Ouvrir le menu principal

Direction des affaires criminelles et des grâces

Direction des affaires criminelles et des grâces
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Entrée du ministère de la Justice au 13 place Vendôme, Paris 1er, où se situe la direction des Affaires criminelles et des Grâces.

La direction des affaires criminelles et des grâces (DACG) est une direction d'administration centrale du ministère de la Justice français qui exerce, sous l'autorité du garde des Sceaux, la plénitude des attributions du ministère de la Justice dans le domaine pénal.

Sommaire

HistoireModifier

La DACG a été créée au ministère de la Justice en 1814 comme l'héritière de la division criminelle, qui avait été créée en l'an IV[1].

MissionsModifier

La DACG exerce les attributions du ministère de la Justice en matière pénale. À ce titre, elle[2] :

  • élabore la législation et la réglementation en matière répressive et examine, en liaison avec les départements ministériels concernés, tous les projets de normes comportant des dispositions pénales ;
  • conduit les négociations européennes et internationales en matière répressive ;
  • prépare les instructions générales d'action publique, coordonne et évalue leur mise en application ;
  • contrôle l'exercice de l'action publique par les parquets généraux et parquets ;
  • instruit les recours en grâce et les mesures d'amnistie ;
  • assure la mise en œuvre des conventions internationales en matière d'entraide judiciaire pénale ;
  • assure le fonctionnement du casier judiciaire national, qui est placé sous l'autorité du directeur.

Les parquets généraux adressent des rapports sur la politique pénale à la DACG. En 2017 environ 8 000 affaires sont suivies au niveau national pour des raisons de coordinations entre plusieurs administrations ou entre juridictions. Depuis la loi du 25 juillet 2013, le ministre ne peut plus adresser aux magistrats aucune instruction dans des affaires individuelles[3],[4].

OrganisationModifier

Depuis le 1er septembre 2015, la DACG est constituée de trois sous-directions[5], chacune divisée en trois bureaux[6] :

  • la sous-direction de la justice pénale générale :
    • le bureau de la politique pénale générale,
    • le bureau de la police judiciaire,
    • le bureau de l'exécution des peines et des grâces ;
  • la sous-direction de la justice pénale spécialisée :
    • le bureau du droit économique, financier et social, de l'environnement et de la santé publique,
    • le bureau de la lutte contre la criminalité organisée, le terrorisme et le blanchiment,
    • le bureau de l'entraide pénale internationale ;
  • la sous-direction de la négociation et de la législation pénales :
    • le bureau de la négociation pénale européenne et internationale,
    • le bureau de la législation pénale générale,
    • le bureau de la législation pénale spécialisée.

Elle est également composé d'un service à compétence nationale : le service du Casier judiciaire national, installé à Nantes.

LocalisationModifier

Jusqu'en 2004, la DACG occupait des locaux situés rue Saint-Honoré[7]. Elle a ensuite déménagé dans un immeuble situé 14 rue Halévy dans le 9e arrondissement de Paris, acheté par l'État en juin 2004[8] à AGF. Depuis juin 2016, elle occupe des locaux situés au 13 place Vendôme, dans le 1er arrondissement de Paris.

Liste des directeurs des affaires criminelles et des grâcesModifier

Les directeurs de la DACG ont été successivement :

