rue du Laveur ou du Lavoir. Déjà au XVe siècle, la maison sise à l'angle de la rue Saint-Adalbert, était citée sous la dénomination du Pot d'Or. L'enseigne est insérée dans le claveau central de la porte d'entrée. Depuis quelques siècles, elle a donné son nom à la rue. La maison actuelle a remplacé celle où habitait le bourgmestre Sébastien La Ruelle. L'enseigne avait été supprimée, elle a été reconstituée lors de la restauration de la maison. 50° 38′ 30,3″ N, 5° 34′ 11,21″ E  
Poule Rue Pont d'Avroy no 15 Quartier latin Anépigraphe Cette enseigne du début du XXe siècle orne une maison construite par un marchand d'œufs lors de l'élargissement de la rue. 50° 38′ 26,24″ N, 5° 34′ 12,92″ E  
À la rose d'or En Neuvice no 58 Centre Anépigraphe La maison appartenait à des marchands en mercerie. 50° 38′ 39,99″ N, 5° 34′ 38,81″ E  
Ruche & hure – 1680 Rue Hors-Château no 9 Féronstrée et Hors-Château 1680 16 / 80 50° 38′ 49,33″ N, 5° 34′ 39,61″ E  
Sacré-Cœur – 1677 (déplacée) Rue Gravioule au fond de la cour Roba Outremeuse 1677 1677 Cette pierre n'est pas à son emplacement d'origine. Elle provient d'une démolition. 50° 38′ 39,07″ N, 5° 35′ 07,32″ E  
Saint Martin Mont Saint-Martin (Basilique Saint-Martin) Saint-Laurent Anépigraphe L'enseigne est visible, côté rue, sur la basilique Saint-Martin. Martin, en officier romain sur son cheval, partage son manteau avec un pauvre. 50° 38′ 39,11″ N, 5° 33′ 51,04″ E  
Saint Martin (déplacée) Mont Saint-Martin no 62B Saint-Laurent Anépigraphe L'enseigne est située sur le pignon d'un bâtiment ; elle n'est pas visible depuis la rue. Martin, en officier romain sur son cheval, partage son manteau avec un pauvre. 50° 38′ 40,33″ N, 5° 33′ 53,87″ E  
Saint Pierre (replacée) Rue Hors-Château no 6 Féronstrée et Hors-Château Anépigraphe 50° 38′ 49,38″ N, 5° 34′ 39,92″ E  
Saint Pierre 1651 (replacée) Rue Saint-Pierre no 19 Saint-Laurent 1651 16 / 51 Ce bas-relief a été découvert dans une maison de la rue Sainte-Croix. 50° 38′ 44,37″ N, 5° 34′ 15,49″ E  
Salamandre Rue Pont d'Avroy no 3 Quartier latin Anépigraphe Enseigne du début du XXe siècle. 50° 38′ 26,78″ N, 5° 34′ 14,25″ E  
La samaritaine Rue Puits-en-Sock no 65 (déplacée) Outremeuse LA SAMARITAINE L'enseigne est aujourd'hui placée dans la cour intérieure chez les Sœurs de la Visitation. Provient d'une maison voisine démolie depuis très longtemps. 50° 38′ 24,89″ N, 5° 35′ 01,35″ E  
Satyre Rue Souverain-Pont no 31 Centre Anépigraphe Cette enseigne avait été cachée par un panneau. Elle est à nouveau visible mais abîmée. 50° 38′ 37,26″ N, 5° 34′ 31,34″ E  
Satyre – 1767 Rue Saint-Paul no 27-31 (Hôtel de Clercx d'Aigremont) Quartier latin 1767 Anépigraphe Située sur le claveau central de l'arc surmontant l'entrée principale. L'édifice est l'ancien hôtel de Clerx ; il est daté de 1767 sur le blason situé au-dessus de l'entrée. 50° 38′ 23,5″ N, 5° 34′ 23,04″ E  
Au soleil d'or – 1739 Rue Saint-Gilles no 61 Saint-Gilles 1739 AU SOLEIL D'OR 1739 50° 38′ 20,62″ N, 5° 33′ 57,84″ E  
Au strivai – 1713 Rue Pierreuse no 32 Pierreuse 1713 17 AU_ TRIV__ 3 L'inscription est aujourd'hui indéchiffrable (on y lit « 17 AU_ TRIV__ 3 »), mais Eugène Polain l'avait relevée au début du XXe siècle. En wallon liégeois, strivê ou struvê est une pelle de bois dont on se sert pour remuer le blé ou le charbon de bois. 50° 38′ 49,06″ N, 5° 34′ 23,17″ E  
À la tasse d'argens Chaussée des Prés no 16 Outremeuse A LA TASSE D'ARGENS 50° 38′ 32,82″ N, 5° 34′ 48,92″ E  
Tête d'homme Rue du Stalon no 11 Centre Anépigraphe 50° 38′ 41,49″ N, 5° 34′ 35,78″ E  
À la tête d'or Rue de l'Épée no 12 Centre A LA TÊTE D'OR 50° 38′ 42,37″ N, 5° 34′ 35,81″ E  
À la tête d'or – 1750 Rue Hors-Château no 39 Féronstrée et Hors-Château 1750 17 / 50
A LA TETE D'OR
À la tête d'or – 1750 50° 38′ 51,28″ N, 5° 34′ 48,44″ E  
À la tour – 1761 (déplacée) Rue Saint-Remy no 10 Quartier latin 1761 17 / 62
A LA TOUR
L'enseigne provient d'une maison détruite au 86 en Féronstrée. Elle a été replacée sur une façade restituée dans le fond de la cour Saint-Remy. 50° 38′ 19,37″ N, 5° 34′ 11,7″ E  
Triptyque – 1601 (déplacée) Rue du Calvaire no 86 Burenville 1601 S. SEB. / 1601 / S. LAMB. Cette pierre montre la Vierge entourée de saint Sébastien à gauche et de saint Lambert à droite. Elle provient de la confrérie des arbalétriers de Glain. Après avoir longtemps figuré entre deux maisons de la rue du Calvaire, elle fut retrouvée dans une cave et replacée sur une nouvelle façade. 50° 38′ 11,25″ N, 5° 35′ 21,21″ E  
Aux trois roses À l'angle des rues des Écoliers et Pâquier (déplacée) Outremeuse 1744 17 AU 3 ROSES 44 Provient du quai des Tanneurs, 15. Cette pierre ornait une façade reconstruite en 1956 au même emplacement. 50° 38′ 36,65″ N, 5° 34′ 52,14″ E  

