Ouvrir le menu principal
Article principal : Météorite.

La classification des météorites se fonde sur leur composition chimique et minéralogique, et sur leur structure et texture.

Sommaire

ClassificationModifier

On a longtemps classé les météorites en trois grands groupes selon leur composition :

Actuellement la classification comprend deux grandes catégories de météorites, selon leur origine, c'est-à-dire selon leur corps parent[2],[3] :

  • les météorites indifférenciées (ou non différenciées, ou encore primitives), dont la composition proche de celle de la chromosphère solaire reflète la matière du disque protoplanétaire en cours de condensation ;
  • les météorites différenciées, issues d'une des diverses parties d'un corps parent dont la taille a permis d'enclencher la différenciation planétaire, dont le résultat est une ségrégation par gravité entre un noyau dense, majoritairement composé de fer métal, et un manteau moins dense, formé de silicates.

Cette classification est affinée en observant la composition des météorites. À partir de là, on les divise en quatre types[3],[4] :

  • les chondrites, météorites dites primitives issues d'astéroïdes formés tardivement ou trop petits pour avoir emmagasiné une quantité de chaleur suffisante pour fondre ; elles sont principalement constituées de silicates dont une partie est structurée en chondres. Elles sont de loin les plus abondantes des chutes observées, environ 87 % ;
  • les achondrites, essentiellement silicatées, sont constituées de matériaux témoignant d'une différenciation (notamment d'un appauvrissement relatif en fer et autres éléments sidérophiles); elles sont classées selon leur teneur en calcium, environ 8 % ;
  • les météorites de fer, classées en fonction de leur teneur en nickel, environ 5 % ;
  • les sidérolithes (ou lithosidérites, ou encore météorites mixtes), constituées à parts sensiblement équivalentes de minéraux silicatés et de fer métal, moins de 1 %.

ArbreModifier

À partir de là, cet arbre est utilisé pour classer les météorites :

À l'exception des achondrites et des chondrites les plus oxydées, les météorites sont magnétiques, contenant un métal constitué de deux alliages de fer et de nickel : la kamacite (5 à 10 % de nickel) et la taénite (plus de 15 %)[1]. La surface polie de météorites de fer attaquée par de l'acide nitrique légèrement dilué permet de révéler ces deux alliages qui s'ordonnent en un réseau de lignes entrecroisées appelées figures de Widmanstätten (tout particulièrement dans les octaédrites)[8].

Type pétrologiqueModifier

Au sigle représentant le groupe ou le sous-groupe de météorites (L, LL, CM, etc.) on ajoute un chiffre (de 1 à 6) qui résume les transformations subies par les météorites après leur formation mais avant leur chute sur Terre :

  • le chiffre 3 indique une transformation imperceptible ;
  • les chiffres 2 à 1 indiquent une altération aqueuse plus ou moins poussée ;
  • les chiffres 4 à 6 indiquent un métamorphisme thermique plus ou moins poussé.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Les météorites mixtes ou sidérolithes étaient autrefois appelées mésosidérites. Aujourd'hui les sidérolithes sont divisés en deux classes, les pallasites et les mésosidérites.

RéférencesModifier

  1. a et b Matthieu Gounelle, professeur au Laboratoire de Minéralogie et Cosmochimie du Museum National d’Histoire Naturelle, conférence « Les micro-météorites : histoires d’ici et d’ailleurs » au Bureau des Longitudes, 6 juin 2012
  2. (fr) « MÉTÉORITES ! Mémoire d'une exposition de la collection nationale », sur www.mnhn.fr, 1996 (consulté le 31 juillet 2010)
  3. a b et c (fr) « Classification des météorites », sur Espace-meteorite.com (consulté le 20 juin 2008)
  4. Thierry Montmerle et Matthieu Gounelle, « Les météorites », émission La Tête au carré, 29 novembre 2011
  5. (en) « Classification », sur Meteorite.fr, 2007 (consulté le 20 juin 2008)
  6. (en) « Structural Classification of Iron Meteorites », sur Meteorite.fr, 2007 (consulté le 20 juin 2008)
  7. (en) « Chemical Classification of Iron Meteorites », sur Meteorite.fr, 2007 (consulté le 20 juin 2008)
  8. COMMENT RECONNAITRE UNE METEORITE ?

Voir aussiModifier