Directeur Décret de nomination
Jean-Marie Emmanuel Legraverend 1814
Dominique-Armand Rives 1821
Jacques Guerry de Champneuf 1824
Decrusy 1830
Hippolyte Alphonse Quénault 1835
Ernest Desclozeaux 1837
Pierre Antoine Meilheurat 1841
Faustin Hélie 1848
Charles-Sylvestre Rieff 1849
Charles de Sibert de Cornillon 1851
Myrtil-Joseph Sénéca 1852
Victor-Armand-Joseph Pouillaude de Carnières 1853
Jean-Charles Babinet 1862
Charles Petit 31 juillet 1871 [JO 1]
Marie-Joseph-Alexis Gast 1er juillet 1873 [JO 2]
Camille Godelle 4 août 1874 [JO 3]
Alexandre Ribot 1er juin 1875 [JO 4]
Jules Lacointa 21 janvier 1876 [JO 5]
Émile Lenoël 27 décembre 1876 [JO 6]
Benoist 20 mai 1877 [JO 7]
Hardouin 27 novembre 1877 [JO 8]
Georges Picot 13 décembre 1877 [JO 9]
Sevestre 11 février 1879 [JO 10]
Tanon 21 février 1880 [JO 11]
Pierre-Achille Vételay 12 décembre 1881 [JO 12]
Ernest-Jean Poux-Franklin 10 octobre 1882 [JO 13]
Jacquin 8 mars 1884 [JO 14]
Dumas 8 janvier 1889 [JO 15]
André Boulloche 6 octobre 1892 [JO 16]
Couturier 17 octobre 1896 [JO 17]
Pétitier 18 octobre 1898 [JO 18]
François Malepeyre 31 juillet 1901 [JO 19]
Geoffroy 9 octobre 1903 [JO 20]
Saint-Aubin 21 mars 1905 [JO 21]
Bourdon 16 octobre 1906 [JO 22]
Théodore Tissier 13 janvier 1908 [JO 23]
Maurice Deligne 29 juillet 1909 [JO 24]
Théodore Lescouvé 24 mai 1910 [JO 25]
Paul Boulloche 28 janvier 1911 [JO 26]
Paul André 22 avril 1912 [JO 27]
Courtin 28 février 1914 [JO 28]
Coudert 20 février 1917 [JO 29]
Eugène Leroux 23 juillet 1918 [JO 30]
Abel Prouharam 28 novembre 1922 [JO 31]
Maurice Gilbert 18 octobre 1923 [JO 32]
Mouton 23 novembre 1926 [JO 33]
Georges Rateau 1er mai 1930 [JO 34]
Raymond Bacquart 18 juillet 1934 [JO 35]
Nicolas Battestini 3 février 1938 [JO 36]
Henry Corvisy 22 décembre 1940 [JO 37]
Louis Gravier 22 janvier 1944 [JO 38]
Maurice Patin 30 septembre 1944 [JO 39]
Eugène Turquey
René de Bonnefoy des Aulnais 8 novembre 1951 [JO 40]
Jean Mazard 16 novembre 1956 [JO 41]
André Touren 23 janvier 1957 [JO 42]
Henri Maynier 7 juin 1962 [JO 43]
Paul Pageaud 6 décembre 1963 [JO 44]
Pierre Arpaillange 9 janvier 1968 [JO 45]
Christian Le Gunehec 1974
Raoul Béteille 2 mai 1979 [JO 46]
Michel Jeol 3 juillet 1981 [JO 47]
Bruno Cotte 14 mars 1984 [JO 48]
Franck Terrier 12 avril 1990 [JO 49]
François Falletti 26 mai 1993 [JO 50]
Marc Moinard 29 août 1996 [JO 51]
Yves Charpenel 10 novembre 1998 [JO 52]
Robert Finielz 8 mars 2001 [JO 53]
Jean-Claude Marin 6 août 2002 [JO 54]
Jean-Marie Huet 24 novembre 2004 [JO 55]
Maryvonne Caillibotte 21 janvier 2010 [JO 56]
Marie-Suzanne Le Queau 19 juillet 2012 [JO 57]
Robert Gelli 11 septembre 2014 [JO 58]
Rémy Heitz 9 août 2017 [JO 59]
Catherine Pignon 26 novembre 2018 [JO 60]

RéférencesModifier

  1. Décret du 31 juillet 1871, JORF no 213 du 1er août 1871, p. 2345.
  2. Décret du 30 juin 1873, JORF no 178 du 1er juillet 1873, p. 4329.
  3. Décret du 4 août 1874, JORF no 213 du 5 août 1874, p. 5561.
  4. Décret du 1er juin 1875, JORF no 149 du 2 juin 1875, p. 3916.
  5. Décret du 21 janvier 1876, JORF no 21 du 22 janvier 1876, p. 633.
  6. Décret du 27 décembre 1876, JORF no 356 du 28 décembre 1876, p. 9785.
  7. Décret du 20 mai 1877, JORF no 138 du 22 mai 1877, p. 3881.
  8. Décret du 27 novembre 1877, JORF no 326 du 28 novembre 1877, p. 7821.
  9. Décret du 13 décembre 1877, JORF no 347 du 19 décembre 1877, p. 8502.
  10. Décret du 11 février 1879, JORF no 42 du 12 février 1879, p. 962.
  11. Décret du 21 février 1880, JORF no 52 du 22 février 1880, p. 2052.
  12. Décret du 12 décembre 1881, JORF no 340 du 13 décembre 1881, p. 6857.
  13. Décret du 10 octobre 1882, JORF no 278 du 11 octobre 1882, p. 5521.
  14. Décret du 8 mars 1884, JORF no 68 du 9 mars 1884, p. 1274.
  15. Décret du 8 janvier 1889, JORF no 8 du 9 janvier 1889, p. 101.
  16. Décret du 6 octobre 1892, JORF no 272 du 7 octobre 1892, p. 4850.
  17. Décret du 17 octobre 1896, JORF no 284 du 18 octobre 1896, p. 5687.
  18. Décret du 18 octobre 1898, JORF no 285 du 20 octobre 1898, p. 6451.
  19. Décret du 31 juillet 1901, JORF no 206 du 1er août 1901, p. 4826.
  20. Décret du 9 octobre 1903, JORF no 278 du 13 octobre 1903, p. 6274.
  21. Décret du 21 mars 1905, JORF no 82 du 24 mars 1905, p. 1901.
  22. Décret du 16 octobre 1906, JORF no 283 du 18 octobre 1906, p. 7069.
  23. Décret du 13 janvier 1908, JORF no 13 du 14 janvier 1908, p. 326.
  24. Décret du 29 juillet 1909, JORF no 204 du 30 juillet 1909, p. 8231.
  25. Décret du 24 mai 1910, JORF no 140 du 25 mai 1910, p. 4502.
  26. Décret du 28 janvier 1911, JORF no 28 du 29 janvier 1911, p. 718.
  27. Décret du 22 avril 1912, JORF no 169 du 23 juin 1912, p. 5514.
  28. Décret du 28 février 1914, JORF no 59 du 1er mars 1914, p. 1894.
  29. Décret du 20 février 1917, JORF no 51 du 21 février 1917, p. 1409.
  30. Décret du 23 juillet 1918, JORF no 199 du 24 juillet 1918, p. 6377.
  31. Décret du 28 novembre 1922, JORF no 323 du 29 novembre 1922, p. 11898.
  32. Décret du 18 octobre 1923, JORF no 284 du 19 octobre 1923, p. 10022.
  33. Décret du 23 novembre 1926, JORF no 276 du 27 novembre 1926, p. 12514.
  34. Décret du 1er mai 1930, JORF no 105 du 2 mai 1930, p. 4900.
  35. Décret du 18 juillet 1934, JORF no 168 du 19 juillet 1934, p. 7319.
  36. Décret du 3 février 1938, JORF no 29 du 4 février 1938, p. 1421.
  37. Décret du 22 décembre 1940, JORF no 333 du 24 décembre 1940, p. 6243.
  38. Décret du 22 janvier 1944, JORF no 20 du 23 janvier 1944, p. 256.
  39. Arrêté du 30 septembre 1944, JORF no 87 du 3 octobre 1944, p. 860.
  40. Décret du 8 novembre 1951, JORF no 265 du 9 novembre 1951, p. 11094–11095.
  41. Décret du 16 novembre 1956, JORF no 268 du 17 novembre 1956, p. 11007.
  42. Décret du 23 janvier 1957, JORF no 20 du 24 janvier 1957, p. 995.
  43. Décret du 7 juin 1962, JORF no 135 du 8 juin 1962, p. 5513.
  44. Décret du 6 décembre 1963, JORF no 287 du 8 décembre 1963, p. 10924.
  45. Décret du 9 janvier 1968, JORF no 8 du 11 janvier 1968, p. 434.
  46. Décret du 2 mai 1979, JORF no 102 du 3 mai 1979, p. 1038.