Enseignes déposéesModifier

Enseigne Lieu Origine Inscription Note Image
Au 3 sygnes – 1730 Musée de la vie wallonne Ancienne rue des Ravets AU 3 SYGNES 1730  
Aigle noire Musée de la vie wallonne Féronstrée (cour de l'hôtel de l'Aigle Noire aujourd'hui disparu) Anépigraphe  
À L'anau d'or – 1741 Grand Curtius Rue Sainte-Ursule A L'ANAU D'OR 1741  
Au soleil – 1725 Musée de la vie wallonne Rue de la Boucherie AU SOLEIL / 1725  
Aux armes de Bavière. Ci est mort Henri IIII Musée de la vie wallonne Féronstrée, no 6 Aux armes de Bavière, CI est Mort HenrI IIII Elle rappelle par un chronogramme (1106) la mort de l'empereur Henri IV. Une enseigne moderne a été replacée au même endroit (voir rubrique des enseignes de la rive gauche).  
Canard Musée de la vie wallonne Origine inconnue Anépigraphe  
Caravelle Musée de la vie wallonne Origine inconnue Anépigraphe  
Au cerf blanc Musée de la vie wallonne Rue Entre-Deux-Ponts (actuelle rue Puits-en-Sock) AU CERF BLANC Cette enseigne a été découverte en creusant une tranchée dans l'ancienne rue Entre-Deux-Ponts.  
A chat – 1646 Musée de la vie wallonne Rue Deveux A CHAT / 1646 Avant l'élargissement de la rue Deveux, cette pierre était scellée, presque au niveau du sol, dans le mur de côté d'une habitation ouvrière datant du milieu du XIXe siècle Sa lointaine origine se situe vraisemblablement au quartier de la Madeleine  
Cinq boules – 1679 Musée communal à Herstal Place Coronmeuse, no 3 1679 Cette enseigne provient d'une ancienne maison, à présent démolie, située au 3 de la place Coronmeuse  
À la couronne d'or – 1735 Grand Curtius Rue Sainte-Ursule 17 A LA COURONNE D'OR 35 La couronne a été martelée.  
À la croix d'or Musée de la vie wallonne Féronstrée, no 157 A / LA / CROIX / D'OR  
Au dragon d'or – 1756 Musée de la vie wallonne Rue Hors-Château, no 12 AU DRAGON D'OR 1756  
À L'espérance F. Gillard-Gillard – 1850 Musée de la vie wallonne Rue Dos-Fanchon, no 4 A L'ESPERANCE F. GILLARD-GILLARD / 1850 L’enseigne est composée de deux parties : le bas-relief du dessus représente un brick, l'inscription du dessous a été ajoutée en 1850. Gillard-Gillard, marchand de cordages, était également propriétaire de bateaux  
L'étoile d'or Musée de la vie wallonne Origine inconnue L'ETOILE D'OR Origine inconnue. À moins qu'il ne s'agisse de l'enseigne provenant de la rue Pont-d'Île, 4.  
À L'étoile d'or – 1737 Musée de la vie wallonne Rue Hors-Château, no 14 17 / 37 / A L'ETOILE D'OR / JADIS A LA COURONNE BLANCHE  
À la grande croix d'or – 1729 Musée de la vie wallonne Origine inconnue 17 A LA GRANDE CROIX D'OR 29  
Au moulin d'or Musée de la vie wallonne Rue Entre-Deux-Ponts (actuelle rue Puits-en-Sock) AU MOULIN D'OR Reproduction d'une ancienne photographie.  
Au mouton blan Musée de la vie wallonne Rue du Mouton Blanc AU MOUTON / BLAN  
Au mouton d'or Musée de la vie wallonne Rue de la Boucherie AU MOUTON D'OR  
Au packier Musée de la vie wallonne Quai des Tanneurs AU PACKIER Cette enseigne ornait la façade d'une maison démolie lors de l'élargissement de la rue du Pâquier.  
Au paradi – 1695 Musée de la vie wallonne Rue Puits-en-Sock AU PARADI 1695  
Perron – 1753 Musée de la vie wallonne Origine inconnue 17 / 53  
Salamandre – 1632 Musée de la vie wallonne Rue Salamandre Anépigraphe Cette enseigne a donné son nom à une rue aujourd'hui supprimée (à proximité de la collégiale Sainte-Croix). L’enseigne est composée de deux blocs de pierre : le premier portant une salamandre, le second l'inscription « A LA SALAMANDRE ». On y lit également le millésime de 1632.  
Au St Esprit – 1750 Musée de la vie wallonne Rue de la Halle, no 3 17 AU ST ESPRIT 50  

