Dimítris Avramópoulos

homme politique grec

Dimítris Avramópoulos
Δημήτρης Αβραμόπουλος
Illustration.
Dimítris Avramópoulos, en juillet 2016.
Fonctions
Commissaire européen à la Migration, aux Affaires intérieures et à la Citoyenneté

(5 ans et 1 mois)
Président Jean-Claude Juncker
Gouvernement Commission Juncker
Prédécesseur Cecilia Malmström
Successeur Margarítis Schinás (Migration)
Ylva Johansson (Affaires intérieures)
Ministre de la Défense nationale

(1 an, 4 mois et 10 jours)
Premier ministre Antónis Samarás
Gouvernement Samarás
Prédécesseur Pános Panagiotópoulos
Successeur Níkos Déndias

(6 mois et 6 jours)
Premier ministre Loukás Papadímos
Gouvernement Papadímos
Prédécesseur Panagiotis Beglitis
Successeur Frangoulis Frangos
Ministre des Affaires étrangères

(1 an et 3 jours)
Premier ministre Antónis Samarás
Gouvernement Samarás
Prédécesseur Pétros Molyviátis
Successeur Evángelos Venizélos
Ministre de la Santé et de la Solidarité sociale

(3 ans, 7 mois et 22 jours)
Premier ministre Kóstas Karamanlís
Gouvernement Karamanlís I et II
Prédécesseur Nikítas Kaklamánis
Successeur Marilíza Xenogiannakopoúlou
Ministre du Tourisme

(1 an, 10 mois et 28 jours)
Premier ministre Kóstas Karamanlís
Gouvernement Karamanlís I
Prédécesseur Ákis Tsochatzópoulos (Développement)
Successeur Fáni Pálli-Petraliá
Biographie
Date de naissance (68 ans)
Lieu de naissance Athènes (Grèce)
Nationalité Grecque
Parti politique Nouvelle Démocratie
Diplômé de Université d’Athènes
Profession Diplomate

Dimítris Avramópoulos (en grec moderne : Δημήτρης Αβραμόπουλος), né à Athènes le , est un diplomate et homme politique grec membre de la Nouvelle Démocratie (ND) et ministre à plusieurs reprises.

BiographieModifier

Formation et vie professionnelleModifier

Après des études de droit à l'université d'Athènes, il se spécialisa en diplomatie dans l'université de Boston à Bruxelles.

Il fit une carrière diplomatique (Liège, Vienne, Genève) de 1980 à 1992.

Maire d'Athènes, puis ministreModifier

Avramópoulos entre alors en politique, au sein de la Nouvelle Démocratie. Il fut élu au Parlement grec dès 1993, mais devint maire d'Athènes l'année suivante et fut réélu en 1998. Élu député en 2004, il entra au gouvernement Karamanlís I d'abord comme ministre du Tourisme avant de passer à la Santé en 2006. Il conserva ce poste dans le gouvernement Karamanlís II.

De l'opposition à l'union nationaleModifier

Après la défaite de son parti aux élections législatives de 2009, il tenta d'en prendre la tête mais se désista en faveur d'Antónis Samarás. Le 1er juillet 2010, ce dernier le nomma vice-président du parti. Dans le gouvernement d'union nationale conduit par Loukás Papadímos et formé le 11 novembre 2011, il devient ministre de la Défense nationale.

Remplacé le , dans le gouvernement intérimaire de Panagiótis Pikramménos, par Fragoúlis Frágos, il revient aux responsabilités dès le 21 juin, comme ministre des Affaires étrangères du gouvernement du conservateur Antónis Samarás. À l'occasion du remaniement du 24 juin 2013, il retourne au ministère de la Défense.

Commission européenneModifier

Le , il a été désigné au poste de Commissaire européen aux Migrations et Affaires intérieures de la commission Juncker, sous réserve de validation par le Parlement européen.

Le , après le résultat des élections législatives, les médias indiquent que Dimítris Avramópoulos pourrait être le candidat présenté par SYRIZA pour la présidence grecque[1].

Prises de positionModifier

Se décrivant comme « un ami de longue date de la Turquie », Dimítris Avramópoulos souligne, en , sa ferme croyance dans le « chemin européen » de ce pays. Dans le cadre de la coopération avec la Turquie, il a appelé, le , les États membres de l'UE à réinstaller dans l'Union européenne 50 000 personnes depuis la Turquie, la Jordanie, le Liban et les pays situés le long de la route de la Méditerranée centrale au cours des deux prochaines années[2].

En , il déclare : « Nous ne pouvons pas et ne pourrons jamais arrêter l’immigration. Nous devons tous être prêts à accepter l’immigration, la mobilité et la diversité comme nouvelle norme et à adapter nos politiques en conséquence. C'est un impératif moral, mais aussi économique et social pour notre continent vieillissant »[3].

Décorations honorifiquesModifier

Notes et référencesModifier

Articles connexesModifier