Claude Pinoteau

réalisateur français

Claude Pinoteau, né le à Boulogne-Billancourt et mort le [1] à Neuilly-sur-Seine, est un réalisateur et scénariste français.

Claude Pinoteau
Description de cette image, également commentée ci-après
Claude Pinoteau au festival de Cannes 2011.
Naissance
Boulogne-Billancourt, Seine (France)
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès (à 87 ans)
Neuilly-sur-Seine, Hauts-de-Seine (France)
Profession Réalisateur
Films notables Le Silencieux
La Gifle
La Boum

BiographieModifier

Claude Pinoteau est le frère de Jack Pinoteau, lui-même réalisateur, et d'Arlette Merry. Leur père, Lucien, était régisseur. Il est le père de la comédienne Karine Pinoteau.

Il débute comme accessoiriste et régisseur, puis devient assistant réalisateur, en 1948, notamment de Jean Cocteau (Les Parents terribles), Jean-Pierre Melville (Les Enfants terribles), Henri Verneuil (Un singe en hiver) et Claude Lelouch (L'aventure c'est l'aventure).

Il doit attendre 1973 pour réaliser son premier long-métrage, Le Silencieux, un drame d'espionnage avec Lino Ventura et inspiré d'un roman de Francis Ryck. Ce premier film sera un succès, tout comme son long-métrage suivant, La Gifle, une comédie de mœurs abordant le thème du conflit des générations et dans laquelle Ventura tient à nouveau la vedette aux côtés d'une Isabelle Adjani à ses débuts. En 1974, la Gifle obtient le Prix Louis-Delluc. Pinoteau fait de nouveau appel à Lino Ventura à deux autres reprises pour L'Homme en colère, sorti en 1979 et tourné au Québec, et La Septième Cible, lancé en 1984.

Au début des années 1980, Pinoteau signe La Boum, une autre comédie de mœurs centrée sur une adolescente. Le film, qui révèle Sophie Marceau, alors âgée de 14 ans, connait un énorme succès et engendrera une suite, La Boum 2, lancée deux ans plus tard et qui atteindra le même niveau de popularité. Pinoteau retrouvera Sophie Marceau en 1988 avec L'Étudiante, qui n'est pas la suite directe de La Boum, mais se situe dans le même esprit.

Dans les années 1990, il se tourne vers le registre dramatique avec le drame sentimental La Neige et le Feu et l'adaptation de la pièce à succès de Jean-Noël Fenwick Les Palmes de monsieur Schutz.

En 1976, il témoigne dans le film documentaire Chantons sous l'Occupation d'André Halimi

En 2005, il réalise pour la télévision un documentaire consacré à l'abbé Pierre.

En 2006, il est président du jury au Festival du cinéma russe à Honfleur.

En 2008, il a reçu le 1er prix Henri-Langlois de la ville de Vincennes.

Claude Pinoteau est inhumé au cimetière Saint-Vincent de Montmartre (3e division), dans le 18e arrondissement de Paris.

FilmographieModifier

Courts métragesModifier

Longs métragesModifier

Assistant réalisateurModifier

PublicationModifier

DistinctionsModifier

PrixModifier

DécorationsModifier

RéférencesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :