Maurice Chambelland

Maurice Chambelland est un militant syndicaliste français, né à Belfort le et mort à Paris le [1].

Maurice Chambelland
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Conjointe
Louise Chambelland (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Colette Chambelland (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour

BiographieModifier

Fonctionnaire des contributions, journaliste, comptable puis correcteur d'imprimerie, il s'engage dès 1918 dans le syndicalisme. Proche[2] de Pierre Monatte, celui-ci le fait entrer à La Vie ouvrière. Dans les luttes de tendances qui agitent le syndicalisme et le communisme au début des années 1920 il se prononce vivement pour l'autonomie du syndicalisme par rapport aux partis politiques au sein de la nouvelle centrale syndicale, la CGTU. Journaliste à L'Humanité, où il est secrétaire de rédaction, il en démissionne avec fracas[3]en , avec notamment Alfred Rosmer, s'élevant contre la "bolchévisation" de l'organe de presse du Parti communiste. Partisan du syndicalisme révolutionnaire, il participe au noyau fondateur de la revue La Révolution prolétarienne, fondée par Pierre Monatte en 1925. Dès lors ses activités militantes se confondent avec la revue. Il anime jusqu'en 1932 une tendance "syndicaliste révolutionnaire" au sein de la CGTU. En 1930 il fait partie[4] du "Comité des 22", constitué de syndicalistes confédérés, autonomes et unitaires qui se prononcent pour l'unité syndicale. Actif au moment du Front populaire et de la réunification syndicale, il est durant la guerre un des mainteneurs de contact du noyau de La Révolution prolétarienne qui a cessé de paraître. Artisan de la reparution de la revue en 1947, il en conçoit le numéro spécial en hommage à Pierre Monatte, lors de la mort de ce militant.

Sa fille Colette Chambelland, archiviste et historienne du mouvement ouvrier, a été directrice du Musée social à Paris.

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. « CHAMBELLAND Maurice, Louis, Nicolas », sur http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr (consulté le 18 avril 2014)
  2. Notice "Maurice Chambelland", in Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français.
  3. 23 avril 1924 par une lettre collective et publique de cinq collaborateurs de L'Humanité à Louis Sellier, secrétaire général du Parti communiste. Cf Jean Maitron, Colette Chambelland, Syndicalisme révolutionnaire et communisme, les archives de Pierre Monatte, François Maspero, Paris, 1968, p. 386-387.
  4. avec Pierre Monatte, Léon Digat, Georges Dumoulin, Paul Cadeau, etc.