André Wurmser

journaliste et écrivain français
André Wurmser
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique

André Wurmser, né à Paris le et mort à Paris le , est un journaliste et écrivain français. Il a également écrit sous le pseudonyme de Casimir Lecomte[1].

Il fut notamment secrétaire du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes (1934-1939), rédacteur en chef de la revue Russie d'aujourd'hui (1937-1939), membre du Comité directeur des Amis de l'Union soviétique, et éditorialiste au journal L'Humanité (1954-1984).

BiographieModifier

Collaborateur de l'hebdomadaire Vendredi de sa création en 1935 à sa disparition en 1938, il est de 1937 à 1939 le rédacteur en chef de Russie d'aujourd'hui, publication mensuelle de l'Association des amis de l'Union soviétique. Il participe à la Résistance dans la région toulousaine, où il s'est replié après sa démobilisation. Il est le directeur de l'organe clandestin du Front national (de la résistance) à Toulouse, Le Patriote[2], journal qui devient quotidien régional en [3]. C'est à ce titre qu'il est désigné président du Syndicat des quotidiens régionaux et vice-président de la Fédération nationale la presse française. À la fin de l'année 1945, il rejoint Paris. Militant communiste à partir de 1942[4], André Wurmser collabore à plusieurs journaux liés au Parti communiste français : Front national, jusqu'en , Les Lettres françaises, Ce soir, L'Humanité. Pour sa contribution à ces deux derniers titres, il se spécialise comme éditorialiste de « billets » quotidiens, qui lui assurent la notoriété.

Il fut en 1949 l'un des protagonistes du procès de l'affaire Kravtchenko dans lequel il est condamné pour diffamation[5].

PublicationsModifier

  • Changement de propriétaire, Paris : Gallimard, 1930 (1929 d'après le cachet du Dépôt légal), 223 p. (au moins 5 éditions)
  • Courrier de la solitude, Paris : Gallimard, 1930, in-16°, 235 p.
  • Les Croix de feu, leur chef, leur programme, Paris : Comité de vigilance des intellectuels antifascistes, 1935, in-8°, 48 p. (Plusieurs éditions.)
  • Ce qu'il faut savoir de l'U.R.S.S., Toulouse, brochure clandestine, 1943
  • L'Adolescence est le plus grand des maux, Paris : la Bibliothèque française, 1946, in-16, 287 p. (Le texte est repris en t. II de l'ouvrage Un homme vient au monde)
  • Dictionnaire pour l'intelligence des choses de ce temps, avec des illustrations de Louis Touchagues, Paris : Sagittaire, 1946, in-16, XXVIII-118 p.
  • L'Enfant enchaîné, roman, Paris : La Bibliothèque française, 1946, in-16°, 255 p (Ce texte est repris dans le t. I de l'ouvrage Un homme vient au monde)
  • L'assassin est mort le premier, Paris : P. Dupont, collection Œdipe, 1946, in-16, 205 p. — Réédition en 1963, Paris : Les Éditeurs français réunis.
  • De Gaulle et les siens, Paris : Éditions Raisons d'être, 1947, in-16°, 248 p.
  • Aux meilleurs Français et aux pires (Lettres de Budapest), avec Louise Mamiac, Paris : les Éditeurs français réunis, 1954, in-16, 261 p.
  • mais... dit André Wurmser, Paris : Les Éditeurs français réunis, 1961, 305 p.
  • Mémoires d'un homme du monde, Éditeurs Français Réunis, 1964, 302 p
  • La Comédie inhumaine, Paris : Gallimard, 1964, in-8°, 808 p. ; réédition: 1979, 840 p.
  • Conseils de révision, Paris : Gallimard, 1972, 360 p. (Recueil de textes extraits pour la plupart de diverses revues et publications de 1951 à 1969.)
  • L'éternel, les juifs et moi, Le Pavillon, Roger Maria Éditeur, 1970, 190 p.
  • Fidèlement vôtre. Soixante ans de vie politique et littéraire, Paris : Grasset, 1979, 504 p.
  • Discours de réception fatalement imaginaire de mon successeur à l'Académie française, Paris : Temps actuels, 1981, 261 p. (Ouvrage composé d'extraits de l'Humanité de 1976-1981)
  • Le Dernier kaléidoscope, recueil de nouvelles, Paris : Gallimard, 1982, 272 p.

RéférencesModifier

  1. Notice BNF d'André Wurmser
  2. Henri Lerner, « La presse toulousaine de la Libération au 1er départ du général de Gaulle, août 1944-janvier 1946 », Annales du Midi.
  3. Cf son autobiographie, Fidèlement vôtre, parue en 1979
  4. Nicole Racine, « Notice WURMSER André, Maurice. Pseudonymes : LECOMTE Casimir, VINCENT Grégoire », sur maitron-en-ligne.univ-paris1.fr, 30 novembre 2010, dernière modification le 6 septembre 2017 (consulté le 11 mars 2019).
  5. Liora Israël, Un procès du Goulag au temps du Goulag ? L'affaire Kravchenko (1949), Critique internationale, 2007/3 (n° 36), pages 85 à 101

Liens externesModifier