Ouvrir le menu principal
Fragment d'une mésosidérite trouvée près de Mincy (en)[a] (Missouri, États-Unis). Musée de l'université d'Helsinki.

Les mésosidérites sont une classe de météorites très rares, constituées pour moitié environ de silicates et d'un alliage fer-nickel.

Sommaire

Composition et structureModifier

Les mésosidérites font partie de la famille des sidérolithes. À la différence des pallasites, ce sont des brèches de texture irrégulière.

La fraction silicatée contient de l'olivine, du pyroxène et du feldspath riche en calcium. Cette composition est similaire à celle trouvée dans les météorites HED[1],[2],[3].

InventaireModifier

Les lithosidérites ne représentent déjà qu'environ 1 % des chutes de météorites observées, les mésosidérites sont encore plus rares. Seules 208 ont été référencées en novembre 2014, dont 56 trouvées en Antarctique.

Principales mésosidérites
Lieu Date Masse
Vaca Muerta, Chili XIXe siècle 3 800 kg[4]
Bondoc, Philippines 1956 888,6 kg
Estherville (Iowa), USA 1879 320 kg
Dong Ujimqin Qi, Chine 1995 129 kg
Łowicz, Pologne 1935 59 kg

PhotographiesModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

OrigineModifier

16 Psyché, un astéroïde de type M, pourrait être le corps parent des mésosidérites[5].

En 2019, la datation par l'uranium-plomb de zircons extraits de mésosidérites révèle un âge de 4 558,5 ± 2,1 Ma pour la formation des silicates et de 4 525,39 ± 0,85 Ma pour le mélange métal-silicate. Ces deux âges coïncident avec l'âge de formation de la croûte et celui d'un grand événement de métamorphisme sur le corps parent des eucrites, sans doute l'astéroïde (4) Vesta. Cette coïncidence chronologique soutient l'hypothèse que Vesta soit le corps parent des silicates des mésosidérites. La formation des mésosidérites pourrait être due à une collision datant de 4 525,4 millions d'années, qui expliquerait aussi l'absence ou la faible proportion d'olivine observée dans les mésosidérites, les météorites HED et à la surface des vestoïdes[3].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. L'étiquette du fragment exposé à Helsinki mentionne Miney au lieu de Mincy, probablement par erreur.

RéférencesModifier

  1. F. Heide, F. Wlotzka : Meteorites, Messengers from Space.
  2. Karl K. Turekian.
  3. a et b (en) Makiko K. Haba, Jörn-Frederik Wotzlaw, Yi-Jen Lai, Akira Yamaguchi et Maria Schönbächler, « Mesosiderite formation on asteroid 4 Vesta by a hit-and-run collision », Nature Geoscience, vol. 12,‎ , p. 510-515 (DOI 10.1038/s41561-019-0377-8).
  4. H. Pedersen et al., Meteoritics 27 (1992) 126
  5. (en) D. R. Davis, Paolo Farinella et M. Francesco, « The Missing Psyche Family: Collisionally Eroded or Never Formed? », Icarus, vol. 137, no 1,‎ , p. 140 (DOI 10.1006/icar.1998.6037, Bibcode 1999Icar..137..140D).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier