Germaine Willard

historienne française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Willard.
Germaine Willard
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Conjoint
Autres informations
Conflit
Distinction

Germaine Willard, née Germaine Chanoinat[1] le dans le 20e arrondissement de Paris et morte le dans la même ville, est une historienne et résistante communiste française.

BiographieModifier

Issue d'une famille ouvrière, elle parvient à suivre des études au lycée Fénelon grâce à une bourse. Elle poursuit dans l'enseignement supérieur, tout en travaillant, à la Sorbonne où elle se spécialise en histoire[1].

Participant à la Résistance dans un réseau avec ses parents, elle entre dans la clandestinité après l'arrestation et la déportation de ceux-ci en 1944. Devenue agent de liaison des FFI, elle prend part à la Libération de Paris[1].

En 1948, elle est lauréate de l'agrégation[2]. Elle accomplit la majeure partie de sa carrière d'enseignante au lycée Jules-Ferry (1954-1983), où elle est nommée en classe préparatoire en 1968.

Elle écrit des comptes-rendus de livres et des articles pour La Nouvelle Critique, les Cahiers d’histoire de l’Institut Maurice Thorez, La Pensée.

En 1997, elle reçoit la Légion d'honneur pour l'ensemble de son travail sur l'histoire de la Résistance et de la déportation[3].

Germaine Willard était entre autres vice-présidente du musée de la Résistance nationale de Champigny-sur-Marne.

Elle était mariée à l'historien Claude Willard, fils de l'avocat Marcel Willard[4].

ŒuvreModifier

  • De Munich à Vichy : La drôle de guerre, Paris, Éditions sociales, coll. « Collection de l'Institut Maurice Thorez », , 269 p.
  • La Drôle de guerre et la trahison de Vichy (préf. François Billoux), Paris, Éditions sociales, , 176 p.
  • Avec Claude Willard, Formation de la nation française, du Xe siècle au début du XIXe siècle, Paris, Éditions sociales, , 317 p.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « Notice Germaine Willard, Le Maitron »
  2. Disparitions. Germaine Willard, Le Monde, 10 mai 2003
  3. Claude Lecomte, « La Légion d'honneur à Germaine Willard », sur L'Humanité, (consulté le 21 août 2019).
  4. Germaine Willard a présenté dans le livre La plaidoirie celle que prononça son beau-père en avril 1940 au procès des députés communistes (La plaidoirie, éditions Le Temps des cerises).

Liens externesModifier