Ákis Tsochatzópoulos

Ákis Tsochatzópoulos
Tsohatzopoulos.jpg
Fonctions
Député européen
Ministre grec des Travaux Publics (d)
Ministre des Transports et des Communications
Ministre de l'Intérieur, de l'Administration publique et de la Décentralisation (d)
Ministre grec du Développement (d)
Ministre du Travail (d)
Ministre de l'Intérieur
Ministre à la Présidence (d)
Député au Parlement grec
Première circonscription de Thessalonique
Ministre de la Défense nationale
Député au Parlement grec
Circonscription d'État (d)
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
Άκης ΤσοχατζόπουλοςVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Conjoint
Vicky Stamati (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Membre de
Mouvement de libération panhellénique (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Équipe
Condamné pour
Site web

Apóstolos-Athanásios « Ákis » Tsochatzópoulos (grec moderne : Απόστολος-Αθανάσιος «Άκης» Τσοχατζόπουλος), né le , est un homme politique grec.

BiographieModifier

Il est ministre de la Défense de 1996 à 2001. Il est arrêté en avril 2012 pour avoir omis de déclarer sa propriété au fisc[1].

Il est condamné pour ces faits à huit ans de prison[2].

En 2015 a lieu un autre procès en première instance, pendant dure cinq mois. À l'issue, il est condamné à 20 ans de prison pour corruption et blanchiment d'argent, pour des sommes atteignant 55 millions d'euros. Il était à la tête d'un réseau d'entreprises servant au blanchiment d'argent, situées en Grèce et dans des paradis fiscaux, et recyclant des sommes versées par des entreprises d'armement fournisseusses de l'armée grecque. Son épouse, sa fille et son ex-épouse ont également été condamnées à des peines de prison pour des faits liés. Ákis Tsochatzópoulos a fait appel de cette décision[2].

NotesModifier

  1. Athènes se dote d'un Parthénon de la corruption : la maison d'un ex-ministre, Le Point, 28 mai 2012.
  2. a et b Héctor Estepa, « Veinte años de cárcel para un ex ministro griego por lavado de dinero y corrupción » (vingt ans de prison pour un ex-ministre grec pour blanchiment d'argent et corruption), El Mundo, 8 août 2015.