  47. Décret du 3 juillet 1981, JORF no 157 du 5 juillet 1981, p. 1883.
  48. Décret du 14 mars 1984, JORF no 64 du 15 mars 1984, p. 846.
  49. Décret du 12 avril 1990, JORF no 89 du 14 avril 1990, p. 4619, NOR JUSA9000047D.
  50. Décret du 26 mai 1993, JORF no 123 du 29 mai 1993, p. 7941, NOR JUSA9300134D.
  51. Décret du 29 août 1996, JORF no 202 du 30 août 1996, p. 12982, NOR JUSA9600271D.
  52. Décret du 10 novembre 1998, JORF no 266 du 17 novembre 1998, p. 17326, NOR JUSA9800295D.
  53. Décret du 8 mars 2001, JORF no 58 du 9 mars 2001, p. 3785, NOR JUSA0100067D.
  54. Décret du 6 août 2002, JORF no 184 du 8 août 2002, p. 13608, texte no 56, NOR JUSA0200359D.
  55. Décret du 24 novembre 2004, JORF no 275 du 26 novembre 2004, texte no 108, NOR JUSA0400456D.
  56. Décret du 21 janvier 2010, JORF no 18 du 22 janvier 2010, texte no 48, NOR JUSA1000699D.
  57. Décret du 19 juillet 2012, JORF no 167 du 20 juillet 2012, texte no 63, NOR JUSA1229381D.
  58. Décret du 11 septembre 2014, JORF no 211 du 12 septembre 2014, texte no 36, NOR JUSA1421034D.
  59. Décret du 9 août 2017, JORF no 186 du 10 août 2017, texte no 84, NOR JUSA1722788D.
  60. Décret du 26 novembre 2018, JORF no 274 du 27 novembre 2018, texte no 44, NOR JUSX1832346D.
  • Autres références :
  1. Cyprien Henry, « Entre Exécutif et Judiciaire : Quelques mots sur les archives du ministère de la Justice », Giornale di Storia Costituzionale, no 28 « Le pouvoir exécutif en France (Révolution/Ve République) »,‎ 2e semestre 2014, p. 123–125 (ISBN 978-88-6056-413-9).
  2. Article 5 du décret no 2008-689 du 9 juillet 2008 relatif à l’organisation du ministère de la justice, sur Légifrance.
  3. Pierre Alonso, Willy Le Devin et Julie Brafman, « Jean-Jacques Urvoas : « Un ministre de la justice est un jardinier, il plante en sachant qu’un autre récoltera les fruits » », Libération,‎ (lire en ligne).
  4. Loi no 2013-669 du 25 juillet 2013 relative aux attributions du garde des sceaux et des magistrats du ministère public en matière de politique pénale et de mise en œuvre de l'action publique, sur Légifrance.
  5. Arrêté du 17 juillet 2015 fixant l'organisation en sous-directions de la direction des affaires criminelles et des grâces, JORF no 187 du 14 août 2015, texte no 9, NOR JUST1514840A, sur Légifrance.
  6. Arrêté du 17 juillet 2015 fixant l'organisation en bureaux de la direction des affaires criminelles et des grâces, JORF no 187 du 14 août 2015, texte no 10, NOR JUST1514845A, sur Légifrance.
  7. Yves Deniaud (rapporteur spécialisé), Annexe 26 : « Gestion des finances publiques et des ressources humaines : Politique immobilière de l'État ; Gestion du patrimoine immobilier de l’État ; Prêts et avances à des particuliers ou à des organismes privés », dans Gilles Carrez (rapporteur général), Rapport no 1198 sur le projet de loi de finances pour 2009 (no 1127), commission des Finances, de l'Économie générale et du Plan de l'Assemblée nationale, 16 octobre 2008, p. 23–24.
  8. Béatrice de Andia (dir.), Guy Berger (dir.), Hervé Robert (dir.) et Luc Thomassin, Paris, lieux de pouvoir et de citoyenneté (publié à l'occasion de l'exposition à la Galerie des fêtes de l'Hôtel de Lassay, Paris, 16 septembre-28 octobre 2006), Paris, Action artistique de la ville de Paris, coll. « Paris et son patrimoine », , 223 p. (ISBN 2-913246-59-1), p. 160.

Voir aussiModifier