Toponymie et patronymeModifier

Les enseignes ont eu une influence sur les noms de rues. En effet, certaines ont pris le nom de l'enseigne située sur une de leurs habitations telle que l'impasse de l'Ange, la rue Bonne Fortune, la rue de la Casquette, l'impasse de la Couronne, l'impasse du Cygne, la rue de l'Épée, la rue du Mouton Blanc, la rue du Pâquier, la rue du Pot d'Or, la rue de la Poule, la rue de la Rose, la rue de la Salamandre, la rue de la Sirène, la rue Tête-de-Bœuf, la rue du Vertbois, l'impasse de la Vignette, la rue de la Violette ou encore la rue Volière.

Elles ont aussi donné leur nom à des familles : Loys dit de l'Anneau d'Or, à l'enseigne de l'« Anneau d'Or, Jehan du Château au « Château de Bouillon » en 1655, Marie et Ida du Cheval au « Cheval Blanc », Guy delle Coyne de Chierf à la « Corne de Serf », un Lacroix à la « Croix d'or », Jehan le Sauvage à l'« Homme Sauvage », Beaudouin du Marteau au « Marteau d'or », Strivay au « Strivau », …

Notes et référencesModifier

  1. Paul Harsin, Les relations extérieures de la principauté de Liège sous Jean Louis d'Elderen et Joseph Clément de Bavière (1688-1718), Liège, Presses universitaires de Liège, coll. « Bibliothèque de la faculté de philosophie et lettres de l’université de Liège », , 255 p. (ISBN 978-2-8218-2891-9, lire en ligne), « La guerre de la Ligue d'Augsbourg et la principauté de Liège », p. 75-95
  2. « Groupe d’étude du dix-huitième siècle et des révolutions de l’Université de Liège – Môriåne », sur http://web.philo.ulg.ac.be (consulté le 21 février 2018)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Adrien de Melotte de Lavaux, Les Vieilles Enseignes liégeoises, Liège, Imp. des Invalides,
  • Charles Bury, « Les enseignes liégeoises en pierre sculptée », Bulletin de la Société Royale Le Vieux-Liège, vol. VIII, no 158,‎
  • Le patrimoine monumental de la Belgique, vol. 3 : Province de Lège, Ville de Liège, Soledi, , 456 p. (lire en ligne)
  • Francine Van der Ghinst-Doyen, La mémoire des enseignes de Liège des XVIIe et XVIIIe siècles, Van der Ghinst-Doyen, coll. « Promenades et découvertes », , 68 p.
  • Fabrice Muller, « Les enseignes en pierre sculptée à Liège », Bulletin de la société royale Le Vieux-Liège, vol. XIV, nos 303-307,‎ , p. 557-612

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :